Provinces de la République démocratique du Congo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les provinces sont les premières subdivisions de la République démocratique du Congo.

Anciennes provinces[modifier | modifier le code]

Carte de la République démocratique du Congo mettant en évidence son ancien découpage en 11 provinces.

La République démocratique du Congo était divisée (jusqu'en juillet 2015[1]) en dix provinces et une ville-province (la capitale Kinshasa) :

# Province Chef-lieu Superficie
(km²)
Population
(2015)
Provinces suivantes
(depuis juillet 2015)
1 Bandundu Bandundu 295 658 9 494 000 Kwilu, Mai-Ndombe, Kwango
2 Bas-Congo Matadi 54 078 5 575 000 Kongo-Central (renommée)
3 Équateur Mbandaka 403 292 8 596 000 Équateur (réduite), Mongala, Nord-Ubangi, Sud-Ubangi, Tshuapa
4 Kasaï-Occidental Kananga 156 967 6 118 000 Kasaï, Kasaï-Central
5 Kasaï-Oriental Mbuji-Mayi 168 216 7 698 000 Kasaï-Oriental (réduite), Lomami, Sankuru
6 Katanga Lubumbashi 496 877 13 207 000 Haut-Katanga, Haut-Lomami, Lualaba, Tanganyika
7 Kinshasa Kinshasa 9 965 11 575 000 Kinshasa (inchangée)
8 Maniema Kindu 132 250 2 333 000 Maniema (inchangée)
9 Nord-Kivu Goma 59 483 6 655 000 Nord-Kivu (inchangée)
10 Orientale Kisangani 503 239 9 003 000 Bas-Uele, Haut-Uele, Ituri, Tshopo
11 Sud-Kivu Bukavu 65 070 5 772 000 Sud-Kivu (inchangée)
Total 2 345 095[2] 85 026 000[3]

Redécoupage administratif et provinces actuelles[modifier | modifier le code]

L'article 2 de la constitution de 2005 de la République démocratique du Congo spécifie un découpage du pays en 26 provinces, comprenant la ville-province de Kinshasa. Votée en février 2006, cette nouvelle organisation territoriale devait prendre effet dans les trois ans qui suivaient l’installation effective des institutions politiques prévues par la Constitution (article 226), c'est-à-dire en février 2009[4]. Depuis juin-juillet 2015, les nouvelles provinces ont été mises en place.

Les 26 nouvelles provinces sont les suivantes :

Carte cliquable
# Province Chef-lieu Superficie
(km²)
Population
(2006)
1 Bas-Uele Buta 148 331 1 093 845
2 Équateur Mbandaka 103 902 1 626 606
3 Haut-Katanga Lubumbashi 132 425 3 960 945
4 Haut-Lomami Kamina 108 204 2 540 127
5 Haut-Uele Isiro 89 683 1 920 867
6 Ituri Bunia 65 658 4 241 236
7 Kasaï Luebo 95 631 3 199 891
8 Kasaï-Central Kananga 60 958 2 976 806
9 Kasaï-Oriental Mbuji-Mayi 9 481 2 702 430
10 Kinshasa Kinshasa 9 965 12 071 000
(2016)
11 Kongo-Central Matadi 53 920 3 734 594
12 Kwango Kenge 89 974 1 994 036
13 Kwilu Kikwit 78 219 3 637 000
14 Lomami Kabinda 56 426 2 048 839
15 Lualaba Kolwezi 121 308 1 677 288
16 Mai-Ndombe Inongo 127 465 1 768 327
17 Maniema Kindu 132 520 1 908 770
18 Mongala Lisala 58 141 1 793 564
19 Nord-Kivu Goma 59 483 5 416 000
20 Nord-Ubangi Gbadolite 56 644 1 037 000
21 Sankuru Lusambo 104 331 1 007 000
22 Sud-Kivu Bukavu 65 070 5 772 000
23 Sud-Ubangi Gemena 51 648 2 744 345
24 Tanganyika Kalemie 134 940 2 482 009
25 Tshopo Kisangani 199 567 2 614 630
26 Tshuapa Boende 132 957 1 316 855

Calendrier[modifier | modifier le code]

La constitution du 18 février 2006 prévoyait de convertir un grand nombre des districts de la RDC en provinces dans le cadre d'un programme de décentralisation. Le gouvernement se donnait 36 mois pour mener à terme le programme. En réalité, la progression a été beaucoup plus lente[5].

En octobre 2007, le Ministre de l'Intérieur, Décentralisation et Sécurité, Denis Kalume Numbi, présente un projet de loi sur la décentralisation à l'Assemblée Nationale. Le débat qui s'en suit débouche sur un grand nombre de questions dont l'élaboration de plusieurs lois annexes ou d'accompagnement[6].

Lors d'un conclave de la coalition AMP en octobre 2010, il est proposé de réviser l'article 226, celui qui stipule la création de 26 provinces au lieu des 11 actuelles dans les 36 mois, afin de laisser plus de temps pour la transition[7].

En septembre 2011, le poste de Ministre de la décentralisation est supprimé[8].

Le 9 janvier 2015, l'Assemblée Nationale vote une loi sur une nouvelle division administrative du Pays, en stipulant que les nouvelles provinces devaient être installées dans les 12 mois à dater de la mise en place d’une commission mixte pouvoir central-provinces chargée de l’installation de nouvelles provinces[9]. C'est effectif depuis juin-juillet 2015.

Les élections des gouverneurs des nouvelles provinces ont lieu le 26 mars 2016 (sauf au Sud-Ubangi qui a lieu le 1er avril). Ces gouverneurs remplacent les commissaires spéciaux installés par le gouvernement. Les résultats définitifs seront publiés le 18 avril 2016[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]