Hélène de Montgeroult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hélène de Montgeroult
Portrait de la mère de His de la Salle, Madame Hélène de Montgeroult - par COSWAY Richard.jpg

Hélène de Montgeroult
par Richard Cosway vers 1786
(mine de plomb, rehauts de blanc — légué au Louvre par son fils, Aimé Horace His de La Salle).

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
FlorenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Hélène Antoinette Marie de NervoVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Mouvement
Maîtres
Élèves
signature de Hélène de Montgeroult

Signature d'Hélène de Montgeroult

Hélène de Montgeroult (LyonFlorence) est une compositrice et pianiste française, reconnue comme étant une des meilleures interprètes de piano-forte de son temps.

Elle est considérée par son biographe Jérôme Dorival, comme un pont entre classicisme et romantisme : elle « s'impose comme le chaînon manquant entre Mozart et Chopin »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et fin de l'ancien régime[modifier | modifier le code]

Hélène de Nervo est née le 2 mars 1764 à Lyon au sein d’une famille à la noblesse récente et non terrienne ; mais il y a des terres en Beaujolais (héritées de J.A. Rique, parrain d’Hélène), à Oingt et Theizé. Son père Jean-Baptiste de Nervo a exercé plusieurs fonctions dans les instances judiciaires de Lyon et avait hérité ses titres de noblesse de 1er degré d’une charge de conseiller à la Cour des monnaies, sénéchaussées et présidial de la Cour de Lyon achetée par son propre père. Quant à la famille de sa mère, Anne Marie Sabine Mayeuvre de Champvieux, elle a des attaches terriennes sur les Monts du Lyonnais (manoir de Champvieux à Saint-Germain-au-Mont-d'Or), celle-ci avait elle-même acquis ses titres de noblesse quelques années plus tôt par une charge échevinale[2].

frontispice de la partition de l'opus 5
Page de titre des trois sonates opus 5 de Jan Ladislav Dussek, dédié à Hélène de Montgeroult, édité par Boyer en 1788.

Elle aurait passé une partie de ses jeunes années à Paris, ville de baptême de son petit frère, né en 1765, et y aurait suivi les leçons de grands maîtres du clavier y ayant séjourné dans les dernières décennies de l’ancien Régime : Nicolas-Joseph Hüllmandel, Jan Ladislav Dussek et, de façon moins certaine, Muzio Clementi[3].

Son premier mariage l’a unie en 1784 au marquis André Marie Gautier de Montgeroult. Dans les dernières années de l’ancien Régime, les talents pianistiques de la marquise se sont exprimés dans quelques salons parisiens réputés tels que ceux de Madame Vigée-Lebrun[4], de la famille de Rochechouart[5], ou de Madame de Stael et de Madame de Genlis[6]. En novembre 1785, Hélène de Montgeroult rencontre le violoniste Giovanni Battista Viotti avec lequel elle entretient une amitié artistique. Elle aurait également donné quelques leçons de piano au jeune Johann Baptist Cramer à cette époque[7].

Premières années de la Révolution française[modifier | modifier le code]

Dans les premières années de la Révolution française, le marquis et la marquise fréquentent les cercles de révolutionnaires modérés, partisans de l'instauration d'une monarchie constitutionnelle, ainsi que certaines figures politiques importantes de l'époque (notamment Bailly[8]). Ils sont notamment vus à la société des amis de la Constitution dès sa création, puis au club des Feuillants[9].

Hélène de Montgeroult participe au programme musical du théâtre de Monsieur, puis du théâtre Feydeau dirigé par Viotti. En 1791, suite à la représentation d’une pièce « Les deux Nicodèmes dans la plaine de Jupiter » au théâtre de la rue Feydeau, la marquise s’est trouvée mêlée avec Viotti à une querelle opposant plusieurs journaux politiques et à l’occasion de laquelle la marquise sera qualifiée de « claveciniste dévergondée »[10].

photo : un château au fond d'une allée pavée
Le Château de Montgeroult.

Au cours de ces années, elle vécut au château de Montgeroult, dans plusieurs résidences de campagne à Montmorency et dans une maison rue du faubourg Saint Honoré à Paris[11]. Madame de Montgeroult quitte finalement la France pour Londres en juillet 1792 avec son mari et Hugues-Bernard Maret avant de revenir à Paris en décembre de la même année en raison des mesures ayant suivies l'adoption des lois de confiscation des biens des émigrés[12].

Mission diplomatique Maret-Sémonville [modifier | modifier le code]

gravure : un groupe de soldats, font monter des prisonniers sur un petit navire pour traverser le lac Mezzola
Arrestation des ambassadeurs Sémonville et Maret, le 25 juillet 1793 à Novate Mezzola. « Mes larmes ne cessent pas, depuis le jour funeste de notre séparation. Je vois toujours M. de Montgeroult et M. Maret, les mains liées, enveloppés de fusils, entraînés… Ah Monsieur quel moment cruel ! Maret était calme, tranquille comme l'innocence. Vous n'ignorez peut-être pas qu'il est l'honneur, la droiture et la probité même. »
— Hélène de Montgeroult, lettre du 28 juillet 1793, au comte de Litta de Milan[13].

