Ignace Joseph Pleyel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ignace Joseph Pleyel
Description de cette image, également commentée ci-après
Ignaz Pleyel.
Nom de naissance Ignaz Josef Pleyl
Naissance
Ruppersthal (Aujourd'hui dans Großweikersdorf)
Drapeau de l'Autriche Archiduché d'Autriche
Décès (à 74 ans)
Paris, Flag of France.svg Royaume de France
Activité principale Compositeur, éditeur de musique et fabricant de pianos
Activités annexes éditeur de musique
Lieux d'activité Paris
Années d'activité Éditeur : 1797—1834
Facteur de pianos : 1807~
Maîtres Joseph Haydn, Jean-Baptiste Vanhal

Ignace Joseph Pleyel ([plɛjɛl], né à Ruppersthal (de) (aujourd'hui dans Großweikersdorf) près de Vienne le — mort à Paris le ) est un compositeur, éditeur de musique et facteur de pianos d'origine autrichienne naturalisé français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît Ignaz Pleyl (pron. allemande [ˈplaɪ̯.l̩], sans le « e ») de Martin Pleyl, maître d'école, organiste et sacristain en une seule personne[2],[3]. Son fils Ignaz compte parmi ses élèves et il lui donne sa première éducation musicale. Ignaz montrant un certain talent musical, ses parents l'envoient en formation à Vienne. À douze ans il s'y perfectionne auprès du compositeur Jean-Baptiste Vanhal. C'est le comte Ladislaus (1746–1786), membre de la célèbre famille Erdődy, qui comme mécène lui procure les fonds nécessaires pour étudier auprès de Joseph Haydn à Eisenstadt.

En 1777, Pleyel est nommé directeur de la musique de cour de son mécène, puis devient maître de musique et chef d’orchestre à la cour du Prince Esterhazy à Eisenstadt et publie en 1782 un premier quatuor à cordes. Plusieurs sources supposent qu'il effectue à cette époque des séjours de perfectionnement en Italie[4]. En 1783, une place est libre à la cathédrale de Strasbourg[2],[5]. Il est nommé en 1784 directeur de la musique de la cathédrale, sous les ordres de François-Xavier Richter ; il lui succède à sa mort en 1789 comme maître de chapelle[6]. Entre-temps, il a obtenu la nationalité française et a adopté le nom d'Ignace Pleyel. Cela ne va pas l'empêcher pour autant d'être bientôt suspect aux yeux des révolutionnaires.

Les troubles politiques qui accompagnent la Révolution française le poussent à partir, en , pour l’Angleterre (où il retrouva Joseph Haydn) sur invitation des Professional Concerts dirigés par le violoniste Wilhelm Cramer. À Londres, en 1791, son ancien professeur et ami Joseph Haydn a beaucoup de succès aux Concerts Salomon. Le concurrent de Salomon (le Professional Concert) fait venir Pleyel pour tenir l'affiche contre Haydn ; le succès de Pleyel est lui-même « prodigieux »[7] et le retentissement du duel maître — élève dépasse les frontières de l'Angleterre.

À son retour en France, il est arrêté par les révolutionnaires, il perd son poste de maître de chapelle à la cathédrale de Strasbourg.

Sous la Terreur, il comparaît pas moins de sept fois devant le Comité de salut public et ne devra son salut qu’à la composition notamment de l’hymne fleuve La Révolution du [2] (voir plus bas). Dès lors il est sollicité de nombreuses fois pour composer ou jouer des hymnes lors de fêtes révolutionnaires, il avait déjà composé en 1791 un Hymne à la liberté avec Rouget de Lisle. Il compose les pièces révolutionnaires : La Prise de Toulon, Hymne de Pleyel chanté au Temple de la Raison, Hymne à l'Être Suprême et l'hymne fleuve cité plus haut La Révolution du ou le Tocsin allégorique, toutes en l'an II. Cette dernière œuvre, pour l'anniversaire de la journée du 10 août 1792, est composée en quelque sorte le fusil sur la tempe après un travail de sept jours et sept nuits, avec deux gendarmes à la porte et le librettiste lui donnant ses instructions[8]. Les révolutionnaires enthousiastes vont alors l'inscrire au tableau d'honneur des artistes révolutionnaires[2]. Il a probablement contribué à la musique de La Marseillaise[2], bien que la paternité exacte de la mélodie de l'hymne national français reste toujours discutée[9]. De retour à Strasbourg, il achète le château d'Ittenwiller à Saint-Pierre.

