Parsifal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parsifal (homonymie).
Parsifal
Festival scénique sacré
Description de cette image, également commentée ci-après

Amalie Materna, créatrice du rôle de Kundry et Ernest Van Dyck dans le rôle de Parsifal, en 1889 à Bayreuth.

Genre Opéra
Nbre d'actes 3
Musique Richard Wagner
Livret Richard Wagner
Langue
originale
Allemand
Sources
littéraires
Parzival (1210) de Wolfram von Eschenbach
Durée (approx.) Entre 3 h 39 (Pierre Boulez, 1970) et 4 h 48 (Arturo Toscanini, 1931) - (durées constatées au Festival de Bayreuth)
Dates de
composition
1877-1882
Création
Palais des festivals de Bayreuth,
Drapeau du Royaume de Bavière Royaume de Bavière,
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Création
française
1914
Opéra de Paris

Personnages

  • Amfortas, fils de Titurel, souverain du royaume du Graal (baryton-basse)
  • Titurel, ancien roi du Graal, père d'Amfortas (basse)
  • Gurnemanz, doyen des chevaliers du Graal (basse)
  • Klingsor, magicien (basse)
  • Parsifal, jeune homme innocent (ténor)
  • Kundry, servante à la fois des chevaliers du Graal et de Klingsor (soprano)
  • Deux chevaliers du Graal (ténor et basse)
  • Quatre écuyers fu Graal (sopranos et ténors)
  • Six filles-fleurs de Klingsor (sopranos)

Parsifal est un « festival scénique sacré » (en allemand : Bühnenweihfestspiel, selon l'appellation de Wagner) en trois actes de Richard Wagner créé le [1] lors du second festival de Bayreuth. Il se fonde sur l’épopée médiévale Parzival de Wolfram von Eschenbach et sur Perceval ou le Conte du Graal de Chrétien de Troyes.

Histoire des représentations de Parsifal[modifier | modifier le code]

Affiche annonçant la création de Parsifal, le au Festival de Bayreuth.

La première[modifier | modifier le code]

Le [2], Wagner a réalisé une exécution privée du Prélude pour Louis II de Bavière au théâtre de la cour à Munich[2]'[3]. La création de l'œuvre entière a été faite au Palais des festivals de Bayreuth le [1]'[4] sous la direction du chef d'orchestre allemand Hermann Levi[4]. La mise en scène était confiée à Max Brückner et Paul von Joukowsky qui ont pris les conseils de Wagner lui-même. La salle du Graal était basée sur l'intérieur de la cathédrale de Sienne que Wagner avait visitée en 1880, tandis que le jardin magique de Klingsor a été calqué sur celui du Palazzo Rufolo à Ravello[5]. Entre juillet et août 1882, seize représentations de l'œuvre ont eu lieu à Bayreuth, dirigées par Levi et Franz Fischer. La production nécessitait un orchestre de 107 musiciens, un chœur de 135 personnes et 23 solistes (les parties principales avaient été doublées)[6]. Lors de la dernière de ces représentations, Wagner a pris le relais de Levi et a conduit la scène finale de l'acte 3 à partir de l'interlude orchestral jusqu'à la fin[7].

Lors de la première représentation de Parsifal, il y a eu des problèmes avec la scène mobile au cours de la transition de la scène un à la scène deux de l'acte 1. Cela a entraîné que l'interlude orchestral écrit par Wagner était terminé avant que Parsifal et Gurnemanz ne soient arrivés à la salle du Graal. Engelbert Humperdinck, qui assistait à la création, a ajouté quelques mesures supplémentaires à la musique pour combler cette lacune[8]. Les années suivantes, ce problème a été résolu et les ajouts d'Humperdinck n'ont pas été utilisés.

