Theo Adam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Theo.
Theo Adam
Description de l'image Bundesarchiv Bild 183-1987-1023-055, Berlin, 750-Jahr-Feier, Staatsakt, Konzert, Adam.jpg.
Naissance
Dresde, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale artiste lyrique
baryton-basse
Style opéra

Theo Adam (né le à Dresde) est un baryton-basse allemand, chanteur d'opéras et d'oratorios.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Comme son compatriote Peter Schreier - qui sera par la suite son fréquent partenaire à la scène et dans le studio d'enregistrement, et «l'autre » chanteur classique le plus célèbre de la RDA - il est d'abord membre de la chorale de l'église de la Croix de Dresde, avant de faire ses études dans cette ville (de 1946 à 1949) et d'y débuter l'année même de la création des deux Républiques allemandes. À partir de 1953, il est membre de l'opéra d'État de Berlin et commence à se produire à l'étranger. Jusque dans les années 1980, il est une star internationale, invité aux États-Unis d'Amérique, au Japon, en Argentine et omniprésent sur toutes les grandes scènes européennes, dont le festival de Bayreuth. Il enregistre à tour de bras, travaillant notamment avec Herbert von Karajan, Karl Böhm, Carlos Kleiber, Otto Klemperer, Karl Richter, Marek Janowski et Hans-Joachim Rotzsch et, à partir des années 1980, se lance dans la mise en scène et dans l'écriture autobiographique. En 1984, il crée à Salzbourg l'opéra de Luciano Berio Un re in ascolto dans le rôle de Prospero.

Il reçoit en 1989 l'étoile de l'amitié des peuples.

Ses grands rôles[modifier | modifier le code]

Ses enregistrements[modifier | modifier le code]

Theo Adam a enregistré plus de disques que n'importe quel autre baryton ou basse, Dietrich Fischer-Dieskau excepté.

Liste de ses enregistrements

Sa voix[modifier | modifier le code]

Par rapport à celui-ci, son émission vocale est moins assurée et sa voix moins belle, parfois trop nasale ; elle est cependant plus puissante et plus grave, ce qui lui a permis de cultiver à la fois le registre de baryton (Hans Sachs, Don Pizarro), de baryton-basse pur (Wotan) et de basse plus ou moins légère (Gurnemanz, Kaspar, Boris Godounov), sans parler du répertoire mozartien. Il a également participé à l'enregistrement d'une cinquantaine de cantates de Johann Sebastian Bach.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]