Islamofascisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’islamofascisme (auquel il est également fait référence sous les termes nazislamisme[1],[2], fascisme islamique, fascisme vert, fascislamisme[3]) est un néologisme controversé qui fait référence « à l'utilisation de la foi en l'islam comme couverture pour la promotion d'une idéologie totalitaire »[4], similaire à celle des « mouvements fascistes européens du début du XXe siècle »[5].

Pour plusieurs essayistes et philosophes, « après avoir vaincu le fascisme, le nazisme, et le stalinisme, le monde fait face à une nouvelle menace globale de type totalitaire : l’islamisme »[6]. Pour le politologue Jean-Yves Camus, le terme « nazislamisme », comme celui d'« islamo-fascisme » est dénué de « pertinence scientifique », et a un caractère purement polémique[7].

Apparition du néologisme[modifier | modifier le code]

L'expression (sous la forme « fascisme islamique ») est employée pour la première fois en 1933 par un journaliste indien Akhtar Husain (en), alors âgé de 21 ans, dans une attaque contre Mohamed Iqbal, partisan de la création du Pakistan. Selon lui, l'idée d'un Pakistan indépendant relevait d'une forme de « fascisme islamique »[4].

L'introduction du concept (sous l'expresion de « totalitarisme néo-islamique ») est attribuée à Manfred Halpern dans son livre The Politics of Social Change in the Middle East and North Africa publié en 1963 et dans lequel il développe l'idée que les changements sociétaux et l'urbanisation croissante dans les pays musulmans mêlée à un rejet des biens matériels pourrait pousser à une nouvelle forme « nihilisme toxique » et à un totalitarisme de la pensée[8].

En France, l'historien Maxime Rodinson, publie en 1978 trois articles dans le journal Le Monde dans lesquels il s'inquiète de l'apparition d'un intégrisme musulman[9],[10],[11]. Selon Janet Afary (en) et Kevin B. Anderson (en), Rodinson avance qu'à la suite des assauts successifs des croisés, des Mongols, des Turcs et de l'impérialisme occidental, les masses populaires ont considéré que leurs élites, liées aux étrangers, étaient dépourvues de piété traditionnelle. Le nationalisme et le socialisme importés d'Occident ont été reformulés en termes religieux, et un processus d'islamisation politique visant à imposer un ordre moral et social totalitaire assuré par l'État prend naissance dans les sociétés musulmanes[12].

En 1990, l'écrivaine Malise Ruthven[4] et Christopher Hitchens popularisent le terme[13].

Après les attentats du 11 septembre 2001, le terme est a été utilisé pour la première fois par le journaliste Stephen Schwartz qui décrit l'« islamofascisme » comme l'usage de la foi en l'Islam pour couvrir une idéologie totalitaire[4].

Concept[modifier | modifier le code]

Selon Malise Ruthven, qui soutient le concept, l'islamo-fascisme traduit le fait que le monde musulman et les sociétés islamiques présenteraient des difficultés particulières à institutionnaliser la diversité politique et qu'en conséquence ils se réfugieraient dans des gouvernements autoritaires où, depuis la Maroc jusqu'au Pakistan, le « fascisme islamique est la règle plutôt que l'exception »[14]. Michel Onfray cite par exemple la révolution iranienne et le régime de Khomeini qui auraient donné naissance à un « authentique fascisme islamiste » en Iran[15].

Selon Nicolas Lebourg, qui rejette le concept, ce dernier postule que l’islamisme serait un organicisme, comme les extrêmes droites européennes. Il en présente l'apparition dans les années 1990, après que les historiens spécialistes des fascismes aient étudié l’imbrication des notions de religion politique et totalitarisme[13].

Origine du lien entre l'islamisme et le fascisme[modifier | modifier le code]

Pour les défenseurs du concept, les liens entre le nazisme et l'islamisme se sont noués dans le contexte de la politique étrangère du Troisième Reich avec le Moyen-Orient.

