Latifa Al Maktoum (1985)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Latifa Al Maktoum
لطيفة آل مكتوم
Description de cette image, également commentée ci-après
Latifa Al Maktoum en janvier 2018.
Biographie
Titulature princesse des Émirats arabes unis
Dynastie Al Maktoum
Nom de naissance Latifa bint Mohammed ben Rachid Al Maktoum
Naissance (36 ans)
Dubaï
Père Mohammed ben Rachid Al Maktoum
Mère Houria Ahmed al-M'aach

Signature

Signature de Latifa Al Maktoum لطيفة آل مكتوم
Description de l'image Coat_of_arms_of_Dubai.svg.

Latifa Al Maktoum ou Latifa bint Mohammed ben Rachid Al Maktoum (en arabe : لطيفة بنت محمد بن راشد آل مكتوم?) est une princesse émiratie née le , membre de la famille Al Maktoum de Dubaï. Elle est la fille de l’émir de Dubaï et Premier ministre des Émirats arabes unis Mohammed ben Rachid Al Maktoum.

En 2018 après une tentative d'évasion de son pays, elle est interceptée et ramenée de force au palais dans une opération commanditée et organisée par son père Mohammed ben Rachid Al Maktoum[1] où elle serait depuis détenue. En février 2021 elle parvient à transmettre une vidéo à des médias occidentaux, où elle affirme être retenue contre son gré dans une villa transformée en prison et craindre pour sa vie[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et éducation[modifier | modifier le code]

Latifa Al Maktoum est la troisième d'une fratrie de quatre enfants issue du mariage entre l'Émirien Mohammed ben Rachid Al Maktoum et l'Algérienne Houria Ahmed al-M'aach.

Elle a deux sœurs, Maitha (en), championne d’arts martiaux née en 1980, et Shamsa (née en 1981)[4],[5], et un frère Majid[6] (né en 1987). En outre, deux de ses demi-sœurs portent le même nom qu'elle.

Dans une déclaration vidéo, la princesse Latifa explique qu'elle et son frère Majid ont passé leur petite enfance sous la garde de leur tante paternelle[7]. Elle a étudié à Dubaï, et est une parachutiste expérimentée[8], formée par l'ancienne championne du monde Stefania Martinengo[9],[10],[11],[12].

En 2000, sa sœur Shamsa aurait tenté de fuir en Range Rover la vaste propriété familiale du Surrey en Angleterre. On suppose qu'après avoir été interceptée à Cambridge elle a été reconduite à Dubaï[13]. Depuis, aucune apparition publique de Shamsa n'est mentionnée.

L'année suivante, Latifa alors âgée de 16 ans tente à son tour de quitter les Émirats. Arrêtée à la frontière omanaise, elle est remise à sa famille. Selon son témoignage vidéo et celui de son amie Tiina Jauhiainen, elle est alors enfermée pendant trois ans dans une cellule sans fenêtre, battue, torturée et menacée de mort (des témoignages de tiers sur d'autres personnes ayant subi des traitements similaires existent)[13].

Disparition[modifier | modifier le code]

Chronologie des événements[modifier | modifier le code]

Le [14], la princesse Latifa et la Finlandaise Tiina Jauhiainen quittent le sultanat d'Oman en motomarines et rejoignent le franco-américain Hervé Jaubert et son équipage sur le yacht Nostromo[15] (Hervé Jaubert aurait été un ancien agent de renseignement français, et a fui les Émirats en 2009 drapé dans une burqa[13]). L'opération semble avoir été préparée fin 2017[13].

Le , elle poste plusieurs messages sur les réseaux sociaux pour détailler les circonstances et les raisons de sa fuite des Émirats arabes unis[16]. Elle informe également l'organisation non gouvernementale « Detained in Dubaï ».

À partir du , les passagers du yacht prennent conscience qu'ils sont suivis à distance par un navire ; leur bateau est survolé à basse altitude par des avions[13].

Le , Hervé Jaubert — dont le yacht approche alors les côtes de l'Inde — entre en contact avec un journaliste indien en vue de son arrivée dans un port du sous-continent[17].

Le , Latifa, Hervé Jaubert, Tiina Jauhiainen et trois Philippins de leur équipage sont portés disparus dans l'océan Indien alors que leur yacht Nostromo approche de Goa[18],[19],[20],[21],[22],[23],[24],[25],[26],[27].

Le , le Daily Mail rend compte de la disparition du yacht Nostromo après avoir été contacté par des membres de la famille de la princesse Latifa[28].

