Piquecos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Piquecos
Piquecos
Église Saint-Félix.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Canton Quercy-Aveyron
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Quercy de Lafrançaise
Maire
Mandat
Élisabeth Castagne
2014-2020
Code postal 82130
Code commune 82140
Démographie
Gentilé Piquecosais
Population
municipale
423 hab. (2016 en augmentation de 4,96 % par rapport à 2011)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 06′ 01″ nord, 1° 19′ 18″ est
Altitude 300 m
Min. 71 m
Max. 209 m
Superficie 7,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Piquecos

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Piquecos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Piquecos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Piquecos

Piquecos est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Piquecos est une commune située au nord de Montauban, dont elle fait partie de l'aire urbaine.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Piquecos[1]
Lafrançaise Puycornet
Montatruc Piquecos L'Honor-de-Cos
Villemade Montauban

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 779 hectares ; son altitude varie entre 71 et 209 mètres[2].

La mairie se situe à 173 mètres d'altitude.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par dix cours d'eau : l'Aveyron et les ruisseaux de Brugifer, de Malsevire, de Dagran, de Rauzas, de Gesse, de Saint-Marc, de Brassac, de Magnabal et de la Toune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On rencontre les appellations de S. Felicii de Picacosio en 1100, Castrum et villa de Picacos en 1271, ecclesiam de Piquoquos en 1288, Sanctus Felix de Picacossio[réf. nécessaire].

En 1793, la commune est nommée Piquecos[3].

Ce toponyme pourrait être composé du mot prélatin pikk (pointe) associé au mot cos (hauteur)[réf. nécessaire]. Il y a aussi Cos (paroisse de Lamothe-Capdeville) et que l'on retrouve dans la localité voisine L'Honor-de-Cos.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1463, le roi Louis XI réside au château de Piquecos et participe à des grandes chasses. En 1542, François Ier s'installe à son retour de Perpignan pendant une quinzaine de jours. Le futur roi de France, Henri de Navarre (futur Henri IV) passe une nuit au château de Piquecos.

Pendant les rébellions huguenotes, en 1621, Louis XIII loge au château de Piquecos durant le siège de Montauban et les Quatre Cents Coups de Montauban. Le , Louis XIII fait passer l'Aveyron près de Piquecos, à son armée qui bivouaque, en bataille, devant Villemade, à deux lieues de Montauban, espérant que ceux-ci viendrait lui offrir sa revanche. Ceux-ci restant prudemment à l'intérieur de leurs murs, il continue sa marche pour assiéger Montpellier après avoir pris Nègrepelisse et Saint-Antonin.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Piquecos Blason De gueules à trois bandes d'or; au chef d'azur chargé de trois étoiles d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 11[4].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1789 1791 Pierre Rousset    
1791 1800 Jean-Baptiste Gonon    
1800 1809 Pierre Rousset    
1809 1812 Pierre Dagran    
1812 1815 Antoine Daiche    
1815 1821 Jean-Jacques Constans de Fabel    
1821 1841 Etienne Luc Vidal    
1841 1848 François Daiche    
1848 1853 Pierre Courdy    
1853 1858 Joseph Cazals    
1858 1870 Antoine Léon Daiche    
1870 1871 Boulanger Franceries    
1871 1887 Antoine Léon Daiche    
1887 1892 Philippe Lacroux    
1892 1900 Jean Ainé Caïla    
1900 1922 Jean Cazalens    
1922 1947 Jean Franceries    
1947 1963 Charles Claude    
1963 2001 Yvan Castagne    
mars 2001 En cours
(au 16 juillet 2014[6])
Elisabeth Castagne    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Piquecosais.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2016, la commune comptait 423 habitants[Note 1], en augmentation de 4,96 % par rapport à 2011 (Tarn-et-Garonne : +5,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
687483596556565531479498496
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
479450419445417395380399365
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
345345328294258255262241266
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
265291279325307288353363372
2013 2016 - - - - - - -
410423-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

École élémentaire publique de Piquecos.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Un marché gourmand et nocturne (18 h - 22 h) se déroule tous les 2es vendredis de chaque mois à la salle des fêtes du village : c'est un marché de producteurs locaux ou l'on peut faire ses courses mais aussi consommer sur place les préparations des exposants : entrées, plats chauds, fromages, desserts, boissons...

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Éléments remarquables[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Félix.
Le château.

Le patrimoine de la commune est riche puisqu'elle compte deux monuments protégés au titre des Monuments historiques[10] :

  • l'église Saint-Félix de Piquecos, avec des parties du XIVe siècle et du XVIe siècle, inscrite au titre des Monuments historiques depuis le 16 septembre 1991[11] ;
  • le château de Piquecos, avec des parties du XVe siècle et du XVIIe siècle, classé au titre des Monuments historiques depuis le 13 août 1951[12],[13] ;

et sept monuments répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[14].

Par ailleurs, elle compte deux objets protégés au titre des Monuments historiques[15] :

  • une peinture murale monumentale dans le château, classée au titre des Monuments historiques depuis le 13 août 1951[16] ;
  • une cloche , datée de 1502, dans l'église, classée au titre des Monuments historiques depuis le 25 juillet 1908[17] ;

et sept objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[18].

Autres éléments[modifier | modifier le code]

On peut également citer le monument aux morts de la commune construit en 1996.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Faydit d'Aigrefeuille ( ? - 1391), prieur de Saint-Félix en 1360.
  • Adrien Laplace (1909-1992), sénateur du Tarn-et-Garonne qui a vécu à Piquecos et pendant la Seconde Guerre Mondiale, il a recueilli et hébergé, plusieurs réfugiés juifs, en particulier l'ancien directeur de la Banque nationale d'Autriche.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  5. « Les maires de Piquecos », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 26 février 2015).
  6. Tableau des électeurs pour les élections sénatoriales, Préfecture de Tarn-et-Garonne, 16 juillet 2014, [lire en ligne], p. 14.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Liste des monuments historiques de la commune de Piquecos », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Église Saint-Félix », notice no PA00095917, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Château », notice no PA00095851, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. Clichés du château sur le site de la commune de Lafrançaise.
  14. « Liste des lieux et monuments de la commune de Piquecos à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Liste des objets historiques de la commune de Piquecos », base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. « Peinture monumentale : sibylles », notice no PM82000200, base Palissy, ministère français de la Culture.
  17. « Cloche : sibylles », notice no PM82000199, base Palissy, ministère français de la Culture.
  18. « Liste des objets de la commune de Piquecos à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.