Bellevaux (Haute-Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bellevaux.

Bellevaux
Bellevaux (Haute-Savoie)
Vue sur une partie de la vallée de Bellevaux.
Blason de Bellevaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Thonon-les-Bains
Canton Thonon-les-Bains
Intercommunalité CC du Haut-Chablais
Maire
Mandat
Jean-Louis Vuagnoux
2014-2020
Code postal 74470
Code commune 74032
Démographie
Gentilé Ballavauds
Population
municipale
1 282 hab. (2015 en diminution de 3,25 % par rapport à 2010)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 15′ 27″ nord, 6° 31′ 55″ est
Altitude Min. 806 m
Max. 2 244 m
Superficie 48,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Bellevaux

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Bellevaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bellevaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bellevaux
Liens
Site web bellevaux.fr

Bellevaux est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 74032.png

La commune de Bellevaux est située dans la vallée du Brevon, dans le Chablais français. Elle se trouve à 25/30 km au sud de Thonon-les-Bains, elle-même située sur la rive française du lac Léman.

Voir le lac de Vallon, le Roc d'Enfer, le Brevon, le lac de Pététoz, la cascade de la Diomaz, le Jardin Alpin.

Rose des vents Lullin Vailly La Baume Rose des vents
Habère-Poche N Seytroux
O    Bellevaux    E
S
Habère-Lullin Mégevette, Mieussy La Côte-d'Arbroz
Saint-Jean-d'Aulps

Les communes limitrophes de Bellevaux sont Habère-Lullin, Habère-Poche, Lullin, Vailly, Mégevette, La Baume, Seytroux, Saint-Jean-d'Aulps, La Côte-d'Arbroz et Mieussy.

La Chèvrerie et le Roc d'Enfer.

Autour du chef-lieu, une grande quantité de hameaux s'étagent sur plus de 300 mètres de dénivelé :

  • Chez Maurice (829 m)
  • le Borgel (860 m)
  • la Cour (870 m)
  • la Côte (1 150 m)
  • la Douai (1 024 m)
  • les Pontets (1 126 m)
  • Terramont (1 040 m)
  • les Mouilles (1 127 m)
  • Hirmentaz (1 200 m)
  • Jambaz de çà (1 020 m)
  • Jambaz de là (1 030 m)
  • le Frêne (1 000 m)
  • les Crettets (1 002 m)
  • l'Ermont (1 013 m)
  • l'Epuyer (955 m)
  • la Clusaz (980 m)
  • la Chevrerie (1 110 m)
  • le Nattey (934 m)
  • la Cressonnière (841 m)
  • le Champ du Noyer (950 m)
  • Sur les Monts (1 126 m)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La pointe de la Gay (1 801 m), la pointe d'Ireuse (1 890 m), la pointe de Chalune (2 116 m) et la pointe de Chavasse (2 012 m) se situent sur le territoire communal. On peut donc y trouver de nombreux sommets tout comme de nombreux alpages (Nifflon, Chavan, Petetoz).

La vallée s'étend en dessous du Roc d'Enfer, qui localement est appelé la pointe d’Oïl, en patois la Penta d’Oël (« la pointe de l’aigle »)[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Pour y accéder, plusieurs possibilités :

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Les transports en commun sont assez rares, il existe des cars de transports scolaires pour relier les établissements de Thonon-les-Bains et d'Annemasse. En période de vacances scolaires de Noël et de février, une navette est mise à disposition pour circuler sur les différents pôles de la commune (chef-lieu, La Chevrerie, Hirmentaz).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Bellevaux trouve son origine dans la qualification du paysage, à savoir une « Belle vallée, beau vallon », du latin bella, signifiant « belle », et vaux qui désigne un vallon, qui est à l'origine un mot féminin[2]. La commune ou la paroisse sont mentionnés très tôt avec Bellavalle vers 1138, Bellavauz en 1275, et plus particulièrement lors de l'installation des moines bénédictins vers 1344 et l'édification du prieuré (Prior de Bella valle)[2].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Balavô (graphie de Conflans) ou Bèlavâl / Balavâl (ORB)[3].