Après la chute de Robespierre et la fin de la Terreur, avec l'avènement du Directoire le calme revenant peu à peu en France, on le retrouve en 1795 à Paris. Sa musique, point trop technique ou difficile, est célèbre. Il ouvre son premier commerce de musique et une maison d'édition musicale ouverte dans le quartier de la Chaussée d'Antin. Au même moment, il élabore une Méthode pour le piano forte avec Jan Ladislav Dussek, et publie certaines de ses œuvres, puis celles de ses confrères. Il crée, quelques années plus tard, une collection de partitions en format de poche à bas prix qu’il appela la « Bibliothèque musicale ». Les éditions de la Maison Pleyel, fondée en 1797, publieront durant leurs 39 ans de vie environ 4 000 compositions, dont une édition complète des quatuors à cordes de Haydn (1801) et des œuvres d'Adam, Boccherini, Beethoven, Clementi, Cramer, Dussek, Hummel et Onslow[10],[11].

La fabrique Pleyel à Saint-Denis, avant 1903.

Désirant adapter les instruments aux exigences des compositeurs et interprètes, il conçoit en 1802 son premier piano (prémices de la Maison Pleyel) muni d'un échappement simple où les cordes sont frappées par un marteau et non plus pincées (comme pour le clavecin). Le mérite de l'« échappement double », qui permet la répétition rapide d'une note, reviendra pour sa part à Érard en 1821). Pleyel dépose son brevet en 1807.

Pleyel revient à Vienne pour affaires en 1805, délaissant de plus en plus la composition ; il y revoit son vieux maître Haydn et entend jouer Beethoven, autre élève de Haydn. Il fonde en 1809 la manufacture de pianos qui porte son nom. Les affaires prennent davantage d'importance dans sa vie et sa production musicale en souffre, Pleyel composant encore quelques duos pour violon et alto en 1812. Aucune autre œuvre ne semble avoir été composée après cette date.

En 1788, Pleyel a épousé Françoise-Gabrielle Lefebvre, la fille d'un tisserand strasbourgeois. Le couple a eu quatre enfants, l'aîné étant leur fils Camille. Marie Moke (1811-1875), l'épouse de Camille, était une pianiste parmi les plus accomplies de son temps.

Vers la fin de sa vie, il se retire loin de Paris, à Saint-Prix, et s'y livre au jardinage. Il y meurt en 1831. La tombe familiale se trouve au cimetière du Père-Lachaise.

Son fils Camille continuera son travail à la tête de la fabrique de pianos Pleyel. Il sera à l'origine de la première salle Pleyel, déplacée depuis mais aujourd'hui encore un des hauts lieux de la vie musicale à Paris.

Pleyel est cité comme compositeur maçonnique[12],[13].

Œuvres[modifier | modifier le code]

photo : piano Pleyel
Piano Camille Pleyel de Chopin à Valldemossa.

À la fin du XVIIIe siècle, Ignace Pleyel était un des musiciens français les plus populaires et les plus joués, son talent était unanimement apprécié, y compris par ses confrères, au premier rang desquels Wolfgang Amadeus Mozart. Il est à cette époque un compositeur prolifique, et il laissa derrière lui une œuvre abondante : quarante et une symphonies, six symphonies concertantes, soixante-quatre duos, deux opéras, et de très nombreux octuors, septuors, quintettes ou quartettes (voir le détail qui suit).

Pleyel est un exemple de ces compositeurs qui furent célébrissimes en leur temps (sa musique s'était fait un chemin jusque dans la Sacred Harp des États-Unis) mais dont la musique est aujourd'hui presque tombée dans l'oubli.

