Embuscade d'Idelimane (2017)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Embuscade d'Idelimane

Informations générales
Date
Lieu Idelimane
Issue Indécise
Belligérants
Flag of the United Nations.svg MINUSMA Drapeau du Mali MaliShababFlag.svg Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans
Forces en présence
Drapeau du Niger
inconnues

Drapeau du Mali
inconnues
ShababFlag.svg
inconnues
Pertes
Drapeau du Niger
3 morts[1]
16 blessés[1]

Drapeau du Mali
1 mort[1]
1 blessé[1]
ShababFlag.svg
2 morts[2]

Guerre du Mali

Coordonnées 15° 52′ 00″ nord, 1° 31′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Embuscade d'Idelimane

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Embuscade d'Idelimane

Géolocalisation sur la carte : Mali

(Voir situation sur carte : Mali)
Embuscade d'Idelimane

L'embuscade d'Idelimane du a lieu pendant la guerre du Mali.

Déroulement[modifier | modifier le code]

L'embuscade est tenue à Idelimane, dans la région de Ménaka[1]. L'attaque est lancée peu avant l'aube, autour de 5 heures du matin. Elle débute par une pluie de roquettes et d'obus de mortiers qui s'abat sur les positions des casques bleus et de l'armée malienne[3]. Juste après ces tirs, les djihadistes mènent une attaque frontale[3]. Mais selon la MINUSMA, plusieurs assaillants sont tués et l'attaque est repoussée[4],[1]. Les casques bleus se lancent ensuite à la poursuite des assaillants[5].

Revendication[modifier | modifier le code]

L'attaque est revendiquée le 25 novembre par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans[1].

Les pertes[modifier | modifier le code]

Trois casques bleus sont tués, 16 autres soldats et un employé civil sont blessés selon le communiqué de la MINUSMA[1]. Un militaire malien est également tué et un autre blessé[1]. Les casques bleus tués appartiennent au contingent nigérien[6].

Par ailleurs, une autre embuscade est tendue le même jour à Douentza, un autre casque bleu y trouve la mort et trois autres sont blessés[1].

Dans son communiqué, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans affirme également avoir tué cinq soldats et reconnait deux morts dans ses rangs[7],[2].

Références[modifier | modifier le code]