Burj Khalifa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Burj Khalifa
Vue de la Burj Khalifa dominant d'autres immeubles.
Vue de la Burj Khalifa dominant d'autres immeubles.
Géographie
Pays Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis
Ville Dubaï
Quartier Downtown Burj Khalifa
Coordonnées 25° 11′ 50″ N 55° 16′ 27″ E / 25.197139, 55.274111 ()25° 11′ 50″ Nord 55° 16′ 27″ Est / 25.197139, 55.274111 ()  
Histoire
Ancien(s) nom(s) Burj Dubaï
Architecte(s) Skidmore, Owings and Merrill
Développeur(s) Emaar Properties
Construction 21 septembre 2004 - 4 janvier 2010[1]
Coût 1 500 000 000 $
Statut Achevé
Usage(s) Bureaux, résidences, hôtel, restaurants, boutiques de luxe
Architecture
Style architectural Contemporain
Hauteur de l'antenne 829,8 m[2]
Hauteur du toit 739 m
Nombre d'étages Plus de 160[3]
Niveaux en sous-sols 2[4]
Superficie 517 240 m2[4]
Administration
Contracteur(s) Samsung Constructions / BESIX / Arabtec
Site officiel burjkhalifa.ae/
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : Asie

(Voir situation sur carte : Asie)
Burj Khalifa

Géolocalisation sur la carte : Émirats arabes unis

(Voir situation sur carte : Émirats arabes unis)
Burj Khalifa

La Burj Khalifa (en arabe : برج خليفة, tour de Khalifa), appelée Burj Dubaï jusqu'à son inauguration, est un gratte-ciel situé à Dubaï aux Émirats arabes unis, devenu en mai 2008 la plus haute structure humaine jamais construite. Sa hauteur finale, atteinte le 17 janvier 2009, est de 828 mètres[5]. Elle doit former le cœur d’un nouveau quartier : Downtown Burj Khalifa. Son inauguration et ouverture partielle ont eu lieu le 4 janvier 2010[1].

Le projet[modifier | modifier le code]

Downtown Burj Khalifa[modifier | modifier le code]

Burj Khalifa fait partie d’un vaste projet urbanistique, immobilier et architectural couvrant une superficie de 2 km2. Il s’agit de créer un nouveau quartier, Downtown Burj Khalifa, un peu au sud du centre historique de Dubaï, et à côté du quartier côtier de Jumeirah, mais situé quelques kilomètres à l’intérieur des terres. Ce quartier doit comprendre, outre le gratte-ciel du même nom, un lac artificiel et de nombreux bâtiments de grandes dimensions. En tout, il prévoit un ensemble de 30 000 résidences, neuf hôtels dont The Address Downtown Burj Dubaï achevé en 2008, au moins 19 tours résidentielles, le plus grand centre commercial du monde, le Dubaï Mall qui y a ouvert ses portes en 2008, trois hectares de parcs, et le lac artificiel de douze hectares (Lac de Burj Khalifa). Sur ce dernier, la fontaine de Dubaï offre un spectacle aquatique.

Burj Khalifa[modifier | modifier le code]

Le promoteur Emaar, l'une des deux plus grandes sociétés immobilières de Dubaï, a annoncé en février 2003 son intention de construire Burj Khalifa[6].

À l’origine, le gratte-ciel devait s’appeler « Burj Dubaï ». À l'instar du projet de complexe immobilier éponyme, il a été rebaptisé Burj Khalifa lors de son inauguration le 4 janvier 2010 en l’honneur de l’émir d’Abu Dhabi, le Cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyane, président des Émirats arabes unis, après son refinancement à hauteur de 10 milliards de dollars américains des projets de Dubaï, mis en difficulté par la crise financière internationale de 2008. Ce gratte-ciel devait aussi mesurer 560 mètres de haut, mais suite à l’annonce de projets concurrents plus élevés, Emaar a exigé que son projet soit repensé pour être le plus haut du monde[réf. nécessaire].

La version finale mesure 828 mètres[2] de haut et compte 160 étages « habitables »[7]. L'architecture et l'ingéniérie de Burj Khalifa ont été conçues par Skidmore, Owings and Merrill de Chicago (SOM, cf Entreprises ci-dessous). Adrian Smith en a été l'architecte en chef et Bill Baker en a été l'ingénieur en chef pour le calcul des structures.

La Burj Khalifa a d’abord été conçue comme un immeuble résidentiel : la décision d’affecter les derniers étages à des bureaux a été prise tardivement[8]. Il comporte sur plus de 160 niveaux des étages d’appartements, des étages de bureaux et un hôtel de luxe de la toute nouvelle chaîne « Armani hotels », une entreprise conjointe entre Giorgio Armani S.p.A. de Milan et Emaar Hotels & Resorts LLC, filiale du promoteur Emaar Properties. Cet hôtel comprendra 175 chambres et suites, cinq restaurants et un spa sur une surface de 40 000 m2.