En juillet 1793, le marquis et la marquise accompagnent Maret, tout juste nommé ambassadeur à Naples, dans le voyage devant le conduire vers le lieu de sa nouvelle fonction. Ils sont rejoints en chemin par Charles-Louis Huguet de Sémonville lui-même nommé ambassadeur près la Porte ottomane, son épouse et leur escorte. En traversant le Piémont, ils sont arrêtés par les autrichiens à Novate Mezzola. Les hommes de l'expédition (dont le marquis de Montgeroult) sont transporté de l'autre côté du lac de Mezzola, enfermés dix jours à la prison de Gravedona, puis retenus au Palais des ducs de Mantoue. Le marquis, âgé de 57 ans, y meurt le 2 septembre 1793[14],[15].

Au cours de l'arrestation, femmes et enfants sont frappés à coups de crosses et tenus en joue. L'expédition ayant été pillée, Hélène de Montegroult, Madame de Sémonville et le reste des femmes et enfants de la mission sont laissés dans une situation de grande détresse. Elles parviennent à se mettre à l'abri à Vico Soprano d'où elles tâchent d'obtenir le soutien de leurs relations à Venise (François Noël), Gênes, Milan (le comte Alberto de Litta) et Florence. Leurs efforts sont vain car leurs missives sont saisies par le service vénitien de l’intercept et ne parviennent jamais à leurs destinataires[16].

La marquise finit par trouver protection auprès de François de Barthélémy, ministre de France à Baden où elle retrouve également Viotti[17]. Elle y resta jusqu'au 23 octobre 1793[18].

Sous la Terreur[modifier | modifier le code]

Alors que la marquise et le marquis de Montgeroult sont retenus loin de France, une lettre de dénonciation décrivant leur comportement et listant certains de leurs biens est adressée le 1er août 1793 aux jacobins de Paris. Selon les termes du citoyen Arlain son auteur : « Tous ces gens là ne sont patriotes que quand ils ont peur ou besoin de la Nation »[19]. Le 14 septembre, une perquisition est effectuée chez eux[20].

En avril 1794, un décret proscrit hors de Paris et des grandes villes certaines catégories de personnes dont les nobles et les étrangers[21]. Cependant, le Comité de salut public adopta quelques milliers de réquisitions individuelles permettant à certains nobles jugés utiles à la République d'échapper à l'exil en province[22]. Le registre des réquisitions accorde une place à la marquise de Montgeroult : « Citoyenne Gaultier-Montgeroult, artiste, dont le mari a été lâchement assassiné par les Autrichiens pour employer son talent aux fêtes patriotiques ». La marquise pu donc rester à Paris.

Le récit d'une scène au cours de laquelle Hélène de Montgerout aurait sauvé sa tête de la guillotine en improvisant au piano-forte sur le thème de La Marseillaise devant le Tribunal révolutionnaire est apparu dans la deuxième moitié du XIXe siècle sous la plume d'Eugène Gautier[23], et quatre autres sources, avec quelques variantes. L'absence de références écrites antérieures de cet épisode de même que le silence des archives du tribunal révolutionnaire font douter certains spécialistes quant à la réalité de ce récit[24], après la parution du livre de J. Dorival, mais sa réalité n’a jamais été mise en doute, ni au XIXe ni au XXe siècle ; en revanche, Eugène Gautier l’a enjolivée.

Il semble que la marquise ait perdu beaucoup de sa fortune pendant ces années troublées[25]. Cependant, l'argent produit par une série de concerts à succès qu'elle donne en Angleterre à cette époque lui aurait permis d'acquérir le château de la Salle situé dans le canton de Senonches en 1794[26].

Mère et professeur[modifier | modifier le code]

Le , naît l'unique enfant de la Marquise : Aimé Charles His, dit Horace His de La Salle (1795–1878). Son père, Charles His (1769-1851), l'un des rédacteurs du Moniteur, reconnaît l'enfant par son mariage avec Hélène de Montgeroult le (12 Prairial an V)[27].

Le 3 août 1795 (16 thermidor an III), la Loi portant établissement d’un conservatoire de musique à Paris pour l’enseignement de cet art est promulguée et indique que l'institution recherche six professeurs de clavecin[28]. Ayant été reçue au concours, Hélène de Montgeroult est nommée professeur de première classe en charge de la classe de piano hommes le 22 novembre 1795 par arrêté de nomination du 1er frimaire an IV[29]. Il s'agit d'ailleurs à l'époque de la seule femme nommée professeur de première classe, catégorie d'artistes regroupant plusieurs instrumentistes célèbres de l'époque tels que Pierre Rode ou Pierre Gaviniès. Pour une telle fonction, le salaire annuel de la marquise, égal à celui de ses homologues masculins, est fixé à 2 500 francs[29]. Marcel Vilcosqui présente cet engagement comme une énigme et en cherche les raisons dans « son appartenance à la franc-maçonnerie »[30] (qui n’est pas avérée pour Montgeroult).

Après deux ans et demi d'enseignement au sein de l'illustre institution, Hélène de Montgeroult démissionna le 22 janvier 1798 (3 Pluviose an VI), officiellement pour raisons de santé, au grand regret des responsables du Conservatoire[31].

Compositrice[modifier | modifier le code]

Dès 1795, la marquise publie ses Trois sonates op. 1.

Au cours des années du Consulat et l'Empire, Hélène poursuit la composition et la publication de son œuvre pour clavier. Elle publie en 1800 trois sonates pour piano opus 2 chez Troupenas à Paris, puis sa Pièce pour piano opus 3, le 25 août 1804. Les opus 4 et 5 de son œuvre, Trois fantaisies (perdues) et Trois sonates sont publiées entre 1804 et 1807. Cette dernière années est également celle de publication de ses 6 nocturnes opus 6. Enfin, le début des années 1810 voit l'achèvement de la conception et de la gravure de son Cour complet pour l'enseignement du fortepiano comprenant 114 études. Cet ouvrage eu un impact non négligeable sur de grands noms de la musique de la génération suivante, tels que Marmontel[32].

