François-Bernard Huyghe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François-Bernard Huyghe
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
Nationalité
Activités
Père
Conjoint
Autres informations
Organisation
Observatoire stratégique de l'information
A travaillé pour
Dir. de thèse
Site web
Distinctions

François-Bernard Huyghe, né le , est un politologue et essayiste français.

Il est directeur de recherches à l’Iris et président de l’Observatoire stratégique de l’information (OSI), anciennement dénommé « Observatoire Géostratégique de l’Information » qui a pour but d’analyser l’impact de l’information sur la situation politique et sociale des pays, ainsi que sur les relations internationales. Il est également l'animateur du blog huyghe.fr.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines, jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Fils de René Huyghe, François-Bernard Huyghe est docteur d'État en science politique (1983)[1] et habilité à diriger des recherches en sciences de la communication (1996)[2].

D'après Renaud Lecadre et Ghislaine Ottenheimer, il a appartenu à Ordre nouveau, puis au Groupe union défense (GUD)[3]. Il a collaboré à Défense de l'Occident dans les années 1970[4], et est devenu en 1977 directeur de Jeune nation solidariste[5],[6].

En 1999, il signe pour s'opposer à la guerre en Serbie la pétition « Les Européens veulent la paix »[7], initiée par le collectif Non à la guerre[8].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il a été réalisateur de télévision, puis fonctionnaire international au secteur « Culture Communication » à l'Unesco de 1984 à 1987[9].

Il enseigne notamment au Celsa (université Paris IV-Sorbonne) et est directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS)[9], où il travaille à la fois en tant qu'enseignant et en tant que chercheur en médiologie[10]. Il y créé par ailleurs l'Observatoire géostratégique de l'Information en ligne.

En outre, il est membre du conseil scientifique du Conseil supérieur de la formation et de la recherche stratégiques. Aujourd'hui il intervient comme formateur et consultant pour Huyghe Infostratégie Sarl, et est enseignant à l'École de guerre économique[11]

Dans le même temps, il participe à la revue Medium, fondée par Régis Debray, et écrit dans le « carnet des médiologues », blogue hébergé sur le site du magazine Marianne[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a été l'époux d'Édith Huyghe, morte en 2014.

Publications[modifier | modifier le code]

Spécialiste des stratégies de l’information, il est l’auteur de nombreux ouvrages;

  • La Soft-idéologie, avec Pierre Barbès, Éd. Robert Laffont, 1987
  • La Langue de coton, Éd. Robert Laffont 1991
  • Les Experts ou l'art de se tromper de Jules Verne à Bill Gates, Éd. Plon 1996
  • Histoire des secrets : De la guerre du feu à l'Internet avec Édith Huyghe, Éd. Hazan 2000
  • Images du monde, avec Édith Huyghe, Éd. Jean-Claude Lattès 1999
  • L 'Ennemi à l'ère numérique, Chaos, Information, Domination, Presses universitaires de France, collection Défense et défis nouveaux, 2001
  • Les Coureurs d'épices, avec Édith Huyghe, Petite Bibliothèque Payot, 2002
  • Écran/ennemi : terrorismes et guerres de l'information, Paris, éd. 00h00, coll. « Stratégie », 2002
  • Les Routes du tapis avec Édith Huyghe, coll. « Découvertes Gallimard/Arts » (no 462), 2004
  • Quatrième guerre mondiale. Faire mourir et faire croire, Éd. du Rocher, collection L'art de la guerre, 2004
  • Comprendre le pouvoir stratégique des médias, Éd. Eyrolles, 2005
  • La Route de la soie avec Édith Huyghe, Petite Bibliothèque Payot, 2006
  • Maîtres du faire croire. De la propagande à l'influence Éd. Vuibert, 2008
  • Les terroristes disent toujours ce qu'ils vont faire avec Alain Bauer, Presses universitaires de France, 2010
  • Terrorismes : violence et propagande, Éd. Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard/Histoire » (no 575), 2011
  • Think tanks : quand les idées changent vraiment le monde, Éd. Vuibert, 2013
  • Gagner les cyberconflits : au-delà du technique, avec Olivier Kempf et Nicolas Mazzucchi, Economica, 2015
  • Désinformation : les armes du faux, Armand Colin, 2016
  • Daech : l'arme de la communication dévoilée, VA Press, 2017
  • Fake news : la grande peur, VA Press, 2018
  • Avec Xavier Desmaison et Damien Liccia, Dans la tête des Gilets jaunes, VA éd., 2019.
  • L'Art de la guerre idéologique, Le Cerf, 2019.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse sous la dir. de Jean Rouvier : http://www.sudoc.fr/041107160.
  2. « Transport, transformation, transmission : une logique de la route / François-Bernard Huyghe - Sudoc », sur sudoc.fr (consulté le ).
  3. Renaud Lecadre et Ghislaine Ottenheimer, Les Frères invisibles, Paris, Albin Michel, , 356 p. (ISBN 2-226-12579-5), p. 288.
  4. (en) Andrea Mammone, Transnational Neofascism in France and Italy, New York, Cambridge University Press, , 320 p. (ISBN 978-1-107-03091-6, lire en ligne), p. 74, n. 43.
  5. Jean-Paul Gautier, Les Extrêmes Droites en France : de la traversée du désert à l'ascension du Front national : de 1945 à nos jours, Paris, Syllepse, coll. « Mauvais Temps », , 495 p. (ISBN 978-2-84950-547-2), p. 248.
  6. Jean-Yves Camus et René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France : répertoire critique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, , 526 p. (ISBN 2-7297-0416-7), p. 37.
  7. « Liste des personnalités signataires de l'Appel », sur nonguerre.chez.com.
  8. Renaud Dély, « L'extrême droite ratisse large contre les frappes de l'Otan. Le «Collectif non à la guerre» a tenu une réunion proserbe hier soir », sur liberation.fr, .
  9. a et b Biographie sur son site personnel
  10. « Chercheurs / IRIS », sur iris-france.org (consulté le ).
  11. « François-Bernard Huyghe - Formations Intelligence économique Cyber Sûreté », sur www.ege.fr (consulté le )
  12. « Les Médiologues », sur Marianne (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]