Le budget total du projet Burj Khalifa s'élève à environ 1,5 milliard de dollars américains, soit environ 1 milliard d'euros, à comparer à celui du complexe urbanistique d'ensemble Downtown Burj Khalifa qui, lui, culmine à environ 20 milliards de dollars américains[réf. nécessaire].

La construction[modifier | modifier le code]

Animation schématique du processus de construction de la tour (jusqu'en juin 2008).

Les fondations ont nécessité :

  • plus de 330 000 m3[9] de béton armé. Un béton à haute densité et à basse perméabilité a été employé ;
  • 39 000 tonnes de poutres en acier, pour un total de 192 piles enfoncées sur plus de 50 mètres. Chaque pile mesure 43 mètres de long par 1,5 mètre de diamètre. Un système de protection cathodique est utilisé pour limiter la corrosion par les substances chimiques des eaux du sol.

Par ailleurs, 142 000 m2 de verre architectural SunGuard ont été utilisés pour les façades.

Le poids total d'aluminium employé dans la construction de Burj Khalifa est équivalent à celui de cinq avions gros porteurs Airbus A380.

Pour la circulation interne, un total de huit escaliers mécaniques et cinquante-sept ascenseurs, dont certains à double pont sont installés. L'ascenseur le plus rapide peut atteindre en montée et en descente 11 m/s (soit 40 km/h).

Enfin, 22 millions d'heures de travail cumulées ont été nécessaires à son édification[10].

Entreprises impliquées[modifier | modifier le code]

Le promoteur du projet est Emaar Properties. Le cabinet américain Skidmore, Owings and Merrill de Chicago (SOM) a réalisé le projet architectural, de calcul des structures et d’ingénierie de base de la tour. SOM avait déjà conçu l’architecture de nombreux gratte-ciel, dont les plus hauts des États-Unis, la Willis Tower à Chicago et le One World Trade Center à New York.

La construction de la tour a été confiée en 2004 à un consortium international formé de l’entreprise sud-coréenne Samsung C&T Engineering & Construction, laquelle avait déjà construit la tour Taipei 101 à Taipei, République de Chine (Taïwan) et les Tours Petronas jumelles à Kuala Lumpur en Malaisie, le premier groupe belge de construction BESIX et l’entreprise Arabtec des Émirats arabes unis[11]. Au 17 juin 2008, on dénombrait 7 500 ouvriers qualifiés sur le site de Burj Dubaï.

La direction de projet a été confiée à l’entreprise américaine Turner Construction Company. C’est le consultant britannique Hyder Consulting qui a sélectionné le cabinet d’architectes et validé son projet pour le compte d’Emaar Properties, et a recalculé les structures, les façades et réalisé l’ingénierie de détail des systèmes mécaniques, électriques, hydrauliques, sécuritaires et l’étude géotechnique des fondations, en accord avec les règles administratives et légales des Émirats et les contraintes des constructeurs. Hyder Consulting est ainsi légalement responsable selon la loi émiratie des performances du projet. Les systèmes d'ascenseurs et d'escalators ont été conçus et installés par Otis Elevator Company, certains éléments fabriqués par Global Tardif.

Chronologie de la construction[modifier | modifier le code]

Comparaison de Burj Khalifa avec les plus hauts gratte-ciels du monde : la Willis Tower, la Taipei 101, les Tours Petronas et l'Empire State Building.
  • 21 septembre 2004 : ouverture du chantier.
  • février 2005 : début de la construction des étages.
  • 7 avril 2007 : réalisation du 120e étage pour 422,5 m : c’est le plus grand nombre d’étages pour un bâtiment.
  • 21 juillet 2007 : Burj Khalifa devient le plus haut gratte-ciel du monde, culminant à 512,10 m et dépassant ainsi celle du voisins Taipei 101 à Taipei, Taïwan, détenteur du précédent record avec une hauteur de 508 m.
  • 13 septembre 2007, Burj Khalifa atteint une hauteur de 555,3 m et dépasse la Tour CN de Toronto. Elle devient à cette date la plus haute structure autoportante[12] du monde.
  • 10 décembre 2007 : la structure de béton de la tour est terminée et la construction de la structure en acier débute.
  • 27 mars 2008, Burj Khalifa atteint 630,5 m de haut avec le début de la construction de la troisième mezzanine. Elle dépasse alors l’antenne KVLY-TV Mast du Dakota du Nord et devient ainsi la plus haute construction humaine du moment.
  • 20 mai 2008 : Burj Khalifa devient la plus haute structure humaine jamais construite. Elle mesure alors 649,7 m[13] soit 3,32 mètres de plus que la tour de transmission de Radio Varsovie qui mesurait 646 m mais s’était écroulée en 1991.
  • 17 janvier 2009 : la tour atteint sa hauteur finale, 828 m[14].
  • 8 octobre 2009 : l’extérieur de la tour est complètement terminé. Il ne reste plus que les travaux d’aménagement intérieur[15].
  • 4 janvier 2010 : la tour est inaugurée avec la fin des travaux. Mais avant qu’elle ne soit totalement occupée, il restera une longue période de finition, puis d’installation des résidents et des groupes commerciaux. Le 5 janvier 2010, deux parachutistes dubaïotes s'élancent d'une nacelle fixée sur la tour à 672 m et battent ainsi le record du monde de base jump depuis un bâtiment[16].
  • 6 février 2010 : La tour est fermée au public suite à une panne d'ascenseur[17]. Elle rouvre le lendemain, mais la plateforme d'observation installée au 124e étage reste fermée. Des rumeurs prétendent ensuite, à tort, qu'elle doit rouvrir pour la Saint-Valentin (le 14 février)[18] ; elle n'est rendue de nouveau accessible au public que le 4 avril 2010[19].