L'interdiction de Parsifal en dehors de Bayreuth[modifier | modifier le code]

Pendant les vingt premières années de son existence, les seules représentations de Parsifal (à l'exception des huit représentations privées pour Louis II à Munich en 1884 et 1885) ont eu lieu dans le Festspielhaus de Bayreuth, le théâtre que Wagner avait conçu pour l'opéra. Wagner avait deux raisons de vouloir garder Parsifal exclusivement pour la scène de Bayreuth. Tout d'abord, il voulait éviter qu'il ne devienne un «simple divertissement» pour un simple public d'opéra. C'est seulement à Bayreuth que sa dernière œuvre pourrait être présentée de la manière envisagée par lui - une tradition maintenue par son épouse, Cosima, longtemps après sa mort. Deuxièmement, il a pensé que l'opéra serait une source de revenus pour sa famille après sa mort si Bayreuth avait le monopole sur ses représentations.

Les autorités de Bayreuth ont permis des exécutions sous forme de concert dans divers pays après la mort de Wagner (par exemple à Londres, en 1884, à New York en 1886, et à Amsterdam en 1894) mais ils ont maintenu un embargo sur les spectacles en dehors de Bayreuth. Le [1], après une décision de justice indiquant que les représentations aux États-Unis ne pourront être empêchées par Bayreuth, le New York Metropolitan Opera a mis en scène l'œuvre complète[1], en utilisant de nombreux chanteurs formés à Bayreuth. Cosima a interdit que les chanteurs ayant participé à la production de New York, puissent se produire à Bayreuth dans les représentations futures. Des spectacles qui n'étaient pas autorisés, ont cependant été montés à Amsterdam en 1905, 1906 et 1908.

Le monopole de Bayreuth sur Parsifal a pris fin le et certains théâtres ont commencé leurs représentations à minuit le . La première représentation autorisée a été mise en scène au Grand théâtre du Liceu à Barcelone: elle a commencé à 22h30, une heure et demie avant minuit le 31 décembre 1913, profitant de la différence d'une heure qui existait à l'époque entre Barcelone et Bayreuth. Les attentes autour de Parsifal étaient telles que l'opéra a été présenté dans plus de 50 salles d'opéra européennes entre le 1er janvier et le 1er août 1914. C'est le 4 janvier que l'œuvre a été donnée à Paris.

Représentations d'après-guerre[modifier | modifier le code]

Parsifal est l'un des opéras de Wagner régulièrement présentés au Festival de Bayreuth à ce jour. Parmi les plus importantes productions d'après-guerre figure celle dirigée en 1951 par Wieland Wagner, petit-fils du compositeur. Lors du premier Festival de Bayreuth après la Seconde Guerre mondiale, il a choisi une mise en scène totalement différente d'une représentation littérale de la salle du Graal ou de l'écrin des filles-fleurs. Au lieu de cela, des effets d'éclairage et le strict minimum de décor ont été utilisés pour accompagner la musique de Wagner. Cette production a été fortement influencée par les idées du scénographe suisse, Adolphe Appia. Les réactions à cette production ont été extrêmes : Ernest Newman, biographe de Wagner, l'a décrite comme « non seulement le meilleur Parsifal que j'ai jamais vu et entendu, mais l'une des trois ou quatre plus émouvantes expériences spirituelles de ma vie[9] ». D'autres personnes étaient consternées de voir que les indications scéniques de Wagner avaient été bafouées. Le chef d'orchestre de la production de 1951, Hans Knappertsbusch, à qui on demandait comment il pouvait participer à une telle mascarade honteuse, a déclaré que pendant les répétitions, il avait imaginé que les décors n'étaient pas encore arrivés[10]. Knappertsbusch a été particulièrement troublé par l'absence de la colombe qui apparaît sur la tête de Parsifal à la fin de l'opéra, ce qui selon lui l'a incité à donner de meilleures interprétations. Pour rassurer son chef, Wieland a décidé de rétablir la colombe, descendue au bout d'une corde. Ce que Knappertsbusch n'avait pas compris, c'est que Wieland avait choisi une chaîne assez longue pour que le chef voie la colombe, mais pas assez pour que le public l'aperçoive. Wieland a continué à modifier et affiner sa production de Parsifal à Bayreuth jusqu'à sa mort en 1966.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Amfortas, prêtre-roi du Graal (baryton-basse)
  • Titurel, ancien roi, père d'Amfortas (basse)
  • Gurnemanz, doyen des chevaliers du Graal, compagnon d'armes de Titurel (basse)
  • Klingsor, magicien, ex-chevalier du Graal (baryton-basse)
  • Parsifal, jeune homme innocent tenue éloigné du monde par sa mère (ténor)
  • Kundry, à la fois servante du Graal et servante tenue en servitude par Klingsor (mezzo-soprano ou soprano)
  • Deux chevaliers (ténor et basse)
  • Écuyers (sopranos et ténors)
  • Filles-fleurs de Klingsor (sopranos)

