Kipushi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le territoire, voir Kipushi (territoire).

Kipushi
Kipushi
Reichenbachite (espèce minérale) de Kipushi
Administration
Pays Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Communes Katapula, Kipushi
Province Haut-Katanga
Future province Haut-Katanga
Démographie
Population 174 000 hab. (2003[1])
Géographie
Coordonnées 11° 45′ 54″ sud, 27° 14′ 42″ est
Divers
Langue nationale swahili
Langue officielle français
Statut de ville 13 juin 2013
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

Voir la carte administrative de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Kipushi

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

Voir la carte topographique de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Kipushi

Kipushi est une localité, chef-lieu de territoire de la province du Haut-Katanga en République démocratique du Congo, située tout proche de la frontière avec la Zambie. L'activité principale de la cité est l'industrie minière. Kipushi figure parmi les grands centre de productions de Gécamines avec Lubumbashi, Likasi, Kambove et Kolwezi.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville située sur la frontière zambienne et desservie par la route nationale 37 à 30 km au sud-ouest du chef-lieu provincial Lubumbashi.

Limites[modifier | modifier le code]

Les limites de la ville de Kipushi sont[2] :

  • au Nord, le ruisseau Mukulubwe jusqu’à la crête avec la frontière sud de la République de Zambie ;
  • au Sud, une ligne droite jusqu’à la frontière avec la Zambie ;
  • à l’Est, le ruisseau Mimbulu à la limite Nord-Ouest du groupemndaent Kapo ;
  • à l’Ouest, la frontière Est de la Zambie avec la République Démocratique du Congo

Étymologie[modifier | modifier le code]

Kipushi est un mot autochtone dérivé de fipushi qui signifie « courge », d'où le fait que la ville soit connue sous le slogan Kipushi ya maboke, maboke ayant la même signification que fipushi en kiswahili.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Avec l'installation de la mine Prince Leopold[3]installé au sud ouest de la mine de l'étoile de Elisabeth-ville (Lubumbashi) par l'union minière du Haut Katanga, la cité a pris naissance autour de la mine. Les couleurs de emblème de la cité sont Vert- Blanc. Kipushi se reconnait par sa tour d'environ 75 m de hauteur construite au-dessus de la mine de Kipushi, tour connu sous le nom de Puits 5.

En juin 2013, la localité se voit conférer le statut de ville, constituée de deux communes : Katapula et Kipushi[4]. Ce statut ne sera pas maintenu lors de la réforme administrative mise en place en 2015.

Administration[modifier | modifier le code]

Chef-lieu de territoire de 49 491 électeurs recensés en 2018, la localité a le statut de commune rurale de moins de 80 000 électeurs, elle compte 7 conseillers municipaux en 2019[5].

Quartiers[modifier | modifier le code]

La petite cité frontalière de Kipushi est située à environ 30 km de Lubumbashi et elle contient les quartiers suivants:

  1. Quartier kamarenge , nom de la rivière kamarenge qui se déverse dans le lac artificielle Eugène communément appeler la ville. ce quartier contient la population bourgeoise de la cité, agents cade de la Gecamines et comprend les blocs (ville , mayelamene, bloc douane , bloc prison et bloc plateau la nouvelle ville
  2. quartier Kalubamba , communément appelé CITÉ BETTY , nom d'un ancien chef de cité et composé des anciens pensionnés de la Gecamines et leurs récentes générations
  3. Quartier Mungoti compose essentiellement des agents GECAMINES et comprend des entités (safricas , Léo katapula , bougies , fonction , indépendant
  4. Quartier Kachoma composé essentiellement des agents GECAMINES et partant de l'avenue Dilolo qui longe le drain katapula au quartier 5 ans et comprend les entités (LÉO bloc1 , bloc2 , oua 1 asphalté , oua 2 non asphaltée , bloc 5 anso
  5. quarter kamarenge Bloc Mayilamene, nommé après l'un des anciens commissaire de district du Haut Katanga, ce quartier est juste voisin de la ville, ce quartier est marqué par la prison du Haut Katanga, appelée la prison de Boma.
  6. Bloc safricas, une partie du quartier Kamarenge construit par l'entreprise safricas en faveur des aspirants cadres , des agents GECAMINES de la classe 4 qui étaient préparés pour passer cadre avec une configuration en mignature de la ville le quartier porte le nom de l'entreprise
  7. le camp gecamines, qui est en soi composé de plusieurs quartiers et comprend les ouvriers de la gecamines. ici on peut citer le quartier mungoti, quartier fonction, quartier zaire, quartier kampemba…
  8. cité bethy subdivisée aussi en différents quartiers, la cité bethy est le siège de non travailleurs de la gecamines
  9. Quartier OUA et 5 Ans, ces deux furent parmi les derniers quartiers construit par la Gecamines pour ses employés.

Population[modifier | modifier le code]

Le recensement de la population date de 1984, l'accroissement annuel est estimé à 3,88 en 2012[6],[7].

Évolution démographique
1984 2004 2012
53 20797 981132 861

Économie[modifier | modifier le code]

La mine à une profondeur de 1 392 mètres et actuellement a été cédée dans un partenariat GECAMINES et le groupe ivanhoee et la société commune constituée est KICO (Kipushi corporation).

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

« Décret (no) 13/020 du 13 juin 2013 conférant le statut de ville et de commune à certaines agglomérations de la Province du Katanga », Journal officiel de la République démocratique du Congo, série première partie, no spécial,‎ (lire en ligne)

  • (en) Jeremy Richards, Mining, Society, and a Sustainable World, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-3-642-01102-3)