Ses habitants sont les Ballavaudes et Ballavauds[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Chapelle de la chartreuse de Vallon.

En 1136, trois moines bénédictins du Prieuré de Saint-Jean-de-Genève s'installent à la demande des seigneurs de Ballaison, Langin et Cervens à Bellevaux[5]. Cette donation marque la naissance du prieuré de Bellevaux sur la rive droite du Brevon[5]. Ils sont à l'origine du nom latin donné à la vallée : Bella Vallis (« belle vallée »). Le nom dérive par la suite en « Bellevaux ».

En 1138, les mêmes seigneurs — Ballaison, Langin et Cervens — font un don cette fois-ci à l'ordre des Chartreux. Ceux-ci s'installent dans une partie déserte de la vallée sur des terres données par Gérold de Langin et Pierre de Ballaison pour y fonder une chartreuse, la Chartreuse de Vallon[5],[6]. En subsiste une société d'indivision instaurée en 1426 par les Chartreux[7], et dans laquelle les habitants du territoire de Vallon, situé sur la commune, possèdent plusieurs biens communs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Bellevaux appartient au canton de Thonon-les-Bains, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 12 communes[8]. Avant ce redécoupage, elle appartenait au canton de Thonon-les-Bains-Est, créé en 1995 des suites de la scission de l'ancien canton de Thonon-les-Bains.

Elle forme avec quinze autres communes la communauté de communes du Haut-Chablais (CCHC).

Bellevaux relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[9].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1959 mars 1971 Armand Félisaz ... Scieur
mars 1971 mars 1989 Jean Rey ... Scieur
mars 1989 mars 2001 Claudius Félisaz ... Architecte
mars 2001 mars 2014 Michel Meynet ... Professeur de français
mars 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Jean Louis Vuagnoux ... Technicien

Jumelages[modifier | modifier le code]

La municipalité envisage depuis 2008, un jumelage avec une commune irlandaise.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2015, la commune comptait 1 282 habitants[Note 1], en diminution de 3,25 % par rapport à 2010 (Haute-Savoie : +7,57 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
9971 0811 1011 1771 4471 5091 4071 3751 415
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 4671 4711 5511 5501 5431 6131 6271 6531 619
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 4801 3471 2161 1401 0931 0441 0399481 028
1982 1990 1999 2006 2007 2012 2015 - -
1 0831 1131 1581 3211 3441 3161 282--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Bellevaux est située dans l'académie de Grenoble. En 2015, elle administre une école primaire (maternelle et élémentaire), qui regroupent 70 élèves[14]. On trouve également une école primaire privée Notre-Dame, avec 65 élèves[15].

Le collège de rattachement se trouve à Thonon-les-Bains, le collège Champagne. La commune dispose également d'un collège privé Notre-Dame[16].

Cultes[modifier | modifier le code]

Notre-Dame-de-l’Assomption de Bellevaux est l’église principale du chef-lieu mais des cultes ont aussi lieu à la chapelle du Merle, Notre-Dame-des-Neiges ou chapelle de Nifflon, Notre-Dame-du-Purgatoire ou chapelle des Mouilles, la chapelle Saint-Bruno et la chapelle de Vallon.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Journée Handiski à Hirmentaz, organisée en janvier par l'ESF.
  • Soirée repas dansant à la salle des fêtes de Bellevaux, en février.
  • Vente de fleurs de la Saint-Valentin à Hirmentaz en février.
  • Le concours des Ballavauds, est une compétition de ski. Le concours se déroule tous les ans début mars.
  • La kermesse du 15-Août, jour de l'Assomption, depuis 1972, sur la décision du curé Baud.
  • La Chevrette, une course en équipe de trois qui combine trois disciplines sur neige, environ mi-janvier.
  • Les Descentes aux flambeaux : des descentes avec Père Noël ou rétrospectives.
  • Le trail des Allobroges, début juin.
  • Concours de pêche au bord du lac de Vallon au printemps.
  • Fête de la Musique à la salle des fêtes de Bellevaux, en juin.
  • La Grande fête du 13 juillet : tous les ans, bal et feu d'artifice.
  • Jeux Intervillages en juillet.
  • Le pèlerinage de Nifflon : une messe en chapelle d'alpage a lieu le premier dimanche d'août. Elle est suivie d'un déjeuner, avec la possibilité de s'y rendre en hélicoptère.
  • Les concours amicaux de pétanque à la Chèvrerie et en nocturne aux Mouilles, en août.
  • La fête à la chapelle de Vallon à La Clusaz, en août.
  • Téléton en décembre.
  • Passage du Père Noël, fin décembre.
  • Les Pots d'accueil en été ou en hiver, durant les vacances, organisés par l'Office de tourisme.

