Henri Cogan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un acteur français
Cet article est une ébauche concernant un acteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Henri Cogan
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Henri Ezigman, dit Henri Cogan, né le 13 septembre 1914 à Paris (10ème), et mort le à Boulogne-Billancourt, est un acteur et cascadeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant de devenir acteur, ce fils de créateur d'un petit atelier de confection dans le quartier de La Villette était professionnel de lutte gréco-romaine.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, aux côtés de Jean Gabin, il est un engagé de la 2e DB du général Leclerc, et participera à toutes les campagnes de la division (Koufra, Tripolitaine, Libération de Paris, Strasbourg, etc). C'est pendant ses années de garnison et de vie militaire qu'il découvre la savate, et la lutte gréco-romaine, ce qui va influencer plus tard considérablement son envie de devenir lutteur lui-même après son retour à la vie civile en 1945. De même, conduisant des véhicules, en particulier la Jeep, il va découvrir aussi l'univers des cascadeurs, et des cascades.

Le paragraphe ci-dessus semble incompatible avec le fait qu'il a échappé de peu à une rafle pendant l'occupation (cf. lien http://www.cineartistes.com/fiche-Henri+Cogan.html).

C'est au cours d'un combat de catch avec Lino Ventura, en mars 1950 au Cirque d'hiver lors d'un championnat d'Europe, que Henri Cogan casse involontairement la jambe de son adversaire, ce qui force ce dernier à abandonner sa carrière de lutteur. Ils se retrouvent, treize ans plus tard, sur le tournage du film Les Tontons flingueurs où ils doivent simuler une bagarre. Mais Lino Ventura lui donne un violent coup de poing à la mâchoire qui le jette à terre. Devant sa surprise, Ventura lui dit : « Ça, c'est pour ma jambe ! »[1].

Il a très souvent joué aux côtés de Jean Luisi dans des rôles de truands durant les années soixante-dix, et notamment dans plusieurs comédies réunissant Jean Lefebvre et Henri Guybet. Il a souvent des seconds rôles de truand bagarreur. On le voit en particulier dans La Môme vert-de-gris, Une Parisienne, Les trois mousquetaires, L'Œil du monocle, Les Tontons flingueurs (dans la scène où il prend un coup de poing au cours de la réunion des cadres et ne s'en remet pas), Angélique et le sultan, Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques, Il était une fois un flic, Les seins de glace, Joyeuses Pâques, et La Vie dissolue de Gérard Floque qui sera son dernier film en 1986.

Il est le père de l'actrice Dany Kogan.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Acteur
Coordinateur des cascades
Maître d'armes

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]