Fours (Nièvre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fours
Fours (Nièvre)
La place centrale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Château-Chinon (Ville)
Intercommunalité Communauté de communes Bazois Loire Morvan
Maire
Mandat
David Bongard
2020-2026
Code postal 58250
Code commune 58118
Démographie
Population
municipale
643 hab. (2018 en diminution de 6,13 % par rapport à 2013)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 05″ nord, 3° 43′ 13″ est
Altitude Min. 201 m
Max. 263 m
Superficie 25,53 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Luzy
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Fours
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 14.svg
Fours
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fours
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fours

Fours est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à 56 km de Nevers, 56 km d'Autun et 22 km de Decize, Fours est un petit village de 696 habitants (population légale de 2012) du sud-est de la Nièvre, dans le Morvan, et traversé par la route nationale 81.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux, écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Les Grandes Cours
  • Le Chariol

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fours est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1261, des vieux titres citent la maison et le bois de Fours (« villa et boscum de Furnis »). Les maisons construites dans les bois devinrent paroisse et la cure de « domibus in longa sylva », qui dépendait de l'archiprêtré de Moulins-Engilbert, fut désignée en français sous le nom de Maisons-en-longue-sylve ou Maisons-en-longue-salle. Créée à partir des deux anciennes paroisses, Maisons et Saint-Sulpice, Fours en 1229 est un hameau entre ces deux paroisses qui est mentionné dans les textes de cette date et de 1261. En ce lieu se trouvaient les forges du Battant. Au début du XVIIe siècle, la verrerie Grande Catherine fut installée au milieu des bois et, en 1790, l'ensemble forma une agglomération qui deviendra chef-lieu de canton en 1800.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Maires depuis la Révolution[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Georges Pereira PS Médecin
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2018, la commune comptait 643 habitants[Note 2], en diminution de 6,13 % par rapport à 2013 (Nièvre : −4,36 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8007578081 0731 2661 4071 4101 4441 507
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5141 3711 4591 4791 5731 5531 6391 7151 574
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5171 4501 3591 2351 2271 0399731 024831
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
859843779779734780761758696
2017 2018 - - - - - - -
645643-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9]. |recens-prem=200.)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 1er avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Ducroizet (texte), Robert Pommery (illustration), « Le canton de Fours », La Camosine, les Annales des Pays nivernais, n°154, 2013, p.14-18.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :