Cyclosporose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Cyclosporose

Classification et ressources externes

Description de cette image, également commentée ci-après

Quatre oocystes de Cyclospora cayetanensis.

CIM-10 A07.8
CIM-9 007.5
DiseasesDB 32228
eMedicine ped/527 
MeSH D021866
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La cyclosporose est une maladie parasitaire due à l'ingestion de coccidies Cyclospora cayetanensis. Chez l'homme elle infeste les cellules intestinales sous une forme sporocytaire à deux sporozoïdes.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est en 1977 que le potentiel pathologique de Cyclospora cayetanensis est reconnu pour la première fois[1]. Une alerte épidémique en Amérique du Nord entre mai et juillet 1996 attire l'attention de la communauté scientifique[1],[2].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Signes cliniques[modifier | modifier le code]

Au retour d'une zone d'endémie, après une semaine d'incubation peuvent survenir des signes généraux et digestifs tels que[1] :

  • diarrhées aqueuses ;
  • selles fréquentes ;
  • perte d'appétit ;
  • perte de poids ;
  • crampes d'estomac ;
  • nausées, vomissements ;
  • fatigue ;
  • flatulences augmentées ;
  • fièvre modérée.

Les symptômes sont d'autant plus sévères que le sujet atteint est particulièrement jeune ou au contraire âgé[2].

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

La cyclosporose est diagnostiquée par l'examen parasitologique des sellesexamen direct des selles grâce à la fluorescence de la paroi de Cyclospora cayetanensis[2],[3].

Traitement[modifier | modifier le code]

Son traitement repose principalement sur la prévention liée au péril fécal, individuelle et collective et à un traitement antibiotique qui est le cotrimoxazole[1], éventuellement remplacé par la ciprofloxacine[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) D. G. Colley, « Widespread foodborne cyclosporiasis outbreaks present major challenges. », Emerging Infectious Diseases, vol. 2, no 4,‎ octobre-décembre 1996, p. 354-356 (ISSN 1080-6040, PMID 8969253, lire en ligne)
  2. a, b et c (en) Ynés R. Ortega et Roxana Sanchez, « Update on Cyclospora cayetanensis, a Food-Borne and Waterborne Parasite », Clinical Microbiology Reviews, vol. 23, no 1,‎ , p. 218-234 (ISSN 0893-8512 et 1098-6618, PMID 20065331, DOI 10.1128/CMR.00026-09, lire en ligne)
  3. a et b P Bourée, A. Lançon, G. Bonnot, « Une parasitose émergente : la cyclosporose: Revue à propos de 5 observations », Antibiotiques, vol. 8, no 2,‎ , p. 73-78 (ISSN 1294-5501, DOI 10.1016/S1294-5501(06)70800-7, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Talaro, Kathleen P. Foundations in Microbiology Fifth Edition. New York: McGraw-Hill Companies Inc., 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]