Outre la composition, la marquise continue de partager son art dans son Salon où elle réunit ses amis dans le cadre des « lundis de Mme de Montgeroult ». Ils sont l'occasion pour la marquise de réunir ses proches (tels que Maret, Prony ou Girodet) et de jouer de la musique avec des musiciens de son temps tels que Alexandre Boucher, Viotti, Baillot, Cherubini ou Kreutzer[33]. Benjamin Constant put écouter le jeu d'Hélène au cours de la soirée du 5 juin 1814[34].

Au cours de cette période, Hélène de Montgeroult vit une passion amoureuse avec le Baron Louis de Trémont[35] rencontré en 1798.

Sous la Restauration et la Monarchie de Juillet[modifier | modifier le code]

La marquise épousera le Comte Édouard Dunod de Charnage, de 19 ans son cadet, le 19 janvier 1820. Cette année est également celle de la publication du Cour complet pour l'enseignement du fortepiano achevé plusieurs années auparavant. Ce cour complet est par ailleurs la dernière oeuvre publiée par la compositrice qui continue cependant a faire vivre son salon musical dans lequel jouera Ignaz Moscheles vers 1820[36].

En 1826, la marquise est une nouvelle fois veuve suite à la mort accidentelle du Comte. A cette époque, sa santé commença à décliner si bien qu'elle quitta Paris en 1834 pour s'installer avec son fils en Italie : d'abord à Padoue, puis à Pise, puis enfin à Florence[37]. Elle y mourut le et fût enterrée dans le cloître de la Basilique Santa-Croce[38].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Catalogue des œuvres publiées[modifier | modifier le code]

Elle compose entre 1788 et 1812 des œuvres pour piano, dont neuf sonates. Une de ses sonates, la sixième, fait appel à un « accompagnement de violon » et les Six Nocturnes de 1807, sur des textes de Metastase, associent la voix et le piano.

  • 3 Sonates pour le forte-piano, opus 1 (éd. Troupenas 1795)
    1. fa majeur : I. Allegro ; II. Prestissimo. JD 1
    2. mi bémol majeur : I. Allegro con moto ; II. Allegro vivace. JD 2
    3. fa mineur : I. Maestoso con espressione ; II. Allegro agitato. JD 3
  • 3 Sonates pour le forte-piano, opus 2 (éd. Magasin du Conservatoire de musique, c. 1800–1803 ; éd. Troupenas c. 1807)
    1. sol mineur : I. Allegro con moto e espressionne ; II. Presto. JD 4
    2. ut majeur : I. Allegro moderato ; II. Andante quasi allegro ; III. Allegro con brio vivace. JD 5
    3. la mineur, avec accompagnement de violon : I. Agitato ; II. Adagio ; III. Vicace con espressione. JD 6
  • 3 Sonates pour le pianoforte, opus 5 (éd. Mlle Érard c. 1804–1807 ; La Haye, éd. F.J. Weygand 1804–1807 ; Érard 1811) (OCLC 658630796)
    1. majeur : I. Allegro spirituo ; II. Adagio non troppo ; III. Allegro assai ; IV. Presto. JD 11
    2. fa mineur : I. Allegro moderato con espressionne ; III. Allegro agitato con fuoco. JD 12
    3. fa dièse mineur : I. Allegro spirituoso ; II. Adagio non troppo ; III. Presto. JD 13
  • Pièce pour pianoforte en mi bémol majeur, opus 3 (Paris, Mlle Érard ; Lyon Garnier, 1804). JD 7 (notice BnF no FRBNF43163215)
    1. Introduction Adagio non troppo
    2. Adagio sempre legato con espressione

Grande œuvre pédagogique[modifier | modifier le code]

Selon François Miel[39] :

« Madame de Montgeroult combat avec force une habitude qui est peut-être le principal défaut de l'école de piano en France, celle de taper sur les touches. »

En cela, elle anticipe le style pianistique de Chopin en prônant, quarante ans avant lui, de faire du chant le modèle du jeu pianistique, comme elle en rend compte dans sa préface, où le chant est un des motifs cardinaux du jeu pianistique idéal qui revient par toutes les expressions possibles :

« l'art de bien chanter... imiter le bel art du chant... produire l'illusion du chant... la main droite qui joue la partie du chant... quoique le piano ne puisse rendre tous les accent de la voix... comme font les grands chanteurs... pour remplacer les accents et les nuances de la voix... soutenir les sons pour l'imitation du chant... perfectionner l'art du chant, etc. »

Son grand œuvre est le Cours complet pour l'enseignement du pianoforte, entamé pour l'exercice de Johann Baptist Cramer[40], dont la première publication date probablement de 1816[41]. Cette méthode progressive de 711 pages, comporte 972 exercices, 114 études, des Thèmes variés, trois fugues, une Fantaisie). Elle la commença vers 1788 et l'acheva en 1812.

Témoignages du jeu d'interprète[modifier | modifier le code]

La marquise avait la réputation d'être une grande improvisatrice, et celle d'être « le meilleur pianiste de son temps » selon Louis François Dauprat[40],[42]. En effet dans ses « Souvenirs » écrits en 1835 Madame Élisabeth Vigée Le Brun, peintre attitrée et très aimée de la Reine Marie-Antoinette cite Hélène de Montgeroult disant qu'elle « faisait parler les touches »[4].

