Rémilly (Nièvre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rémilly
Rémilly (Nièvre)
Vue sur Rémilly et son église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Château-Chinon(Ville)
Canton Luzy
Intercommunalité Communauté de communes Bazois Loire Morvan
Maire
Mandat
Jean-Paul Margerin
2014-2020
Code postal 58250
Code commune 58221
Démographie
Gentilé Rominois, Rominoises
Population
municipale
156 hab. (2015 en diminution de 7,14 % par rapport à 2010)
Densité 4,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 12″ nord, 3° 48′ 56″ est
Altitude Min. 210 m
Max. 347 m
Superficie 36,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rémilly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rémilly

Rémilly (Rumilacum, Remiliacum) est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Rominois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Rémilly
Montaron Vandenesse Sémelay
Thaix
Fours
Rémilly
La Nocle-Maulaix Savigny-Poil-Fol Lanty

Les mairies voisines sont à :

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est montagneux au sud et marécageux dans le nord.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • L'Alène (autrefois : Halène) traverse la commune d'est en ouest.
  • Le Bulvin, ruisseau affluent de l'Alène.

Hameaux, villages, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • Champ de la Presle - Milleries - Charnay - Montreuil - château des Besaces - Saint Michel (jadis : Saint-Michel-en-Longue-Salle) - Pré de la Rivière.

Histoire[modifier | modifier le code]

De nombreux vestiges gallo-romains furent retrouvés sur le sol de la commune : ruines de villas, voies, tuiles à rebords, des poteries et urnes funéraires. Aux Milleries exista un établissement d'importance au vu des ruines qui y furent découvertes et des quatre voies romaines qui y aboutissaient.

Deux tertres existaient encore au XIXe siècle, près de Montreuil et au château des Besaces .

Godefroy, évêque de Langres (1139-1163), donne à l'abbaye de la Bussière les deux paroisses d'Agey et de Gissey avec leurs dépendances : Baume-la-Roche (Baulme-la-Roche) et la moitié de la paroisse de Remilly, et exempte les moines de toutes dîmes et exactions[1].

La paroisse de Rémilly, déjà citée au XIe siècle, faisait autrefois partie de l'archiprêtré de Moulins-Engilbert. Fromond, évêque de Nevers (1121-~1144/1145), donna le patronage de cette cure au chapitre de sa cathédrale, qui le vendit le à la chartreuse d'Apponay, pour la somme de six livres en principal et une rente annuelle de une livre payable annuellement le jour de la Quasimodo, avec obligation de nommer à ladite cure une personne suffisante et capable[2]. En 1682 la paroisse de Saint-Michel-en-Longue-Salle (aujourd'hui Saint-Michel) est rattachée à Rémilly. Elle possède une église du XIe siècle dont il ne reste que le chœur et l'abside.

Le Guillaume Billaud, curé de la paroisse, fait l'acquisition de la place de l'ancienne maison-forte pour sept deniers de rente annuelle. Il revend celle-ci à l'abbaye d'Apponay le pour huit sous, un picotin d'avoine de boudelage et une rente de sept deniers, payable à la Saint-Martin d'hiver[3].

Le village perché au nord de la commune, sur l'autre rive de la rivière s'appelait autrefois : Saint-Michel-en-Longue-Salle (Sanctus Michaël in Logâ Silvâ) et était une paroisse indépendante de Rémilly, réunie à celle-ci le . Il existait jadis un moulmin sur la rivière. Dans la vallée au nord, de l'autre côté de la rivière se trouvait une motte, entourée de larges fossés et ombragée de grands arbres. On y reconnaissait des vestiges autres qu'une tour.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Religieuse[modifier | modifier le code]

