Hamed Abdel-Samad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hamed Abdel-Samad
Hamed Abdel-Samad (2013).jpg
Hamed Abdel-Samad.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
حامد عبد الصمدVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activité
Autres informations
Site web
Œuvres principales
Mohamed - Eine Abrechnung (d), Der Untergang der islamischen Welt (d), Krieg oder Frieden: Die arabische Revolution und die Zukunft des Westens (d), Le Fascisme islamique, une analyse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Hamed Abdel-Samad (arabe : حامد عبد الصمد  prononcé : [ˈħæːmed ʕæbdesˈsˤɑmɑd]), né en 1972 à Gizeh (Égypte) est un politologue et auteur germano-égyptien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abdel-Samad est le fils d'un imam musulman sunnite et le troisième de cinq enfants[1]. Il affirme avoir été maltraité et avoir été témoin de violences conjugales durant son enfance[2]. Il arrive en Allemagne en 1995, à l'âge de 23 ans. Il est bientôt marié à une enseignante « rebelle, de gauche avec un penchant pour le mysticisme », de 18 ans plus âgée que lui. Abdel-Samad étudie le japonais, l'anglais et le français au Caire[3], ainsi que les sciences politiques à Augsbourg. Puis il travaille comme chercheur[En quoi ?] à Erfurt et Brunswick. Au Japon, où il est introduit avec la spiritualité orientale, il rencontre sa deuxième femme. Il enseigne et mène des recherches jusqu'à la fin de l'année 2009 à l'Institut d'histoire juive et de la culture à l'université de Munich. Le titre de sa thèse de doctorat est Bild der Juden in ägyptischen Schulbüchern (L'Image des Juifs dans les manuels scolaires égyptiens). Par la suite, il décide de devenir écrivain professionnel à plein temps.

Durant ses études à l'université, il est membre des Frères musulmans. Mais un séjour dans un de leurs camps d'été déclenche chez lui des doutes, l'amenant à devenir sceptique et enfin à s'identifier comme athée[4].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Abdel-Samad se fait connaître du grand public allemand suite à la publication de son livre Mein Abschied vom Himmel (Mon Adieu du Ciel) (2009). Selon l'auteur, ce livre n'est ni un règlement de comptes avec sa culture, ni un appel à abandonner la foi musulmane. Abdel-Samad veut juste comprendre les contradictions de sa vie[1]. Suite à la publication de l'ouvrage en Égypte, un groupe[Qui ?] a émis une fatwa contre Abdel-Samad et il a été mis sous protection policière[1].

Abdel-Samad appelle à un « islam light » en Europe sans la charia, le djihad, l'apartheid entre les sexes, le prosélytisme et la « mentalité du droit aux prestations »[5]. Il critique la politique allemande d'apaisement face à l'Islam mais d'ignorance des craintes au sujet de l'Islam. Selon Abdel-Samad, cette politique crée du ressentiment au sein de la population allemande.

Entre 2010 et 2013, Abdel-Samad a participé aux réunions de la Conférence allemande sur l'Islam (Deutsche Islam Konferenz ; DIK) organisée par Thomas de Maizière, le Ministre de l'Intérieur allemand[6].

À l'automne 2010, Abdel-Samad embarque le journaliste Henryk Broder (en) pour une tournée de 30 000 kilomètres à travers l'Allemagne, dans le cadre d'une série télévisée en 5 épisodes.

Dans un entretien diffusé le sur la chaîne salafiste égyptienne Al-Hafez (en) (traduit par le MEMRI), un prédicateur égyptien et professeur à l'université Al-Azhar, Mahmoud Shaaban a accusé Abdel-Samad d'avoir commis des « hérésies » et a déclaré qu'« il doit être tué pour être un hérétique… s'il refuse de se rétracter »[7],[8],[9]. Shaaban a également déclaré qu'« après qu'il a été confronté à l'évidence, sa mise à mort n'est autorisée que si le gouvernement [égyptien] ne le fait pas »[10].

À la mi-2015, il lance une émission Box of Islam sur sa chaîne YouTube officielle, Hamed.TV.

En 2016, il est entendu par la police de Berlin pour des accusations de sédition. Abdel-Samad et le journal allemand Die Welt ont critiqué ces accusations comme une attaque à la liberté d'expression[11].

Enlèvement présumé[modifier | modifier le code]

Des sites d'information égyptiens ont signalé l'enlèvement de Hamed Abdel-Samad par des inconnus, le dimanche 24 novembre 2013, selon son frère Mahmoud[12],[13]. Il a ensuite été rapporté qu'il a refait surface mercredi 27 novembre 2013[14]. Sa mère a nié qu'il a été enlevé[15].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (de) « Ich bin zum Wissen konvertiert », sur Die Tageszeitung, (consulté le 6 août 2016)
  2. Thomas Mahler, « Hamed Abdel-Samad : "L'islamisme est présent dans la naissance même de l'islam" », Le Point,‎ (lire en ligne)
  3. SWR:Der Ägypter und die erlittene Gewalt:Hamed Abdel-Samad (The Egyptian and the violence suffered:Hamed Abdel-Samad), retrieved on December 27, 2010
  4. Ahmed Benchemsi, « Invisible Atheists », New Republic
  5. Hamed Abdel-Samad: Und es gibt ihn doch - den Islam!
  6. (en) « DIK - Deutsche Islam Konferenz - Participants », sur www.deutsche-islam-konferenz.de (consulté le 26 janvier 2017)
  7. Security hiked for Egypt opposition, Aljazeera, February 7, 2013.
  8. Egypt secures liberals' homes after calls for their death by Alexander Dziadosz, Reuters, Feb 7, 2013.
  9. Egyptian 'death threats' sheikh released on bail, Ahram Online, Wednesday, February 13, 2013
  10. Egyptian Cleric Mahmoud Shaaban Issues Fatwa: Egyptian-German Scholar Should Be Killed for Heresy, MEMRI, clip 3892 (transcript), (video clip available here), June 7, 2013.
  11. Michael Wolffsohn, « Der Islamkritiker als Volksverhetzer? » (consulté le 12 avril 2016)
  12. « German author Abdel-Samad resurfaces in Egypt after kidnap fears », DW.COM
  13. « الوطن - اختطاف الكاتب حامد عبدالصمد.. وشقيقه يتهم قيادات سلفية بعد إهدارهم دمه »
  14. « "الداخلية": عودة الروائي حامد عبدالصمد بعد اختطافه لمدة 3 أيام من قبل مجهولين »
  15. « البوابة نيوز: والدة حامد عبد الصمد: ابني لم يتعرض للاختطاف », البوابة نيوز

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]