Montastruc (Tarn-et-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montastruc
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Intercommunalité Communauté de communes Coteaux et Plaines du Pays Lafrançaisain
Maire
Mandat
Jean-Luc Silot
2020-2026
Code postal 82130
Code commune 82120
Démographie
Gentilé Montastrucois
Population
municipale
298 hab. (2018 en diminution de 6,58 % par rapport à 2013)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 06′ 07″ nord, 1° 17′ 41″ est
Altitude 80 m
Min. 73 m
Max. 213 m
Superficie 4,67 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Lafrançaise
(banlieue)
Aire d'attraction Montauban
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Quercy-Aveyron
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Montastruc
Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne
Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Montastruc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montastruc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montastruc

Montastruc est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Montauban située dans le Quercy, à une quinzaine de kilomètres au nord de Montauban.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montastruc[1]
Piquecos
Lafrançaise Montastruc
Villemade

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montastruc est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lafrançaise, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[5] et 3 161 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montauban dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (85,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (65,9 %), cultures permanentes (16,7 %), forêts (14,9 %), terres arables (2,5 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Montastruc est d’origine occitane et signifie chanceux, né sous une bonne étoile (« astruc »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines du village remontent au temps des Romains : on trouve encore des ruines à Saint-Pierre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1796 Eymerie Delbreil    
1796 1796 Jean Delbreil    
1796 1798 Jean Delbreil-Lapalme    
1798 1800 Amans Campech    
1800 1816 Jean Delbreil    
1816 1818 Jean Antoine Louis de Savignac    
1818 1829 Jean Delbreil    
1829 1837 Paul Galibert    
1837 1854 Marc Ainé Lanis    
1854 1856 Louis Jean Paga-Langle    
1856 1857 Antoine Coutelle Delrieu    
1857 1860 Louis Marc Mounet    
1860 1867 Jean-Auguste Laroque    
1867 1876 François Mercadier    
1876 1877 Jean Campech    
1877 1905 François Mercadier    
1905 1942 Léon Bozouls    
1942 1953 Albert Mounet    
1953 1970 Eloi Vergnes    
1970 1989 Gérard Loubatières    
mars 1989 En cours
(au 16 juillet 2014[12])
Charles Malmon    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Montastrucois.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 298 habitants[Note 3], en diminution de 6,58 % par rapport à 2013 (Tarn-et-Garonne : +3,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
494447455544569542516526508
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
455468455420384350331316313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
302306291254241249251230222
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
257253206189209217259266272
2013 2018 - - - - - - -
319298-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de Saint-Pierre de Campredon date du XIIIe siècle. Elle a été incendiée à plusieurs reprises puis rebâtie au XVIIe siècle. Finalement, elle a été entièrement reconstruite en 1876 dans un style néo-gothique.
  • Le célèbre ormeau de saint Pierre est rappelé par une croix sur un tertre. Voici un extrait historique parlant de cet ormeau, source Bibliothèque Nationale de France, Bulletin archéologique ["puis" et historique ; historique et artistique] publ. sous la dir. de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne.... 1898.p. 272 " Bientôt nous arrivons en face d'un bel arbre, dit Sully. Il y a plus de quarante ans que je ne l'avais vu. Il m'a semblé le même, et permettez-moi un souvenir de ce temps. Il y avait alors dans la propriété de Nivelle, près de Lagarde, de l'autre côté du Tarn, un ormeau presque semblable; or on me dit que les racines de ces deux arbres se touchaient, traversant ainsi l'Aveyron et le Tarn, et que c'était la raison de leur grande végétation. Dispensez-moi de vous donner les preuves de cette assertion. Le tronc a, à l'endroit le moins étendu, entre le commencement de l'écartement des branches et celui des racines, une circonférence de neuf mètres. Les photographes se mettent en mesure de prendre ce gigantesque ouvrage de la nature. Un membre donnant l'idée de l'ascension de l'arbre, cette idée est immédiatement suivie, et c'est ainsi que nous voyons M. le général Verrier, comme entraînant ses soldats, monter sur la branche la plus élevée."
  • Le moulin, aujourd’hui en ruines, remonte au XIVe siècle et fut reconstruit au début du XIXe. Son plus célèbre meunier est le poète occitan Jean Castela qui prit la succession de son père. Le moulin cessa de fonctionner à la fin du XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 15 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 de Lafrançaise », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 avril 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Montauban », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 5 avril 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 15 avril 2021)
  11. « Les maires de Montastruc », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 26 février 2015).
  12. Tableau des électeurs pour les élections sénatoriales, Préfecture du Tarn-et-garonne, 16 juillet 2014, [lire en ligne], p. 11.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.