Camplong (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camplong.
Camplong
Croix de 1657 à Camplong
Croix de 1657 à Camplong
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Canton Clermont-l'Hérault
Intercommunalité Communauté de communes Grand Orb
Maire
Mandat
Bernard Coste
2014-2020
Code postal 34260
Code commune 34049
Démographie
Gentilé Camplonnais
Population
municipale
238 hab. (2014)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 40′ 25″ nord, 3° 07′ 09″ est
Altitude 247 m
Min. 264 m
Max. 882 m
Superficie 13,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte administrative de l'Hérault
City locator 14.svg
Camplong

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Camplong

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Camplong

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Camplong

Camplong est une commune française située dans le département de l'Hérault et la région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte
Communes limitrophes de Camplong
Avène
Graissessac Camplong Le Bousquet-d'Orb
Saint-Étienne-Estréchoux La Tour-sur-Orb

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1080 Campus Longus
  • 1571 De Cucugnan Seigneur de Camplong.
  • 1785 Présence d'une verrerie de verre noir.
  • an III Camplong, qui dépendait de la communauté de Boussagues, est érigée en commune.
  • 1844 : une section au Nord est passée à Saint-Martin-d'Orb (ou de Clemensan) qui avec des hameaux distraits de la commune de Lunas, est érigée en commune (B.L. 1844, XXVIII-480).
  • 1859 : la section de Graissessac est érigée en commune (B.L. 1859, XIII-1041).
  • 1900 : l'ancienne section de Mursan est érigée aussi en commune, sous le nom de Saint-Étienne-Estréchoux (B.L. 1900, LXI-767).
Église

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Bernard Coste SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 238 habitants, en diminution de -0,42 % par rapport à 2009 (Hérault : 6,81 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 840 2 041 2 242 2 229 2 515 2 580 2 550 1 848 1 937
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 890 923 1 232 1 336 1 584 1 685 1 719 1 902 1 562
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
600 615 574 546 561 614 596 612 615
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
514 348 305 251 241 187 234 241 238
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Saint-Sauveur du puy du XIIe siècle (1322 Sancto Salvator de Podio Lodozeno) ;
  • Croix du XIIe ou XIIIe siècle ;
  • Croix des XVIIe et XVIIIe siècles ;
  • Puits Durand faisant partie des dix puits de fond du bassin houiller de Graissessac ;
  • Monument aux morts (en pierre de pays) ;
  • Sentier de randonnées de l'Arborétum de l'Espaze (PDIPR) sur 11 km ;
  • Le parc éolien de Cap Nègre, installé depuis 2009 sur l'ancien site minier de charbonnage de France.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Fabre passa une partie de sa jeunesse chez son oncle, curé de la paroisse.
  • Bousquetou (Denis BOUSQUET) sculpteur de son état a érigé le monument aux morts après la Grande Guerre visible dans le cimetière de la commune ainsi que le caveau de famille avec sa grosse porte en pierre de près d'une tonne d'un seul morceau, représentant la grotte de Lourde. À voir aussi l'aqueduc sur le ruisseau de la Roumégouse qui servait à arroser les jardins et les prés par gravité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :