Ludovic Tézier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ludovic Tézier
Description de cette image, également commentée ci-après
Ludovic Tézier dans le rôle du comte Almaviva, Les Noces de Figaro, Mozart

Naissance 1968
Marseille, Drapeau de la France France
Activité principale Artiste lyrique
Baryton
Style Opéra

Ludovic Tézier (né le 10 septembre 1968 à Marseille en France) est un baryton français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeune spectateur de l'opéra de Marseille, il assiste à une représentation de Parsifal fondatrice. Il commence des études supérieures en économie et des études de chant avec Claudine Duprat. Il entre vite au CNIPAL puis à l'École d'Art lyrique de l'Opéra de Paris, aux côtés de Michel Sénéchal. Membre de la troupe comme baryton à l'opéra de Lucerne (Suisse), il y officie deux ans. Il est remarqué par Nicolas Joël qui lui donne son premier rôle en France, à Toulouse.

C'est alors qu'il auditionne pour Jean Pierre Brossmann et entre dans la troupe de l'Opéra de Lyon.

Il commence sa carrière de soliste invité à travers le monde et sous la baguette de prestigieux chefs d'orchestre. En 1998 il est deuxième prix ex-aequo avec la mezzo-soprano Joyce DiDonato au concours de Placido Domingo, Operalia. En 2006, il reçoit en France le prix d'artiste lyrique de l'année aux Victoires de la musique classique, prix qu'il reçoit à nouveau en 2013[2].

Baryton grand verdien (ou baryton lyrique suivant le répertoire) il est réputé pour la puissance dramatique exigée par ce répertoire.

Il interprète à la scène des rôles de premier plan :

  • en russe : Eugène Onéguine, rôle-titre de l'opéra du même nom et le Prince Yeletsky dans La Dame de Pique de Tchaïkovski ;
  • en allemand : le prophète Jochanaan dans Salomé de Richard Strauss ; Wolfram von Eschenbach dans Tannhaüser de Wagner ;
  • en italien (pour Verdi) : Simon Boccanegra, rôle-titre ; Germont dans La Traviata ; le marquis de Posa dans Don Carlo et Don Carlos (versions italienne et française) ; Le Conte de Luna dans Il Trovatore.
  • en français, Hamlet de Ambroise Thomas ; Valentin dans Faust de Gounod ; Escamillo dans le Carmen de Bizet ; Henri Ashton dans Lucie de Lamermoor ; Alphonse XI dans La Favorite de Donizetti ; Marc-Antoine dans Cléopâtre de Massenet ; Lescaut, Manon de Jules Massenet, ...

Il donne à la scène la version pour baryton du Werther de Massenet dans ce rôle-titre (au Théâtre de La Monnaie de Bruxelles et à Paris-Bastille sous la direction de Jean-François Verdier en 2009, passant du rôle d'Albert à celui de Werther dans la même semaine).

En , il reprend le rôle-titre de L'Étranger, de Vincent D'Indy, ouvrage qui n'avait pas été rouvert depuis près de soixante ans.

Le baryton de bel-canto est encensé par la critique musicale pour son Alphonse XI dans La Favorite de Donizetti, au Capitole de Toulouse.

Comme interprète des rôles verdiens, il chante Le comte de Luna dans Il Trovatore[3], Renato dans Un Ballo in maschera, puis les rôles de Germont dans La Traviata ou encore les rôles-titre de Rigoletto ou de Macbeth. Il chante le rôle de Vargas de La Force du Destin, en 2014 dans une mise en scène de Martin Kušej, au Staatsoper de Münich avec le ténor Jonas Kaufmann avec lequel il poursuit un compagnonnage artistique régulier, leur timbre se conjuguant idéalement.

Il est aussi dans un rôle plus grave, Le Comte Almaviva des Noces de Figaro depuis 1998, et Don Giovanni, de Mozart ;

Il donne ensuite son premier Scarpia dans Tosca à l'Opéra Bastille en 2014, et Méphisto dans La Damnation de Faust de Berlioz, sous la direction de Simon Rattle avec le Berliner Philarmoniker en 2015 ; de 2016 à 2018 les prises de rôles-titre Rigoletto, Macbeth et Simon Boccanegra de Verdi le confirme comme référence contemporaine de ce répertoire.

Au récital il se produit en concert avec piano. On ne trouve au disque qu'un seul enregistrement de Mélodies françaises, Berlioz et Liszt, accompagné par Robert Gonella, et un enregistrement de Radio-France de Six Mélodies de Duparc avec l'Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Chung Myung-whun. Il donne au Festival de Montpellier les Kindertotenlieder de Gustav Mahler et d'autres concerts ont eu lieu depuis, notamment en à L'Opéra de Munich où il donne avec le ténor Jonas Kaufmann un concert d'airs et de duos lyriques.

Ludovic Tézier, marié à la soprano Cassandre Berthon, est père de trois enfants.

Il est représenté par l'agence Hilbert Artists Management.

Pandémie de Coronavirus (COVID-19)[modifier | modifier le code]

Le 20 mars 2020, il publie une tribune sur le site Forum Opéra pour dénoncer l'impact de la pandémie sur le métier de chanteur lyrique[4].

Il en appelle à l'unité entre les maisons d'opéra et les artistes.

