Ludovic Tézier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ludovic Tézier
Description de cette image, également commentée ci-après
Ludovic Tézier dans le rôle du comte Almaviva, Les Noces de Figaro, Mozart

Naissance 1968
Marseille, Drapeau de la France France
Activité principale Artiste lyrique
Baryton
Style Opéra

Ludovic Tézier (né le 10 septembre 1968 à Marseille en France) est un baryton français[1].

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Formation et débuts[modifier | modifier le code]

Appartenant à une famille très mélomane, Ludovic Tézier écoute régulièrement des airs d'opéra dans son enfance. Il cite en particulier "le disque de Faust qui passait en boucle, dans la version avec Boris Christoff interprétant Méphistophélès" dans un entretien accordé à Forum Opéra. Il rappelle également que, jeune spectateur de l'opéra de Marseille, il assiste à une représentation de Parsifal, expérience qu'il juge fondatrice et qui l'a rendu "lyricophage"[2].

Il commence des études supérieures en économie et des études de chant avec Claudine Duprat. Il entre vite au CNIPAL puis au Centre de Formation Lyrique de l'Opéra de Paris, aux côtés de Michel Sénéchal. Il entre ensuite dans la troupe de l'opéra de Lucerne, comme baryton et y reste deux ans. Il témoigne des difficultés de sa première saison en Suisse "j’ai appris la vraie vie de répétitions en théâtre, quatre-vingts représentations en une saison"[3]. Il est cependant engagé par Jean-Pierre Brossmann à l'Opéra de Lyon pour chanter les Noces de Figaro et poursuit plus sereinement ses deux années suivantes à Lucerne, avant de décider de partir chanter en Free lance. Ces premières Noces de Figaro, mises en scène par Jean-Pierre Vincent[4], ont été retransmises à la télévision et ont donné lieu à un DVD, marquant les débuts sur scène d'un jeune baryton qui avait pensé chanter comme ténor[5].

Ce sont les Opéras de Lyon et surtout de Toulouse, où il est remarqué et régulièrement engagé par Nicolas Joël, qui vont lui donner ses premiers grands rôles. En 2000, il incarne Hamlet à Toulouse en alternance avec le baryton Thomas Hampson alors très connu, qui déclare en l'écoutant "maintenant je peux prendre ma retraite"[5] puis il incarne Henri (Enrico) dans une version française de Lucie de Lamermoor à Lyon[6] aux côtés des stars confirmées que sont Roberto Alagna et Natalie Dessay (bientôt remplacée par Patrizia Ciofi), dans une mise en scène de Caurier et Leiser, sous la direction d'Evelino Pido, avec à nouveau un enregistrement à la clé[7].

Répertoires et rôles[modifier | modifier le code]

Ludovic Tézier poursuit sa carrière autour des rôles du répertoire lyrique français, italien, mais aussi plus épisodiquement russe et allemand.

Ainsi donne-t-il à Toulouse, en 2003, sous la houlette de Nicolas Joel, directeur de l'Opéra de Toulouse et metteur en scène, son premier Eugène Onéguine[8]. Il chantera quelques années plus tard, en 2012, toujours en russe, le rôle de Eletski dans La Dame de pique, à l'Opéra de Paris, dans la mise en scène de Lev Dodin[9].

Dans le répertoire français, outre les rôles déjà cités d'Hamlet ou d'Henri Ashton, il aborde le rôle de Chorèbe dans les Troyens, en 2003 au théâtre du Châtelet sous la direction de John Eliot Gardiner[10] celui de Moralès[11] puis d'Escamillo dans Carmen, en débutant aux Chorégies d'Orange en 2004[12], celui de Lescaut dans le Manon de Massenet avec des débuts remarqués en 2004 au Grand Théâtre de Genève[13]. Il chante le rôle-titre de la version pour baryton du Werther de Massenet à l'Opéra de Paris en 2009[14] puis Albert en 2010 aux côtés du Werther de Jonas Kaufmann[15], expérience qui scella l'amitié entre le baryton et le ténor, rappelée par l'un et l'autre à l'occasion de la sortie de leur CD commun[16]. Il aborde également le rôle d'Alphonse dans la Favorite de Donizetti[17] et celui de Valentin dans Faust de Gounod[18], Marc-Antoine dans le Cléopâtre de Massenet, Athanaël dans Thais[19]. Il est également l'une des "cinq étoiles" du Don Carlos, version française en cinq actes, donné à l'Opéra de Paris en 2017 dans la mise en scène de Warlikowski où il incarne le marquis de Posa[20], qu'il chantera également à plusieurs reprises dans la version italienne. En , il reprend le rôle-titre de L'Étranger, de Vincent D'Indy, ouvrage qui n'avait pas été rouvert depuis près de soixante ans.