Le , une vidéo de 39 minutes est rendue publique. Réalisée par Latifa elle-même avant sa tentative d'évasion, elle est présentée comme à diffuser au cas où sa vie serait en danger[29]. Elle y expose son histoire familiale et explique les circonstances qui ont conduit à sa décision ; elle accuse son père de mauvais traitements à l'égard de sa sœur Shamsa et d'elle (et notamment de l'avoir fait séquestrer et torturer[30]), d'entretenir des escadrons de la mort et d'avoir fait assassiner des membres de la famille royale[31].

En réponse à des questions sur cet incident, la Garde côtière indienne annonce n'avoir aucune information. Les services de renseignement indiens indiquent tenter de vérifier les allégations, mais se refusent à d'autres commentaires[32].

Le Bureau national d'enquête finlandais (KRP) reconnait la disparition de Tiina Jauhiainen et annonce l'ouverture d'une enquête en étroite collaboration avec le ministère des Affaires étrangères de Finlande[33],[34]. Le frère de Tiina Jauhiainen confirme qu'elle est bien une amie de Latifa[35] : les deux femmes se seraient connues à Dubaï en 2010, où la Finlandaise aurait enseigné la capoeira à la princesse[30].

Le , le Nostromo est repéré dans le port de Fujaïrah aux Émirats arabes unis[36],[37], qu'il quitte le lendemain pour le Sri Lanka. À son bord sont présents Hervé Jaubert et les trois membres d'équipage philippins. Le yacht touche terre à Galle au Sri Lanka le [38],[39].

Le , Tiina Jauhiainen réapparait, ce qui incite la Finlande à mettre fin à la recherche qu'elle menait en coopération avec les autorités de Dubaï. Les détails de ses dernières semaines ne sont pas divulgués ; Tiina regagne la Finlande via Londres dans la nuit du par un vol Emirates, selon sa famille[40],[41],[42].

Aux dires du représentant du groupe de défense de la princesse, plusieurs personnes[43] sont arrêtées ou interrogées dans le cadre de cette disparition aux Émirats arabes unis et dans le sultanat d'Oman. Ainsi un ami français de Tiina Jauhiainen qui réside à l'époque des faits à Oman, Christian Elombo, est recherché par l'émirat pour « enlèvement » : il aurait « facilité l’entrée et la sortie » de Latifa Al Maktoum. Arrêté le dans le sultanat, puis expulsé début avril, il est à nouveau interpellé à son arrivée au Luxembourg en vertu d'une notice Rouge d'Interpol émise par les Émirats arabes unis [44],[45],[46],[47],[30]. Détenu à Schrassig, il est libéré le après que les Émirats arabes unis ont renoncé le à leur demande d'extradition[48].

Témoignages sur l'arraisonnement du yacht Nostromo[modifier | modifier le code]

Vaisseau ICGS Samarth de la marine indienne.
Corvette de la classe Baynunah de la marine indienne.

Selon les témoignages de l'équipage, le yacht a été activement recherché et survolé par un avion des garde-côtes indiens immatriculé SAR CG 782 pendant la journée du . Le , le Nostromo est de nouveau survolé par un autre appareil. Deux navires de la marine indienne sont également identifiés par les radars du Nostromo, les ICGS Shoor[49] et ICGS Samarth[50],[51],[52].

Toujours selon Hervé Jaubert et l'équipage, après le coucher du soleil deux bateaux transportant six à huit personnes armées sont lancés à partir de ces navires pour intercepter le yacht. Des grenades assourdissantes et des fumigènes sont utilisés pour désorienter et neutraliser l'équipage. Les hommes sont menottés, les yeux bandés et roués de coups[53]. Après la prise de contrôle du Nostromo par les militaires indiens, un hélicoptère dépose à bord au moins dix membres des forces spéciales émiraties[54]. Bien qu'ayant formulé une demande d'asile aux militaires indiens, la princesse Latifa est entraînée sur un des navires de guerre : « Latifa criait inlassablement qu’elle voulait l’asile diplomatique et suppliait de ne pas être ramenée dans son pays »[30]. Le Nostromo et son équipage sont escortés jusqu'à la base navale de Fujairah à Dubaï par la corvette Baynunah de la Garde côtière indienne.