Pour l'historien Jeffrey Herf (en), les fondements de l'influence fasciste sur l'islamisme ont pour origine la propagande nazie dont le monde arabe fut la cible durant la Seconde Guerre mondiale[16]. Pour Bassam Tibi (en), l'islamofascisme, qui est une réalité, est un dévoiement de l'islam dû à un « héritage intellectuel des mouvements totalitaires européens » comme le montre l'inexistence dans la tradition islamique de notions propres au totalitarisme islamiste telles qu'« État islamique » ou « Système islamique »[17]

Couverture du livre Nazis, Islamists and the Making of the Modern Middle East

Selon l'essayiste Matthias Küntzel, « il y a de nombreux indices qui prouvent la continuité de l'influence de l'idéologie nazie dans le monde arabe jusqu'à aujourd'hui. Beaucoup de caricatures antisémites arabes sont similaires à celles de l'ère nazie. Il y a de nombreuses (...) éditions de Mein Kampf (...) accompagnées d'une vénération d'Hitler. On trouve souvent [des publications] de négation de l'Holocauste (...) ou faisant la promotion [de la réalisation] d'un nouveau »[18].

Dans un livre poussant la thèse islamofasciste à l'extrême et basé sur des « recherches nouvelles dans les archives européennes, américaines et moyen-orientales, pour la plupart jamais discutées »[19], les historiens Barry Rubin et Wolfgang G. Schwanitz avancent que le mufti de Jérusalem, « ami et confident d'Adolf Hitler » aurait été l'« architecte de l'Holocauste », que les Nazis auraient promu tant l'islamisme que le jihad et que cette alliance « nazislamiste » serait la base de la situation au Moyen-Orient aujourd'hui[20]. Selon David Mikics, cette thèse est « stupide » et cache un « agenda politique » au vu du matériel sur lequel elle se base[20].

Pour le politologue franco-libanais Gilbert Achcar, ces liens relèvent plus du fait que le mufti de Jérusalem a occupé une place centrale dans la propagande israélienne que de leur réalité. Ils visent à « dénoncer [un] antisémitisme congénital [chez les] Arabes » et à « impliquer les Palestiniens et les Arabes dans le génocide nazi »[21]. Joseph Simon Görlach partage cette analyse. Il souligne que l'abondante littérature liant le Mutfi au nazisme existait déjà avant 2001, dans le but de légitimer Israël face aux aspirations nationalistes palestiniennes mais qu'elle a connu un regain de popularité après 2001 dans la recherche d'arguments démontrant l'influence du nazisme sur les mouvements islamistes[4].

Pertinence du concept[modifier | modifier le code]

Dans le monde académique, parmi les commentateurs du concept, la profondeur et l'origine des liens entre l'islamisme et le fascisme sont controversées.

La philosophe et sociologue algérienne Marieme Helie Lucas note que si « les historiens puristes refusent généralement le terme fascisme, au motif que l'on ne saurait comparer deux périodes historiques, deux stades de développement économique et deux aires géographiques dissemblables », il convient de pointer ce que l'islamisme et le fascisme ont en commun par exemple le mythe des origines aryennes du nazisme ou le passé glorieux de la Rome antique pour le fascisme italien, à mettre en comparaison avec le prétendu « âge d'or de l'islam » des intégristes, ce qui légitime aux yeux de ces derniers le droit d'éliminer une partie de la population (les Juifs, les Tsiganes ou encore les homosexuels pour les premiers, les « mécréants » pour les seconds). Elle note aussi que le fascisme comme l'islamisme s'accommodent du capitalisme, ce qui expliquerait selon elle la tolérance des gouvernements occidentaux à l'égard de cette idéologie[22].

L'historien Nicolas Lebourg — qui considère que le concept d'islamofascisme est « vide de sens » — écrit : « Le fascisme c’est un parti-milice de masse qui veut produire un homme nouveau par un État totalitaire et la guerre impérialiste. Or, non seulement on voit bien que ça n’a guère de rapport, mais le 11 septembre et le 13 novembre ce sont des réseaux fluides, planétarisés, transnationaux qui ont frappé. Cet islamisme participe des formes de la globalisation et de la post-modernité : c’est un monstre d’aujourd’hui »[23]. Nicolas Lebourg affirme que la notion d'islamofascisme est « rejetée par tous les historiens »[24].

