Mbandaka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mbandaka (homonymie).
image illustrant la République démocratique du Congo
Cet article est une ébauche concernant la République démocratique du Congo.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ville de Mbandaka
Coquilhatville, Équateurville
Station Équateur, Coquilhatstad
Le marché de Mbandaka le long du fleuve en 2011.
Le marché de Mbandaka le long du fleuve en 2011.
Administration
Pays Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo
Communes Mbandaka, Wangata
Province Équateur
Députés
de la ville
2
Maire Anny Bomboko
Démographie
Population 345 663 hab. (2012)
Densité 751 hab./km2
Géographie
Coordonnées 0° 02′ 52″ nord, 18° 15′ 21″ est
Superficie 46 000 ha = 460 km2
Divers
Langue nationale lingala
Langue officielle français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

Voir la carte administrative de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Ville de Mbandaka

Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo

Voir la carte topographique de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Ville de Mbandaka

Mbandaka est une ville de la Province de l'Équateur en République démocratique du Congo, dont elle est la capitale provinciale. La ville est une étape importante sur le fleuve entre les villes de Kinshasa et de Kisangani.

La ville était anciennement connue sous le nom de Coquilhatville (d'après Camille Coquilhat, prononcé [kɔklatvil]) jusqu'en 1966. Deux communes, celle de Mbandaka et celle de Wangata, composent la ville, ayant chacune 10 quartiers.

Un bloc de limonite à Wangata, faubourg de Mbandaka, indique l'emplacement de la ligne de l'équateur

La ville a été le théâtre du massacre de nombreuses personnes en particulier d'origine Hutu lors de la Première guerre du Congo, du au .

La ville héberge une véritable richesse botanique dans un parc aux confins de l'agglomération dit jardin botanique d'Eala fondé par Léopold II en 1900.

Illustrations historiques[modifier | modifier le code]

Sous la colonisation à l'époque de Léopold II, la ville , simple poste, est dirigée par le Belge Camille Coquilhat (1863-1891), dont elle porte le nom jusqu'en 1966, lorsque le président Mobutu décide de la débaptiser.

En 1883, Stanley s'arrête à six kilomètres au sud, à Wangata, alors qu'il remonte le Fleuve en direction de Kisangani, et baptise ce hameau "Équateur" et les Belges y créent leur premier poste. En 1891, ils abandonnent Wangata au profit de Mbandaka. Depuis, le chef-lieu de l'Équateur est composé de deux communes, Wangata et Mbandaka qui ne cessent de grandir.

Le plan d'urbanisme de la ville est dicté par la position du fleuve, de ses bras et affluents[1]. C'est à Mbandaka que le jeune Mobutu a fait une partie de sa scolarité.

Station Équateur fin du XIXe siècle
Le lieutenant Camille-Aimé Coquilhat, d'après qui la ville fut nommée à l'époque coloniale.
Ancien bâtiment de la Banque du Congo Belge à Mbandaka (en 2008).

Attractions de la ville[modifier | modifier le code]

La principale attraction des environs de Mbandaka se trouve à Eala, à 7 kilomètres de la ville. C'est un magnifique jardin botanique, domaine planté d'arbres dont certaines espèces atteignent des proportions impressionnantes. Une gamme de plantes alimentaires, médicinales, industrielles, ornementales y foisonnent. Le jardin contient 3 200 espèces botaniques, la plupart dans leur milieu naturel; un millier d'autres ont été répertoriées dans les environs[2]. Les "Clous" du jardin sont les cultures d'orchidées, l'allée des bambous, les parterres de sensitives et le kapokier, au pied duquel fut inhumé le sergent Eala qui consacra sa vie à la réalisation du jardin qui porte aujourd'hui son nom. Autres curiosités des environs de la ville : le village Basoko, bâti partiellement sur pilotis; le lac Paku à quelque 40 kilomètres de Mbandaka et le lac Ntomba à 125 kilomètres, à Bikoro. Il suffit d'une demi-journée en bateau pour atteindre Makanza, vieille localité où le lit du fleuve se fractionne autour d'innombrables îles avant de s'épanouir en "pools" d'une remarquable beauté.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. OIF, 14°Sommet de la Francophonie, éditions Jaguard, Kinshasa, 2012
  2. OIF op.cit. p. 165

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bompate a Mbula na Nkoloangi, Histoire de la ville de Mbandaka, Évolution démographique et aspects socio-économiques (des origines à 1970), Lubumbashi, UNAZA, 1977, mémoire de licence

Liens externes[modifier | modifier le code]