Dans un entretien qu'elle donne à The Times en juin 2018 après son retour en Finlande, Tiina Jauhiainen confirme que les assaillants — qu'elle pense être un commando indien, et dont certains parlent arabe — ont fait usage de grenades assourdissantes, de fumigènes et d'armes à viseurs laser. Un homme l'a saisie et a fait mine de la jeter dans l'océan. Latifa a crié en anglais « Je réclame l'asile politique ! S'il vous plaît, ne me ramenez pas, tuez-moi plutôt ». La Finlandaise décrit le visage contusionné de Jaubert et ses vêtements en lambeaux, après qu'il a été frappé. Vers deux heures du matin, un nouveau groupe apparaît, qui se présente comme émirati. Six jours plus tard, Tiina Jauhiainen et Hervé Jaubert sont débarqués, menottés et les yeux bandés, puis séparés. Tiina est interrogée par des hommes qui cherchent notamment à savoir « si le Qatar, ou quelle organisation politique est derrière [la tentative d'évasion] »[13]. La Finlandaise estime ne devoir sa liberté qu'à l'intervention des autorités de son pays. Elle se sent menacée, et déclare que plus d'une douzaine de femmes émiraties l'ont depuis contactée pour lui faire part d'expériences similaires de séquestration par leur propre famille et de tentatives d'évasion[13].

Durant le raid, dans son dernier message vocal à l'avocate Radha Stirling (en), la princesse Latifa qui semble prise de panique dit entendre des coups de feu et déclare « Radha s'il vous plaît aidez-moi, il y a des hommes à l'extérieur »[55]. Les tentatives ultérieures de communication des passagers du Nostromo auraient échoué à cause du brouillage par un avion militaire indien[56],[57]. Ce qu’il advient de la princesse à partir du est inconnu[58].

Au total, au moins trois navires de guerre indiens et deux émiratis, deux avions militaires et un hélicoptère semblent impliqués dans le raid sur le Nostromo, à environ 50 miles au large de Goa.

Réactions[modifier | modifier le code]

Dans les jours qui suivent l'annonce de la disparition du yacht et de son équipage, la nouvelle est surtout abordée par des journaux anglais et finlandais, soutenue par des campagnes de sensibilisation sur les réseaux sociaux[59] accélérées par le soutien de l'entrepreneur internet Kim Dotcom[16].

Tiina Jauhiainen et Hervé Jaubert font leur première apparition publique après l'incident lors d'une conférence de presse organisée par l'association « Detained in Dubaï » à Londres[60] malgré des menaces du gouvernement des Émirats arabes unis[61].

Après quelques semaines de silence dans les médias du Golfe[62], la presse occidentale réclame que la lumière soit faite sur le sort de Latifa[63]. Human Rights Watch demande aux autorités de Dubaï de révéler où elle se trouve, en ajoutant : « omettre de divulguer des informations sur la localisation et la situation de la princesse pouvait être considéré comme une disparition forcée, dans la mesure où elle a été vue pour la dernière fois entre les mains des autorités des Émirats arabes unis. »[64]

Le journal arabe Ad-Diyaar publie également les appels d'Human Rights Watch, suggérant que la princesse Latifa est détenue contre son gré[65].

Lors du Derby du Kentucky 2018, un groupe de soutien fait trainer par un avion une banderole où est inscrit « Dubaï : où est la princesse Latifa ? »[66].

Banderole aérienne « Où est la princesse Latifa ».

La seule réponse en provenance des Émirats arabes unis est officieuse. Elle impute l'incident à une conspiration étrangère menée par « une bande d'escrocs et le Qatar » et tente de discréditer les soutiens de la princesse Latifa[67]. Elle assure que celle-ci « a été ramenée », se trouve « avec sa famille » et « va bien ». Il s'agit d'une « affaire privée »[13].

Des médias contrôlés par le gouvernement émirati[68] tenteraient en parallèle de créer une confusion en communiquant massivement sur ses demi-sœurs homonymes, l'une actuellement vice-présidente du Culture & Arts Authority of Dubaï, l'autre impliquée en mai 2018 dans des opérations humanitaires au profit des Yéménites victimes de la guerre[69],[70]. De même, plusieurs organes de presse[71],[72] évoquent une prétendue disparition de la championne d'équitation Latifah bint Ahmed bin Juma Al Maktoum[73],[74],[75],[76], jouant peut-être sur la similitude des noms.

Le gouvernement indien a été largement critiqué[77],[78]. Les médias indiens rapportent que le Premier ministre Narendra Modi et ses conseillers sont directement intervenus à la demande du Premier ministre des Émirats arabes unis, sans exiger une requête officielle et « pour le bien des relations indo-émiraties »[30].

De même, le gouvernement finlandais a été critiqué pour ne pas avoir protesté[79]. Le lendemain, le ministre finlandais des Affaires étrangères Timo Soini indique que la Finlande a été en tractation avec les autorités émiratis et indiennes, mais à l'écart des médias[80],[81].

Sous l'impulsion d'un cabinet d'avocats représentant la princesse, le groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme a formellement réclamé des explications à l'Inde et aux Émirats arabes unis[82].

En un communiqué de presse d'Amnesty International appelle le gouvernement émirati à respecter ses obligations juridiques internationales en révélant le lieu de résidence de Latifa. Demande est également faite au gouvernement indien d'enquêter sur le rôle joué par ses forces de sécurité dans l'arraisonnement violent du Nostromo[83].

La chaîne BBC Two diffuse en 2018 le documentaire Escape from Dubai: The Mystery of the Missing Princess. L'enquête révèle que Latifa avait planifié son évasion depuis sept ans, et évoque une tentative similaire de sa sœur Shamsa en 2000[84],[85]. Un commentaire laconique des autorités des Émirats arabes unis explique que la princesse serait en sécurité, chez elle[86].

Sollicité par un cabinet d'avocats londonien qui représentent la princesse et ses deux amis[87], Bernard Duhaime, rapporteur spécial des Nations unies chargé des procédures extrajudiciaires et des exécutions sommaires ou arbitraires, invite la famille royale de Dubai à apporter des preuves de vie de Latifa et d'expliquer les motifs de sa détention[88]. Le , trois photographies de qualité médiocre de la princesse aux côtés de Mary Robinson — l'ancienne présidente de l'Irlande et haute-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme — sont rendues publiques par les Émirats[89],[90]. Mary Robinson affirme dans un interview radiophonique que la rencontre a été organisée par une des femmes de Mohammed ben Rachid Al Maktoum, Haya bint al-Hussein[91] ; elle décrit Latifa comme une « jeune femme perturbée », qui regrette d'avoir tourné la vidéo dans laquelle elle dit être victime de violences[92]. « Detained in Dubai » et plusieurs organisations pour les droits de l'homme contestent la sincérité de cette « brève rencontre » et de cet interview, qu'ils qualifient de « récitation presque parfaite » des verbatims de la version officielle émiratie[93],[94],[95],[96]. Simultanément, ils lancent un appel en faveur d'une enquête indépendante sur la situation réelle de Latifa, contestant ses supposés problèmes psychiatriques et pointant la possibilité d'une détention forcée[97],[98],[99],[100].

En mars 2020 la justice britannique statue que son père l'émir de Dubaï Mohammed ben Rachid Al Maktoum est bien le commanditaire et l'organisateur de son enlèvement[1].

En février 2021 Latifa al Maktoum parvient à transmettre une vidéo à des médias occidentaux, où elle affirme être retenue contre son gré dans une villa transformée en prison et craindre pour sa vie[2],[3].

Le , Marta Hurtado, porte parole de la haut-commissaire des Nations unies pour les droits humains, déclare que les Émirats arabes unis n'ont pas répondu à sa requête et n'ont pas apporté de preuve de vie convaincante de Latifa al Maktoum[101].

Le 22 mai 2021, une photo qui semble montrer la princesse Latifa dans un centre commercial de Dubaï est publiée en ligne sur Instagram. Ni l'identité de la personne ni la date de la prise de vue ne sont certifiées[102],[103]. Selon des sources de The Times, les titulaires des comptes Instagram concernés auraient agi sur ordre[104].

En juin 2021, les photos d'une femme présentée comme étant Latifa à l'aéroport Adolfo Suárez Madrid-Barajas sont publiées sur le compte Instagram de Sioned Taylor, une professeure de mathématiques salariée de la famille royale de Dubaï. Selon le cabinet d'avocats Taylor-Wessing qui dit la représenter, elle serait désormais libre de « voyager où [elle] veut »[104]. Les photographies de mai sont également attribuées à Sioned Taylor[105].

En , le collectif de journaliste du Projet Pegasus a révélé que les numéros de téléphones de Latifa Al Maktoum et de plusieurs de ses amis proches sont présents sur la liste des cibles potentielles de clients de l'entreprise développant le logiciel espion Pegasus. Comme Pegasus permet un accès au GPS des téléphones cibles, il a peut-être contribué à suivre la route de l'évasion de Latifa[106].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le Point magazine, « L'émir de Dubaï a fait enlever ses deux enfants et menacé l'une de ses épouses », sur Le Point, (consulté le )
  2. a et b « La détresse de la princesse Latifa al-Maktoum, séquestrée par son père, émir de Dubaï », sur Europe 1 (consulté le )
  3. a et b (en-GB) « Princess Latifa: 'Hostage' ordeal of Dubai ruler's daughter revealed », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. (en) Jamie Wilson et Stuart Millar, « Strange case of the sheikh's daughter » [archive du ], sur the Guardian, (consulté le )
  5. (en) Jamie Wilson et Stuart Millar, « Sheikh's daughter escaped family's UK home before 'kidnap' » [archive du ], sur the Guardian, (consulté le )
  6. (ar) « هل كان لحاكم دبي إبنة من أم جزائرية ؟ - Algeria Post », Algeria Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Video Statement by Princess Latifa » [archive du ]
  8. « Ex-Spy Says the Daughter of Dubai's Ruler Has Been Missing Since He Tried to Help Her Escape », TIME/Associated press,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « In the video, Sheikha Latifa talks of her skydiving hobby. Kristen Cotten, a 33-year-old skydive instructor and friend of Sheikha Latifa, told the AP the woman in the video and the identification documents is indeed her friend. “I think a lot of people think it’s fake just because it sounds so crazy,” said Cotten, who was an instructor in Dubai between 2012 and 2016 and now lives in Minnesota. “If I hadn’t worked with her and known her and seen her every day I’d probably feel the same way. But that’s the same girl I saw every day at the drop zone.” Sheikha Latifa also was shown and identified in pictures from 2016 and 2017 on an Instagram account connected to her skydiving club. Past articles in state-linked media also confirm she is a daughter of the ruler. »

  9. (it) « Il giallo della principessa scomparsa con l'ex 007 », Il Giornale,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Si tratta dell'ex campionessa mondiale di paracadutismo Stefania Martinengo, italiana che ha insegnato quello sport alla principessa per lungo tempo. «Fino a poco tempo fa non sapevo di ciò che stava subendo spiega -, ma di recente abbiamo parlato di un progetto da fare insieme. Mi ha chiamata più volte e mi ha detto che la situazione stava per cambiare. Mi ha raccontato le ragioni per cui non poteva lasciare Dubai. Alla sorella maggiore, mi disse, era capitato a 19 anni di tentare di scappare da Londra. Dopo due mesi l'hanno presa e riportata in Patria dove tuttora sarebbe in detenzione e drogata. Siamo molto preoccupati riguardo alla sua sorte e vorremmo che ci fossero date le dovute risposte». »

  10. Yousuf Saifuddin Kapadia, « Watch: Dubai royal family princess Shaikha Latifa who jumps out of planes for thrills » [archive du ], sur www.khaleejtimes.com
  11. « Meet Sheikha Latifa, The Daredevil, Skydiving UAE Royal » [archive du ], sur emirateswoman.com,
  12. (en) « September 2015 | Parachutist Online » [archive du ], sur parachutistonline.com (consulté le )
  13. a b c d e f g et h (en) Louise Callaghan Helsinki, « ‘We nearly escaped Dubai, but commandos seized princess’ », The Sunday Times,‎ (ISSN 0956-1382, lire en ligne, consulté le )
  14. (en-GB) Alexis, « “Sheikh Mohammed can get you anywhere in the world”, freed Tiina Jauhiainen », sur www.helsinkitimes.fi (consulté le ).
  15. « Frenchman rescuing princess stopped by troops 'enforcing Islamic law' », Daily Mail Online,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. a et b Muhammad Irfan, « 'Free Princess Latifa': Kim Dotcom to raise awareness about UAE ruler Al Maktoum's alleged kidnapping of his daughter », Daily Pakistan,‎ (lire en ligne).
  17. « Mystery drama on the high seas: A princess, a spy and an escape plan gone wrong », mid-day,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « La desesperada huida de una hija del emir de Dubái », El País,‎ (lire en ligne).
  19. FRANCISCO CARRIÓN, « La extraña desaparición de Latifa, hija del emir de Dubai, tras huir de un supuesto cautiverio », El Mundo,‎ (lire en ligne).
  20. « Runaway UAE princess went ‘missing’ with former French spy », Middle East Monitor,‎ (lire en ligne).
  21. « La misteriosa desaparición de la princesa Sheikha Latifa, hija del emir de Dubái », ABC,‎ (lire en ligne).
  22. Mystery of the missing princess, the French spy, and a Finnish woman « Archived copy » [archive du ] (consulté le ), 19 March 2018
  23. Missing princess's haunting last WhatsApp message revealed after vanishing « Archived copy » [archive du ] (consulté le ).
  24. « Finnish woman among missing in plot to spring UAE princess », YLE uutiset,‎ (lire en ligne).
  25. « NOSTROMO » [archive du ] (consulté le ).
  26. « Ship Compulsory Equipped License - WDG9847 - SEARESC LLC » [archive du ], sur FCC.gov.in (consulté le ).
  27. (en) « UAE: Reveal Status of Dubai Ruler’s Daughter Captured at Sea After Fleeing the Country » [archive du ], sur Human Rights Watch (consulté le ).
  28. Paul Thompson, « Mystery of the runaway 'Princess' as 'daughter' of Dubai's ruler Sheikh Mohammed claims she has fled the country after being 'drugged and jailed for three years in the Arab state », Daily Mail,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « Woman claims to be Dubai Royal, goes missing with her friend off Goa Coast » [archive du ], sur financialexpress.com, .
  30. a b c d et e « L’histoire folle de l’«évasion» de la princesse Latifa Al Maktoum de Dubaï », leparisien.fr,‎ 2018-05-09cest18:17:35+02:00 (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Latifa Al Maktoum - FULL UNEDITED VIDEO - Escape from Dubai - Hervé Jaubert », Escape from Dubai,‎ (lire en ligne).
  32. « Woman Said To Be Dubai Royal Missing Off Goa. "Men Outside" Was Her SOS », NDTV.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Aleksi Teivainen, « KRP confirms investigation into Finnish woman’s possible disappearance in Dubai », Helsinki Times,‎ (lire en ligne).
  34. « Poliisi - Tiedotteet » [archive du ], sur www.poliisi.fi.
  35. (fi) « Oliko Dubaista kadonnut Tiina, 41, huvijahdilla prinsessan ja ex-vakoojan kanssa? Suomalaisnaisen perhe vetoaa hallitsijaan », Ilta-Sanomat,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. (fi) « Finländsk kvinna kan ha försvunnit på Indiska oceanen, tillsammans med flyende prinsessa av Dubai », YLE nyheter,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. (en-US) « Ex-spy: Daughter of Dubai ruler missing since escape attempt », The Seattle Times,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « The Nostromo’s Maritime Mobile Service Identity number, a nine-digit code broadcast by radio that identifies a ship at sea, showed the vessel in Fujairah on March 20, said Georgios Hatzimanolis, a spokesman for the ship-tracking website MarineTraffic.com. »