Rôles[modifier | modifier le code]

Simon Boccanegra, Paris-Bastille, 2019

Discographie/vidéographie[modifier | modifier le code]

CD[modifier | modifier le code]

- Vincenzo Bellini, Il pirata, rôle : Ernesto, London Philh. Orch, dir. : David Parry, 2012, Opera Rara

- Georges Bizet, Ivan IV, rôle : Ivan, Orch. national de France, dir : Michael Schønwandt, 2002, Naïve Records

- Johannes Brahms, Un requiem allemand (Brahms), Frankfurt Radio Symphony Orch, dir : Paavo Järvi, 2011, Virgin Classics

- Gaetano Donizetti, Linda di Chamounix, rôle : Antonio Loustolot, Orch. du Royal Opera House Covent Garden, dir : Mark Elder, 2011, Opera Rara

- Gaetano Donizetti, Lucie de Lammermoor, rôle : Henri Ashton, Orch de l'Opéra national de Lyon, dir : Evelino Pido, 2002, EMI

- Christoph Willibald Gluck, Alceste (Gluck), rôles : un héraut/Appolon, English baroc soloists, dir : John Eliot Gardiner, 2000, EMI

- Vincent d'Indy, L'étranger, rôle titre, Orch. nat Montpellier-Roussilon, dir : Lawrence Foster, 2013, Accord (label)

- Carl Orff, Carmina Burana (cantate), dir.: Shanghai Symp. Orch, dir : Long Yu, 2019, Deutsche Grammophon

- Giacomo Puccini, Le Villi, rôle : Guglielmo, orch. philh de Radio-France, dir. : Marco Guidarini, 2002, Naïve Records

- Piotr Ilitch Tchaïkovski, Eugène Onéguine (opéra), rôle : Eugène Onéguine, avec Ljuba Kazarnovskaya et Vsevolod Grivnov, 2014

- Giuseppe Verdi, Aida, rôle : Amonasro, dir : Antonio Pappano, 2015, Warner Classics

- The Opera gala, avec Elīna Garanča, Anna Netrebko, Ramon Vargas, SWR Sinfonienorchester Baden-Baden et Freiburg, dir : Marco Armiliato, 2007, Deutsche Grammophon

Vidéographie[modifier | modifier le code]

- Hector Berlioz, Les Troyens, rôle : Chorèbe, Orch. révolutionnaire et romantique, dir : John Eliot Gardiner, 2004, Opus arte

- Christoph Willibald Gluck, Alceste (Gluck), rôles : un héraut/Appolon, English baroc soloists, dir : John Eliot Gardiner, 2000, Naxos (label)

- Jules Massenet, Werther (opéra), rôle : Albert, Orch. de l'Opéra national de Paris, dir : Michel Plasson, 2010, Decca Records

- Carl Orff, Carmina Burana (cantate), dir.: Shanghai Symp. Orch, dir : Long Yu, 2019, Deutsche Grammophon

- The Opera gala, avec Elīna Garanča, Anna Netrebko, Ramon Vargas, SWR Sinfonienorchester Baden-Baden et Freiburg, dir : Marco Armiliato, 2007, Deutsche Grammophon

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ludovic Tézier a été élevé au grade de Chevalier des Arts-et-Lettres en 2011 à l'opéra Bastille à l'issue d'une représentation de Eugène Oneguine et au grade de l'Ordre National du Mérite sur « proposition au titre de l'Initiative Citoyenne pour un Ordre National », une centaine de professionnels de l'Opéra de Paris ayant signé cette proposition. Nicolas Joël, Directeur de l'Opéra de Paris de l'époque, lui a remis cette distinction.

En 2013, il reçoit pour la deuxième fois le prix d'artiste lyrique de l'année aux Victoires de la musique classique[2].

Il a reçu en 2016 le BBC Music Award pour son enregistrement du rôle d'Amonasro dans Aïda de Verdi, sous la direction de Antonio Pappano, édité chez Warner.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ludovic Tézier - Biographie - Ôlyrix », sur Olyrix.com (consulté le 14 juillet 2017)
  2. a et b « Le baryton Ludovic Tézier "Artiste lyrique" 2013 », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 18 avril 2019).
  3. a et b Jean-Marc Proust, « Comme au cinéma, à l'opéra, c'est plus intéressant de jouer le méchant », sur Slate.fr, 13 février 2016 Lire en ligne.
  4. Radio Classique, « "Il en va de la survie de notre métier": Le cri d’alarme du baryton Ludovic Tézier », sur Radio Classique, (consulté le 28 mars 2020)
  5. Pierre Cadars, « Entretien.Ludovic Tézier », dans Opéra Magazine, n° 114, 2016 Lire en ligne.
  6. Nicolas d'Estienne d'Orve, « Ludovic Tézier électrise "La Bohème" » , dans Le Figaro, 28 octobre 2009 Lire en ligne.
  7. Emmanuelle Giuliani 2014.
  8. Christian Merlin, « Ludovic Tézier a rempli le rôle », dans Le Figaro, 13 mars 2017 Aperçu en ligne.
  9. Marie-Aude Roux 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacqueline Thuilleux, « La revanche des barytons », dans Le Figaro, Lire en ligne.
  • Emmanuelle Giuliani, « Ludovic Tézier, la maturité triomphante », dans La Croix, Lire en ligne.
  • Marie-Aude Roux, « Lyrique : Ludovic Tézier, baryton héroïque », dans Le Monde, Lire en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]