Selon François Miel[39] :

« Madame de Montgeroult combat avec force une habitude qui est peut-être le principal défaut de l'école de piano en France, celle de taper sur les touches. »

En cela, elle anticipe le style pianistique de Chopin en prônant, quarante ans avant lui, de faire du chant le modèle du jeu pianistique, comme elle en rend compte dans sa préface, où le chant est un des motifs cardinaux du jeu pianistique idéal qui revient par toutes les expressions possibles :

« l'art de bien chanter… imiter le bel art du chant… produire l'illusion du chant… la main droite qui joue la partie du chant… quoique le piano ne puisse rendre tous les accent de la voix… comme font les grands chanteurs... pour remplacer les accents et les nuances de la voix… soutenir les sons pour l'imitation du chant… perfectionner l'art du chant, etc. »

Analyse[modifier | modifier le code]

La critique actuelle note que sa musique semble relier Haydn et Mozart à Schumann, Mendelssohn, Schubert ou encore Chopin[40],[1]. Ainsi le Père Claude Ollivier parle des « pièces de piano qui sont de véritables bijoux, souvent visionnaires, annonçant dans la tradition même d’un Bach les grands du romantisme de Schumann, Chopin à Mendelssohn et Liszt »[43]Jérôme Bastianelli détaille ces rapprochements « Il y a du Schubert, façon Impromptu dans l’Étude no 62 « pour apprendre à chanter en se croisant sur la droite » ; du Chopin, façon opus 10 no 12, dans l'Étude no 107, « pour donner à la main gauche de la rapidité dans un trait continu » ; et même du Brahms, façon Intermezzi, dans l’Étude no 104[44]. » Sylviane Falcinelli ajoute que « Jérôme Dorival n'exagère pas en voyant des anticipations de Schumann, de Chopin et même de Brahms[45],[40],[46] », tandis qu'Alain Cochard voit dans sa musique « un chaînon merveilleux entre Mozart et Chopin[41]. » Marc Vignal n'est pas en reste « Les Études sont romantiques avant la lettre. Elles évoquent Schubert, Mendelssohn et leurs contemporains.[47] ». Jean-Marc Warsawski estime qu'il s'agit d'une « personnalité hors du commun qui appartient déjà au romantisme tant par sa redécouverte de l'œuvre de Bach, en précédant ainsi la génération incarnée par Schumann, Chopin, Mendelssohn et Liszt que par l'aspect visionnaire de sa conception du piano, fondée sur le modèle du chant, et de ses compositions[48]. » Jean-Luc Macia souligne combien « les dix Études et la Fantaisie annoncent les pages équivalentes de Schumann ou Chopin. Une musique inspirée, colorée, sortie de nulle part et pourtant fondatrice.[49]. » Frédéric Platzer remarque que « stylistiquement, on balance souvent entre Beethoven, Mendelssohn et Schumann, c'est dire la qualité d'écriture de la dame[42] » et pose la question de faire d'Hélène de Montgeroult « une des premières musiciennes romantiques »[50]. Jacques Bonnaure précise sa vision : « Sur la nature des Études, il faut bien s’entendre. Il s’agit ici de pièces parfois assez vastes qui s’apparenteraient plus aux Pièces de caractères et autres Klavierstücke du Romantisme allemand.[51] ».

L'hypothèse qui suit est une conséquence de ces remarques : il est possible, en effet que les Grands Romantiques aient eu connaissance de son Cours complet. En tout cas Maria Szymanowska (1789–1831) et Marie Bigot (1786–1820) ont déclaré[52] l'utiliser dans leur propre enseignement, tandis que Sigismund Thalberg (1812–1871) connaissait par cœur puisque la préface de son propre Art du chant appliqué au piano (1853) reprend mot pour mot de nombreux passages du Cours complet, qui a fait l'objet d’une quatrième édition, allemande, vers 1830. En effet dans son travail musicographique « Les pianistes célèbres, silhouettes et médaillons » (1878) Antoine-François Marmontel, professeur au conservatoire de Paris de 1848 à 1887 cite au chapitre XXVI Madame de Montgeroult et dit[53] :

« c'est par la méthode de Madame de Montgeroult que j'ai commencé, il y a plus de cinquante ans, l'étude du piano. Cette date pourrait faire croire que la partie théorique et les considérations esthétiques en sont entièrement surannées. Il n'en est rien cependant et pour ne citer qu'un exemple entre mille, nous ne pouvons mieux faire que de transcrire quelques lignes des conseils donnés par l'auteur dans la préface de son cours. Ses axiomes sur le « bien dire » devraient être présents à la pensée des virtuoses tapageurs qui semblent n'avoir qu'un but, l'étalage de leurs forces musculaires, brisant cordes et marteaux pour faire montre de talent. »

Suit l'extrait de la préface qui décrit ce qu'elle entend par « l'art de bien chanter » sur le piano qui doit s'inspirer de l'art du chant lui-même. Si Marmontel a étudié avec cette méthode c'est que celle-ci était connue et si Marmontel s'est formé avec elle il est assez logique de penser qu'il doit avoir lui-même passé cet héritage à ses élèves, Bizet, Wieniawski, Debussy pour en citer quelques-uns. Il est donc certainement correct vu les périodes, de penser que Thalberg emprunte à de Montgeroult la préface de son propre Art du chant appliqué au piano ou recueille son héritage peut-être sans la citer.

Plus encore, sa musique, aux yeux de la critique musicale actuelle, jette un pont entre l'univers de Jean-Sébastien Bach et les Romantiques. Elle est une des premières à se passionner pour l'œuvre du grand Cantor de Leipzig[40], au point de s'inspirer directement de plusieurs pages du Clavier bien tempéré dans ses propres études (no 19 et 25 par exemple[40]) et de marquer ainsi sa volonté de faire connaître ce style unique[réf. nécessaire].

La grande génération romantique lui est postérieure de près de cinquante ans : Schubert était même plus jeune que son propre fils (né en 1795). L’esthétique de la miniature ou du fragment, qui constitue la chair du piano romantique (Lieder ohne Worte, Mazurkas, Valses, Impromptus, Bagatelles, Pièces de caractère, formes mosaïques) est déjà centrale dans ses études[40]. Il est vrai que le genre de l’étude pour piano est nouveau, et donc propice à toutes les inventions et aux plus grandes audaces. Ce sont des moments souvent fugaces, incarnant chacune une idée pédagogique, mais plus encore une invention musicale originale, expressive et inspirée. Elles sont précédées chacune d’Observations écrites par Hélène de Montgeroult qui sont remarquables par l'acuité didactique dont elles témoignent et par l'esprit d'analyse musicale dont elles représentent peut-être une des premières manifestations. Les autres méthodes de la même époque (Adam[54], Dussek et Pleyel[55], Türk[56]) sont loin d'avoir le même développement que le Cours complet, et donnent assez peu de morceaux de musique, sur lesquels ils ne font d'ailleurs aucun commentaire analytique.

L'œuvre de Hélène de Montgeroult fait l'objet d'études irrégulières : Michel Brenet en 1894[57], Calvert Johnson en 1993[58], Maria van Epenhuysen Rose en 2001[59] et Anne-Noëlle Bouton et Florence Gétreau en 1995[60]. En 2006, Jérôme Dorival publie Hélène de Montgeroult, la Marquise et la Marseillaise, ouvrage de référence[50], ainsi que deux CD en 2006 et 2009, qui ont défrayé la critique musicale en France, avec plus de deux cent critiques publiées entre 2006 et 2010[réf. nécessaire], et établi durablement la réputation d'Hélène de Montgeroult comme un des compositeurs les plus importants de la Révolution et de l'Empire, comme en témoigne sa présence de plus en plus importante dans les concerts et le nombre croissant d'interprètes professionnels l'inscrivant à leurs programmes : François-Frédéric Guy, Ilya Rachkovsky, Bruno Robilliard et Edna Stern par exemple.

Dédicaces[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de compositeurs — parmi eux, deux femmes — lui ont dédié des œuvres, signes évidents de sa réputation d'interprète auprès des musiciens de profession[61], sur plus de quarante ans (1788 à 1829) :

  • Johann David Hermann, Concerto pour piano-forte no 1 en ut majeur, opus 2 (chez l'auteur 1786)[62],[63]
  • Jan Ladislav Dussek, Trois Sonates pour le Clavecin ou le Forte-Piano, dont deux avec Violon obligé et la troisième sans Accompagnement, opus 5 [Craw 41 à 43] (éd. Boyer 1788)[64],[65]
    1. Sonate pour piano-forte et violon en sol majeur
    2. Sonate pour piano-forte et violon en si bémol majeur
    3. Sonate pour piano-forte en la bémol majeur
  • Louis Emmanuel Jadin, Trois sonates pour forte-piano avec accompagnement de violon ad libitum (1795)[66]
    gravure : la comédienne représentée dans l'action d'un rôle
    Julie Candeille dans un de ses rôles de comédienne, en 1792.
  • Julie Candeille, Grande sonate en mi bémol majeur, opus 5 (éd. Imbault 1798)[67]
  • Philippe Libon, Trios à cordes opus 3 (éd. Auguste le Duc 1805)[68]
    1. Trio en la majeur
    2. Trio en ut mineur
    3. Trio en sol majeur
  • Johann Baptist Cramer, Dulce e Utile, six morceaux pour piano-forte, op. 55 (éd. Melles Érard 1810)[69]
    1. Allegretto non tanto ed espressivo (la majeur)
    2. Moderato grazioso (fa majeur)
    3. Allegro giocoso e brillante (ut majeur)
    4. Allegro con brio (sol majeur)
    5. Moderato espressivo assai (fa mineur)
    6. Toccatina. Presto (la bémol majeur)
  • Louise de Caumont, Trois grands préludes pour le piano (éd. vers 1829)[70]    

Éditions modernes[modifier | modifier le code]