Sports[modifier | modifier le code]

De nombreuses activités sont proposées à Bellevaux : randonnées, canirando, sulky attelé, via ferrata, accro-parc de Bella-Vallis, skate-board, rollers, BMX, football, tennis, pêche, chiens de traîneaux, ski alpin, ski nordique, ski de randonnée, raquettes, luge, handiski, télémark, escalade, canyoning, spéléologie...

En termes d'infrastructures, la commune dispose des deux stations de ski d'Hirmentaz, de La Chèvrerie (faisant partie de l'Espace Roc d'Enfer), de deux domaines nordiques : au plateau des Mouilles et à La Chèvrerie, de deux courts de tennis, aux Mouilles (éclairé) et à La Cour, d'un terrain de football aux Doubines, d'un espace VTT, d'un ensemble de modules de skate-board, rollers et BMX aux Mouilles, d'un site d'escalade équipé, de gîtes de montagne et de parcours de santé.

Une discothèque, « La Tête au Moine », située à La Chèvrerie, réputée dans la région.

En 2008, une habitante de la commune propose un terrain pour mettre des poneys, pour partager la passion des enfants du cheval, situé au bord du lac de Vallon.

Médias[modifier | modifier le code]

  • Télévisions locales : 8 Mont-Blanc, France 3 .
  • Radios locales: La Radio Plus, France Bleu Pays de Savoie, RCF Haute-Savoie.
  • Quotidien local : Le Dauphiné édition Léman-Genevois.
  • Hebdomadaire local : Le Messager chablais.
  • Autres publications : L'Almanach du Savoyard, L'Essentiel des Pays de Savoie.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

  • Usine de Bellevaux : usine de préparation des pièces de vêtements VTN, une entreprise d'habillement militaire et sportive.
  • Usine SIBEL (Société industrielle de Bellevaux), une entreprise fabricante d'inverseurs de machines à laver, qui employait 70 personnes. Le bâtiment fut ensuite occupé par Bellevaux Fourrures (entreprise d'assemblage et fabrication de fourrures, pour des magasins de mode à Paris), puis par Maurice Lebras (PDG Les 2 marmottes), qui y fabriquait des marmottes en peluche. Le local fut détruit en 1995 et fut transformé en bâtiment tertiaire qui regroupe actuellement des appartements, l'office du tourisme, la bibliothèque, la boucherie et le musée d'histoire de Bellevaux.
  • Quelques entreprises artisanales : chalet-charpente-menuiserie, charpente-zinguerie-toitures, chauffage-sanitaire, électricité générale, salon de coiffure, fermes et commerces divers.
  • De nombreux établissements d'hébergement et de restauration, principalement touristiques : hôtels-restaurants, gîtes, chambres et tables d'hôtes, restaurants, bars, discothèque.