    .
  38. Hemal Ashar, « Former Spy Wants FBI To Investigate Raid To Snatch Dubai Princess Sheikha Latifa », Mid-day.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. (fi) « Hän halusi pelastaa prinsessan », Helsingin sanomat,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. « Ulkoministeriö ja poliisi vahvistavat: Kadonneeksi ilmoitettu Suomen kansalainen on löytynyt » [archive du ], sur finland.fi.
  41. (fi) « Dubaissa kadonneen suomalaisnaisen veli vahvistaa: "Tiina on Suomessa" », Ilta-Sanomat,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. (fi) « Veli vahvistaa MTV:lle: Dubaissa kadonnut Tiina on Suomessa – "Mediakohu tuli siskolle täytenä yllätyksenä" », mtv.fi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. « Family says "Frenchman Christian Elombo detained in Oman in connection with Sheikha Latifa’s escape" » [archive du ] (consulté le ).
  44. « UAE donates $54m to Interpol » [archive du ]/
  45. (es) « Omán procesa a un francés por ayudar a huir a una hija del emir de Dubái », El Pais,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « La detención fue confirmada a sus familiares el pasado 7 de marzo por una funcionaria de la Embajada de Francia en Mascate, con la que se habían puesto en contacto alarmados por la falta de noticias. »

    .
  46. L'essentiel, « Accusé d’avoir «kidnappé» une princesse de Dubai », L'essentiel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. (pt) « Francês procurado pela Interpol detido no Luxemburgo », Contacto,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. « Évasion d'une princesse de Dubaï: un français libéré... Au Luxembourg », sur 5minutes.rtl.lu (consulté le ).
  49. « PRESS RELEASE COMMISSIONING OF OFFSHORE PATROL VESSEL (OPV) ICGS SHOOR – 11 APRIL 2016 » [archive du ], (consulté le )
  50. « 'Kidnapped' Dubai Princess returns safely to UAE with India's help », Deccan Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Two ships belong to the Coast Guard – the ICGS Samarth and Shoor -- were part of the mission. »