Œuvres orchestrales[modifier | modifier le code]

Pleyel a laissé de nombreuses compositions, dont les plus connues sont instrumentales :

  • 41 symphonies composées entre 1778 et 1805
  • 6 symphonies concertantes
    • Ben111 : pour violon, alto, violoncelle et hautbois, en mi-bémol majeur (1786)
    • Ben112 : pour violon et alto, en si majeur (1791)
    • Ben113 : pour deux violons, alto, violoncelle, flûte, hautbois et basson, en fa majeur (1792)
    • Ben114 : pour deux violons (ou piano et violon), en la majeur (1792)
    • Ben115 : pour flûte, hautbois, cor et basson (ou violon), en fa majeur (1805)
    • Ben115a : pour flûte, hautbois, cor et basson (ou violon), en fa majeur (1805)
    • Ben116 : pour piano et violon, en fa majeur (?)
  • 9 concertos (dont un perdu)
    • Ben101 : pour violoncelle, en ut majeur (1782-84)
    • Ben102 : pour violoncelle, en majeur (1782-84, perdu)
    • Ben103 : pour violon, en majeur (1785-87)
    • Ben103a : pour violon, en majeur (1788)
    • Ben104 : pour violoncelle, en ut majeur (1788-89)
    • Ben105 : pour alto ou violoncelle, en majeur (1790)
    • Ben106 : pour clarinette ou flûte ou violoncelle, en ut majeur (1797)
    • Ben107 : pour basson en si-bémol majeur (?)
    • Ben108 : pour violoncelle en ut majeur (?)

Musique vocale[modifier | modifier le code]

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • 17 quintettes
  • 85 quatuors, dont 70 quatuors à cordes :
    • Op. 1 : Ben301 à 306 (1782-83), dédiés au Comte Erdődy et admirés par Mozart dans une lettre adressée à son père Leopold le .
    • Op. 2 : Ben307 à 312 (1784), dédiés à Joseph Haydn.
    • Op. 3 : Ben313 à 318 (1785)
    • Op. 4 : Ben319 à 324 (1786)
    • Op. 5 : Ben325 à 326 (1786? Probablement avant 1782)
    • Ben327 à 330 (1786?)
    • Ben331 à 342 (1786), dédiés à Frédéric-Guillaume II de Prusse.
    • Ben343 à 345 (1788)
    • Ben346 à 351 (1788), dédiés au Prince de Galles, futur George IV.
    • Ben352 (1788)
    • Ben353 à 358 (1791), dédiés à Ferdinand Ier.
    • Ben359 à 364 (1792)
    • Ben365 à 367 (1803), dédiés à Luigi Boccherini.
    • Ben368 à 370 (1810)
  • 48 trios
  • 64 duos

Écrits[modifier | modifier le code]

Les pianos Pleyel[modifier | modifier le code]

Articles principaux : Pleyel et Cie et Salle Pleyel

L’entreprise de pianos Pleyel et Cie a été fondée par Ignace Pleyel et poursuivie par son fils, Camille (1788-1855). L’entreprise a fourni des pianos utilisés par Frédéric Chopin, qui considérait les pianos Pleyel comme « nec plus ultra[15] » du piano.

Depuis 2017, la marque est la propriété de la société Algam[16], distributeur officiel de 150 marques d'instruments de musique et de matériel audio. Le rachat des pianos Pleyel est intervenu à l'initiative de Gérard Garnier[17], président d'Algam[18],[19],[20] qui relance la production de pianos français, la sortie des premiers exemplaires intervient à partir fin 2021 et de début de 2022.