Pour l'historien Marc Crapez, « sur le fond, la comparaison entre islamisme et fascisme semble adéquate quant au traitement brutal des opposants et à une vision du monde, Hassan al-Banna louant, par exemple, un 'système total... arbitre final de tous les aspects de la vie' ». Il estime également que si « [l]a comparaison n'est guère indiquée en ce qui concerne le fascisme comme mode de gouvernement, (...) elle semble fondée si l'on considère le fascisme comme mode de pensée ou sensibilité »[25].

Pour le politologue Jean-Yves Camus, spécialiste des groupes radicaux islamistes, le terme « nazislamisme », comme celui d'« islamo-fascisme » est « dénué de pertinence scientifique », et a un caractère purement polémique[7]. Selon lui, il manque à l'islamisme « la plupart des critères sélectionnés par les experts sérieux pour caractériser le mouvement de fascisme[26]». Le fascisme est une idéologie de l'homme nouveau, alors que l'islamisme veut le retour à un âge d'or ; le fascisme a une image positive de la modernité (les néofascistes italiens de CasaPound se réclament du turbofascisme), alors que l'islamisme est du côté du fixisme. Le fascisme a le culte de l'État total, là où l'islamisme s'accommode très bien de l'État faible « voire, dans sa variante radicale, évacue totalement l'impératif de l'État »[27]. L'idéologie islamiste ne prône ni une économie d'État, ni une hostilité à l'économie de marché, elle n'est pas anti-conservatrice, comme dans la définition du totalitarisme de Stanley Payne. Elle ne met pas non plus en valeur une renaissance nationale sur des bases ethniques selon la définition de Roger Griffin[28]. Jean-Yves Camus relève cependant des similitudes avec « l'idéologie d'extrême-droite » : « les partis islamistes veulent construire un État qui, bien que non ethnique, donne des droits civils différents et non égaux aux personnes en fonction de leur religion et discrimine les non-musulmans et les femmes qui, dans un "État-charia", sont des citoyens de deuxième classe ; les islamistes refusent la laïcité et sont très méfiants envers la démocratie ; ils méprisent l'Occident et ses valeurs […] »[29].

L'historien spécialiste de l’antisémitisme Georges Bensoussan pense que le terme « islamo-fasciste » n'est pas adapté pour qualifier l'État islamique, car le fascisme est un concept européen qui ne rend pas compte de l'aspect complètement étranger de Daech ; mais reconnait que l'idéologie totalitaire est un trait commun à la Gestapo et à l'État islamique[30].

Pour François-Bernard Huyghe — chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) —, le terme d'« islamofascisme » n'est pas pertinent et nie « les énormes différences idéologiques entre fascistes et terroristes islamistes » : « Il y a d'un côté le fascisme, né avec Mussolini, qui a la volonté d'installer un pouvoir laïque, avec un chef charismatique et autoproclamé comme seul maître, de créer une nouvelle histoire en faisant briller un seul peuple du fait de sa supériorité sur les autres, dit-il. Puis de l'autre, les djihadistes de Daech qui veulent un califat islamique, avec un chef choisi par Dieu. Surtout, ils ne veulent pas créer une nouvelle ère, ils veulent justement revenir à un mode de vie datant du VIIe siècle en suivant un texte religieux. On ne peut pas faire plus opposés »[31].

Pour Stefan Durand, si « certains éléments du fascisme traditionnel peuvent assurément être décelés dans des mouvements fondamentalistes musulmans : la dimension paramilitaire, le sentiment d’humiliation et le culte du chef charismatique (dans une mesure toutefois relative et peu comparable avec les cultes du Duce ou du Führer) [;] toutes les autres dimensions (nationalisme expansionniste, corporatisme, bureaucratie, culte du corps...), fondamentales, du fascisme font généralement défaut ». Selon lui, la notion d'islamofascime n'est qu'un amalgame qui a pour but de recycler la « guerre contre le terrorisme » en « guerre contre le fascisme islamique » en regroupant des organisations aussi différentes que « Al-Qaïda, les Frères musulmans, le Hamas, le Hezbollah...), faisant de ces mouvements les successeurs du nazisme et du communisme »[32],[33].