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Parsifal est écrit pour un orchestre composé comme suit:

cordes bois cuivres percussion

Distribution des rôles pour les créations[modifier | modifier le code]

Rôle Voix Première à Bayreuth
26 juillet 1882
(Chef : Hermann Levi)
Première au Met
24 décembre 1903
(Chef : Alfred Hertz)
Parsifal ténor Hermann Winkelmann Alois Burgstaller (de)
Kundry soprano
ou mezzo-soprano
Amalie Materna Milka Ternina
Gurnemanz, doyen des chevaliers du Graal basse Emil Scaria (en) Robert Blass (de)
Amfortas, ruler of the Grail kingdom baryton Theodor Reichmann (ca) Anton van Rooy (en)
Klingsor, un magicien baryton-basse Karl Hill Otto Goritz
Titurel, le père d'Amfortas basse August Kindermann Marcel Journet
deux chevaliers ténor,
basse
Anton Fuchs
Eugen Stumpf
Julius Bayer
Adolph Mühlmann
quatre écuyers soprano,
alto,
deux ténors
Hermine Galfy
Mathilde Keil
Max Mikorey
Adolf von Hübbenet
Katherine Moran
Paula Braendle
Albert Reiss
Willy Harden
Six filles-fleurs (Flowermaidens) trois sopranos,
trois contraltos
ou six sopranos
Pauline Horson (de)
Johanna Meta
Carrie Pringle
Johanna André
Hermine Galfy
Luise Belce
Isabelle Bouton (de)
Ernesta Delsarta
Miss Förnsen
Elsa Harris
Lillian Heidelbach
Marcia Van Dresser
Voix du dessus, Eine Stimme contralto Sophie Dompierre Louise Homer
Chevaliers du Graal, Filles-Fleurs.

Argument[modifier | modifier le code]

L'époque : le Moyen Âge

Lieux : les Pyrénées espagnoles ? (aucune indication précise, ni directe ni indirecte, ni de Wagner ni de quiconque, ne permet de situer précisément le lieu de l'action) - Forteresse de Montsalvat - Palais magique de Klingsor.

Le Saint Graal, calice où Joseph d'Arimathie recueillit le sang du Christ en croix, et la Sainte Lance, qui causa la blessure d'où s'écoula ce sang, ont été placés sous la garde du roi Titurel, aidé par les chevaliers du Graal. Dans une contrée voisine habite le sorcier Klingsor. Il voulut autrefois devenir chevalier du Graal mais ne pouvant s'imposer à lui-même le devoir de chasteté, il voulut supprimer en lui le désir charnel en se châtrant lui-même. Rejeté de la communauté du Graal par Titurel, il se tourna vers l'esprit du mal et voua à la communauté du Graal une haine inexpiable. Il réussit à attirer, grâce à la séduisante Kundry qu'il a envoûtée, quelques gardiens du calice sacré qu'il retient captifs en son château maléfique et retourne contre leurs anciens frères d'armes. Quand Titurel devenu vieux, mais maintenu en vie par la grâce du Graal, transmet ses pouvoirs à son fils Amfortas, ce dernier se rend à son tour chez Klingsor armé de la Sainte Lance pour essayer de le détruire. Mais, tombé sous le charme de Kundry, il oublie sa mission, cède lui aussi au désir charnel, et laisse choir la Sainte Lance. Klingsor s'en empare et le frappe. La maléfique blessure ne guérira jamais, seul le contact de l'arme sacrée pourrait la refermer, mais seul un être jeune et innocent, totalement ignorant du péché, pourrait reconquérir l'objet. Amfortas est condamné à souffrir sans rémission aussi longtemps qu'il célèbrera le service du Graal qui maintient en vie toute la communauté de Montsalvat.

