Olivier Despax

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Despax.
image illustrant un musicien image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un musicien français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Olivier Despax est un chanteur et guitariste, né le à Neuilly-sur-Seine et décédé le à Villejuif à l'âge de 35 ans d'une longue maladie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Neuilly en 1939, Olivier Despax était destiné à un bien bel avenir musical – petit-neveu de Florent Schmitt, il se révèle être un musicien très précoce ; alors qu’il n’a que 16 ans, il remporte le titre de meilleur guitariste de jazz  au Salon de la Jeunesse du Grand Palais en 1955. Quatre année plus tard, Olivier obtiendra la médaille de bronze dans un championnat de guitare, remporté par un certain Sacha Distel… Le jeune Despax a trouvé son instrument de prédilection, il lui reste cependant à s’organiser. Vers 1960, il accompagne déjà à la guitare Djuri Cortez pour son 33 tours intitulé : De l’Espagne au Mexique en passant par les Steppes ! C’est au sortir de son service militaire en Algérie lors de l’année 1962 qu’il rencontre de nombreux musiciens avec lesquels il s’entend bien et, de fait, fonde un groupe, Les Gamblers inspiré par Eddie Barclay.

Entouré de solides jazzmen, comme Jean-Marie Dariès (saxophoniste ayant joué avec Kenny Clarke), Jean-Pierre Sabard (organiste au Blue Note, accompagnateur des Stan Getz et Bill Hayes), Philippe Maté (saxophoniste des clubs courus d’Alger comme « Le chat qui pêche », « Le Bidule » ou « Les Trois Mailletz ») ou Ricardo Galeazzi (bassiste argentin jouant à « l’Escale »), Despax signe un contrat de trois ans avec Barclay, tout en jouant au « Madison Club ». C’est là que le premier enregistrement en direct du groupe a lieu – pour lancer le madison, une danse en ligne popularisée en 1957. Sous le nom de « Olivier Despax et les Gamblers », le 45 tours comprend les titres The MadisonParis Madison et A little bit of shout.  En 1955, il est élu meilleur guitariste français de jazz au salon de la jeunesse. Comme beaucoup de guitaristes contemporains, son style est alors fortement influencé de celui de Jimmy Raney.

C'est sur une idée d'Eddie Barclay, qu'il fonde le groupe Les Gamblers comme chanteur/guitariste, et se produit dans des boîtes de jazz à la mode (le Chat qui pêche, les Trois Mailletz, le Bidule, le Caveau de la Huchette). Ils jouent des reprises de Ray Charles, des morceaux à la mode, lesquels plaisent beaucoup à Eddie Barclay qui vient souvent faire le bœuf avec eux. Durant l'été 1962, le groupe fait l'ouverture du Papagayo à Saint-Tropez. En septembre 1962, le groupe grave un disque 25 cm de madison avec, aux congas et tambourin, Claude François. Le disque ne se vend pas et Olivier Despax est renvoyé des Gamblers.

Fin 1962 il entre dans l'orchestre de Claude François et fait la tournée Salut les Copains au printemps 1963. Il joue ensuite avec Franck Alamo.

Brigitte Bardot se montre parfois avec lui, en tout bien tout honneur dit-on, ce qui lui apporte une certaine notoriété médiatique et favorise le lancement de sa carrière de chanteur de charme. Il enregistre dans ce style plusieurs disques, et participe à plusieurs films (Le Monocle noir, Le Monocle rit jaune, Le Dernier Train du Katanga).

Après l'enregistrement de 7 albums, dont « Olivier in London » qui aura la distinction d'avoir John Hawkins à la direction de l'orchestre, Olivier Despax nous quitte le 10 avril 1974, succombant à un cancer.

Éléments de discographie (J.-J. Galineaud) chez Barclay :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Chalvidant et Hervé Mouvet, La Belle Histoire des Groupes de Rock Français, Edition F.Lanove, décembre 2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]