Curés connus

Civile[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1817 Claude Anne Saclier    
1818 1836 Joseph Honoré Aubergy    
1837 1839 Edmé Febvre    
1840 1845 Salomon-Cohen Louis Rousseau    
1846 1851 Charles Jospeph Simon    
1852 1854 Simon Martinet    
1855 1894 Louis Alfred Aubergy    
1894 1918 Gabriel Aubergy    
1919 1921 François Richard    
1921 1925 Francois Alexandre (Après le décès de François Richard)   Agriculteur
1925 1935 René Aubergy    
1935 1935 Jean Marie Sauvaget (Après le décès de René Aubergy)    
1935 1939 Simon Leclair    
mars 2001 mars 2008 René Trinquet   Agriculteur
mars 2008 en cours Jean-Paul Margerin   Professeur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2015, la commune comptait 156 habitants[Note 1], en diminution de 7,14 % par rapport à 2010 (Nièvre : -3,57 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6496968631 0331 1321 2181 1241 0891 145
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1151 081676716756773826808837
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
809806754711645570561568442
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
424394389304230189179177158
2015 - - - - - - - -
156--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Religieux
  • Le principal monument de Rémilly est la chartreuse Notre-Dame d'Apponay (dont il ne reste que les ruines), sur le bord de la route de Luzy à Decize. Fondée en 1185 par Théobald, évêque de Nevers du consentement de Jean, doyen du chapitre de sa cathédrale, et de tous les chanoines réunis, donna cette ferme, consistant en bois, prés, terres, eaux et généralement tout ce qu'ils pourraient acquérir, aux enfants de saint Bruno, à condition d'y fonder une maison de leur ordre.
    Aujourd'hui, ce lieu est composée d'un ensemble de bâtiments, dont une église de brique XIIIe siècle et XIVe siècle, divers bâtiments du XVIe siècle et XVIIe siècle, le logis du prieur XVIIe siècle, une chapelle XVIIIe siècle.
  • La chapelle Saint-Michel, romane XIIe siècle, construite sur une source de dévotion, restes de l'église paroissiale de Saint-Michel l'abside et le chœur au-dessus duquel s'élevait un clocher en bois qui fut abattu. Elle servait de grange à fourrage en 1865. Le patronage de cette cure qui fut annexée à Rémilly le était au prieur du prieuré Saint-Pierre-Saint-Paul de Sémelay. Les dîmes se partageaient entre les prieurs de la chartreuse d'Apponay, le prieuré Notre-Dame de Coulonges-lès-Cercy, et le prieuré Saint-Blaise de Mazille. Sous l'abside existait une ancienne crypte, avec un autel et une fontaine, dite de Sainte-Claire, où il se faisait autrefois un grand pèlerinage. Le seuil du portail de l'Ouest fut remplacé par une porte de grange, est formé d'une pierre tombale portant figure de chevalier sous une arcade trilobée. Elle est datée de la fin du XIIIe siècle, début du XIVe siècle. Il n'est pas possible d'en déchiffrer les caractères gothiques.
  • Chapelle Sainte-Radegonde (antique chapelle au sud-ouest de l'antique monastère elle fut brûlée et détruite en 1856).
Civils

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Jacques-François Baudiau, Le Morvand, Nevers, 1865; 3e éd. Guénégaud, Paris, 3 vol., t.I, pp.462-478.
  • Roland Niaux, Remilly (Nièvre), notice historique (1994), publication électronique 2006-2007, éditeur Viviane Niaux. [1]
  • Pierre de Bretizel, membre du Comité français d'Hydrogéologie,Les eaux souterraines de la commune de Rémilly, Décembre 2007. Chronique des Sources et Fontaines N°14. Texte en ligne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jules Marion, Notice sur l'abbaye de La Bussière (Côte-d'Or), vol. 4, Bibliothèque de l'école des chartes, 1843 (lire en ligne), chap. 1, p. 555.
  2. Titre de concession, Abbé Baudiau, op.cit. p.464.
  3. "Ancienne maison-forte" : vraisemblablement la butte dans le pré de la Rivière au Nord de la commune et désigné sous le nom de vieux château.
  4. Archives départementales de la Nièvre, série B, Présidial de Saint-Pierre-le-Moustier
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.