René Hodé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
René Hodé
Présentation
Naissance
Marans (Maine-et-Loire)
Décès
Nationalité Drapeau de la France France
Œuvre
Réalisations château de Challain-la-Potherie

René Hodé, né à Marans (Maine-et-Loire) le et mort en 1874, est un architecte angevin de style néogothique, grand maître du style Troubadour, connu principalement pour la construction du château de Challain-la-Potherie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Marans près de Segré en Maine-et-Loire le .

Issu d'une famille de huit enfants, il entre le 15 février 1825 à l'école des arts et métiers d'Angers. Le 21 juillet 1836, il épouse Marie Lebreton qui lui donne deux fils, René-Nicolas et Louis-René qui œuvreront aux côtés de leur père.

Aux alentours de 1840, il ouvre son propre cabinet. Sa première réalisation d'importance est La Roche Turpin, qu'il commence en 1844. Son œuvre est essentiellement centrée sur l'architecture privée et il participe rarement aux chantiers publics. Il est considéré comme le chef de file des architectes régionaux spécialisés dans l'architecture néo-gothique, bien qu'il participe à des travaux sur des édifices inspirés d'autres styles. Il édifia 27 châteaux durant 30 années en Maine et Loire, Mayenne et les Deux-Sèvres. Le baron de Wismes (publication du Maine et l'Anjou historiques, archéologiques et pittoresques, 1865) et Celestin Port (Dictionaire historique, géographique et biographique de Maine et Loire. 1874) consignent quelques-unes de ses réalisations et relèvent le côté remarquable de plusieurs de ses constructions.

Œuvres en Maine-et-Loire[modifier | modifier le code]

Galerie de ses constructions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le site patrimoine-de-france.org
  2. Le site cc-region-chemille.fr
  3. Le site villes-et-villages-fleuris.com
  4. Le site culture.gouv.fr
  5. Le site patrimoine-de-france.org
  6. Célestin Port, Dictionnaire historique du Maine-et-Loire, Angers, (lire en ligne), Révisée 1989 - PERV - POILA, page 183

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]