Romances sans paroles (Mendelssohn)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Romances sans paroles[1] (Lieder ohne Worte) sont de brèves pièces pour piano composées par Felix Mendelssohn à différentes périodes de sa vie. Elles occupent huit recueils publiés entre 1830 et 1845, dont cinq sont dédiés à des femmes.

Les recueils[modifier | modifier le code]

Note : Seuls les titres avant les parenthèses sont du compositeur ; ceux entre parenthèses ont été imaginés par divers éditeurs.

Opus 19[modifier | modifier le code]

Composé entre 1829 et 1830, le premier recueil a été publié en 1830 à Londres sous le titre Melodies for the Pianoforte :

  1. Andante con moto en mi majeur (« Doux souvenirs ») (MWV U 86) ;
  2. Andante espressivo en la mineur (« Regrets ») (MWV U 80) ;
  3. Molto allegro e vivace en la majeur (« Jägerlied » / « La chasse ») (MWV U 89) ;
  4. Moderato en la majeur (« Confiance ») (MWV U 73) ;
  5. Agitato en fa dièse mineur (« Agitation ») (MWV U 90) ;
  6. Andante sostenuto en sol mineur « Venezianisches Gondellied  » (« Chanson de gondolier vénitienne ») (MWV U 78).

Opus 30[modifier | modifier le code]

Allegretto tranquillo en fa dièse mineur, op. 30 no 6

Composé entre 1833 et 1834 et dédié à Elisa von Woringen, il a été publié en à Bonn sous le titre Lieder ohne Worte, comme le seront les suivants :

  1. Andante espressivo en mi bémol majeur (« Contemplation ») (MWV U 103) ;
  2. Allegro di molto en si bémol mineur (« Trouble ») (MWV U 77) ;
  3. Adagio non troppo en mi majeur (« Consolation ») (MWV U 104) ;
  4. Agitato e con fuoco en si mineur (« Le vagabond ») (MWV U 98) ;
  5. Andante grazioso en majeur (« Le ruisseau ») (MWV U 97) ;
  6. Allegretto tranquillo en fa dièse mineur « Venezianisches Gondellied  » (« Chanson de gondolier vénitienne ») (MWV U 110)
    Il s'agit du second Gondellied après l'opus 19 no 6.

Opus 38[modifier | modifier le code]

Composé entre 1836 et 1837 et dédié à Rosa von Woringen, il a été publié en  :

  1. Con moto en mi bémol majeur (« Étoile du soir ») (MWV U 121) ;
  2. Allegro non troppo en ut mineur (« Bonheur perdu ») (MWV U 115) ;
  3. Presto e molto vivace en mi majeur (« La harpe du poète ») (MWV U 107) ;
  4. Andante en la majeur (« Espoir ») (MWV U 120) ;
  5. Agitato en la mineur (« Appassionata ») (MWV U 137) ;
  6. Andante con moto en la bémol majeur « Duetto » (« Duo ») (MWV U 119)
    Le titre du morceau, dû à Mendelssohn, se réfère aux deux mélodies qui composent la pièce et sont censées représenter chacune un chanteur.

Opus 53[modifier | modifier le code]

Composé entre 1839 et 1841 et dédié à Sophia Horsley, il a été publié en  :

  1. Andante con moto en la bémol majeur (« Sur la grève ») (MWV U 143) ;
  2. Allegro non troppo en mi bémol majeur (« Nuages floconneux ») (MWV U 109) ;
  3. Presto agitato en sol mineur (« Agitation ») (MWV U 144) ;
  4. Adagio en fa majeur (« Tristesse de l’âme ») (MWV U 114) ;
  5. Allegro con fuoco en la mineur « Volkslied » (« Chanson folklorique ») (MWV U 153) ;
  6. Molto allegro vivace en la majeur (« La fuite ») (MWV U 154).

Opus 62[modifier | modifier le code]

Andante maestoso en mi mineur, op. 62 no 3
Allegro con anima en sol majeur, op. 62 no 4

Composé entre 1842 et 1844 et dédié à Clara Schumann, il a été publié en . Outre une autre Venezianisches Gondellied, il contient le célèbre Frühlingslied (« Chanson de printemps »), composé pour l'anniversaire de Clara en 1842[2] :

  1. Andante espressivo en sol majeur (« Brise de mai ») (MWV U 185) ;
  2. Allegro con fuoco en si bémol majeur (« Le départ ») (MWV U 181) ;
  3. Andante maestoso en mi mineur (« Trauermarsch » / « Marche funèbre ») (MWV U 177)
    Orchestrée par Ignaz Moscheles, elle fut jouée aux funérailles de Mendelssohn ;
  4. Allegro con anima en sol majeur (« Chant du matin ») (MWV U 175) ;
  5. Andante con moto en la mineur « Venezianisches Gondellied  » (« Chanson de gondolier vénitienne ») (MWV U 151)
    Il s'agit du troisième Gondellied après les opus 19 et 30 nos 6 ;
  6. Allegretto grazioso en la majeur ( « Frühlingslied » / « Chanson de printemps ») (MWV U 161).

Opus 67[modifier | modifier le code]

Presto en ut majeur, op. 67 no 4

Composé entre 1843 et 1845 et dédié à Sophie Rosen, il a été publié en  :

  1. Andante en mi bémol majeur (« Méditation ») (MWV U 180) ;
  2. Allegro leggiero en fa dièse mineur (« Illusions perdues ») (MWV U 145) ;
  3. Andante tranquillo en si bémol majeur (« Chant du pèlerin ») ( MWV U 102) ;
  4. Presto en ut majeur (« Spinnerlied » / « La fileuse ») (MWV U 182)
    Le surnom du morceau est dû au rythme de la main gauche pouvant évoquer la rotation d'un rouet ;
  5. Moderato en si mineur (« La complainte du berger ») (MWV U 184) ;
  6. Allegro e non troppo en mi majeur (« Berceuse ») (MWV U 188).

Opus 85[modifier | modifier le code]

Publié à titre posthume en , il regroupe des œuvres composées entre 1834 et 1845 :

  1. Andante espressivo en fa majeur (« Rêverie ») (MWV U 189) ;
  2. Allegro agitato en la mineur (« L’adieu ») (MWV U 101) ;
  3. Presto en mi bémol majeur (« Délire ») (MWV U 111) ;
  4. Andante sostenuto en majeur (« Élégie ») (MWV U 190) ;
  5. Allegretto en la majeur (« Le retour ») (MWV U 191) ;
  6. Allegretto con moto en si bémol majeur (« Chanson du voyageur ») (MWV U 155).

Opus 102[modifier | modifier le code]

Publié à titre posthume en , il rassemble des œuvres écrites entre 1842 et 1845 :

  1. Andante un poco agitato en mi mineur (« Sans foyer ») (MWV U 162) ;
  2. Adagio en majeur (« Regard sur le passé ») (MWV U 192) ;
  3. Presto en ut majeur (« Tarentelle ») (MWV U 195) ;
  4. Un poco agitato, ma andante en sol mineur (« Les gémissements du vent ») (MWV U 152) ;
  5. Allegro vivace en la majeur (« Kinderstück » / « Pièce pour enfant ») (MWV U 194) ;
  6. Andante en ut majeur (« Croyance ») (MWV U 172).

Une septième pièce, Allegretto non troppo en la majeur « Boat song » (« Barcarole »), WoO 10, composée en 1837, complète l’édition de Constantin von Sternberg chez Schirmer, New York (1915).

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Romances sans paroles, partitions libres sur l’International Music Score Library Project.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parfois appelées Chansons sans paroles.
  2. Les Romances sans paroles de Mendelssohn