Polémique sur les conditions de travail[modifier | modifier le code]

Burj Khalifa a été principalement construite par des ouvriers immigrés d’Asie du Sud-Est, dont les conditions de travail ont fait l’objet de critiques de la part des associations de défense des droits de l’homme[20]. Des articles de presse rapportent que des charpentiers qualifiés gagnent à peu près 7,60 dollars américains soit 5,50 € par jour et que les ouvriers gagnent 4,00 dollars américains soit 2,85 € par jour[21]. Les syndicats étaient interdits aux Émirats arabes unis jusqu’à une époque récente.

Le 21 mars 2006, les ouvriers se sont révoltés, protestant contre leurs conditions de travail et rémunération. Au cours de ces émeutes, ils ont endommagé des voitures, bureaux et équipements de construction. Un officiel du ministère de l’intérieur de Dubaï déclara que les émeutiers avaient causé un million de dollars, soit près de 700 000 €, de dégâts.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans le jeu vidéo Spec Ops : The Line, le joueur est amené à se rendre à la tour pour atteindre la suite royale
  • Dans la série TV Leverage.[évasif]
  • Tryo fait apparaitre la tour dans le clip greenwashing, dénonçant la surconsommation et le "toujours plus".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « La plus haute tour du monde éclipse la dette de Dubaï » sur le site du monde, et « Burj Dubaï, la plus haute tour du monde, émerge de la crise du siècle » sur le site du moniteur.
  2. a et b (fr) Le Monde.fr
  3. (en) Site du gratte ciel
  4. a et b (en) La Burj Khalifa sur Skyscraperpage.
  5. (fr) Image: Burj Dubai Topped out
  6. Emaar.com
  7. (en) Gulfnews.com
  8. « Secret of Burj Dubai height revealed » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-24 dans Arabian Business, 3 décembre 2008. Selon Marshall Strabala, architecte de l’agence SOM qui a participé au projet
  9. [1]
  10. « Burj Dubaï pulvérise de nouveaux records en atteignant le 158e étage à 598,5 m ». sur gaboneco.com
  11. La signature officielle du contrat ne s’est faite que le 8 octobre 2005. Source : (en)Emaar signs AED 3.216 billion Burj Dubai construction deal with Korean construction giant Samsung (communiqué de presse d’Emaar).
  12. c’est-à-dire n’ayant pas besoin de support autre que ses propres fondations pour la soutenir, contrairement aux mâts de télétransmission, retenus par des haubans.
  13. (en) Burj Dubai Skyscraper.
  14. (en) Selon le site Emirates Business24/7. URL consultée le 17 janvier 2009.
  15. (en) « Burj Dubai exterior done, to open this year » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Maktoob, 1er octobre 2009. Consulté le 23 juin 2013.
  16. « Ils sautent en parachute de la plus haute tour du monde », leParisien.fr (consulté le 10 janvier 2010)
  17. « Des touriste coinçés dans al tour », leFigaro.fr (consulté le 2 octobre 2010)
  18. (en) « Burj Khalifa to Reopen Feb. 14 », Businessweek.com,‎ 10 fév. 2010 (consulté le 10 fév. 2010)
  19. (en) « World's tallest building, Burj Khalifa, reopens observation deck », The Guardian, Londres,‎ 5 avril 2010 (lire en ligne)
  20. Dubaï, l’eldorado rêvé devenu le « bagne » des ouvriers des chantiers de construction, Le Monde, 20 novembre 2007.
  21. Dubaï inaugure la plus haute tour du monde, Métro, 4 janvier 2010.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :