Eurabia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Eurabia (revue).
La théorie Eurabia postule l'existence d'une alliance fusionnelle entre les pays européens et musulmans méditerranéens.

Eurabia, mot-valise de Europe et Arabia, Arabie en anglais, est une théorie conspirationniste développée par l'essayiste Bat Ye'or selon laquelle l’Union européenne serait l'instigatrice d’un complot secret visant à faire de l’Europe une colonie islamique.

Cette thèse a été exposée pour la première fois dans l'ouvrage Eurabia : l'axe euro-arabe sorti en 2005. Elle est depuis reprise par certains sites web généralement classés à l'extrême droite ou nationalistes[1]. Elle est associé par des experts à la théorie du Grand remplacement.

Présentation et origine[modifier | modifier le code]

Selon Øyvind Strømmen, journaliste norvégien spécialiste de l'extrême droite sur Internet, Bat Ye'or, reprise par Oriana Fallaci en 2004, « présente l’Union européenne comme le principal instigateur d’un grand complot sinistre visant à faire de l’Europe une colonie islamique », Eurabia. Pour Strømmen, comme la plupart des théories du complot il y a un fond de vérité qui concerne dans ce cas le dialogue euro-arabe, mais Bat Ye’or, comme les autres auteurs d’Eurabia, « a l’art de faire passer les choses pour ce qu’elles ne sont absolument pas », « un simple séminaire littéraire à Venise en 1977 devient l’un des chaînons d’un complot sinistre, et ce uniquement parce qu’il est lié au fameux Dialogue euro-arabe. Et peu importe que les sujets discutés lors de ce séminaire traitent de la coopération dans le domaine de la recherche linguistique ou de l’enseignement de la langue, de la littérature et de la culture arabes, ou encore de l’établissement d’un centre permettant aux Européens lisant l’arabe d’avoir accès à des livres ou périodiques dans cette langue ». Le livre de Bat Ye'or Eurabia : l’axe euro-arabe édité en 2007 en français est le livre le plus important de cette théorie[2].

Selon le politologue Gilles Kepel, le mot Eurabia renvoie plus largement au dialogue "euro-arabe" initié par la diplomatie gaulliste, et à "la politique arabe de la France", qui avait pour but de maximiser le rôle de la France dans le monde. Bat Ye'or a voulu en faire l'essence d'une politique française et européenne capitulant devant le monde arabe. "La fin des relations franco-israéliennes privilégiées, à la suite de la guerre de 1967, valut à la France d'être l'objet d'un ressentiment particulier de Bat Ye'or - comme des milieux pro-israéliens en général, notamment aux États-Unis[3]".

"Eurabia" est donc, par cette référence originelle à la diplomatie gaulliste, "un concept anti-français" : "c'est la France qui est désignée comme le principal instigateur de la politique de "capitulation" face à l'islam", écrit le politologue Jean-Yves Camus. "L'idée d'Eurabia sert à justifier moralement le leadership mondial incontesté de l'Amérique, ajoute-t-il, à la condition, bien sûr, que la politique étrangère des États-Unis ne soit pas celle du président Barack Obama, mais celle de ses adversaires"[4].

Soutiens de la théorie[modifier | modifier le code]

Cette théorie fut reprise depuis par d'autres auteurs comme Oriana Fallaci[5], Robert Spencer[6], Mark Steyn[7] ou encore Raphael Israeli (en).Elle est reprise en France par les sites d'extrême droite Riposte laïque[8], Bloc identitaire et l’Observatoire de l’islamisation. Certains partis politiques européens la défende comme l’Union démocratique du centre en Suisse, le Parti du progrès en Norvège, le Parti libéral en Autriche et le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni[9].

Anders Behring Breivik, l'auteur des attentats terroristes de 2011 en Norvège, adhère à Eurabia dans son manifeste politique. L'aspect conspirationniste de cette thèse qui enjoint à une action violente pour « sauver la civilisation » serait une des raisons qui l'ont poussé au massacre selon Jelle van Buuren, expert du Centre for Terrorism and Counterterrorism de l'université de Leyde[10].

Pierre-André Taguieff estime qu'« Eurabia » est une « critique sévère et argumentée de la démissions des Européens face aux offensives convergentes des islams politiques, ainsi que de leur glissement politique opportuniste vers les positions 'antisionistes' radicales »[11].

Critiques[modifier | modifier le code]

Eurabia a été critiquée comme au nombre des théories conspirationnistes.

Gilles Kepel, spécialiste du monde arabe, parle d'une "vision obsidionale" d'une Europe soumise au monde arabe ; cette représentation est "motivée au départ par la défense d'Israël" et d'une "Amérique résistante".

Selon Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême-droite et des groupes islamistes radicaux, "dans le monde manichéen d'Eurabia, le communisme a été remplacé par l'islam comme ennemi civilisationnel. Comme le communisme, il est un adversaire absolu d'autant plus redoutable qu'il est à la fois un ennemi extérieur (la menace Al-Qaida notamment) et un ennemi de l'intérieur. C'est sans doute ce dernier point qui a les conséquences politiques les plus graves pour la cohésion des sociétés européennes. En effet, les partisans de la théorie d'Eurabia ont bien pour fixation l'islam et non l'islamisme". Jean-Yves Camus se demande quel sort les partisans d'Eurabia destinent aux musulmans : il n'y aurait, selon ces partisans, "pas d'autre voie pour les musulmans que l'abjuration" de l'islam. Un autre problème théorique posé par la notion d'Eurabia est l'usage des termes "islamo-fascisme" voire "nazislamisme". "Il s'agit de termes polémiques, dénués de pertinence scientifique" : "le fascisme comme le nazisme ont le culte de l' État total, là où l'islamisme s'accommode très bien du libéralisme économique et de l'État faible voire, dans sa variante radicale, évacue totalement l'impératif de l'État[4].

Le sociologue Raphaël Liogier parle d'un « mythe de l’invasion arabo-musulmane ». Du point de vue de l'islamisation, Liogier avance que les conversions sont tout aussi faibles aussi bien en France, au Royaume-Uni ou en Allemagne. Avec « 5 000 conversions par an (à peine plus qu’en France ou en Allemagne), il faudrait 6000 ans pour que le Royaume-Uni devienne un pays à majorité musulmane. » Chiffres à comparer à ceux des conversions au christianisme « dans le monde », qui sont de 10 000 par jour avec 500 millions d’adeptes en moins de 100 ans (« la plus rapide progression religieuse de l’histoire »)[9]. Par ailleurs, l'Europe a un taux d’accroissement migratoire stable depuis les années 1980, allant de 3 au Royaume-Uni à −0,7 en Allemagne (1,1 en France). Parmi les dix premières populations immigrées vivant dans l’Union européenne, seules trois sont à majorité musulmane[9]. Pour Liogier, les femmes musulmanes vivant en Europe ont un taux de fécondité en déclin depuis les années 1970, rejoignant celui de la population générale au début des années 2000[9].

L'historien Ivan Jablonka affirme que « [l]es approximations et les fantasmes qu[e] véhicule Eurabia composent une espèce de politique-fiction qui ferait sourire si elle ne visait pas à attiser la haine. Le lecteur est transporté dans un monde manichéen et fixiste, où le Bien aux prises avec le Mal cherche son champion pour dessiller les foules. Propre à susciter une adhésion de révolte, la fable est d’autant plus expressive qu’elle fait fi de la complexité du monde (...) »[12].

L'essayiste Caroline Fourest compare la méthode utilisée par Bat Ye’Or dans son ouvrage Eurabia : l'axe euro-arabe à celle de Thierry Meyssan dans L'Effroyable Imposture : « une succession de faits sans rapports les uns avec les autres, que l’auteure imbrique et tord dans tous les sens pour donner le sentiment d’une conspiration[13] ». Nicolas Lebourg renvoie dos à dos le mythe Eurabia et des craintes antérieures : « une sorte de pendant islamophobe au mythe antisémite des Protocoles des Sages de Sion[14] ».

Le journal suédois Dagens Nyheter et The Economist l'ont également critiquée. The Economist qualifia le concept d'Eurabia de caricature alarmiste[15], et que Matt Carr écrit que « ce qui a commencé comme une théorie conspirationniste farfelue est devenu un dangereux mythe islamophobe »[16]. Le politologue Jean-Yves Camus lui reproche une vision complotiste manichéenne où « le communisme a été remplacé par l'islam comme ennemi civilisationnel » et y voit « une absurdité géopolitique, puisqu'elle nie l'évidence que la situation géographique de l'Europe fait d'elle une zone de contact avec le monde arabo- musulman[17] ».

La reprise de la "théorie" d'Eurabia par l'extrême droite inscrit cette "théorie" dans la mouvance des idées conspirationnistes. selon le Nouvel Observateur[18].