Herzeleide ('Coeur douloureux'), de la maison royale des gardiens du saint Graal, a élevé son fils Parsifal dans une forêt isolée, pour l’empêcher de suivre la même voie que son père, Gamuret, mort prématurément après être parti en quête d’aventures héroïques. Ignorant du monde, Parsifal grandit comme un innocent sans guide. Un jour, ayant vu par hasard un groupe de chevaliers, son amour de l’aventure s'éveille et il part à leur suite. Herzeleide en meurt de chagrin.

Acte I[modifier | modifier le code]

Une forêt aux environs du château du Graal situé sur une montagne inaccessible. Gurnemanz attend, entouré de jeunes chevaliers, l'arrivée du Roi Amfortas.

Gurnemanz, chevalier du Graal, compagnon d'armes de Titurel le fondateur de la confrérie, raconte comment on en est arrivé à la situation présente : « Amfortas, roi des Chevaliers du Graal et fils de Titurel qui vit toujours, essaya un jour de tuer le magicien Klingsor à l’aide de la Sainte Lance que gardent les Chevaliers de l’Ordre du Graal en même temps que le Saint Graal lui-même. La Sainte Lance est celle qui infligea la blessure au flanc du Christ sur la croix. Amfortas succomba au charme d’une femme très belle et, tandis qu'il était dans ses bras, Klingsor lui arracha la Sainte Lance et la lui plongea dans le côté. Ainsi fut perdue la Sainte Lance et Amfortas reçut-il une blessure qu'aucun remède ne peut guérir. »

Apparaît Kundry, condamnée à ne jamais mourir, qui fut Hérodiade, et celle qui rit du Christ tombant sous la croix sur le chemin du Golgotha, et tant d'autres ensuite ; sa présence bien qu'un peu hostile est toujours de bon augure. Accompagnée par les cris des chevaliers, elle se précipite vers Gurnemanz et lui fait don d'une fiole contenant un baume qu'elle est allée quérir en Arabie, pour le roi, que l'on porte au bain afin de tenter d'apaiser ses souffrances.

Gurnemanz leur apprend que Klingsor voulut, un jour, devenir membre des Chevaliers de l’ordre du Graal ; mais ne pouvant rester fidèle au vœu de chasteté par la seule force de sa volonté, il tenta d'éradiquer de lui-même ses penchants pour la chair en se châtrant lui-même. Titurel le rejeta alors de l'Ordre. Klingsor alors s'adonna à la magie noire, construisit un jardin magique où il installa des femmes d’une grande beauté et d'une irrésistible séduction, les Filles-Fleurs, tout appliquées à la perte des Chevaliers du Graal. Amfortas fut au nombre de ceux qui succombèrent et cette chute coûta à l'Ordre la perte de la Sainte Lance. Désormais un seul homme peut la reconquérir, « l'innocent au cœur pur » - der reine Tor - dont la venue fut autrefois annoncée à Amfortas par une voix céleste.

