Langue des signes inuit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une langue
Cet article est une ébauche concernant une langue.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Langue des signes inuit
Inuit Uukturausingit(iu),
ᐃᓄᐃᐆᒃ (Inuiuuk)(iu)
Pays Canada
Région Nunavut
Nombre de locuteurs 50 (2014)[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 iks

La langue des signes inuit (en inuktitut : Inuit Uukturausingit, IUR abrégé parfois comme ᐃᓄᐃᐆᒃ, Inuiuuk ; en anglais : Inuit Sign Language, ISL) est la langue des signes utilisée par les Inuits sourds et entendants du territoire du Nunavut au Canada.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

James MacDougall, à la suite de la demande d'expertise sur le fait qu'un Inuit sourd puisse comparaître devant un tribunal, découvre qu'un certain nombre d'Inuits sourds, qui n'ont pas reçu d'éducation dans le sud du Nunavut ni appris la langue des signes américaine (ASL), communiquent avec une langue des signes locale[2] Il découvre aussi qu'un nombre significatif de personnes hors des familles comportant un sourd utilisaient aussi la langue des signes inuit et étaient capables de communiquer avec les sourds, pouvant parler de sujets variés et exprimer des émotions. MacDougall observe que les Inuits ne parlant pas le même dialecte utilisent aussi l'IUR pour communiquer et suggère que ce n'est pas inhabituel pour les chasseurs nomades et les personnes vivant dans des endroits isolés[3].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Seulement un tiers des Inuits sourds utilisent l'IUR, le reste utilisant l'anglais codé manuellement (en) ou l'ASL[4].

Il y a un fort taux de surdité au Nunavut : dans le sud du territoire, environ 0,1 % de la population est complètement sourde[5] tandis que dans certaines communautés inuits le taux peut monter à 0,5 %[6]. Selon MacDougall, « la surdité est d'autant plus élevée au Nunavut à cause des épidémie de méningite »[5].

À la suite des travaux de MacDougall, l'IUR est reconnue et protégée dans la section 15 de la Charte canadienne des droits et libertés[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ethnologue code « iks ».
  2. Jamie MacDougall, « Le langage gestuel et l'accès à la justice pour les personnes sourdes au Nunavut », Département de la Justice Canada,‎ (lire en ligne)
  3. Coon 2009, p. 321
  4. Schuit
  5. a, b et c Nunatsiaq Online 2013
  6. Pfau, Steinbach et Woll 2012, p. 554

Lien externe servant de source[modifier | modifier le code]

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]