Baryton verdien, il est particulièrement sollicité dans le répertoire italien de Giuseppe Verdi. Il incarne ainsi régulièrement, notamment à l'Opéra de Paris, dans diverses mises en scène, le rôle de Germont père dans La traviata[21], celui de Don Carlo dans Ernani[22], le rôle-titre de Simon Boccanegra[23], celui de Macbeth où sa prise de rôle s'effectue à Genève[24], celui de Rigoletto à Toulouse[25] mais aussi régulièrement à l'Opéra de Paris, celui du Conte de Luna dans il Trovatore[26], celui d' Amonasro dans Aida, avec sa participation au concert et à l'enregistrement studio de l'Intégrale[27] dirigée par Antonio Pappano à Rome en 2015[28] puis à l'unique représentation donnée sans public à l'Opéra de Paris en 2021, dans la mise en scène très controversée de Lotte de Beer[29]. Il chante le rôle de Vargas de La Force du Destin, en 2014 dans une mise en scène de Martin Kušej, à l'Opéra de Munich avec le ténor Jonas Kaufmann avec lequel il poursuit un compagnonnage artistique régulier. Ils se produiront notamment ensemble, une nouvelle fois dans la Forza del Destino en 2018 au Royal Opera House avec Anna Netrebko[30]. Ludovic Tézier rencontre quelques difficultés pour sa prise de rôle en Iago dans Otello, qu'il doit annuler par deux fois (Londres[31] puis Munich) avant de réussir à Vienne[32].

Toujours dans le répertoire italien, il aborde Puccini avec le rôle de Scarpia dans Tosca, en 2014 à l'Opéra de Paris.

Dans le répertoire allemand, outre un Jokanaan dans Salomé de Richard Strauss et quelques Lieder lors de ses récitals, Ludovic Tézier aborde deux rôles dans les opéras de Wagner : Wolfram dans Tannhauser et Amfortas dans un Parsifal mis en scène par Kiril Serebrennikov en avril 2021 à l'Opéra de Vienne[33].

Récital de Lieder[modifier | modifier le code]

Au récital il se produit en concert avec piano, qui a donné lieu à un enregistrement de Mélodies françaises, Berlioz et Liszt, accompagné par Robert Gonella, et un enregistrement de Radio-France de Six Mélodies de Duparc avec l'Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Chung Myung-whun. Il donne au Festival de Montpellier les Kindertotenlieder de Gustav Mahler et d'autres concerts ont eu lieu depuis, notamment en à L'Opéra de Munich où il donne avec le ténor Jonas Kaufmann un concert d'airs et de duos lyriques.

Ludovic Tézier, marié à la soprano Cassandre Berthon, est père de trois enfants.

Discographie[modifier | modifier le code]

Ludovic Tézier a sorti un premier CD solo d'Airs de Verdi en février 2021[34] et vient de sortir en octobre 2022, un CD de duos d'opéra, Insieme, avec le ténor Jonas Kaufmann, chez Sony Classical[35]. Il a participé à de nombreux enregistrements d'intégrales d'opéra, dont la liste est établie ci-dessous.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1998 il est deuxième prix ex-aequo avec la mezzo-soprano Joyce DiDonato au concours de Placido Domingo, Operalia[36]. En 2006, il reçoit en France le prix d'artiste lyrique de l'année aux Victoires de la musique classique, prix qu'il reçoit à nouveau en 2013[37].

Ludovic Tézier a été élevé au grade de Chevalier des Arts-et-Lettres en 2011 à l'opéra Bastille à l'issue d'une représentation de Eugène Oneguine et au grade de l'Ordre National du Mérite sur « proposition au titre de l'Initiative Citoyenne pour un Ordre National », une centaine de professionnels de l'Opéra de Paris ayant signé cette proposition. Nicolas Joël, Directeur de l'Opéra de Paris de l'époque, lui a remis cette distinction. Roselyne Bachelot le promeut au grade d'officier en novembre 2021[38].Il a reçu en 2016 le BBC Music Award pour son enregistrement du rôle d'Amonasro dans Aïda de Verdi, sous la direction de Antonio Pappano, édité chez Warner. En 2022 il est nommé artiste lyrique de l'année aux Victoires de la musique classique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ludovic Tézier - Biographie - Ôlyrix », sur Olyrix.com (consulté le ).
  2. Audrey Bouctot, « Interview de Ludovic Tézier », sur www.forumopera.com (consulté le )
  3. « Interview de Ludovic Tézier », sur www.forumopera.com (consulté le )
  4. Jérôme Pesqué et Jérémie Leroy-Ringuet, « Rencontre avec Ludovic Tézier »
  5. a et b Catherine Scholler, « Ludovic Tézier, dans la grande tradition des barytons français », sur ResMusica, (consulté le )
  6. Jacques Duffourg, « Fiancée de Lammermoor, sur les ailes du Chant », sur ResMusica, (consulté le )
  7. Xavier Luquet, « Lucie de Lammermoor », sur www.forumopera.com (consulté le )
  8. Laurent Marty, « Le spectre de Tatiana », sur ResMusica, (consulté le )
  9. Christophe Rizoud, « Ils sont fous, ces russes ! | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  10. « Les Troyens par Gardiner au Châtelet : Au nom des pères - ResMusica », ResMusica,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Laurent Marty, « Michel Plasson - Une Carmen light », sur ResMusica, (consulté le )
  12. Andreas Laska, « Savary sous le charme de la Carmen de Béatrice Uria-Monzon », sur ResMusica, (consulté le )
  13. Bernard Halter, « Prise de rôle souveraine pour Ludovic Tézier en Lescaut », sur ResMusica, (consulté le )
  14. admin, « Paris - Compte-rendu - Werther à la Bastille, version baryton - Triomphe de Ludovic Tézier », sur Concertclassic, (consulté le )
  15. Victoria Okada, « L’irrésistible Werther de Jonas Kaufmann », sur ResMusica, (consulté le )
  16. « Insieme, Opera Duets - Jonas Kaufmann & Ludovic Tézier », sur France Musique, (consulté le )
  17. Catherine Scholler, « La Favorite de retour à Paris », sur ResMusica, (consulté le )
  18. Jean-Marcel Humbert, « Avantage à Beczala | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  19. Paul Fourier, « Ermonela Jaho, Ludovic Tezier et Pene Pati enflamment le Théâtre des Champs-Élysées, avec Thaïs. », sur Toutelaculture, (consulté le )
  20. Cinzia, « Don Carlos à Bastille : un plateau d’exception pour une mise en scène incisive », sur Classicagenda, (consulté le )
  21. Francesca Guerrasio, « La Traviata à l'Opéra de Paris, Diana Damrau impériale », sur ResMusica, (consulté le )
  22. (en-US) « ERNANI in Rome - Opera Gazet », (consulté le )
  23. Vincent Guillemin, « Simon Boccanegra à l'Opéra de Paris avec Ludovic Tézier », sur ResMusica, (consulté le )
  24. « Magnifique prise de rôle de Ludovic Tézier | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  25. Maurice Salles, « Giuseppe, Daniel, Ludovic et les autres... | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  26. Jean-Michel Dhuez, « Cinq minutes avec Ludovic Tézier | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  27. « Les trompettes de la renommée | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  28. Cédric Manuel, « Succès pharaonique | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  29. « Sondra Radvanovsky et Jonas Kaufmann réunis dans Aïda à l'Opéra de Paris », sur France Musique, (consulté le )
  30. Jean-Michel Pennetier, « Le retour de l’age d’or | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  31. Christophe Rizoud, « Plus de Iago pour Ludovic Tézier | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  32. « Otello - Wiener Staatsoper (2021) (Production - Wien, autriche) | Opera Online - Le site des amateurs d'art lyrique », sur www.opera-online.com (consulté le )
  33. Jean-Luc Clairet, « Serebrennikov emprisonne Parsifal à Vienne », sur ResMusica, (consulté le )
  34. « Dieu, que c’est beau ! | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  35. Sylvain Fort, « Fragment de l’âge d’or | Forum Opéra », sur www.forumopera.com (consulté le )
  36. (en-US) « Operalia | Winners » (consulté le )
  37. « Le baryton Ludovic Tézier "Artiste lyrique" 2013 », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. Philippe Gault, « Ordre des Arts et des Lettres : Ludovic Tézier promu au grade d’officier par Roselyne Bachelot », sur Radio Classique, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacqueline Thuilleux, « La revanche des barytons », dans Le Figaro, Lire en ligne.
  • Emmanuelle Giuliani, « Ludovic Tézier, la maturité triomphante », dans La Croix, Lire en ligne.
  • Marie-Aude Roux, « Lyrique : Ludovic Tézier, baryton héroïque », dans Le Monde, Lire en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]