Abbaye de Dalon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Dalon
Image illustrative de l'article Abbaye de Dalon
Les ruines de l'abbaye de Dalon.

Diocèse Diocèse de Périgueux et Sarlat
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCLXXV (375)[1]
Fondation 1114
Cistercien depuis 1120 (1162)
Dissolution 1791
Abbaye-mère Abbaye de Pontigny
Lignée de Abbaye de Pontigny
Abbayes-filles Abbaye Notre-Dame de Bœuil
Abbaye de Bonlieu
Abbaye de Loc-Dieu
Abbaye Notre-Dame du Palais
Abbaye de Prébenoît
Congrégation Ordre de Saint-Benoît
Ordre cistercien
Période ou style
Protection  Inscrit MH (1948)

Coordonnées 45° 16′ 25″ nord, 1° 13′ 31″ est
Pays Drapeau de la France France
Province Limousin
Département Dordogne
Commune Sainte-Trie

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

(Voir situation sur carte : Aquitaine)
Abbaye de Dalon

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

(Voir situation sur carte : Dordogne)
Abbaye de Dalon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Dalon

L'abbaye de Dalon[2] est une abbaye cistercienne située à Sainte-Trie, dans le département français de la Dordogne.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Dalon fut fondée en 1114 par Géraud de Salles (ou de Salis) sous la règle de saint Benoît, grâce à une donation de Gérard de Lastours et de son frère (Gouffier de Lastours, dit « le Grand » ou « le Vieux », ou encore « le Chevalier au Lion »), présents le jour de la fondation, avec Eustorge, 48e évêque de Limoges, et divers seigneurs de la région. Le successeur de Géraud de Salles, l'ermite Roger, développa l'abbaye, qui fonda plusieurs prieurés et abbayes : Aubignac, Bœuil, Bonlieu, Loc-Dieu, le Palais Notre-Dame, Prébenoît, et forma ainsi l'Ordre de Dalon.

À la mort de Roger en 1159, les moines de Dalon demandèrent au chapitre général de l'abbaye cistercienne de Pontigny de bien vouloir leur fournir des moines instructeurs, car les deux ordres pratiquaient la même règle de saint Benoît.

En 1162, peu après l'élection du troisième abbé, Amélius, Dalon adhéra finalement à l'ordre de Cîteaux avec ses filles : Bœuil, Bonlieu, Loc-Dieu, le Palais, et Prébenoît. Elle devint ainsi la troisième fille de Pontigny en prenant rang à la date de 1120, au lieu d'être la dix-septième, car observant cette règle commune aux deux observances depuis cette époque. Elle bénéficia de la protection d'Henri II Plantagenêt, d'Aliénor d'Aquitaine et de Richard Cœur de Lion. Le célèbre troubadour Bertran de Born, seigneur de la localité voisine d'Hautefort, se retira comme moine à Dalon où il serait mort vers 1215[3].

Dalon possédait une douzaine de granges en Périgord et le petit prieuré de Saint-Blaise sur la paroisse de Milhac. L'ordre fonda en 1282 la bastide de Puybrun dans le Quercy[4].

Au XVIIe siècle, les vestiges de l'abbaye (le bâtiment des moines avec sa salle capitulaire et deux chapelles du transept droit de l'église) sont intégrés au nord d'un logis nouvellement bâti[5].

Depuis la fin du XVIIIe siècle, le lieu est situé dans le département de la Dordogne[6], sur la commune de Sainte-Trie. C'est un domaine privé.

Le , le logis, la salle capitulaire et le pigeonnier[7] sont inscrits au titre des monuments historiques[5].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Puthod, , 491 p. (lire en ligne), p. 240.
  2. Google Livres : abbé J. B. L. Roy de Pierrefitte - Études historiques sur les monastères du Limousin & de la Marche, Volume 1 - Guéret - 1857-1863
  3. Guy Penaud, Dictionnaire biographique du Périgord, Éditions Fanlac, 1999, (ISBN 2-86577-214-4), p. 139.
  4. Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, Ouest-France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3), p. 351.
  5. a et b « Abbaye de Dalon », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 21 février 2017.
  6. Depuis 2017, le site fait partie de l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda, alors qu'auparavant, il était dans l'arrondissement de Périgueux depuis 1801.
  7. De forme circulaire, le pigeonnier se dresse à l'ouest dans un pré.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pour plus de renseignements sur son histoire on pourra consulter, entre autres les ouvrages suivants :

  • Pauline Devaux, Occupation médiévale du sol du pays d'Hautefort et de la forêt de Born, (2005), édité par l'association "Hautefort notre patrimoine", Mairie, 24390 Hautefort.
  • Andrew W. Lewis, 'Six Charters of Henry II and his family for the Monastery of Dalon', The English Historical Review, Vol. 110, no 437, juin 1995, p. 652-665.
  • Madeleine van Mieghem, L'abbaye cistercienne de Notre-Dame du Dalon de 1790 à 1814, , imprimerie SEIC 24160 Clairvivre, 1976.
  • Louis Grillon, Le domaine et la vie économique de l'abbaye cistercienne de Notre-Dame de Dalon en Bas-Limousin, doctorat de 3e cycle, Bordeaux, 1964, cote A. D. Dordogne, A 1569.
  • Jean-Pierre Laussac et Louis Grillon, L'abbaye de Dalon sous les abbés commendataires François et Louis de La Fayette (1634-1729), Revue des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, 2003, t.106, 349-369.