Crypto-fascisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le crypto-fascisme est le fait pour un group(uscule) d'adhérer au fascisme de façon détournée, en revendiquant les idées d'un autre groupe politique. Ce terme est lié étymologiquement aux termes crypto-judaïsme, crypto-christianisme et crypto-islamisme, se référant à la pratique secrète d'une religion de façon déguisée.

Origines[modifier | modifier le code]

Ce terme fut créé à l'origine par Gore Vidal. Au cours d'une interview télévisée, pendant les événements de la Convention Nationale Démocrate de 1968, Vidal traita William F. Buckley[1], Jr. de “crypto-nazi”. Il expliqua plus tard qu'il avait voulu le décrire comme un "crypto-fasciste". Ce terme a été fréquemment utilisé dans l'œuvre de Gore Vidal et par d'autres, dont des admirateurs de Gore Vidal.

"Les fascistes de demain s'appelleront eux-mêmes les antifascistes"[modifier | modifier le code]

L'origine de cette phrase est incertaine.On l'attribue souvent à Winston Churchill par erreur et parfois à Halford E. Luccock(en) à cause sans doute d'une autre phrase dont il est bien l'auteur et ressemblant à la première ( "When and if fascism comes to America it will not be labeled "made in Germany"; it will not be marked with a swastika; it will not even be called fascism; it will be called of course "Americanism"."[2] En français: "Si et quand le fascisme viendra en Amérique il ne sera pas accompagné d'une mention "fabriqué en Allemagne"; il ne sera pas marqué d'une swastika; on ne l'appellera même pas fascisme; on l'appellera, bien sûr, "Americanism"."). Cette citation a longtemps été attribué à Huey Pierce Long par l'écrivain Robert Cantwell(en) qui l'aurait prononcé en 1935. Il déclarera plus tard qu'il l'avait en fait réécrite lui-même mais qu'elle représentait bien ce que Long lui avait dit.[3]

Revival[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, ce terme a été utilisé pour décrire la politique néo-conservatrice, spécialement après les attentats du 11 septembre 2001. En effet, les "Patriot Act" 1 et 2 furent vécus par certains comme une restriction insupportable de leurs droits. De nombreux néo-conservateurs considèrent ce terme comme une insulte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) [vidéo] William Buckley Vs Gore Vidal sur YouTube
  2. (en-US) « DISGUISED FASCISM SEEN AS A MENACE; Prof. Luccock Warns That It Will Bear the Misleading Label 'Americanism' », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  3. (en) Paul F. Boller et John H. George, They Never Said it: A Book of Fake Quotes, Misquotes, and Misleading Attributions, Oxford University Press, (ISBN 9780195064698, lire en ligne)