  • Sonates pour piano op. 1, Pullman WA : vivace press, 1994 (édition de Calvert Johnson)
  • Sonate pour le pianoforte avec l'accompagnement d'un violon, opus 2 no 3, édition de Martha Furman Schleifer and Sylvia Glickman NY : G.K Hall, 1998 (Women composers, vol. 5)
  • Pièce pour le forte piano op. 3, Pullman WA : vivace press, 1994 (édition de Calvert Johnson)
  • Sonate no 3 en fa mineur, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Sonate no 9 en fadièse mineur, op. 5 no 3, Lyon, Éditions Modulation, 2015 (édition et préface de Jérôme Dorival)
  • Thème varié dans le genre moderne, Éditions Modulation, 2016 (édition de Jérôme Dorival)
  • Pièces romantiques pour piano, cahier 1, éditions Symétrie, 2006 (édition et préface de Jérôme Dorival) (OCLC 645542770)
  • Fantaisie, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Trois fugues et un canon, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Cours complet pour l’enseignement du forte-piano, cahier 1, études 1 à 10, Lyon, Éditions Modulation, 2014 (édition et préface de Jérôme Dorival)
  • 14 dernières études pour piano, édition critique, éditions du Petit Page, 2005 (édition et préface de Jérôme Dorival)
  • Étude no 8, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 7, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 17, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 19, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 21, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 26, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 28, Éditions Modulation, 2016 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 29, Éditions Modulation, 2016 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 35, Éditions Modulation, 2016 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 37, Éditions Modulation, 2016 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 38, Éditions Modulation, 2016 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 41, Éditions Modulation, 2016 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 55, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 60, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 62, Éditions Modulation, 2016 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 65, Éditions Modulation, 2016 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 66, Éditions Modulation, 2016 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 89, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 99, Éditions Modulation, 2016 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 101, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 104, Éditions Modulation, 2016 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 106, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 107, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 110, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 111, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)
  • Étude no 114, Éditions Modulation, 2017 (édition de Jérôme Dorival)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Hélène de Montgeroult, pianiste, compositrice et pédagogue, documentaire enregistré au CNSMDP à l'occasion du 250e anniversaire d'Hélène de Montgeroult (séminaire, Master class et conférences des 4 et 5 décembre 2014) et au château de Montgeroult en 2015 (CREC-DVDvidéo 16/011) (notice BnF no FRBNF45229248)[71],[72].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • La Marquise et la Marseillaise : Études nos 3, 62, 66, 99, 101, 104, 106, 107, 111, 114, Fantaisie, Sonate & Fugue - Bruno Robilliard, piano (2006, Hortus 048) (OCLC 638222142) « 4 étoiles » Le Monde de la musique ; 5 Diapason.
  • À la source du piano romantique : Études nos 7, 51, 75, 77, 97, 99, 110, 112, Sonate no 8 - Nicolas Stavy, piano. France : Hortus (2009, Hortus 058) (OCLC 747236049) 5 Diapason.
  • Montgeroult, 7e sonate en majeur op. 5 no 1 et Étude no 112, avec Schubert Wanderer Fantaise, Chopin Préludes nos 1, 2, 3, 4 et 17 - Ilya Rachkovsky, piano (concert 9 juillet 2006, production Dièse, 204 rue St Martin 75003 Paris)
  • Montgeroult, Sonate en fa mineur op. 1 no 3 - Vivian Montgomery « Spirited Works by Fanny Mendelssohn Hensel, Hélène Montgeroult & Louis Spohr », Pamela Dellal, mezzo-soprano, Diane Heffner, priod clarinet, Vivian Montgomery, fortepiano (A Women and Music Project Production from the Women’s Studies Research Center, Brandeis University. Enregistré en 2010).
  • Sonate en fadièse mineur no 9, Fugue no 1 en fa mineur, Études nos 7, 17, 19, 26, 28, 37, 55, 65, 66, 104, 106, 107, Thème varié dans le genre moderne - Edna Stern, piano Pleyel de 1860 du Musée de la musique, Paris (2017, Orchid Classics ORC100063) (OCLC 981866344).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles et ouvrages anciens[modifier | modifier le code]