Commerce[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs magasins de sport, location et vente de matériel de ski.
  • Commerces de village : boulangerie-pâtisserie-chocolaterie, épicerie-produits régionaux-station essence, boutique de souvenirs-dépôt de pain-produits régionaux-épicerie, bar-tabac-presse, boucherie-charcuterie-traiteur-produits régionaux, fromagerie-produits du terroir, ferme pédagogique vendant ses produits.
  • Plusieurs entreprises de service et d'artisanat.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le patrimoine est marquée par l'histoire de la commune en lien avec l'implantation des moines bénédictins, puis chartreux dans la vallée[17].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Patrimoine religieux de Bellevaux.
Église Notre-Dame de l’Assomption

L'église paroissiale Notre-Dame-de-l’Assomption, restaurée au XVIIIe siècle et au XXe siècle, est construite à l'emplacement d'une église primitive du XIIe siècle[18].

La commune possède de nombreuses chapelles sur son territoire[19], dont la chapelle Saint-Bruno (1651, 1960), marquant l'emplacement de l'ancienne chartreuse de Vallon[20], la chapelle Saint-André de l'Abbaye (1865) et la chapelle de Vallon, également sur l'emplacement de l'ancien prieuré de Vallon[20] ;

Le petit patrimoine religieux est constitué d'oratoires — Oratoire de la Dent considéré comme le plus ancien de la commune —, souvent dédiés à la Vierge Marie ou à des saints protecteurs des travaux agricoles[20]. La croix située au sud de l’église est datée de 1590 et a été inscrite monument historique par arrêté du [21]. Enfin, le cimetière possède de remarquables cèdres du Liban.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Lac de Vallon.
Ancienne usine hydro-électrique du Saulard
  • Le pont Couvert est un pont de plus de 150 ans, l'un des derniers du Chablais, carrefour de plusieurs sentiers qui permettait jadis la conversation au croisement des chemins. Il a été restauré en 2003 à l'identique[22].
Le Pont Couvert l'automne
  • Le collège Notre-Dame, est un collège construit en 1948 et achevé en 1953, par le prieur Dupanloud.
  • L'école publique, est l'école principale de la commune, qui est construite en 1912.
  • La salle des fêtes, est construite sur l'ancienne école de musique, elle est inaugurée en 1979.
  • L'ancienne usine hydro-électrique du Saulard, est construite et mise en service en 1927.
Cascade de Bellevaux.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

  • Le lac de Vallon.
  • La cascade de la Diomaz.
  • Le lac de Pététoz, alpage accessible depuis la Chèvrerie (pont de la Joux), environ une heure de marche.
  • La cascade de Bellevaux au centre du village ou chef-lieu.
  • Les crêtes de Bellevaux.
  • Le plateau des Mouilles.
  • Les alpages du mont Bichet et ses sentiers.
  • Les alpages de Nifflon et la pointe d'Ireuse, qui comporte plusieurs gouffres fréquentés par des spéléologues.
  • La grotte de la Tassonière est également située à proximité de la commune.
  • Le gouffre naturel (tanne à neige) à l'alpage de Niflon.
  • Le gouffre de Tré l'Avouille dit BV 63, gouffre le plus profond du Chablais qui fait 220 m de profondeur.
  • Le Palet roulant, est un ancien rocher en forme de galet situé sur la station de ski Hirmentaz, il a été détruit par explosif en 1993.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Musée de l'Histoire et des Traditions : des documents, des costumes d'époque et objets d'autrefois qui relatent l'histoire de Bellevaux d'hier à aujourd'hui[23].
  • Musée de la Faune (ferme du Petit-Mont) : plus de 140 animaux de nos montagnes dans leur milieu naturel reconstitué[24].
  • Le Jardin alpin : flore alpine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Baud (Bellevaux, 1890 - Visakhapatnam (Inde), 1980), prêtre (1914) et enseignant, évêque de Rhodopolis (Inde, 1941-1965), évêque de Troas (Inde, 1966-1980).
  • Alphonse Baud (Bellevaux, 1908 - Annecy, 1981), en religion père Basile, prêtre (1934), évêque missionnaire de Risinium (Oubangui-Chari, 1954-1979).
  • Félix Meynet (Saint-Jeoire-en-Faucigny, 1961), dessinateur de bandes dessinées (Double M, Fanfoué des Pnottas, Les Éternels et Tatiana...) vit et travaille à Bellevaux, ayant vécu à Paris dans son enfance.
  • Emmanuel Gougain, sculpteur.
  • Louis Favre (Bellevaux, 1910 - Vieugy, 1944) : prêtre, enseignant au Juvénat et résistant. Chevalier de la Légion d'honneur. Juste parmi les nations[25].
  • Fanny Meynet-cordonnier (Thonon, 1998), skieuse française de ski alpinisme, championne du monde cadette de ski d'alpinisme 2013[26] et 2015[27].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Ville Fr Bellevaux.svg