Henry Laurens renvoit dos à dos la lutte contre un islamofascisme et un anti-impérialisme, les deux naissant de moments historiques sacralisés différents : « [...]On rencontre chez les néo-conservateurs et dans les mouvances annexes une logique de reproduction du discours antérieur. C’est ainsi qu’on a créé le concept d’« islamo-fascisme », qui permet de restaurer l’antifascisme. Il est amusant de constater que François Furet a voulu éliminer l’antifascisme de la tradition démocratique, alors qu’aujourd’hui on le reproduit avec l’islam. »[34] Si, pour l'auteur, le fascisme est mal connu des musulmans et que ceux-ci ont "eu tendance à s’en réjouir à l’époque où il se produisait", ils ont intégré l'idée d'antifascisme et préfère se référer à l'impérialisme et la colonisation. Pour résumer, « Les Occidentaux, en tout cas certains d’entre eux, rejouent en permanence l’antifascisme, tandis que les autres rejouent l’anti-impérialisme, comme si on avait une compulsion de répétition qui nous renvoyait cinquante ans en arrière. »[34]

Usages médiatiques, politiques et littéraires[modifier | modifier le code]

Des personnalités médiatiques (philosophes, essayistes, journalistes, hommes politiques) ont utilisé les termes d'islamofascisme ou de nazislamisme ou encore d'islamonazisme, ou les ont commentés.

En septembre 2006, douze intellectuels (parmi lesquels figurent notamment Bernard-Henri Lévy, Caroline Fourest ou encore Salman Rushdie) signent collectivement une tribune dans laquelle ils estiment qu'« après avoir vaincu le fascisme, le nazisme, et le stalinisme, le monde fait face à une nouvelle menace globale de type totalitaire : l’islamisme »[6]. Le philosophe Luc Ferry s'interroge sur les origines de la haine de Daesh et de la cruauté de ses membres. Il y voit des racines « islamo-fascite »[35]

Politiciens[modifier | modifier le code]

De nombreux politiciens ont fait également usage de ce mot ou de ces concepts.

Dans les jours qui suivent les attentats du 11 septembre 2001, l'homme politique français Alain Madelin évoque le fascisme islamique[36].

Le philosophe Luc Ferry[35], le député PS Malek Boutih[37] et le journaliste Franz-Olivier Giesbert[38] parlent, « d'islamo-nazisme ».

En novembre 2014, le député UMP Bruno Retailleau[39] l'avait également utilisé pour condamner les actions de l'État islamique (Daech).

En janvier 2015, après les attentats islamistes commis en région parisienne, plusieurs personnalités, à l'instar du philosophe tunisien Mezri Haddad[40] et du député EELV Noël Mamère[41] emploient le terme « islamofascisme » pour qualifier l'idéologie des terroristes. Réagissant à la prise d'otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes, Robert Badinter évoque la « filiation directe entre ce qui est advenu dans l'hypermarché casher et la barbarie nazie »[42].

En février 2015, après deux fusillades à Copenhague, Manuel Valls a appelé à l'unité pour « combattre l'islamo-fascisme »[43]. En février 2015, Jack Lang, le président de l'Institut du monde arabe, réagit aux destructions massives du patrimoine culturel pré-islamique irakien (notamment des œuvres d'art conservées au musée de Mossoul) commises par les islamistes de l'État islamique en comparant ces exactions aux méthodes nazies ; estimant que les islamistes ont l'« ambition d’instaurer un ordre dictatorial et totalitaire : un seul chef, une seule philosophie. Tout le reste est impie, doit être massacré, dilapidé, détruit[44] ». Le Premier ministre français Manuel Valls use en février 2015 de cette expression, déclarant : « Pour combattre cet islamo-fascisme, puisque c'est ainsi qu'il faut le nommer, l'unité doit être notre force. Il ne faut céder ni à la peur ni à la division »[45].

En août 2017, à la suite de l'attentat de Charlottesville en Virginie, le ministre de la Culture égyptien Helmy Al-Namnam fait le parallèle entre le takfirisme et le nazisme[46],[47].

Littérature : essais[modifier | modifier le code]

Éric Hazan constate en 2007 que ce terme est utilisé dès 2004 à propos des mobilisations pour le Darfour[48].

En 2014, l'ancien Frère musulman et politologue germano-égyptien Hamed Abdel-Samad publie un essai, Le Fascisme islamique, qui devient un best-seller en Allemagne[49].

Dans Le Village de l'Allemand ou Le Journal des frères Schiller, l'écrivain Boualem Sansal suggère un lien entre islamisme et nazisme, qu'il juge « tout à fait démontrable »[50].

En 2016, la journaliste et militante féministe franco-marocaine Zineb El Rhazoui publie le livre Détruire le fascisme islamique, « texte qui s'en prend aux islamistes comme aux « collaborationnistes » français qui, selon elle, ont oublié que les musulmans ne sont pas une communauté, mais des individus[51]. ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Défenseurs du néologisme[modifier | modifier le code]

Critiques du néologisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ivan Rioufol, La fracture identitaire, Fayard, 2007, conclusions.
  2. Pierre-André Taguieff, « Penser la menace : questions terminologiques », sur archive.is (consulté le 2 septembre 2017), Ring, 30 juin 2010.
  3. Vincent Geisser, « Des Voltaire, des Zola musulmans... ? Réflexion sur les « nouveaux dissidents » de l'islam », Revue internationale et stratégique, no 65,‎ , p. 143–156 (ISSN 1287-1672, lire en ligne).
  4. a, b, c, d et e "Western Representastions of Fascist Influences on Islamist Thought" in Görlach et al., Cultural Transfers in Dispute: Representations in Asia, Europe and the Arab World since the Middle Ages, Campus Verlag, 2011, pp. 149–165.
  5. The New Oxford American Dictionary, Second Edition, Erin McKean (Editor), Oxford University Press, mai 2005 (cité dans l'ouvrage de Avner Falk, Islamic terror : Conscious and Unconscious Motives (lire en ligne), p. 122).
  6. a et b « Tous unis contre "le fascisme islamique" », sur blog.mondediplo.net, .
  7. a et b Jean-Yves Camus, « Le monde manichéen d'Eurabia », sur lemonde.fr, .
  8. Martin Kramer, The War on Error, Transaction Publishers, , p. 72
  9. Maxime Rodinson, « I. - Où Dieu n'est pas mort », sur lemonde.fr, (consulté le 3 septembre 2017)
  10. Maxime Rodinson, « II. - La politique selon le Coran », sur lemonde.fr, (consulté le 3 septembre 2017)
  11. Maxime Rodinson, « III. - Entre archaïsme et modernisme », sur lemonde.fr, (consulté le 3 septembre 2017)
  12. (en) Janet Afary et Kevin B. Anderson, Foucault and the Iranian Revolution : Gender and the Seductions of Islamism, University of Chicago Press, (lire en ligne), p. 99–103
  13. a et b Nicolas Lebourg, «Islamo-fascisme»: après avoir mal interprété l'antisémitisme, la gauche française comprend de travers l'islam radical, Slate.fr, février 2015.
  14. (en) Malise Ruthven, « Construing Islam as a language' », The Independent,‎
  15. (en) Michel Onfray, Atheist Manifesto : The Case Against Christianity, Judaism, and Islam, Carlton, Vic, , p. 206-213.
  16. Jeffrey Herf, « Killing in the Name », sur tnr.com,
  17. (en) Samuel Helfont, « Term Warfare », sur newrepublic.com, .
  18. Matthias Küntzel, The Continuing Nazi Influence on Arab Attitudes, interview pour Israel National News, 10 novembre 2013.
  19. Couverture de l'ouvrage sur le site des Yale University Press.
  20. a et b « David Mikics », Did Zionism Cause the Holocaust? A New Biography Says Yes., Tabletmag, 3 février 2014.
  21. Les Arabes et la Shoah. La guerre israélo-arabe des récits, Gilbert Achcar, Sinbad, Actes Sud, 2009, p. 260-273
  22. Marieme Helie Lucas, interviewée par Marc Weitzmann, « Ce qui était visé est la place des femmes en Europe », Le Magazine littéraire n°566, avril 2016, pages 86-89.
  23. Interviewé par David Doucet, « Nicolas Lebourg, historien : “Islamophobes et islamistes s’instrumentalisent les uns les autres” », sur lesinrocks.com, .