Monographies et thèses[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en) Calvert Johnson, « Hélène Montgeroult : Composer and Piano Pedagogue at the Paris Conservatoire », dans Women of note quarterly, I April 1993 p. 18–30
  • (en) Anne-Noëlle Bouton et Florence Getreau, « Un portrait présumé d’Hélène de Montgeroult dans l’ancienne collection d’A. P. de Mirimonde », dans Innovations et traditions dans la vie musicale française au XIXe siècle, Paris, Klincksieck, coll. « Musique, images, instruments » (no 1), 1995, 227 p. (ISBN 2252030097, OCLC 489675957, lire en ligne [PDF]), p. 68–75.
  • (en) Maria Rose van Epenhuysen, « Hélène de Montgeroult and the art of singing Well on the piano », Women & Music, vol. 5,‎ , p. 99–124
  • (en) Julie Anne Sadie, « Montgeroult, Hélène-Antoinette-Marie de Nervo de [Countess de Charnage] », dans Stanley Sadie (éd.), The New Grove Dictionary of Music and Musicians, Londres, Macmillan, seconde édition, 29 vols. 2001, 25 000 p. (ISBN 9780195170672, lire en ligne)
  • Anne-Noëlle Bouton, « Montgeroult », dans Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2003.
  • Jean-Brieux Delbos, Introduction à l’œuvre d’Hélène de Montgeroult (1764-1836) [lire en ligne] sur www.gottschalk.fr
  • Jérôme Dorival, « Hélène de Nervo, marquise de Montgeroult (1764-1836) », dans Vivre en Val d’Oise, mars 2009, p. 34-41.
  • Jérôme Dorival, « A propos du cas Montgeroult : Réflexions sur la construction des « grands récits » musicologiques », dans les Actes du colloque d’Ambronay 2008, Symétrie, 2013.
  • « Hélène de Montgeroult (1764-1836) et l’art de chanter au piano », colloque Les compositrices au siècle de Pauline Viardot, 21 avril 2013 à l’Opéra-Comique [présentation en ligne] [PDF].
  • Jérôme Dorival, « Hélène de Montgeroult , dans Le Dictionnaire universel des créatrices, sous la direction de Béatrice Didier, Mireille Calle-Gruber et Antoinette Fouque, Édition Des femmes – Antoinette Fouque, 2014.
  • Jérôme Dorival, « Hélène de Nervo, marquise de Montgeroult (1764-1836) », dans Dictionnaire des femmes des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2015.
  • Jérôme Dorival, « Hélène de Montgeroult (1764-1836) : Inventer le patrimoine musical et découvrir l’avenir ». Les Cahiers du GADGES, Lyon, 2015.
  • (de) Jérôme Dorival, « Hélène de Montgeroult », article pour M.G.G (2016) [lire en ligne].
  • Jérôme Dorival, « Le cercle de légitimation réciproque : Hélène de Montgeroult entre passé et futur ». Les Cahiers du GADGES no 13, édité par A. Bayle, M. Bombart, F. Boissiéras, I. Garnier, Lyon, Université Jean Moulin - Lyon 3, 2016
  • Images de femmes, coll. « Thème'Axe » (no 13), Éditions Lugdivine, Lyon, 2016, 224 p.  (OCLC 976168639) avec des articles de Claude Dietrich, Jérôme Dorival, Patrick Kersalé et al. [présentation en ligne]
  •  Jérôme Dorival, « Hélène de Mongeroult — Eda Stern », p. 10–12, Orchid Classics ORC100063, 2017 (OCLC 981866344).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Extraits de la Collection de lettres autographes de personnes célèbres des xviiie et XIXe siècles, où figurent 257 notices, notamment sur les musiciens du temps, mêlé de mémoires de baron de Trémont — volumes conservés à la BnF sous la cote fr 12756-12761. Jérôme Dorival considère cette collection comme la « source première » de son étude[75].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dorival 2017, p. 10.
  2. Dorival 2006, p. 24.
  3. Dorival 2006, p. 30.
  4. a et b Louise-Elisabeth Vigée-Lebrun, Souvenirs de Mme Louis-Elisabeth Vigée-Lebrun, vol. I, Paris, H. Fournier, 1835-1837 (lire en ligne), p. 89–90, lettre VI.
  5. Marquise de La Tour du Pin, Mémoires, t. 1 (lire en ligne), p. 158.
  6. Dorival 2006, p. 108–109.
  7. Dorival 2006, p. 223.
  8. (it) Remo Giazotto, Giovan Battista Viotti, Milan, Curci, , 390 p. (OCLC 250587689), p. 97.
  9. Michel de Gouberville, « Une femme dans l'histoire : la marquise de Montgeroult (1764-1836) », Histoire et Généalogie, no 20,‎ , p. 38.
  10. Arthur Pougin, Viotti et l'école moderne du violon, Paris, Schott, , 204 p. (lire en ligne), p. 64.
  11. Lettre de dénonciation du concitoyen Artrain. Archives Nationales, Comité de sûreté générale F7 pièce 4720/1. Citée par Dorival 2006, p. 110–111.
  12. Hélène de Montgeroult, lettre au comte de Litta, Vico Soprano, 28 juillet 1793.
  13. Cité par Dorival 2006, p. 88.
  14. « [sans titre] », Le moniteur universel, Paris, no 17,‎ (ISSN 1169-2510, notice BnF no FRBNF32781405). [lire en ligne la table, p. 263].
  15. Dorival 2006, p. 81–84.
  16. Léon Pélissier, Après l'attentat contre Sémonville et Maret, t. 1, Paris, Revue Historique de la Révolution française, (lire en ligne), p. 514.
  17. Giazotto 1956, p. 266.
  18. Dorival 2006, p. 90.
  19. Lettre de dénonciation du concitoyen Artrain. Archives Nationales, Comité de sûreté générale F7 pièce 4720/1. Citée par Dorival 2006, p. 110–111.
  20. Archives Nationales, Comité de sûreté générale F7 pièce 4720/1. Cité par Dorival 2006, p. 114.
  21. Décret du 27 Germinal et 5 Floréal An II, (16-24 avril 1794), article 1er, 6., (Collection complète des Lois, décrets, etc. ; de 1788 à 1830, par J. B. Duvergier, t. 7, éd. 2, Paris, 1834)
  22. Archives Nationales, AF II 226-227. Cité par Dorival 2006, p. 124.
  23. Gautier 1873, p. 45 sqq.
  24. Dorival 2006, p. 103 sqq.
  25. Testament de Mme de Montgeroult, écrit tout entier de sa main le 10 février 1832.
  26. Dorival 2006, p. 138–139.
  27. La 12 Prairial an V, Archives Nationales, minutier central, Lefebvre, notaire XIX, liasse 913. Cité par Dorival 2006, p. 140.
  28. 16 Thermidor an IV, Décret portant établissement d’un conservatoire de musique à Paris pour l’enseignement de cet art. Collection complète des lois, décrets, etc., par J. B. Duvergier, t. 8., Paris, 1825, p.256
  29. a et b Pierre Constant, Le conservatoire de musique et de déclamation, documents historiques et administratifs, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), p. 129.
  30. Madame de Montgeroult (1764-1836) par Marcel Vilcosqui, sur femmes-et-musique.fr.
  31. Anatole Gruyet, M. His de La Salle : La séance publique annuelle des cinq Académies du 25 octobre 1881, Paris, Typographie de Firmin-Didot et Cie., , p. 8–9. Cité par Dorival 2006, p. 143–144.
  32. Marmontel 1878.
  33. Gruyet 1881, p. 10–11. Cité par Dorival 2006, p. 259.
  34. Benjamin Constant, Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (no 123), , 1681 p. (OCLC 781263302), « Journaux intimes », p. 734 ; cité par Dorival 2006, p. 261, avec la date du mois précédant.
  35. Louis de Trémont, Collection, vol. 4, folios 749-766
  36. (en) Arthur Loesser, Men, Women and Pianos : A social history, New York, Simon & Shuster, , 654 p. (OCLC 269089), p. 285. — Réédition Dover, 1990 (ISBN 0-4862-6543-9), (OCLC 22239968).
  37. Gruyet 1881, p. 22. Cité par Dorival 2006, p. 321.
  38. Both de Tauzia, vicomte. Notice des dessins de la collection His de la Salle exposés au Louvre, Paris 1881, p. 42. Cité par Dorival 2006, p. 317.
  39. a et b François Miel, Mémorial universel de l'Industrie française, des sciences et des arts, Journal du Cercle des Arts, 1822, p. 438-451 : « Mme de Montgeroult sait donner au piano une voix soutenue, des sons qui se prolongent et qui, dociles à rendre tout ce qu’elle sent, deviennent sous ses doigts une source d’expression intarissable. Quand elle joue, on croit entendre un chant vocal, accompagné par un orchestre dont le chanteur serait maître. […] Mme de Montgeroult combat avec force une habitude qui est peut-être le principal défaut de l’école de piano en France, celle de taper sur les touches. […] Heureux le compositeur qui trouve dans Mme de Montgeroult son interprète ! On sait que Mme de Montgeroult est sur le piano une improvisatrice sublime. »
  40. a, b, c, d, e, f et g Programme du concert Hélène de Montgeroult (et Haydn, Schumann, Brahms, Mendelssohn) texte de Jérome Dorival [PDF], p. 4, Cité de la musique, 23 février 2017. Podcast sur France musique.