Les armes de Bellevaux se blasonnent ainsi :

Parti : au 1er de gueules à la croix d’argent cantonnée au I d’un soleil, au II d’un croissant tourné, aux III et IV d’une étoile, le tout d’or, au 2e de gueules à deux clés d’or passées en sautoir ; le tout sommé d’un chef d’argent chargé de deux sapins de sinople chacun terrassé d’un tertre du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Sirot, Noble et forte maison : L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe, Editions Picard, (ISBN 978-2-7084-0770-1).
  • Lydie Meynet, Histoire de Bellevaux : (1732-1790), La Fontaine de Siloé, , 305 p. (ISBN 978-2-8420-6439-6)
  • Pascal Roman (texte et photographies) et Jérome Phalippou (dessins), Vallée du Brevon : Bellevaux, Lullin, Vailly et Reyvroz, Les Cahiers du Colporteur, éd. Astronome,
  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 57-58, « Canton de Thonon », 138-143, « Bellevaux ».
  • Georges Baud, Claude Châtelain, Histoire de la vallée de Bellevaux, Thonon-les-Bains, Sopizet, , 98 p. (ASIN B00GNJESPU)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inventaire des ressources patrimoniales de la commune de Bellevaux, p. 3.
  2. a et b Henry Suter, « Balavaux, Bellevaux », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en octobre 2014).
  3. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 17
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  4. « Bellevaux », Accueil > Ressources> Communes, sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en juillet 2014), Ressources - Les communes.
  5. a b et c Histoire des communes savoyardes 1980, p. 138-140, « Le Prieuré bénédictin et la Chartreuse ».
  6. Élisabeth Sirot 2007, p. 40.
  7. « Mairie de Bellevaux - Indivision de Vallon », sur www.bellevaux.fr (consulté le 24 septembre 2016)
  8. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté le 9 avril 2015).
  9. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 9 avril 2015).
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. « Haute-Savoie (74) > Bellevaux > Établissement », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 15 mars 2016).
  15. « Haute-Savoie (74) > Bellevaux> Établissement », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 15 mars 2016).
  16. « Haute-Savoie (74) > Bellevaux> Collège », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 15 mars 2016).
  17. Inventaire des ressources patrimoniales de la commune de Bellevaux, p. 4.
  18. Histoire des communes savoyardes 1980, p. 141-143, « L'Eglise ».
  19. Histoire des communes savoyardes 1980, p. 143, « Chapelles et oratoires ».
  20. a b et c Inventaire des ressources patrimoniales de la commune de Bellevaux, p. 8
  21. « Croix, à Bellevaux, Haute-Savoie », notice no PA00118363, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Le pont couvert », sur le site Mémoire Alpine, la base de données de l'écomusée PAYSALP - memoire-alpine.com, (consulté le 5 août 2016).
  23. Musée de l'histoire et des traditions
  24. Musée de la Faune
  25. Le comité français pour Yad Vashem : Favre Louis [en ligne]. http://www.yadvashem-france.org, [consulté le 8 juillet 2015]. Disponible sur : http://www.yadvashem-france.org/les-justes-parmi-les-nations/les-justes-de-france/dossier-193/
  26. La Rédaction, « Bellevaux : Fanny Meynet-Cordonnier championne du monde de ski-alpinisme », Le Messager,‎ (lire en ligne).
  27. La Rédaction, « Bellevaux : Fanny Meynet-Cordonnier, championne du monde cadette de ski d'alpinisme », Le Messager,‎ (lire en ligne).