  24. Dominique Albertini, Nicolas Lebourg, « Il y a une Marianne sage et une Marianne subversive », sur liberation.fr, (consulté le 30 août 2016).
  25. Alexandre Devecchio, « Petite définition de l'"islamo-fascisme" à l'intention de Manuel Valls », sur lefigaro.fr,
  26. Jean-Yves Camus, « The European Extreme Right and Religious Extremism », Routledge « Varieties of Right-Wing Extremism in Europe »,‎ , chapitre 6 : The European Extreme Right and Religious Extremism, section : Is Islamism a Fascism ?
  27. Jean-Yves Camus, « Le monde manichéen d'Eurabia », sur lemonde.fr,
  28. Jean-Yves Camus, The European Extreme Right and Religious Extremism in Varieties of Right-Wing Extremism in Europe, Routledge, 2013, chapitre 6 : The European Extreme Right and Religious Extremism, section Is Islamism a Fascism ?.
  29. (en) Jean-Yves Camus, « The European Extreme Right and Religious Extremism », Central european political studies review,‎ (lire en ligne), chapitre : Is Islamism a Fascism? Can Islamism be an ally?
  30. Georges Bensoussan, « Les troublantes révélations issues des dossiers nazis sur le profil des membres de la Gestapo et leur destin après la deuxième guerre mondiale », Atlantico, 27 septembre 2015.
  31. Anthony Cortes, « Terrorisme: parler d'"islamo-fascisme" est-il pertinent? », sur lexpress.fr, .
  32. Stefan Durand, « Fascisme, islam et grossiers amalgames », sur monde-diplomatique.fr, .
  33. Stefan Durand, Le fascisme vert n'existe pas, Manière de voir, avril 2014.
  34. a et b Henry Laurens, « Moyen-Orient : l'engrenage des méprises », Le Débat, no 149,‎ , p. 113–128 (ISSN 0246-2346, lire en ligne)
  35. a et b Luc Ferry, « penser la haine et l'«islamonazisme» », sur lefigaro.fr,
  36. Alain Madelin, « Solidaires pour combattre le fascisme islamique », sur site d'Alain Madelin, - publié dans le Figaro du 19 septembre 2001
  37. « Malek Boutih : "On a affaire à l'islamo-nazisme, à une idéologie, pas une religion" » [vidéo], sur france Inter, dailymotion.com, .
  38. Franz-Olivier Giesbert, « islamo-nazisme et islamophobie », sur lepoint.fr,
  39. Bruno Retailleau, « Daech, c'est l'islamo-fascisme, le 3e totalitarisme mondial », sur francesoir.fr, .
  40. Mezri Haddad, « Ces scènes de guerre étaient hélas prévisibles ! », Le Figaro, samedi 10 / dimanche 11 janvier 2015, page 16.
  41. Noël Mamère, « Comment lutter contre l’islamo-fascisme », sur blogs.rue89.nouvelobs.com (archive.is), .
  42. France Info : un monde d’idées : Robert Badinter, « On ne touche pas au cœur de la démocratie sans s’affaiblir » [vidéo],
  43. « Manuel Valls : "Pour combattre l'islamo-fascisme, l'unité doit être notre force" », sur lejdd.fr,
  44. Florence Evin, « Jack Lang : "Les méthodes de Daech sont les mêmes que celles des nazis" », sur lemonde.fr,
  45. Tristan Quinault Maupoil, « Manuel Valls : "Contre l'islamo-fascimse, l'unité doit être notre force" », sur lefigaro.fr,
  46. « Le ministre de la Culture égyptien : La notion djihadiste de « takfir » rappelle les idées nazies d'Hitler », sur MEMRI, (consulté le 16 septembre 2017)
  47. (ar) حلمي النمنم, « قطبيون وهتلريون », sur Al-Masri Al-Youm,‎ (consulté le 16 septembre 2017)
  48. Changement de propriétaire. La guerre civile continue. Eric Hazan, éditions Le Seuil, 2007.
  49. « Hamed Abdel-Samad : "L'islamisme est présent dans la naissance même de l'islam" », lepoint.fr, 4 août 2016.
  50. Boualem Sansal, interviewé par Patrice de Méritens, « Boualem Sansal : "L'islam a été vidé de toute spiritualité" », Le Figaro Magazine, semaine du 13 novembre 2015, pages 56-60.
  51. Propos recueillis par Thomas Mahler : Zineb El Rhazoui, « Nous sommes tous menacés par le fascisme islamique », sur lepoint.fr,