Soudain, un cygne percé d'une flèche s'abat au sol, mort. Consternation de Gurnemanz, des chevaliers et des pages : les animaux, en particulier les cygnes, sont sacrés sur les terres du Graal. Un jeune étranger apparaît, l'arc à la main : c'est lui le coupable. Le jeune homme est rapidement saisi, traîné devant Gurnemanz. Le vieux chevalier lui fait voir toute l'horreur de son acte, puis, se radoucissant, tente d'interroger l'adolescent sur ses origines, son nom : le jeune homme ignore tout, sauf qu'il a une mère nommée Herzeleide. Kundry raconte l'histoire de sa naissance : son père Gamuret étant parti courir l'aventure et ayant été tué, sa mère l'éleva seule, loin de tout, pour lui éviter le même sort. L'adolescent raconte comment il vit un jour passer des hommes en tenues scintillantes montés sur de magnifiques animaux inconnus ; il voulut les suivre, tentant de les rattraper sans jamais pouvoir les rejoindre ; il parcourut monts et vallées, se confectionna un arc qui le nourrit et le protégea. Il devint fort et redouté de tous ceux qui l'attaquèrent. Kundry lui apprend abruptement que sa mère est morte. Fou de douleur, le jeune homme se jette à la gorge de Kundry, Gurnemanz intervient ; le jeune homme alors défaille : Kundry se hâte de puiser de l'eau, lui asperge le visage et le fait boire : le jeune homme revient à lui. Pendant que Gurnemanz lui prodigue des soins, Kundry s'éloigne dans la forêt, soudain prise d'une sorte de transe d'envoûtement : elle est saisie d'une irrésistible envie de dormir, et elle disparaît, envoutée, dans le taillis.

Les cloches de Montsalvat appellent à la cérémonie du service du Graal. Gurnemanz propose au nouveau venu de l’accompagner, ils s’éloignent ensemble.

Scène 2

Dans la grande salle du château, les chevaliers se réunissent. Amfortas aimerait ne plus devoir officier, dévoiler le Graal, et ainsi entretenir la force vitale qui l'empêche de mourir comme il le souhaite ardemment. Mais sous la pression de l'assemblée des chevaliers, et de son père Titurel qui ne vit plus que par la vue du Graal, il cède. Brisé de souffrance, il procède à l'exposition rituelle du Saint Graal. Le jeune homme suit le rituel, impressionné, mais sans y rien comprendre. À la fin de la cérémonie, alors que tous s'en vont, Gurnemanz s'adresse à l'adolescent en lui demandant s'il a compris ce qu'il a vu. Le jeune homme fait signe que non ; Gurnemanz qui croyait voir en lui "l'innocent au coeur pur" est cruellement déçu, et sous le coup de la colère expulse alors brutalement le jeune homme. Mais la voix céleste rappelle la prophétie : "L'innocent au coeur pur accédera à la connaissance par la compassion : attends celui que j'ai élu'.

Acte II[modifier | modifier le code]

En haut d'une tour de son château, Klingsor se tient à côté de ses instruments de magie. Il tire de son sommeil Kundry, qui était revenue jusqu'à lui, et qui s'éveille en poussant un hurlement. Klingsor sait qu'un jeune héros dangereux approche : il ordonne à sa créature de le séduire et de le perdre, comme tous les autres auparavant. Les chevaliers déchus prisonniers de Klingsor tentent d'arrêter l'arrivant, mais ils ne peuvent résister à sa force et à sa fougue. Le château disparaît,laissant place à un luxuriant jardin peuplé des Filles-Fleurs de Klingsor. Elles assistent à la défaite de leurs amants qui, blessés, meurtris, s'enfuient.

Les Filles-Fleurs se jettent alors à l'assaut du jeune homme, tentant à qui mieux mieux de le séduire et d'obtenir sa perte. Mais il ignore tout des jeux amoureux, leurs manigances et chamailleries l'indisposent, et il les envoie paître. Kundry apparaît soudain, en l'appelant du nom de "Parsifal" - l'adolescent est pétrifié : il se rappelle brusquement un rêve où sa mère le nommait ainsi. Kundry congédie les filles-Fleurs : Parsifal ne leur est pas destiné. Kundry lui rappelle son enfance près d'Herzeleide, et la mort de celle-ci causée par le chagrin du départ de son fils. Parsifal est effondré, dévoré par le remords. Mettant à profit le désespoir du jeune homme, Kundry, prétextant de lui faire connaître ce qu'est l'amour, l'attire à elle et lui donneun baiser.