En septembre 2009, le facteur de pianos Paul McNulty a créé une réplique du modèle de 1830 du piano de Pleyel, qui se trouve maintenant dans la collection de l'Institut Fryderyk Chopin à Varsovie et a été utilisé lors du 1er concours international de piano sur instruments d'époque[21].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-Joseph Fétis, « Pleyel (Ignace) », Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, Paris, Firmin-Didot, vol. 7,‎ 1866-1868, p. 75–79 (lire en ligne)
  • Geneviève Honegger, « Pleyel à Strasbourg durant la Terreur », dans Revue de musicologie 73, no 1 (1987), p. 113-119.
  • (en) Rita Benton et Jeanne Halley, Pleyel as music publisher : a documentary sourcebook of early 19th-century music, Stuyvesant, Pendragon Press, coll. « Annotated reference tools in music » (no 3), , xxviii-398 p. (OCLC 679035883)
  • Marion Arnaud, Pleyel, une histoire tournée vers l’avenir, Paris, La Martinière, , 159 p. (ISBN 2-7324-3338-1)
  • Jean Jude, Pleyel 1757-1857 La passion d'un siècle, Fondettes, Imprimerie du Centre Loire, , 346 p. (ISBN 978-2-9531198-0-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Pleyel family (i) », sur Grove Music Online (DOI 10.1093/gmo/9781561592630.article.21940, consulté le )
  2. a b c d et e (de) « Né à Ruppersthal ». Ignaz Pleyel - Kompositeur und Klavierfabrikant Chopins, Dietmar Griesers, Die Presse, 4/5 mars 2000.
  3. Uwe Langer, « IPG - Internationale Ignaz Joseph Pleyel Gesellschaft », sur www.pleyel.at (consulté le )
  4. (en) Rita Benton, « Pleyel family », dans Grove Music Online, Oxford University Press, Inscription nécessaire
  5. Mathorez, Jules. Les Allemands, les Hollandais, les Scandinaves. Histoire de la formation de la population française : les étrangers en France sous l'ancien régime, 2. Paris: Champion, 1921.
  6. Benton, Rita (1966). "London Music in 1815, as Seen by Camille Pleyel". Music & Letters. 47 (1): 34–47. ISSN 0027-4224.
  7. Fétis 1868, p. 75 écrit : « Le succès de la musique de Pleyel fut prodigieux. Il s'était surpassé et s'était montré digne de lutter avec son illustre maître. » Contrairement à ce que dit Fétis, les œuvres londoniennes de Pleyel n'ont pas été perdues : David M. Guion, The trombone: its history and music, 1697—1811, p. 270.
  8. Fétis 1868, p. 75 : écrit que lors de la première exécution, le premier son, donné par des cloches rapportées de partout suspendues à la coupole de la cathédrale, fut un accord parfait « qui produisit un effet si extraordinaire, que Pleyel s'évanouit ».
  9. Xavier Maugendre, L'Europe des hymnes dans leur contexte historique et musical, 1996, p. 11–50.
  10. Benton, Rita (1979). "Pleyel as Music Publisher". Journal of the American Musicological Society. 32 (1): 125–140.
  11. Cooper, John Michael (2013-10-17). Historical Dictionary of Romantic Music. Scarecrow Press. (ISBN 978-0-8108-7484-8). p. 466
  12. Liste de musiciens maçonnique sur le site du Groupe de Recherches Maçonniques Interobédientiel
  13. Hill, Cecil (1980). "Masonic music", in The New Grove Dictionary of Music and Musicians, ed. Stanley Sadie, vol. 11, 753-756
  14. Genre pour lequel Haydn lui-même a écrit.
  15. Chopin's letters. By Chopin, Frédéric, 1810-1849; Voynich, E. L. (Ethel Lillian), 1864-1960; Opienski, Henryk, 1870-1942
  16. Algam : Instruments de musique et matériel audio Site de la société Algam
  17. Journal Les Echos, « Gérard Garnier, de la flûte en roseau au piano Pleyel » 06/08/2018, lire en ligne
  18. Journal Ouest France, « Artisanat, Algam ressuscite les pianos Pleyel » 30/05/2017, lire en ligne
  19. Journal Ouest France, « Musique. Les pianos Pleyel renaissent à Thouaré-sur-Loire » 24/01/2018, lire en ligne
  20. Journal Les Echos, « Algam fait renaître les pianos Pleyel » 11 oct. 2018, lire en ligne
  21. (en) « I Międzynarodowy Konkurs Chopinowski na Instrumentach Historycznych », sur iccpi.eu (consulté le )

Liens contextuels[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]