  51. (en) « Commissioning of Off Shore Patrol Vessel (OPV) ICGS Samarth 10 Nov 2015:Indian Coast Guard » [archive du ], sur www.indiancoastguard.gov.in (consulté le )
  52. Praveen Swami, « India returned runaway Dubai princess to protect strategic interests », business-standard,‎ (lire en ligne, consulté le )
  53. « Tiina Jauhiainen kertoo, kuinka Nostromo-laiva kaapattiin Goan edustalla » [archive du ], (consulté le )
  54. « Tale Of The Dubai Princess: National Interest Over Human Rights? » [archive du ], sur Youtube channel of NDTV, NDTV, (consulté le ) : « ...It was the Indian who attacked us, who brutalized us it was the Indians. Once the Indians took over the boat, the Emirati came on-board, they came from a Helicopter. Special forces Emirati, they came on-board they took over and Indians left. But they did not leave completely, they were escorting us. I saw their warships on both side of the boat, they were escorting us. I know they were Indian Coast Guard because there was painted on the side of the hull, the marking 'Indian Coast Guard' and one of the ship had number '11'... »
  55. « Woman Said To Be Dubai Royal Missing Off Goa. "Men Outside" Was Her SOS », NDTV,‎ (lire en ligne, consulté le )
  56. Tobias Pettersson, « Detained in Dubai utreder finländska Tiinas våldsamma strapatser – men vad är det för en organisation? », Hufvudstadsbladet,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « – Och de berättar samma historia: den indiska kustbevakningen kom tungt beväpnad med fem militärfartyg och två flygplan, av vilka ett var utrustat för elektronisk krigföring, det vill säga för att kapa Nostromos kommunikationsmöjligheter. Personerna ombord greps under våldsamma omständigheter. Prinsessan Latifa flögs från Indien till Dubai, medan de andra fördes till fartyg tillhörande Förenade Arabemiraten (UAE) och transporterades sjövägen till Dubai, fortsätter hon. »

  57. « Detained in Dubai press conference », (consulté le )
  58. « The Sean Hannity Show: The Plight of Princess Latifa - 4.27 », sur player.fm, The Sean Hannity Show (consulté le ) : « Citation pertinente à 54 min 5 s de la bande audio. »
  59. (it) Alessia Arcolaci, « La denuncia di Human Rights Watch: «Dove sei, principessa Latifa?» La denuncia di Human Rights Watch: «Dove sei, principessa Latifa?» », Vanity Fair Italy,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. (fi) Ilta Sanomat, « Dubaissa kadonnut Tiina Jauhiainen puhui kokemuksistaan », Ilta Sanomat,‎ (lire en ligne, consulté le )
  61. (fi) « Tiina sai uhkaussoiton Dubaista - järjestö: turvallisuus-palvelu muistutti tunnustuksesta », Ilta Sanomat,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Dubaista kadonnut, ja sittemmin Suomeen palannut Tiina kertoo saaneensa uhkaavan puhelinsoiton Arabiemiraattien turvallisuuspalvelulta. »

  62. « Ex-spy: Daughter of Dubai ruler missing since escape attempt », Associated Press,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Sheikh Mohammed has multiple daughters named Latifa. In recent weeks, one of those Latifas has suddenly appeared frequently in media. The appearances could be an attempt to muddy the picture as local media now make no mention of the Latifa who allegedly tried to leave. »

  63. « Dubai missing princess: Call for clarity on status of Sheikha Latifa » (consulté le )
  64. (en-GB) « The mystery of the missing Dubai princess », Sky News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  65. « الشيخة لطيفة آل مكتوم قد تكون "مخفية قسريا" » (consulté le )
  66. Olivia Alabaster, « Dubai princess: UN asked to intervene over ruler's daughter 'detained against her will' after failed escape from UAE », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Friends of Latifa al-Maktoum flew a banner at this weekend’s Kentucky Derby »

