Boussois-Souchon-Neuvesel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boussois-Souchon-Neuvesel

Création 1966
Dates clés 1973, fusion avec Gervais Danone
Disparition 1973
Fondateurs Antoine Riboud
Personnages clés Antoine Riboud
Siège social Villeurbanne (69)
Drapeau de France France
Activité Fabrication du verre, commercialisation d'eaux minérales et de bière

Boussois-Souchon-Neuvesel, plus connu par son acronyme « BSN », est une entreprise française, historiquement fabricant de verre, puis diversifié dans l'agroalimentaire à l'aide de rachats d'entreprises successifs. Le groupe a pris une part importante dans la construction du groupe Danone. Antoine Riboud a assuré la présidence de Boussois-Souchon-Neuvesel et son fils Franck Riboud lui a succédé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Avant d'être un spécialiste de l'alimentation, le groupe est né verrier. Ainsi en 1966, Boussois-Souchon-Neuvesel est créé par la réunion des glaces de Boussois, dans la fabrication de verre plat, et de la grande brasserie givordine Souchon-Neuvesel, dans la fabrication de bouteilles. La présidence revient à Antoine Riboud, président de Souchon-Neuvesel, à l'origine de la fusion. Ce rapprochement a pour objectif de renforcer BSN face à la concurrence et au développement du marché de l'emballage.

BSN réalise pour l'année 1967 un chiffre d'affaires de 1 milliard de francs (150 000 000 euros) dans le verre plat et le verre d'emballage. Souhaitant alors croître, le groupe lance en 1968 une OPA hostile sur Saint-Gobain, cinq fois plus important que BSN[1]. La tentative échoue et à la suite de cet échec, Antoine Riboud repense la stratégie du groupe.

Diversification dans l'agroalimentaire[modifier | modifier le code]

BSN commence sa reconversion de l'industrie du verre à l'agro-alimentaire, stratégie qu'Antoine Riboud qualifie de « passage du contenant au contenu »[2]. En 1970, BSN prend ainsi le contrôle d'Évian (qui détient également la marque Blédina), de Kronenbourg et de la Société européenne de brasserie (Kanterbraü, Tourtel…). Le groupe devient de fait le leader français de la bière, des eaux minérales et des aliments infantiles.

En 1972, Daniel Carasso, patron de Gervais Danone, et Antoine Riboud se rencontrent pour la première fois. Le président de Gervais Danone déclare alors : « Mon rêve était de faire de Danone une marque mondiale. J'en étais à ces réflexions lorsque j'ai rencontré Antoine. Nos stratégies coïncidaient : lui voulait étoffer son offre alimentaire, nous voulions nous développer à l'international »[3].

Un an plus tard, en , BSN fusionne avec Gervais Danone[2], qui, outre les produits laitiers, est présent dans le domaine des pâtes et des conserves alimentaires avec les marques Milliat Frères, Panzani, Petitjean et Lhuissier[4]. Cette fusion forme une nouvelle entité baptisée BSN-Gervais Danone.

Recentrage sur l'alimentaire, diversification et essor du groupe[modifier | modifier le code]

Usine Danone à Bieruń, en Pologne.

En 1978, BSN acquiert la brasserie belge Alken. En 1979, à la suite du choc pétrolier, l'entreprise cède ses activités de verre plat. Les glaces de Boussois quittent le giron de BSN-Gervais Danone. Le groupe se recentre alors sur l'alimentation, s'agrandit et étend ses activités en Europe[5]. En 1980, il acquiert la branche alimentaire de la Générale Occidentale[6], spécialisée dans l'épicerie et la confiserie et propriétaire de nombreuses marques comme Amora, Carambar, Liebig, Vandamme, La Pie qui Chante, Maille… BSN-Gervais Danone devient la première entreprise agroalimentaire de France[7]. Son chiffre d'affaires atteint 16,5 milliards de francs.

Daniel Carasso, alors âgé de 68 ans, laisse les commandes de l'entreprise à Antoine Riboud[8].

En 1983, le nom BSN-Gervais Danone est raccourci. L'entreprise s'appelle alors BSN. Malgré ce changement de dénomination, l'activité des produits frais de Gervais Danone reste très importante[8].

En 1986, BSN fusionne Kronenbourg avec la Société Européenne de Brasserie (S.E.B) pour former les Brasseries Kronenbourg[9].

En 1987, BSN fait son entrée sur le marché du biscuit en rachetant Général Biscuit, qui possède la marque LU[10] et est présent dans plusieurs pays : Allemagne, Italie, Pays-Bas, Belgique. Deux ans plus tard, le groupe fait l'acquisition de plusieurs filiales européennes de l'américain Nabisco, parmi lesquelles les biscuits Belin[5]. La marque devient numéro un du biscuit européen et numéro deux mondial[11]. Le chiffre d’affaires du groupe s’élève alors à 48,7 milliards de francs.

Parallèlement aux biscuits, BSN continue son extension sur le marché des eaux minérales et des produits laitiers frais[12]. En 1990, la marque opère sur une dizaine de marchés : yaourts, eaux, biscuits, pâtes, confiseries, plats cuisinés, bières.

En 1992, à la suite du rachat du groupe Perrier par Nestlé, celui-ci est obligé, pour des raisons de concurrence, de revendre plusieurs marques d'eaux[13]. À cette occasion, BSN s'empare de Volvic.

En 1993, BSN reprend Vivagel lorsqu'Unilever rachète Miko[14], et l'année suivante a lieu un rapprochement avec le groupe Saint-Louis : l'activité alimentaire de ce dernier (William Saurin, Royal Champignon, Marie) est regroupée avec les marques de BSN Panzani, Garbit et PetitJean au sein d'une filiale commune, nommée Panzalim[15]. Mais Saint-Louis se désengage de la filiale l'année suivante et Danone hérite de toutes les marques de la coentreprise, excepté Royal Champignon, et fusionne Panzani, William Saurin, Garbit et PetitJean en une seule entité.

BSN devient Danone[modifier | modifier le code]

Alors que sa présence se développe à l'international, BSN peine pourtant à se faire connaître. Son nom est déjà utilisé par une banque en Espagne, une entreprise de textiles aux États-Unis et une chaîne de télévision au Japon[16]. À l'heure de la mondialisation, le groupe a besoin d'une marque forte. Sa filiale Danone est connue partout dans le monde et assure à elle seule un quart du chiffre d'affaires[17]. En 1994, BSN change alors de nom pour devenir « Groupe Danone », représenté par « l'enfant à l'étoile ». Tous les produits sont désormais regroupés sous ce nom. Le groupe Danone possède alors 300 marques[11].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]