Faydit d'Aigrefeuille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aigrefeuille et Faydit.

Faydit d'Aigrefeuille
Image illustrative de l’article Faydit d'Aigrefeuille
Faydit d'Aigrefeuille
Biographie
Naissance XIVe siècle
La Font (Limousin)
Ordination sacerdotale
Décès
Avignon
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Saint-Sylvestre et Saint-Martin-des-Monts
Évêque de l’Église catholique
Fonctions épiscopales Évêque de Rodez
Évêque d'Avignon

Blason

Faydit d’Aigrefeuille (?-1391), dit le cardinal d'Avignon, né à La Font, en Limousin, il était le fils du chevalier Guillaume d’Aigrefeuille et d'Aigline de Tudeils, frère du cardinal Guillaume d'Aigrefeuille l'Ancien et d'Aymar d'Aigrefeuille, maréchal de la Cour pontificale d'Avignon[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce cousin de Clément VI et petit-cousin de Grégoire XI, devenu licencié en lettres, commença sa carrière ecclésiastique en avril 1342 comme archiprêtre de Roquemaure au diocèse de Montauban ; chanoine et sacriste de Lodève la même année ; chanoine du chapitre cathédral de Saintes en 1346 et devint prieur de Promilhanes dans le diocèse de Cahors le .Devient chanoine de Paris à partir de 1348.Vers 1350, il fut affecté à Bourges en tant que sous-diacre, chancelier et doyen de l’archidiocèse[2].En 1358, notaire pontifical, doyen de la cathédrale de Bourges, chanoine prébendé de Bourges, d'Orléans et d'Arras, il permute avec Ithier de Manhac des prébendes aux cathédrales de Paris et de Saintes pour un archiprêtré au diocèse de Saragosse et une prébende de Sainte Walburge de Furnes, au diocèse de Thérouanne.

Le familier d’Innocent VI[modifier | modifier le code]

Ordonné par Innocent VI peu après le , il prit la charge d’archidiacre de Millau dans le diocèse de Rodez puis fut nommé prieur de Saint-Félix de Piquecos dans le Bas-Quercy en 1360[2].

Un an plus tard, il devenait chanoine du chapitre cathédral d’Orléans puis Innocent VI l’appela à ses côtés à Avignon et le fit protonotaire apostolique. Il devint dès lors son familier[2].

Le remplaçant de ses frères[modifier | modifier le code]

Le , après la mort de son frère Raymond d’Aigrefeuille, il lui succéda comme évêque de Rodez.Retenu à la cour pontificale auprès d'Urbain V il nomme comme vicaire général le chanoine Pierre Gaffuer, prenant seulement la possession de son siège épiscopal le 22 juillet 1365.Promu évêque d'Avignon en succession de son frère Pierre d'Aigrefeuille le [2].Il conserve l'archidiaconé de Millau au chapitre de Rodez, qu'il tient jusqu'à sa mort. En , il remplaça son frère Guillaume comme camerlingue du Sacré Collège pendant que celui-ci partit en légation en Germanie[2].

Cathédrale Notre-Dame des Doms d'Avignon

Le cardinal d’Avignon[modifier | modifier le code]

Il couronna sa carrière épiscopale, en devenant notaire à la chancellerie d’Avignon comme collecteur d’impôts. Cette même année, lors du consistoire du , il fut créé cardinal de Saint-Sylvestre et Saint-Martin-des-Monts par Clément VII auquel il s'est rallié, puis il est nommé administrateur avant le [2]. Entre-temps, en 1385, il avait succédé à Bernard Odoli comme abbé de Saint-Pierre-de-Montmajour[3].

Comme son frère, Pierre d'Aigrefeuille, Faydit résida le plus souvent à Villeneuve-lès-Avignon ou dans sa bastide de Réalpanier. Comme toute sa famille, le cardinal fut l’un des hommes de confiance des Grimoard. Ce fut à ce titre que du 11 au , il devint l'un des exécuteurs testamentaires du cardinal Anglicus[2].

Il mourut le [3], à Avignon, il fut inhumé derrière le maître-autel de la cathédrale Notre-Dame des Doms, sa tombe œuvre du sculpteur bourguignon Jacques Morel puis ses restes furent transférés dans la chapelle de la Purification en face la tombe de Benoît XII. Il avait fondé dans la cathédrale de Rodez un service annuel pour le repos de son âme[2].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Faydit d'Aigrefeuille eut comme frères et sœurs : Pierre (évêque de Tulle, Vabres, Rodez, Clermont, Mende, Uzès et Avignon), Raymond (évêque de Rodez), Bernard (évêque de Viviers), Étienne (abbé de la Chaise-Dieu), Éléonore (qui épousa Bertrand de Vayrac), Florence (abbesse d’Elnon en Rouergue et du monastère cistercien de Nonenque, commune de Marnhagues et Latour dans le diocèse de Vabres), Marguerite (qui épousa Bertrand de Saillac) et Raymonde (religieuse à la Règle de Limoges).
  2. a b c d e f g et h Salvador Miranda, Cardinal Faydit d'Aigrefeuille, University Park, Miami, FL 33199, 2009
  3. a et b F. de Marin de Carranrais - L'Abbaye de Montmajour : étude historique d'après les manuscrits de D. Chantelou et autres documents inédits, p. 83.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Duchesne, Histoire de tous les cardinaux françois de naissance, Paris, 1660.
  • Étienne Baluze, Vitae paparum Avenionensium, sive collectio actorum veterum, Vol. I et II. Paris, 1693.
  • Auguste Du Boys et François Arbellot, Biographie des Hommes illustres de l’ancienne province du Limousin, Limoges, 1854.
  • F. de Marin de Carranrais, L'Abbaye de Montmajour : étude historique d'après les manuscrits de D. Chantelou et autres documents inédits – 1877, Marseille ; accès ici.
  • Matthieu Desachy, Cité des hommes Le chapitre cathédral de Rodez (1215-1562), Éditions du Rouergue, Rodez, 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]