Louis-Théodore Devilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis-Théodore Devilly
Bataille de sidi brahim 1845 26 septembre.jpg
Bataille de Sidi Brahim
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
NancyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation

Louis-Théodore Devilly (né à Metz le 28 octobre 1818, mort à Nancy le 24 décembre 1886) est un peintre français du XIXe siècle. Membre de l'École de Metz, il s'installe à Nancy en 1871, après l'annexion. Il est l'auteur de tableaux d'inspiration romantique, aux sujets parfois orientalistes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Descendant d'une famille de libraires messins, Louis-Théodore Devilly naît à Metz le 28 octobre 1818[1]. Son père, Louis-Jean-Baptiste (1792-1826), qui était un notable messin, membre de l'Académie royale de Metz[2], décède en 1826. La librairie de son père est alors reprise par sa mère, Félicité Constance Gentil[3],[4],[5]. Le jeune Louis-Théodore est attiré par le dessin.

De 1833 à 1835, Louis-Théodore Devilly suit les cours de Laurent-Charles Maréchal, le chef de file de l'École de Metz[1]. Il gagne ensuite Paris, où il devient l'élève du peintre Paul Delaroche, à l'École des beaux-arts de Paris[1]. Ami de Decamps, d'Aimé de Lemud, de Diaz, de Théophile Gautier, Devilly pratique l'art de la gravure et celui de l'aquarelle[1]. Il participe au Salon de peinture et de sculpture de 1840 à Paris[6]. Il revient à Metz vivre de son art en 1841[1], ce qui ne l’empêchera pas de participer à d'autre expositions, notamment au Salon de 1852, où il reçoit une médaille d'argent[6]. Ses contemporains apprécient particulièrement ses grandes compositions réalistes, où ses talents de peintre d'histoire peuvent s'exprimer pleinement[1].

En 1864, Louis-Théodore Devilly est nommé directeur de l'École des beaux-arts de Metz. Après la Guerre franco-allemande de 1870, Devilly opte pour la France et quitte sa ville natale, rattachée à l'Empire allemand. Il s'installe à Nancy, où il prend la direction de l'École des beaux-arts. Après une carrière bien remplie, Louis-Théodore Devilly décède à Nancy le .

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le combat de Sidi-Brahim (huile sur toile), musée des beaux-arts de Bordeaux[7].
  • Chevaux arabes (huile sur toile), musée des beaux-arts d'Angers[7].
  • La Sentinelle ; Le Cavalier aux deux chevaux ; Le Cavalier ; aquarelles (1883) ;
  • Nature morte aux souris huile sur toile ;
  • La Partie de cartes, huile sur toile.
  • Mort du Sergent Blandan[8] "

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marguerite Sido, "Théodore Devilly (1818-1886), de Metz à Nancy. Biographie. Essai de catalogue raisonné "; mémoire de maîtrise en Histoire de l'Art, s.d. F. Pupil, Université de Nancy 2, 2000, 356 p.
  • Pierre Brasme, La Moselle et ses artistes, Éd. Serpenoise, Metz, 2002, p. 61-63 (ISBN 2-87692-544-3)
  • Henri Claude, La Lorraine vue par les peintres, Serge Domini, Thionville, 2003, p. 47-48, 106, 116 (ISBN 2-912645-59-X)
  • Devilly, Th. Notice biographique. Discours prononcés sur sa tombe le 26 décembre 1886 et Catalogue de ses œuvres,Sordoillet P., Nancy, 1887, 50 p.
  • L. Knoepfler, Th. Devilly : notes et souvenirs. Suivis de deux lettres de V. Prouvé et E. Friant, Aux bureaux de la revue, Metz, 1905, 35 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f André Bellard :Laurent-Charles Maréchal, l'École de Metz, in Les cahiers lorrains, S.H.A.L., Metz, 1959.
  2. Louis-Jean-Baptiste était aussi vénérable d'une loge maçonnique, L'école de la Sagesse et du Triple Accord réunis.
  3. Centre historique des archives nationales: Liste générale des brevetés de l'Imprimerie et de la Librairie. 1er Empire et Restauration
  4. Begin : Biographie de la Moselle.
  5. Notice dans le Grand Larousse du XIXe siècle de Pierre Larousse
  6. a et b Société des artistes français. Salon : Explication des ouvrages de peinture et dessins, sculpture, architecture et gravure, des artistes vivants, Paris, 1885.
  7. a et b Notices sur la base Joconde.
  8. Émile Badel, « Les rues de Nancy en 1905 : la rue du Sergent Blandan », L'immeuble et la construction dans l'Est, no 8,‎ (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]