    « J’ignore pareillement si Mme la marquise de Montgeroult vous a été plus connue, son rang ne lui permettant pas de se faire entendre en public ; mais, outre qu’elle est l’auteur de la plus belle et de la plus complète méthode de piano qui existe, elle était aussi le pianiste modèle de son époque ; et les Clementi, les Dussek, les Cramer ne venaient jamais à Paris sans aller lui rendre leurs hommages. »

  41. a et b Alain Cochard, Hélène de Montgeroult : « Un chaînon merveilleux entre Mozart et Chopin » parle plutôt de 1812. Selon Viotti, 1814 : Dorival 2006, p. 393. Le Grove 2001 place un point d'interrogation en proposant 1820.
  42. a et b Frédéric Platzer, « Bruno Robilliard joue la marquise Hélène de Montgeroult « À Emporter « ResMusica » (consulté le 11 décembre 2016)
  43. Père Claude Ollivier, Radio Notre-Dame, 29 novembre 2006.
  44. Jérôme Bastianelli, Diapason, 2007.
  45. Sylviane Falcinelli, L'Éducation musicale, mars 2009.
  46. Dorival 2006, p. 327.
  47. Marc Vignal, Le Monde de la musique, décembre 2006.
  48. Jean-Marc Warsawski, Musicologie.com, 26 décembre 2006.
  49. Jean-Luc Macia, La Croix, 13-14 janvier 2007.
  50. a et b Frédéric Platzer, « La marquise Hélène de Montgeroult et la Marseillaise « À Emporter « ResMusica » (consulté le 11 décembre 2016)
  51. Jacques Bonnaure, Classica répertoire, no 110, mars 2009.
  52. Dorival 2006, p. 328.
  53. Marmontel 1878, p. 258.
  54. (OCLC 910899804)
  55. (OCLC 803628104)
  56. (OCLC 73144048)
  57. Brenet 1894, p. 142–147.
  58. (en) Calvert Johnson, « Hélène Montgeroult : Composer and Piano Pedagogue at the Paris Conservatoire », dans Women of note quarterly, I April 1993 p. 18–30.
  59. (en) Maria van Epenhuysen Rose, « Hélène de Montgeroult and the art of singing Well on the piano », Women & Music, vol. 5, 2001, p. 99–124.
  60. Bouton et Getreau 1995, p. 68–75.
  61. Dorival 2006, p. 33.
  62. Partition sur disponible sur Gallica ; Notice BnF no FRBNF397867883
  63. Dorival 2006, p. 388.
  64. Dorival 2006, p. 37.
  65. Trois Sonates, op. 5 : partitions libres sur l’International Music Score Library Project.
  66. Dorival 2006, p. 290.
  67. Grande sonate, opus 5 : partitions libres sur l’International Music Score Library Project.
  68. Trios à cordes opus 3 : partitions libres sur l’International Music Score Library Project.
  69. Dulce e Utile, op. 55 : partitions libres sur l’International Music Score Library Project.
  70. Revue musicale, Volume 5 (1829), p. 614.
  71. [vidéo] Hélène de Montgeroult, pianiste, compositrice et pédagogue sur YouTube
  72. Hélène de Montgeroult, pianiste, compositrice et pédagogue, DVD, [livret disponible en ligne] sur conservatoiredeparis.fr.
  73. La Gazette musicale de Paris sur RIPM [PDF], p. xxxii.
  74. Dorival 2006, p. 365.
  75. Dorival 2006, p. 18.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]