Guinée espagnole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Territoires espagnols du Golfe de Guinée
Territorios Españoles del Golfo de Guinea es

1926 – 1968

Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de la Guinée espagnole

Informations générales
Statut Colonie espagnole (1924-1958)
Région espagnole (1958-1963)
Région autonome espagnole (1963-1968)
Capitale Santa Isabel
Langue Espagnol
Religion Catholique
Histoire et événements
11 août 1926 Union des colonies du Golfe de Guinée
11 août 1968 Indépendance de la Guinée équatoriale
Gouverneur
18581859 Carlos de Chacón y Michelena
19621968 Francisco Núñez Rodríguez

Entités précédentes :

Entités suivantes :

image illustrant la Guinée équatoriale image illustrant l’Espagne
Cet article est une ébauche concernant la Guinée équatoriale et l’Espagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Guinée espagnole est une ancienne colonie africaine du golfe de Guinée qui fut portugaise puis espagnole à partir de la fin du XVIIIe siècle, et qui est devenue un État indépendant sous le nom de Guinée équatoriale en 1968. Elle est composée des îles de Fernando Pó (aujourd'hui Bioko), Annobón, Corisco, Elobeye et Mbanie ainsi que d'une partie continentale, le Rio Muni (aujourd'hui Mbini). Au total, elle avait une superficie de 26 659 km2 pour une population estimée en 1949 à 170 000 habitants.

Sa capitale était Santa Isabel (aujourd'hui Malabo) sur l'île de Bioko.

Histoire[modifier | modifier le code]

Timbre espagnol (1924)

Vers 1471, à la recherche d’une route maritime pour parvenir au royaume de Catay (nom qui était donné à la Chine) et aux Indes, les navigateurs Pedro de Escobar et Juan de Santarem parviennent dans le golfe de Guinée. Ils y auraient découvert les îles désertes de São Tomé, Principe et Annobón. Dans leur sillage, l’explorateur portugais Fernão do Pó est considéré comme le premier Européen à avoir recensé l'île de Bioko vers 1474. Il la nomma Formosa (« magnifique » en portugais), mais elle prit rapidement le nom de son découvreur. Les îles de Fernando Pó et d'Annobón furent colonisées par le Portugal pendant le XVIe siècle. Si celle d’Annobón finit par réussir au milieu du XVIe, celle de Fernando Pó échoua et le fort construit par les Portugais fut rapidement abandonné. Le capitaine donataire d’Annobón perdit le contrôle de l’île et de sa population au début du XVIIIe siècle rendant complétement caduc le contrôle portugais de tous ces territoires. Les îles ainsi que les droits de négoce sur la partie continentale entre les fleuves Niger et Ogoué furent cédés à l'Empire espagnol en échange de territoires sur le continent américain (traité d'El Pardo, entre la reine Marie Ire de Portugal et le roi Charles III d'Espagne), mais les Espagnols, comme les Portugais avant eux furent mal accueillis par les autochtones. La malaria finira par les convaincre de quitter ce territoire qui acquit une réputation de région malsaine. De 1827 à 1843, l'Angleterre établit une base sur l'île pour combattre la traite d'esclaves, contre l’avis des Espagnols. L’Espagne, pour rembourser une lourde dette contractée auprès de l’Angleterre, proposa alors de lui vendre ses droits territoriaux. L’accord trouvé, après plusieurs années de pourparlers, la vente étant rendue publique, l’opinion publique espagnole s’y opposa. De ce fait, la couronne fut obligée de céder dans un contexte très tendu, et la colonisation commença mais elle se mit en place très lentement. La partie continentale, le Rio Muni, devint un protectorat en 1885 et une colonie en 1900. Pendant la guerre de 1898 entre les États-Unis et l'Espagne, deux bataillons américains sont envoyés sur place (400 hommes) : un à Santa Isabel Malabo, et l'autre à Bata, au Rio Muni. Il n'y a alors aucun combat (contrairement à Cuba ou aux Philippines). Le manque d'infrastructures, les maladies tropicales endémiques (une partie des deux bataillons fut décimée), et surtout le fait que les États-Unis ne souhaitaient pas devenir une puissance coloniale en Afrique, firent que ces derniers se retirèrent des deux territoires (Fernando Pó et Rio Muni) dès 1899. L'Espagne, malgré elle, restera ainsi une puissance coloniale. Mais dans cette guerre les États-Unis s’approprieront d’autres territoires (Porto Rico, les Philippines et l'ile de Guam, Cuba, devenu indépendante, passera dans en zone d'influence américaine...). Les revendications territoriales des puissances européennes furent réglées en 1900 par le traité de Paris et le territoire continental fut administrativement uni sous la loi espagnole.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2015 - Jacint Creus Boixaderas, Jean-Marc Lefebvre, Gustau Nerin, Ernst Pijning, Valérie de Wulf, "La Guinée Equatoriale aux Archives nationales (XVIIIe-début XXe siècles)", Paris, Association France-Guinée Equatoriale et L’Harmattan, collection Guinée Equatoriale, 2015, 167p. (ISBN 978-2-343-08099-4)
  • 2015 - Pedro Bodipo Lisso, "Annobón : su tradición, usos y costumbres", Paris, co-édition association France-Guinée Équatoriale et l’Harmattan,2015, 154p. (ISBN 978-2-343-06437-6)
  • 2015 - Gustau Nerin, "Corisco y el estuario del Muni (1470-1931) : del aislamiento a la globalización y de la marginalización", Paris, co-édition association France-Guinée Équatoriale et l’Harmattan, 2015, 314p. (ISBN 978-2-343-05284-7)
  • 2014 - Jacint Creus Boixaderas, Tome 1, "Action missionnaire en Guinée Équatoriale (1858-1910) : Mémoire et naïveté de l'Empire", Paris, co-édition association France-Guinée Équatoriale et l’Harmattan, 2014. (ISBN 978-2-343-04234-3)
  • 2014 - Jacint Creus Boixaderas, Tome 2, "Action missionnaire en Guinée Équatoriale (1858-1910) : A la reconquête de l’Ancien Régime", Paris, co-édition association France-Guinée Équatoriale et l’Harmattan, 2014. (ISBN 978-2-336-30769-5)
  • 2014 - Valérie de Wulf, Tome 1 - "Histoire de l'île d'Annobón (Guinée Equatoriale) et de ses habitants du XVe au XIXe siècle", Paris, Ed. l'Harmattan et Association France-Guinée Equatoriale, 2014, 346 p. (ISBN 978-2-343-03397-6)
  • 2014 - Valérie de Wulf, Tome 2 - "Les Annobonais, un peuple africain original", Paris, L'Harmattan, Association France-Guinée équatoriale, 2013, 234 p. (ISBN 978-2-343-03399-0)
  • (es) Mariano L. de Castro et Ma Luisa de la Calle, La colonización española en Guinea ecuatorial (1858-1900), CEIBA Ediciones, Vic, Barcelone, 2007, 363 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]