  67. « Runaway 32-year-old princess ‘brought back’ to Dubai », Agence France-Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  68. « Data of press freedom ranking 2018 » (consulté le )
  69. (en) « UAE embassy brings Iftar Saem program to Balochistan », Arab News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  70. (en) « UAE launches iftar project in Yemen », ReliefWeb,‎ (lire en ligne, consulté le )
  71. « Where is Dubai's runaway princess Sheikha Latifa? », Economic Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  72. (hi) « दुनिया भर में क्यों मिस्ट्री बनी है यह लड़की? फ्रांस-UAE से लेकर इंडिया तक हैं इसके चर्चे », Zee News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  73. « Sheikha Latifah Al Maktoum: In love with the process » [archive du ], (consulté le )
  74. Sarah Tregoning, « UAE's Shaikha Latifa primed for success UAE showjumping star Shaikha Latifa has been doing well on the european circuit in her build-up to the Olympic games. », Gulfnews,‎ (lire en ligne, consulté le )
  75. « UAE pledges to help in success of 2014 Incheon Asian Games Sheikha Latifah announced as goodwill ambassador to the Games » [archive du ], sur www.emirates247.com, (consulté le )
  76. Omar Abouzeid, « "Royalty at the 2008 Beijing Olympics Games Sheikha Latifa" Issue no. 23 Fall 2007 » [archive du ], sur horsetimesegypt.com, horse times egypt, (consulté le ), p. 6
  77. Ajay Kumar, « India’s moral standing diminished after helping UAE seize Princess Latifa » [archive du ], sur www.lawyerscollective.org (consulté le )
  78. Dev Goswami, India Today, « India accused of violating international treaties in sending back runaway Dubai princess », India Today,‎ (lire en ligne, consulté le )
  79. (fi) Tommi Nieminen, Helsingin Sanomat, « Tiina Jauhiainen pelasti prinsessaa ja joutui kansainvälisen selkkauksen pelinappulaksi – siitä vaikenemalla Suomen ulkopoliittinen johto jatkaa hyssyttelyn perinnettä », Helsingin Sanomat,‎ (lire en ligne, consulté le )
  80. (fi) « Soini lähetti useita nootteja Arabiemiraateille Dubaissa kadonneen suomalaisen vuoksi – UM vaikenee noottien sisällöstä », Ilta-Sanomat,‎ (lire en ligne, consulté le )
  81. (fi) « Timo Soini HS:n mielipidepalstalla: Suomi lähetti useita nootteja Arabiemiraateille Tiina Jauhiaisen tapauksesta », Helsingin Sanomat,‎ (lire en ligne, consulté le )
  82. « UN Body Seeks India's Response to Charge of Complicity in Abduction of Dubai Princess - The Wire », sur The Wire (consulté le )
  83. (en) « Six months after her capture at sea, Sheikha Latifa al Maktoum still held incommunicado » [archive du ], sur Amnesty.org, (consulté le )
  84. Emma Graham-Harrison, « Missing Emirati princess 'planned escape for seven years' », sur Theguardian.com, (consulté le )
  85. Rebecca Nicholson, « Escape From Dubai: The Mystery of the Missing Princess review – a shocking tale of complicity and betrayal », sur www.theguardian.com,
  86. Josie Ensor, « Dubai says missing princess 'safe at home' after attempted escape », TheTimes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  87. Rejimon K., « Indian Action Under the Scanner as UN Special Rapporteur Probes Fate of Dubai Princess », TheWire,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  88. (en) Peter O’Dwyer Senior Ireland Reporter, « UN warned it would raise alarm over princess’s fate », The Times,‎ (ISSN 0140-0460, lire en ligne, consulté le )
  89. (en) Sanya Burgess, « 'Missing' Dubai princess Latifa pictured alive » [archive du ], sur Sky News, (consulté le )
  90. Bianca Britton, « Sheikha Latifa: Former UN rights chief criticized for calling princess 'troubled' », CNN,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  91. (en-GB) « Today - 27/12/2018 - BBC Sounds », sur www.bbc.co.uk (consulté le )
  92. (en-GB) Rory Carroll, « Mary Robinson rejects 'pawn' accusation over visit to UAE princess », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  93. « Sheikha Latifa: Mary Robinson 'backed Dubai version of events' », BBC News,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  94. (en-GB) Ben Quinn, « Mary Robinson labelled a 'willing pawn' over visit with UAE princess », The Guardian,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  95. « Latifa, la princesse émiratie introuvable après avoir tenté de fuir sa « prison dorée » », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  96. Madame Figaro, « Latifa, la princesse émiratie qui voulait fuir sa famille, toujours introuvable un an après », sur Madame Figaro, (consulté le )
  97. (en) Kim Bielenberg, « The mysterious story of Princess Latifa, her reported escape from Dubai and her meeting with Mary Robinson », sur Independent.ie, (consulté le )
  98. Jack Quann, « Lunch between UAE princess and Mary Robinson 'does not dismiss very grave concerns' », sur www.newstalk.com, (consulté le )
  99. Paddy Clancy, « Paddy Clancy: Robinson's assessment of Sheikha Latifa's situation disturbs me » [archive du ], sur irishmirror, (consulté le )
  100. (en-US) Richard Pérez-Peña, « Human Rights Advocate Under Fire in Case of Arab Princess Who Claimed Abduction », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  101. (en) « UAE has failed to show proof that Princess Latifa is alive, says UN », sur The Guardian (consulté le )
  102. « Dubaï : des photos de la princesse Latifa publiées sur Instagram ? », sur Le Point (consulté le )
  103. « L'ONU attend des preuves de vie crédibles de la princesse Latifa », sur L'Orient Le Jour (consulté le )
  104. a et b « Après sa disparition, la princesse Latifa affirme être « libre de voyager » », sur Le Monde (consulté le )
  105. « Dubaï - Instagram: nouvelle photo présumée de la princesse Latifa », Le Matin,‎ (ISSN 1018-3736, lire en ligne, consulté le )
  106. « Projet Pegasus. La princesse Latifa et la princesse Haya font partie des cibles potentielles de clients de l’entreprise de cybersurveillance NSO Group », sur Amnesty International, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]