Raoul Coutard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coutard.
Raoul Coutard
Naissance
Paris
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 92 ans)
Labenne (Landes)
Profession Directeur de la photographie, scénariste et photographe de guerre
Films notables À bout de souffle (1960)
Le Mépris (1963)
Pierrot le fou
(1965)
Z (1969)

Raoul Coutard, né le à Paris (France) et mort le est un réalisateur et directeur de la photographie de cinéma français lié au mouvement de la Nouvelle Vague.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Raoul Coutard interrompt ses études d'ingénieur chimiste pour partir en Indochine pour un premier séjour en 1946-47 dans l'infanterie coloniale où, comme sergent il commande une section dans le nord Laos ; il devient ensuite reporter photographe. Il couvre notamment la guerre d'Indochine pour Radar, Life et Paris Match. Il y fait la rencontre de Pierre Schoendoerffer, qui sera déterminante.

Il rencontre également Joseph Kessel (via Schoendoerffer) en Afghanistan pour un projet de tournage, aventure narrée par l'écrivain dans son livre, "le Jeu du Roi".

Après des débuts d'opérateur avec quelques plans dans le film collectif d'images d'explorateurs À chacun son paradis (1956) de Luciano Emmer et Robert Enrico, il entame une longue collaboration avec Pierre Schoendoerffer, pour lequel il photographie en particulier La 317e Section (1964) et le Crabe-tambour (1977).

Son travail remarqué sur À bout de souffle (1960) de Jean-Luc Godard fait de lui le chef opérateur le plus en vue de la Nouvelle Vague. Tout comme Schoendoerffer, Godard lui restera longtemps fidèle, lui confiant la prise de vues de certains de ses meilleurs films comme Vivre sa vie (1962), Le Mépris (1963), Alphaville (1965) et Pierrot le fou (1965). Après avoir pris leurs distances au moment des événements de Mai 68, les deux hommes se retrouvent pour Passion (1982).

Coutard collabore entre-temps avec François Truffaut à des films aussi remarquables que Jules et Jim (1962) et La mariée était en noir (1967), et signe l’image de Lola (1960) de Jacques Demy, de Chronique d'un été (1960) de Jean Rouch et Edgar Morin, de Tire-au-flanc 62 (1962) de Claude de Givray, de La Poupée (1962) de Jacques Baratier et de Vacances portugaises de Pierre Kast (1962).

Il signe encore la photo de Z (1969) l'Aveu (1970) de Konstantinos Costa-Gavras, la Diagonale du fou (1984) de Richard Dembo.

Son utilisation de la lumière naturelle, le jeu marqué des contrastes en noir et blanc comme en couleurs et la mobilité de sa caméra ont véritablement révolutionné la photographie de cinéma.

Comme metteur en scène, Raoul Coutard a réalisé Hoa-Binh (1970), une évocation d’un épisode de la guerre d'Indochine, La Légion saute sur Kolwezi (1979), sur l'opération militaire de 1978 au Zaïre, et S.A.S. à San Salvador (1982).

Il meurt dans une clinique de Labenne (Landes) près de Bayonne[1],[2].

« Raoul Coutard, qui vient de s'éteindre à 92 ans, tranchait par rapport aux physiques de la Nouvelle Vague. Et pourtant, c'est bien lui qui en fut le chef opérateur le plus emblématique. Sans Coutard, le noir et blanc de Godard et de Truffaut n'aurait pas eu la force qu'on lui connaît. Un noir et blanc granuleux, un peu charbonneux et blême, anti-artificiel au possible. L'image léchée, très peu pour lui. Si les auteurs de la Nouvelle Vague l'appréciaient tant, c'est que cet artisan talentueux cherchait une certaine vérité de la lumière naturelle, sans chichis. Il bossait vite, bien, caméra à l'épaule s'il le fallait. Il s'adaptait aux situations difficiles, c'était le chef op' tout-terrain, qui filmait comme on livre une bataille[3]. »

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Comme directeur de la photographie[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

  • Raoul Coutard, L'Impériale de Van Su - Ou comment je suis entré dans le cinéma en dégustant une soupe chinoise, Éditions Ramsay,
  • Raoul Coutard, Le Même Soleil - Indochine, 1945-1954, Le Bec en l'air,

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cinéma: décès de Raoul Coutard », sur Le Figaro, (consulté le 8 novembre 2016)
  2. « Décès à 92 ans de Raoul Coutard, l'opérateur mythique de Godard et Truffaut », sur La Presse, (consulté le 8 novembre 2016)
  3. Raoul Coutard, chef opérateur de la Nouvelle Vague

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]