Ce baiser transperce Parsifal d'une douleur folle : "Amfortas ! La blessure !" : dans un dévoilement, il comprend tout. La compassion pour la souffrance du Roi du Graal lui apporte la révélation de la connaissance. Il comprend le manège de Kundry, et il la repousse.

Cette attitude laisse Kundry face à un véritable dilemme, car bien que Parsifal soit l'homme qui doit lui apporter le salut, elle le voit encore comme sa proie légitime. Elle lui propose alors un compromis : que Parsifal lui donne un baiser seulement et la malédiction qui l'a poursuivie sans cesse depuis qu'elle a ri du Christ souffrant sera levée. Le jeune homme refuse, car ce geste les condamnerait tous deux à la damnation éternelle. La seule voie de rédemption pour Kundry est le remords, la pénitence, et de le conduire sur le chemin qui le ramènera à Montsalvat et à Amfortas.

Kundry comprend qu'elle a perdu la partie : folle de rage, elle appelle Klingsor à l'aide. Le magicien apparaît, brandissant la Sainte Lance, qu'il jette violemmentment contre Parsifal : celui-ci tend la main et l'arme s'arrête miraculeusement dans les airs, à sa portée. Il s'en empare et fait le signe de croix. En un instant, le château de Klingsor disparaît et le jardin merveilleux se transforme en désert aride. Kundry est effondrée : "Tu sais où me retrouver", lui dit Parsifal, qui s'en va pour tenter de retrouver Montsalvat.

Acte III[modifier | modifier le code]

Une prairie en fleurs, en lisière d'une forêt, dans la gloire du printemps ; une source, une hutte appuyée sur un amas de rochers. C'est le Vendredi Saint.

Un ermite sort de la hutte : c'est Gurnemanz, encore vieilli, pauvrement vêtu de la robe en ruines de chevalier du Graal. Il a entendu un grognement, et se rend jusqu'aux buissons d'où il provient : c'est Kundry, inanimée et engourdie. Gurnemanz s'efforce de la ranimer, elle finit par s'éveiller avec un grand cri. Elle a perdu son air farouche et sauvage, son allure guerrière. Elle voit Gurnemanz, se lève, remet de l'ordre dans ses haillons, et se met à l'ouvrage d'une servante, sans un mot. A Gurnemanz qui lui reproche de ne pas même avoir un mot de remerciement, elle répond juste : "Dienen ... dienen ..." ("Servir ... servir ..."). Ce seront ses seules paroles de tout l'acte.

Un homme sort de la forêt, en armure noire, heaume fermé, lance à la main. Il s'assoit sans un mot près de la source. Gurnemanz l'accueille et tente de savoir s'il peut l'aider, qui il est, d'où il vient. Mais l'homme reste muet. Gurnemanz, agacé, l'enjoint d'au moins mettre bas les armes en ce jour sacré de la mort du Christ. Parsifal dépose son épée, son bouclier, son heaume, plante le talon de la lance dans le sol, s'agenouille devant elle et entre en prière en en fixant la pointe du regard. Gurnemanz reconnaît alors et Parsifal, et la Sainte Lance.

Parsifal raconte avoir erré des années à la recherche du chemin menant à Montsalvat, qu'il vient donc enfin d'atteindre mais où tout semble différent. Gurnemanz narre le triste sort de la confrérie du Graal : Amfortas a fini par renoncer à célébrer le culte du Graal, des chevaliers sont morts, les survivants sont dans une misère physique et morale absolue, plus personne ne part pour les missions sacrées d'autrefois dans le reste du monde. Titurel lui-même, le vieux héros légendaire, est mort.