Théorie connexe[modifier | modifier le code]

Pour le sociologue Yannick Cahuzac, spécialiste de l'extrême droite sur Internet, la théorie du Grand remplacement développée par l'écrivain d'extrême droite Renaud Camus se rapproche par certains aspects d'Eurabia, développée en 2005 par l'essayiste Bat Ye'or. Pour Cahuzac, « le rejet de l'immigration, particulièrement de l'immigration dite musulmane, s'articule sur les sites les plus radicaux sous les traits de la théorie du complot Eurabia, faisant de l'immigration arabo-musulmane un plan des élites pour arabiser — et aujourd'hui islamiser — l'Occident. Cette théorie rencontre un certain écho dans l'idée du « grand remplacement » théorisé par Renaud Camus, une idée par ailleurs commune dans l'extrême droite depuis 40 ans »[19].

Raphaël Liogier lui aussi estime que Renaud Camus va jusqu'à promouvoir la thèse du complot musulman contre l’Occident d'Eurabia, initialement confinée à quelques groupes extrémistes puis banalisée par quelques écrivains, dont Camus lui-même, dans son livre Le Grand Remplacement, celui-ci ayant rencontré un vif succès en librairie[9]. La thèse d'origine prédit que la « civilisation arabo-musulmane » fera la conquête de l'Europe grâce à un complot et la complicité des élites européennes[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. tels que Gates of Vienna, The Brussels Journal, Free Republic, Front Page Magazine (en), fdesouche ou encore Riposte laïque
  2. Bat Ye’or, Oriana Fallaci et ‘Eurabia’, Extrait du livre de Øyvind STRØMMEN, La Toile brune sur Conspiracy Watch, 17/8/2012
  3. Gilles Kepel, Quatre-vingt-treize, consultable en ligne, https://books.google.fr/books?id=tdMOAAAAQBAJ&pg=PT233&lpg=PT233&dq=bat+ye+or+extreme+droite+gilles+kepel&source=bl&ots=x2RXL0lW53&sig=SujM407pU8gaKz3A95tPmwxIZTo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj1gpzT2OTVAhWDL8AKHc4_A_QQ6AEIJjAA#v=onepage&q=bat%20ye%20or%20extreme%20droite%20gilles%20kepel&f=false
  4. a et b Jean-Yves Camus, http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/05/28/le-monde-manicheen-d-eurabia_1708436_3232.html#fIYD0feJBQW93RW0.99
  5. Oriana Fallaci, La Force de la Raison; « L'Europe n'est plus l'Europe, c'est Eurabia, une colonie de l'Islam » (« Europe is no longer Europe, it is 'Eurabia,' a colony of Islam ») Oriana Fallaci citée dans Tunku Varadarajan, (en) Prophet of Decline, The Wall Street Journal, 2005-06-23;
  6. Robert Spencer, The Politically Incorrect Guide to Islam, 2005, pp. 221-224, chapitre 18 The Crusade We Must Fight Today
  7. Mark Steyn, Early skirmish in the Eurabian civil war, The Daily Telegraph, 2005-11-08
  8. L'inspiration des extrémistes post-11-Septembre, Le Monde, 26/7/2011
  9. a, b, c, d, e et f Raphaël Liogier, « Le mythe de l’invasion arabo-musulmane », Le Monde diplomatique, no 722,‎ (résumé, lire en ligne).
  10. Jelle van Buuren, Spur to violence? Anders Behring Breivik and the Eurabia conspiracy, Nordic Journal of Migration Research, vol. 3-4, décembre 2013, pp. 205–215, DOI:10.2478/njmr-2013-0013
  11. Pierre-André Taguieff, Judéophobie des Modernes : Des Lumières au Jihad mondial, Odile Jacob, 2008, p. 674.
  12. Ivan Jablonka, « La peur de l’islam : Bat Ye’or et le spectre de l’ « Eurabie » », sur La Vie des idées, .
  13. Une mise au point sur "Eurabia" ConspiracyWatch, 23 février 2010
  14. Le cas Anders Behring Breivik : un imaginaire de « lone wolf » ?, Droite(s) extrême(s), 24 juillet 2011
  15. « Integration will be hard work for all concerned. But for the moment at least, the prospect of Eurabia looks like scaremongering. » dans (en) « Tales from Eurabia », The Economist,‎ (résumé);
  16. « What began as an outlandish conspiracy theory has become a dangerous Islamophobic fantasy that has moved ever closer towards mainstream respectability [...] » dans You are now entering Eurabia
  17. Le monde manichéen d'Eurabia Pierre-Yves Camus, Le Monde, 28 mai 2012
  18. Réacosphère : "Le conspirationnisme est au cœur de la dynamique", L'Obs, 22/9/2012
  19. Estelle Gross, « Réacosphère : « Le conspirationnisme est au cœur de la dynamique » », Le Nouvel Observateur.com,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :