Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale
Description de l'image Embleme Cemac.jpeg.
Description de l'image Africa-countries-CEMAC.svg.

Institutions

Conférence des Chefs d’États
Président Drapeau : Cameroun Paul Biya
Commission
Président Drapeau : Gabon Daniel Ona Ondo
Avenue des Martyrs BP 969
Drapeau : Centrafrique Bangui
Organisation
États membres
Langues officielles Français, anglais, espagnol
Géographie et démographie
Classement superficie 8e mondial
Superficie 3 020 353 km2
Classement démographique 27e mondial
Population 52,2 millions hab. (2017 est.)
Densité 17 hab./km2
Histoire
Création de l'UDE Union Douanière Équatoriale
Traité de Brazzaville traité instituant l'Union Douanière et Économique de l'Afrique Centrale (UDEAC)
Traité de N'Djaména traité instituant la CEMAC
Économie
Monnaie Franc CFA (CEMAC)
Classement PIB 62e mondial (2017)
PIB 218 milliards $ en PPA (2017)
PIB/hab. 4 184 $/hab en PPA (2017)
Divers
Site officiel www.cemac.int

La Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) est une organisation internationale regroupant plusieurs pays d'Afrique centrale, créée pour prendre le relais de l'Union douanière et économique de l'Afrique centrale (UDEAC). Son siège est à Bangui, en République centrafricaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le traité instituant la CEMAC a été signé le 16 mars 1994 à N'Djaména (Tchad) et est entré en vigueur en juin 1999.

La CEMAC regroupe l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC), qui est responsable de la convergence monétaire des États membres, qui partagent la même monnaie, et l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC), qui a pour mission d’harmoniser les réglementations en vigueur au sein des États membres afin de dynamiser les échanges commerciaux et faciliter la convergences des politiques économiques au sein de la sous-région.

La CEMAC est présidée depuis le 24 mars 2019 par le président du Cameroun Paul Biya.

Depuis mai 2015, les ressortissants de la CEMAC devaient bénéficier de la libre-circulation dans la région et n'être plus obligés d'utiliser un visa pour voyager entre les pays de la CEMAC, tout en devant présenter un document d'identité aux frontières.

Cette liberté de circulation était initialement prévue pour démarrer le 1er janvier 2014, mais a été retardée par la fermeture des frontières de la Guinée équatoriale[1]. Si la libre-circulation au sein de l’ensemble de l’espace n’est pas encore possible, c’est avant tout en raison des différentes crises sécuritaire que connaît la sous-région, au premier chef desquelles l’insurrection menée par Boko Haram dans le bassin du lac Tchad. L’harmonisation des législations internes est encore à achever. Cependant, le Tchad et le Cameroun ont pris les devants et mis en place la libre-circulation des biens et des personnes entre les deux États par le biais d’un accord bilatéral, qui pourrait aider à concrétiser les choses. Lors du sommet de Djobloho, le 17 février 2017, la Guinée équatoriale et le Gabon se sont en effet engagés à lever toutes les restrictions encore existantes.

Le , à Yaoundé s'est ouvert un sommet extraordinaire de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cémac) présidée par Paul Biya, qui regroupe six pays, pour débattre notamment de l'avenir du franc CFA. Après les pays d'Afrique de l'Ouest pour la monnaie unique, c'est au tour de l'Afrique centrale de questionner la pertinence d'une monnaie aux réserves de change déposées en France et convertible en euro, présentée par certains comme « héritée de la colonisation ». « Les présentes assises nous donnent à nouveau l'occasion d'échanger et d'arrêter des mesures complémentaires pouvant consolider le redressement économique de notre sous-région », a déclaré Paul Biya, Selon le président de la commission de la Cemac, «les lignes du débat sur l’avenir du franc CFA ont bougé». «Les premiers décideurs, sans la moindre ambiguïté, ont indiqué non seulement la voie, mais également l’urgence à la Commission de la Cemac et à la Banque centrale d’approfondir la réflexion afin de leur permettre de décider des modalités de ladite réforme», a déclaré Daniel Ona Ondo.

En outre, les chefs d’État de la Cemac se sont prononcés sur cette question et souhaitent faire évoluer leur monnaie d’autant plus que, a déclaré Daniel Ona Ondo, «notre partenaire la France est disposée à une réforme ambitieuse du franc CFA»[2].

Le , le président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, s'est rendu à Abidjan en Côte d'Ivoire.

Lors du point presse à l'issue de cette rencontre entre les deux chefs de d'états, Alassane Ouattara et Teodoro Obiang Nguema, les deux chefs d'État ont également échangé sur la réforme du franc CFA dans la zone Uemoa.

Le président équato-guinéen souhaiterait voir la même réforme en zone Cemac et juge le franc CFA «d'obsolète»[3].

En février 2020, au cours de leur entrevue, Ali Bongo et Daniel Ona Ondo ont également parlé des décisions prises lors de la dernière conférence des chefs d’État, marquée par «la volonté des chefs d’État à plus d’intégration». «J’ai montré au chef de l’État les décisions que nous avons prises concernant les projets intégrateurs. Nous avons des projets pour la zone Franc CFA. J’ai donc eu la chance et l’honneur d’avoir les directives du chef de l’État concernant ces différents dossiers», a-t-il indiqué. À en croire son propos, les réformes engagées sont en bonne voie et les leaders de la zone Cemac étudient un schéma approprié quant à l’avenir du franc CFA.

«Aujourd’hui, nos amis de l’Umoa ont pris la décision de créer l’Eco. Mais naturellement l’Eco fait échos en Afrique centrale. Les chefs d’État en Afrique centrale, lors de la dernière conférence ont demandé à la Commission de la Cemac et la Banque des États de l’Afrique centrale de faire une réflexion rapide pour leur proposer les modalités de réformes du franc CFA. Nous sommes en train de négocier. Donc ce dossier est en cours. Vous savez que la monnaie c’est un problème de souveraineté nationale», a-t-il soutenu[4].

Mission[modifier | modifier le code]

Elle a pour mission :

  • d'établir une union de plus en plus étroite entre les peuples des États membres pour raffermir leurs solidarités géographique et humaine
  • de promouvoir les marchés nationaux par l'élimination des entraves au commerce inter-communautaire, la coordination des programmes de développement, l'harmonisation des projets industriels
  • de développer la solidarité des pays membres au profit des pays et régions défavorisés
  • de créer un véritable marché commun africain

Liste des États membres[modifier | modifier le code]

SomalilandCap-VertRépublique arabe sahraouie démocratiqueSoudan du SudLiberiaGuinéeSierra LeoneGhanaNigeriaGambieCôte d'IvoireBéninGuinée-BissauSénégalTogoBurkina FasoNigerMarocTunisieLibyeMauritanieAlgérieÉgypteSomalieComoresÉrythréeSoudanDjiboutiÉthiopieOugandaRwandaBurundiRépublique démocratique du CongoKenyaSao Tomé-et-PrincipeTchadCamerounRépublique centrafricaineCongoGabonGuinée équatorialeAngolaMozambiqueNamibieAfrique du SudBotswanaEswatiniZimbabweMauriceZambieMalawiSeychellesMadagascarTanzanieLesothoCommunauté des États sahélo-sahariensUnion du Maghreb arabeMarché commun de l'Afrique orientale et australeCommunauté d'Afrique de l'EstCommunauté économique des pays des Grands LacsCommunauté de développement d'Afrique australeUnion douanière d'Afrique australeCommunauté économique des États de l'Afrique centraleCommunauté économique et monétaire de l'Afrique centraleUnion économique et monétaire ouest-africaineAutorité de Liptako-GourmaMaliCommunauté économique des États de l'Afrique de l'OuestAutorité intergouvernementale pour le développementUnion africaineUnion du fleuve ManoZone monétaire ouest-africaine
Diagramme cliquable montrant les relations entre divers accords et organisations multinationaux africains.
 v · d · m 

La CEMAC est composée de six États membres[5] :

Économie[modifier | modifier le code]

Pays Superficie

(km ²) [6]

Population

(en milliers) [7]

PIB

(en millions de $) [8]

PIB (PPA)

(en millions de $) [9]

PIB (PPA) par habitant

($ internationaux courants) [10]

Drapeau du Cameroun Cameroun +0 000475 650, +00 00024 054, +00 00034 923, +00 00089 538, +000 0003 722,
Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine +0 000622 984, +000 0004 659, +000 0001 949, +000 0003 389, +0 000 000728,
Drapeau de la république du Congo République du Congo +0 000342 000, +000 0005 261, +000 0008 701, +00 00028 694, +000 0005 454,
Drapeau du Gabon Gabon +0 000267 668, +000 0002 025, +00 00015 014, +00 00036 682, +00 00018 113,
Drapeau de la Guinée équatoriale Guinée équatoriale +00 00028 051, +000 0001 268, +00 00012 294, +00 00030 981, +00 00024 439,
Drapeau du Tchad Tchad +0001 284 000, +00 00014 900, +000 0009 871, +00 00028 985, +000 0001 945,
Total (2017) +0003 020 353, +00 00052 167, +00 00082 752, +0 000218 269, +000 0004 184,

Institutions et organes de la CEMAC[modifier | modifier le code]

États membres de la CEMAC
  • L'Union monétaire de l'Afrique centrale.
  • L'Union économique de l'Afrique centrale.
  • La Conférence des chefs d'États chargé de définir la politique de la Communauté et d’orienter l'action de l'UEAC et de l'UMAC.
  • Le conseil des ministres qui assure la direction de l'UEAC.
  • La commission, organe exécutif de la communauté, siégeant à Bangui (République centrafricaine).
  • La Banque des États de l'Afrique centrale (BEAC), siégeant à Yaoundé (Cameroun) définit et conduit la politique monétaire.
  • La Banque de développement des États de l'Afrique centrale (BDEAC), siégeant à Brazzaville (Congo) assure le financement du Développement.
  • La cour de justice de la Communauté installée à Ndjamena (Tchad).
  • La commission de surveillance du marché financier de l'Afrique centrale (COSUMAF) siégeant au Gabon.

Président de la Conférence des Chefs d’États[modifier | modifier le code]

Commission de la CEMAC[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La CEMAC met en œuvre la libre circulation des personnes ICTSD, 8 mai 2015
  2. « Afrique centrale : sommet extraordinaire de chefs d'Etat sur l'avenir du franc CFA », sur Franceinfo, 2019-22-11 (consulté en 2019-22-11).
  3. « Guinée équatoriale: le président Obiang en faveur de la réforme du franc CFA », sur RFI.fr, RFI, (consulté le 30 décembre 2019)
  4. « Intégration régionale : Daniel Ona Ondo fait le point à Ali Bongo », sur www.GabonReviw.com, (consulté le 6 février 2020).
  5. « Les États membres de la CEMAC », Site officiel de la CEMAC (consulté le 27 février 2013)
  6. « Population selon le sexe, taux d’accroissement annuel de la population, superficie et densité », Organisation des Nations unies, (consulté le 11 mai 2018) [PDF]
  7. « Indicateurs du développement dans le monde, Banque Mondiale, 7 April 2018 », Banque Mondiale, (consulté le 11 mai 2018) [PDF]
  8. « Indicateurs du développement dans le monde, Banque Mondiale, 25 Avril 2019 », Banque Mondiale, (consulté le 29 avril 2019) [PDF]
  9. « Indicateurs du développement dans le monde, Banque Mondiale, 25 Avril 2019 », Banque Mondiale, (consulté le 29 avril 2019) [PDF]
  10. « Indicateurs du développement dans le monde, Banque Mondiale, 25 Avril 2019 », Banque Mondiale, (consulté le 29 avril 2019) [PDF]
  11. « Communiqué final, 7e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’État de la CEMAC, Bata, le 15 mars 2006 », (consulté le 29 avril 2019) [PDF]
  12. « Communiqué final, 8e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’État de la CEMAC, N'Djamena, le 25 avril 2007 », (consulté le 29 avril 2019) [PDF]
  13. « Communiqué final, 9e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’État de la CEMAC, Yaoundé, le 25 avril 2008 », (consulté le 29 avril 2019) [PDF]
  14. « Communiqué final, 10e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’État de la CEMAC, Bangui, le 17 janvier 2010 », (consulté le 29 avril 2019) [PDF]
  15. « Communiqué final, 12e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’État de la CEMAC, Libreville, le 6 mai 2015 », (consulté le 29 avril 2019) [PDF]
  16. « Communiqué final, 13e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’État de la CEMAC, Djibloho, le 17 février 2017 », (consulté le 29 avril 2019) [PDF]
  17. « Communiqué final, 14e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’État de la CEMAC, N'Djamena, le 24 avril 2019 », (consulté le 29 avril 2019) [PDF]