Parsifal se reproche de n'avoir pas su éviter ce désastre. Etreint par la douleur et l'épuisement, il est au bord de l'évanouissement ; Gurnemanz le soutient, Kundry puise de l'eau pour le ranimer, puis ils lui ôtent son armure. Kundry lui lave les pieds. Parsifal demande à Gurnemanz de l'ondoyer. Kundry tire de son vêtement un baume qu'elle verse sur les pieds de Parsifal, qu'elle essuie ensuite de ss cheveux. Parsifal demande à Gurnemanz de l'oindre : avec le reste du baume, le vieux chevalier lui confère alors l'onction royale et sacerdotale qui fait de Parsifal le Roi et le Grand-Prêtre du Graal. Parsifal accomplit son premier acte sacerdotal en puisant de l'eau dans sa main et en baptisant Kundry, qui éclate alors en sanglots : son péché lui est remis. Parsifal regarde alors la magnificence du paysage autour d'eux, qui lui semble si merveilleux et gai en ce jour de la mort du Christ où tout devrait n'être que tristesse : Gurnemanz lui explique que c'est le miracle du jour sacré du Vendredi Saint.

Les cloches de Montsalvat résonnent : Amfortas a promis qu'en ce jour, il célébrerait à nouveau et pour la dernière fois le service du Graal. Parsifal prend la Sainte Lance, et tous trois se dirigent vers le château.

Scène finale :

La grande salle de Montsalvat.

Deux cortèges y entrent. D'un côté, des chevaliers portant le cercueil où git la dépouille de Titurel ; de l'autre, des chevaliers portant le tabernacle voilé du Graal, et la litière où est prostré Amfortas. Amfortas pleure la mort de son père, s'accusant d'en être le responsable. Il appelle une fois de plus la mort et la délivrance. Les chevaliers le somment d'accomplir son office comme il l'a promis. Mais non ! Alors qu'enfin il sent la mort possible il ferait ce qu'il faut pour reprendre vie ? Plus jamais ! Qu'ils le percent de toutes parts de leurs épées, et alors, une fois lui mort, peut-être le Graal s'illuminera-t-il pour eux de lui-même !

Parsifal, Gurnemanz et Kundry étaient arrivés depuis peu, inaperçus dans le tumulte. Parsifal s'avance, portant haut la Lance, seule arme à pouvoir détruire la souffrance et le malheur. Il touche de la pointe de la Lance le côté d'Amfortas, la blessure et la douleur disparaissent, le visage d'Amfortas s'illumine d'extase. Parsifal ordonne que le Graal soit maintenant découvert et offert à la vue de tous.

Une lueur apparaît dans le Graal, de plus en plus intense. Une colombe descend du dôme et vient planer au-dessus de Parsifal. Kundry glisse doucement aux pieds de Parsifal et meurt, le regard levé vers lui. Gurnemanz, Amfortas et l'assemblée s'agenouillent, Parsifal élève le Graal et en bénit l'assistance, tandis que des voix célestes chantent doucement "Rédemption au Rédempteur !"

L'opéra s'achève dans une extase mystique grandiose.

Rideau.

Adaptations[modifier | modifier le code]

  • En 1904, Thomas Edison fait réaliser un film (toujours visible aujourd'hui) à partir des principales scènes de Parsifal. Son « théâtre roulotte » présente le film dans différentes villes des États-Unis, avec un récitant et des chœurs placés derrière l’écran.
  • Une adaptation en comics a été réalisée par P. Craig Russell.
  • Une adaptation filmée a été réalisée en 1982 par Hans-Jürgen Syberberg avec Armin Jordan et l'orchestre de Monte Carlo. L'opéra se déroule intégralement dans un décor qui n'est autre que le masque mortuaire du compositeur.

Discographie[modifier | modifier le code]

Pour chaque enregistrement, repéré par le nom du chef d'orchestre, les chanteurs sont indiqués dans l'ordre des rôles suivant : Parsifal, Gurnemanz, Kundry, Amfortas, Klingsor.

