Guinée espagnole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Territoires espagnols du Golfe de Guinée
Territorios Españoles del Golfo de Guinea es

1926 – 1968

Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de la Guinée espagnole

Informations générales
Statut Colonie espagnole (1924-1958)
Région espagnole (1958-1963)
Région autonome espagnole (1963-1968)
Capitale Santa Isabel
Langue Espagnol
Religion Catholique
Histoire et événements
11 août 1926 Union des colonies du Golfe de Guinée
11 août 1968 Indépendance de la Guinée équatoriale
Gouverneur
18581859 Carlos de Chacón y Michelena
19621968 Francisco Núñez Rodríguez

Entités précédentes :

Entités suivantes :

1° 35′ 00″ N 10° 21′ 00″ E / 1.58333333, 10.35

La Guinée espagnole est une ancienne colonie espagnole africaine dans le golfe de Guinée qui est devenue un État indépendant sous le nom de Guinée équatoriale en 1968. Elle était composée des îles Fernando Pó (aujourd'hui Bioko), Annobón et Corisco ainsi que d'une partie continentale, le Rio Muni (aujourd'hui Mbini). Au total, elle avait une superficie de 26 659 km2 pour une population estimée en 1949 à 170 000 habitants.

Sa capitale était Santa Isabel (aujourd'hui Malabo) sur l'île de Bioko.

Histoire[modifier | modifier le code]

Timbre espagnol (1924)

L'explorateur portugais Fernão do Pó, cherchant une route pour les Indes, est considéré comme le premier Européen à avoir découvert l'île de Bioko en 1472. Il la nomma Formosa (« magnifique » en portugais), mais elle prit rapidement le nom de son découvreur portugais. Les îles de Fernando Pó et d'Annobón furent colonisées par le Portugal en 1474. Les Portugais en gardèrent le contrôle jusqu'en 1778, quand l'île et les îlots environnants ainsi que les droits de négoce sur la partie continentale entre les fleuves Niger et Ogooué furent cédés à l'Empire espagnol en échange de territoires sur le continent américain (traité d'El Pardo, entre la reine Marie Ire de Portugal et le roi Charles III d'Espagne). De 1827 à 1843, le Royaume-Uni établit une base sur l'île pour combattre la traite d'esclaves. La partie continentale, le Rio Muni, devint un protectorat en 1885 et une colonie en 1900. Pendant la guerre hispano-américaine de 1898-1899 entre les États-Unis et l'Espagne, deux bataillons américains sont envoyés sur place (400 hommes) : un à Malabo, et l'autre à Bata, au Rio Mini. Il n'y a alors aucun combat (contrairement à Cuba ou aux Philippines). Le manque d'infrastructures, les maladies tropicales endémiques (une partie des deux bataillons est décimée), et surtout le fait que les États-Unis ne souhaitent pas devenir une puissance coloniale en Afrique, font que ces derniers rendent les deux territoires (Fernando Pó et Rio Muni) à l'Espagne, dès 1899. L'Espagne, malgré elle, restera une puissance coloniale. Mais les États-Unis vont conserver les autres (Philippines, Puerto Rico…). Les revendications territoriales des puissances européennes furent réglées en 1900 par le traité de Paris et périodiquement le territoire continental fut administrativement uni sous la loi espagnole. Entre 1926 et 1959, ils[Qui ?] furent réunis sous le nom de Colonie de la Guinée espagnole[pas clair].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2015 - Jacint Creus Boixaderas, Jean-Marc Lefebvre, Gustau Nerin, Ernst Pijning, Valérie de Wulf, "La Guinée Equatoriale aux Archives nationales (XVIIIe-début XXe siècles)", Paris, Association France-Guinée Equatoriale et L’Harmattan, collection Guinée Equatoriale, 2015, 167p. (ISBN 978-2-343-08099-4)
  • 2015 - Pedro Bodipo Lisso, "Annobón : su tradición, usos y costumbres", Paris, co-édition association France-Guinée Équatoriale et l’Harmattan,2015, 154p. (ISBN 978-2-343-06437-6)
  • 2015 - Gustau Nerin, "Corisco y el estuario del Muni (1470-1931) : del aislamiento a la globalización y de la marginalización", Paris, co-édition association France-Guinée Équatoriale et l’Harmattan, 2015, 314p. (ISBN 978-2-343-05284-7)
  • 2014 - Jacint Creus Boixaderas, Tome 1, "Action missionnaire en Guinée Équatoriale (1858-1910) : Mémoire et naïveté de l'Empire", Paris, co-édition association France-Guinée Équatoriale et l’Harmattan, 2014. (ISBN 978-2-343-04234-3)
  • 2014 - Jacint Creus Boixaderas, Tome 2, "Action missionnaire en Guinée Équatoriale (1858-1910) : A la reconquête de l’Ancien Régime", Paris, co-édition association France-Guinée Équatoriale et l’Harmattan, 2014. (ISBN 978-2-336-30769-5)
  • 2014 - Valérie de Wulf, Tome 1 - "Histoire de l'île d'Annobón (Guinée Equatoriale) et de ses habitants du XVe au XIXe siècle", Paris, Ed. l'Harmattan et Association France-Guinée Equatoriale, 2014, 346 p. (ISBN 978-2-343-03397-6)
  • 2014 - Valérie de Wulf, Tome 2 - "Les Annobonais, un peuple africain original", Paris, L'Harmattan, Association France-Guinée équatoriale, 2013, 234 p. (ISBN 978-2-343-03399-0)
  • (es) Mariano L. de Castro et Ma Luisa de la Calle, La colonización española en Guinea ecuatorial (1858-1900), CEIBA Ediciones, Vic, Barcelone, 2007, 363 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]