Habère-Lullin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Habère-Lullin
Habère-Lullin.
Habère-Lullin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Arrondissement de Thonon-les-Bains
Canton Sciez
Intercommunalité CC de la Vallée Verte
Maire
Mandat
Marielle Duret
2014-2020
Code postal 74420
Code commune 74139
Démographie
Gentilé Habérands
Population
municipale
952 hab. (2014)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 04″ nord, 6° 27′ 11″ est
Altitude Min. 790 m – Max. 1 597 m
Superficie 8,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Habère-Lullin

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Habère-Lullin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Habère-Lullin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Habère-Lullin

Habère-Lullin est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte montrant Habère-Lullin et les communes voisines.
Habère-Lullin et les communes voisines.

Localisation[modifier | modifier le code]

Habère-Lullin se situe dans la vallée Verte.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes de Habère-Lullin sont Habère-Poche, Bellevaux, Mégevette, Villard, Burdignin, Fessy et Cervens.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Menoge.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Anciennement Cura de Aberes (v. 1344), puis Haberes, plus récemment Les Habères[1].

D'après les auteurs de Histoire des communes savoyardes, Le Chablais, le territoire de la commune s'étendait autrefois jusqu'à la crête située entre le col de Cou à celui des Moises, comprenant ainsi Habère-Poche[2]. L'ensemble portait le nom des Habères que l'on retrouve dans la plupart des documents antérieurs à la scission[2].

Gilbert Künzi, dans son ouvrage Lieux-dits entre Dranse et Arve (1997), relève cependant l'existence de deux autres origines du nom[3]. Il cite Albert Dauzat et son Dictionnaire étymologique des noms de lieux de France (p.340), qui indique que Habère est une mauvaise graphie par prosthétique du mot Abère signifiant « abreuvoir, fontaine », qui correspondrait à la forme topographique du site[3],[1].

Jean-Marie Jeudy, dans son ouvrage Les mots pour dire la Savoie (2006), voit éventuellement un rapprochement entre le mot arbé (« chalet ») avec le terme habert que l'on trouve en Dauphiné, et dont il fait éventuellement un rapprochement avec celui d'Habère. Pour les moines de l'abbaye d'Aulps, les habères situées sur leurs terres étaient leurs granges. Un mot qui serait ainsi issu de celui d'albergement. Il y aurait ainsi confusion entre le chalet et la grange[4].

Le nom actuel provient de l'association Habère et de Lullin. Ce dernier provient du nom de la famille qui possédait le château situé sur la paroisse[2],[3].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Âbêre d’Avô (graphie de Conflans) ou Âbèro d’Avâl (ORB)[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château d'Habère-Lullin semble exister dès le XIIe siècle où il est alors la propriété de la famille Lullin. En 1696, François-Emmanuel de Faucher, héritier du dernier Genève Lullin vend à Joseph Gerbaix de Sonnaz la seigneurie et le château. Celui-ci va ensuite à la petite-fille de Janus Gerbaix de Sonnaz qui l'apporte par son mariage au baron Livet[6].

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 651 signatures[Note 1], dont une douzaine pour le village[9]. Le duché est réuni à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[10].

Dans la nuit du 25 au , le château est le lieu d'une terrible tragédie. En effet, ce soir-là, alors que des jeunes gens y fêtent Noël, les Allemands, conduits par un collaborateur, font irruption et s'attaquent à ces jeunes qu'ils soupçonnent d'être des résistants[11]. Vingt-cinq sont exécutés, d'autres arrêtés dont huit déportés et le château est incendié[12]. À une centaine de mètres de là, quarante policiers ou militaires allemands sont fusillés par les FFI le 2 septembre 1944[13],[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune de Habère-Lullin appartient au canton de Sciez, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 25 communes[15]. Avant ce redécoupage, elle appartenait au canton de Boëge, depuis 1860[16].

Elle forme avec sept autres communes — Boëge, Bogève, Burdignin, Habère-Poche, Saint-André-de-Boëge, Saxel et Villard — depuis janvier 2010 la communauté de communes de la Vallée Verte[17]. Elle fait suite SIVOM de la Vallée Verte créé en 1966[18].

Habère-Lullin relève de l'arrondissement de Thonon-les-Bains, depuis 1939[16], et de la cinquième circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Marc Francina (UMP) depuis les élections de 2012[19].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 24 septembre 2015[20])
Marielle Duret UMP puis Les Républicains  

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Habérand(e)s[21].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[23],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 952 habitants, en augmentation de 17,82 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 025 490 500 495 703 643 533 582 560
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
601 571 502 513 538 534 528 516 453
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
408 384 386 398 347 375 349 374 370
1982 1990 1999 2008 2013 2014 - - -
395 514 634 815 921 952 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006 [25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

En 2015, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 684 lits touristiques répartis dans 133 établissements[Note 3]. Les hébergements se répartissent comme suit : 6 meublés et un hôtel[26].

La commune partage avec Habère-Poche une petite station de sports d'hiver Les Habères dont le domaine de ski alpin est situé à Hirmentaz et l'espace nordique au col des Moises.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Fresque à l'intérieur de l'église.
Fresque de l'église Logo monument historique Classé MH.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La branche des Habères de la famille Gerbaix de Sonnaz dont :

  • Joseph (1659-1730) général de l’armée sarde et marquis d’Habère-Lullin,
  • Janus (1736-1814),
  • Hippolyte (1783-1871),
  • Hector (1787-1867),
  • Alphonse (1796-1882).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 253-282, « Le canton de Boëge (présentation) », pp. 270-274, « Habère-Lullin ».
  • Pascal Roman, Vallée verte, Thonon-les-Bains, édition de l’Astronome, Les cahiers du colporteur, (ISBN 978-2-916147-83-3). 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenu par l’Angleterre[7],[8].
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[26].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Article « Habère-Lullin, Habère-Poche » », sur le site Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, site personnel de henrysuter.ch (consulté en février 2014).
  2. a, b et c Histoire des communes savoyardes 1980, p. 270.
  3. a, b et c Gilbert Künzi, Lieux-dits entre Dranse et Arve : Chablais savoyard et Faucigny, Éditions Cabédita, , 201 p. (ISBN 978-2-88295-203-5), p. 94, Article « Habère ».
  4. Jean-Marie Jeudy, Les mots pour dire la Savoie : et demain, j'aurai autre chose à vous raconter, La Fontaine de Siloé, , 540 p., p. 117, Article « Chalet et l'arbé ».
  5. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 17
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  6. a et b Histoire des communes savoyardes 1980, p. 273-274.
  7. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98
  8. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France, Le Messager : Horvath, , p. 163.
  9. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne), p. 64.
  10. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  11. Histoire des communes savoyardes 1980, p. 274.
  12. B. B., « Ce matin, commémoration de la tragédie de Noël 1943 survenue au château », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).
  13. Crimes de guerre à Habère-Lullin sur le site de l'éditeur]
  14. Brouillage mémoriel sur la Haute-Savoie, Charles Heimberg, critique du livre sur Mediapart, 22 janvier 2014
  15. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance,‎ (consulté en octobre 2014).
  16. a et b « Boëge », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 16 mars 2015), Ressources - Les communes.
  17. « Un peu d'histoire », sur le site de la Communauté de communes de la Vallée Verte (consulté le 16 mars 2015).
  18. « Le SIVOM », sur le site de la Communauté de communes de la Vallée Verte (consulté le 16 mars 2015).
  19. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Cinquième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 16 mars 2015).
  20. « Compte rendu de la réunion du conseil municipal du 24 septembre 2015 », sur le site de la mairie (consulté le 29 octobre 2015).
  21. « Habère-Lullin », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 16 août 2016), Ressources - Les communes.
  22. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  26. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc.
  27. Histoire des communes savoyardes 1980, p. 272-273