Africo Baldelli, Boris Christoff, Maria Callas, Rolando Panerai, Giuseppe Modesti
Wolfgang Windgassen, Ludwig Weber, Martha Mödl, George London, Hermann Uhde.
Wolfgang Windgassen, Otto von Rohr, Martha Mödl, Gustav Neidlinger, Heinz Cramer, Orchestre de l'Opéra de Paris.
Jess Thomas, Hans Hotter, Irene Dalis, George London, Gustav Neidlinger.
Jon Vickers, Hans Hotter, Barbro Ericson, Thomas Stewart, Gustav Neidlinger.
Wolfgang Windgassen, Theo Adam, Régine Crespin, Franz Crass, Orquesta Estable del Teatro Colón, Coro Estable del Teatro Colón.
James King, Franz Crass, Gwyneth Jones, Thomas Stewart, Donald McIntyre.
René Kollo, Gottlob Frick, Christa Ludwig, Dietrich Fischer-Dieskau, Zoltan Kelemen, Wiener Philharmoniker.
René Kollo, Ulrik Cold, Gisela Schröter, Theo Adam, Reid Bunger, Rundfunk-Sinfonie-Orchester Leipzig.
Peter Hofmann, Kurt Moll, Dunja Vejzovic, José van Dam, Siegmund Nimsgern, Orchestre philharmonique de Berlin.
Siegfried Jerusalem, Matthias Hölle, Waltraud Meier, José van Dam, Günter von Kannen, Orchestre philharmonique de Berlin.
Placido Domingo, Kurt Moll, Jessye Norman, James Morris, Ekkehard Wlaschiha, Orchestre du Metropolitan Opera.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Pazdro (dir.), Jean Cabourg, Christophe Capacci, Michel Debrocq, Pierre Flinois, Philippe Godefroid, Stéphane Goldet, François Grandsir, Piotr Kaminski, Lucie Kayas, Fernand Leclercq, Alain Poirier, Pascale Saint-André, Dominique Jameux, Dennis Collins, Françoise Ferlan, Georges Pucher et Dominique Sila, Guide des opéras de Wagner : Livrets — Analyses — Discographies, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique »,‎ 1998, 910 p. (ISBN 9782213020761).
  • Albert Lavignac, Analyse de Parsifal : deux chapitres extraits du Voyage artistique à Bayreuth,‎  ; (texte sur wikisource).
  • Pierre Boulez, Chemins vers Parsifal : (article, in Points de repère, Christian Bourgois éditeur).
  • Hans-Jürgen Syberberg, Parsifal, notes sur un film, Gallimard, coll. « Cahiers du cinéma »,‎ , 250 p..
  • Aminta Dupuis, L'Initiation de Faust et de Parzival, La quête du Graal, Une voie moderne de connaissance et d'amour, préface de Martin Gray, L'Harmattan, 2005, 183 pages, (ISBN 2-7475-8330-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d François-René Tranchefort, L'Opéra, Éditions du Seuil,‎ , 634 p. (ISBN 2-02-006574-6), p. 295
  2. a et b Jacques De Decker, Wagner, Folio,‎ , 275 p. (ISBN 978-2-0703-4699-8), p. 235
  3. Gregor-Dellin, Martin (1983)ibid page 485.
  4. a et b Philippe Godefroid, Richard Wagner, l'opéra de la fin du monde, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard »,‎ , 160 p. (ISBN 978-2-0705-3051-9), p. 110
  5. Beckett, Lucy (1981)ibid pages 90 - 91.
  6. Carnegy, Patrick (2006) "Wagner and the Art of the Theatre". Yale University Press ISBN 0-300-10695-5. Pages 107 - 118.
  7. Spencer, Stewart (2000) Wagner Remembered. Faber and Faber, London. (ISBN 0-571-19653-5). Page 270.
  8. Spencer, Stewart (2000) ibid Pages 268 - 270.
  9. Spotts, Frederic (1994). Bayreuth: A History of the Wagner Festival. New Haven and London: Yale University Press ISBN 0-300-05777-6. page 212.
  10. Carnegy, Patrick (2006) ibid pages 288-290.