Canton de Chemillé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Chemillé
Canton de Chemillé
Situation du canton de Chemillé dans le département de Maine-et-Loire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement(s) Cholet
Chef-lieu Chemillé
Conseiller général Michel Mignard
2008-2015
Code canton 49 11
Disparition 22 mars 2015
Démographie
Population 16 618 hab. (2012)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Superficie 219,38 km2
Subdivisions
Communes 10

Le canton de Chemillé est une ancienne division administrative française située dans le département de Maine-et-Loire et la région Pays de la Loire.

Il disparait aux élections cantonales de mars 2015, réorganisées par le redécoupage cantonal de 2014[1].

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton de Chemillé comprenait dix, puis neuf communes le 1er janvier 2013 après la fusion des anciennes communes de Chemillé et Melay pour former la commune nouvelle de Chemillé-Melay[2] (la fusion ayant conservé le statut de commune déléguée à Chemillé, où était le siège de la commune nouvelle, cela n'a pas changé le périmètre du canton ni son chef-lieu de canton resté à Chemillé-Melay dans la commune déléguée de Chemillé). Il comptait 16 618 habitants (population municipale) au 1er janvier 2012.

Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Population
(dernière pop. légale)
Chemillé
(chef-lieu)
49092 CC de la Région de Chemillé 7 028 (2010)
La Chapelle-Rousselin 49074 CC de la Région de Chemillé 778 (2013)
Cossé-d'Anjou 49111 CC de la Région de Chemillé 430 (2013)
La Jumellière 49169 CC de la Région de Chemillé 1 419 (2013)
Melay 49199 CC de la Région de Chemillé 1 608 (2010)
Neuvy-en-Mauges 49225 CC de la Région de Chemillé 802 (2013)
Sainte-Christine 49268 CC de la Région de Chemillé 813 (2013)
Saint-Georges-des-Gardes 49281 CC de la Région de Chemillé 1 616 (2013)
Saint-Lézin 49300 CC de la Région de Chemillé 777 (2013)
La Tourlandry 49351 CC de la Région de Chemillé 1 344 (2013)

Le canton de Chemillé disparait le 1er janvier 2015 suite à la réforme de 2014 des conseils départementaux succédant aux conseils généraux : il est alors remplacé par le canton de Chemillé-Melay, quelques mois avant la fusion des intercommunalités (dont celle dont faisait partie la commune nouvelle de Chemillé-Melay qui était le bureau centralisateur du nouveau canton) qui forment aujourd'hui la commune nouvelle de Chemillé-en-Anjou, dont les communes déléguées couvrent aujourd'hui la totalité de l'ancien canton de Chemillé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans les Mauges, ce canton est organisé autour de Chemillé dans l'arrondissement de Cholet. Sa superficie est de plus de 219 km2 (21 938 hectares[3]), et son altitude varie de 20 mètres (La Jumellière[3]) à 216 mètres (La Tourlandry[3]), pour une altitude moyenne de 112 mètres.

Surfaces et altitudes des communes du canton[3]
Nom de la commune Surface (ha) Alt. mini (m) Alt. maxi (m)
La Chapelle-Rousselin 1 254 94 123
Chemillé-Melay 7 190 42 212
Cossé-d'Anjou 1 329 84 211
La Jumellière 2 909 20 104
Neuvy-en-Mauges 1 813 45 126
Sainte-Christine 952 53 124
Saint-Georges-des-Gardes 3 249 77 211
Saint-Lézin 1 308 69 119
La Tourlandry 1 934 120 216

Histoire[modifier | modifier le code]

Le canton de Chemillé (chef-lieu) est créé en 1790. Il est intégré au district de Cholet, puis en 1800 à l'arrondissement de Beaupreau, et à sa disparition en 1857, à l'arrondissement de Cholet[4].

Le 1er janvier 2013 les communes de Chemillé et de Melay se rassemblent pour donner la commune nouvelle de Chemillé-Melay[5]. Le canton passe alors de dix à neuf communes.

Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. Le canton de Chemillé disparait aux élections cantonales de mars 2015[1].

Administration[modifier | modifier le code]

Le canton de Chemillé est la circonscription électorale servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général de Maine-et-Loire.

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1835
(démission)
Alexandre Joubert-Bonnaire   Manufacturier à Angers
1835 1848 René Poudret de Sevret Opposition
libérale
Colonel en retraite, commandant de la Garde nationale d'Angers
Député (1839-1846)
1848 1871
(décès)
Comte Anatole-Marie
de Cacqueray-Valolive
(1812-1871)
  Propriétaire, maire de La Jumellière (1853-1871)
1871 1903
(décès)[6]
Comte Armand
de la Jumellière de Maillé
de La Tourlandry
Droite
légitimiste
Militaire puis maître de forges
Député (1871-1896)
Sénateur (1896-1903)
Président du Conseil Général
1903[7] 1907
(décès)[8]
Louis de Maillé
de La Tourlandry,
Duc de Plaisance

(fils du précédent)
Conservateur Député (1903-1907)
Maire de La Jumellière
1907 1922 Comte François de Maillé
de La Tourlandry,
puis Duc de Plaisance
(frère du précédent)
Conservateur Maire de La Jumellière
1922 1940 Prince
François de Polignac
Libéral puis
PSF
Député (1928-1940)
maire de La Jumellière
Nommé conseiller départemental en 1943[9]
1945 1958 Joseph Barbary DVD puis
RPF puis
MRP puis RS
Médecin à Chemillé
Député (1945)
1958 1976 Prince
Hubert de Polignac
(fils de Fr.de Polignac)
DVD Propriétaire foncier, administrateur de sociétés
Maire de La Jumellière (1965-1971)
1976 1994 Jean Chalopin UDR puis RPR Médecin
Député (1963-1967 et 1972-1976)
Maire de Chemillé (1963-1976)
1994 2001 André Rochard DVD Chef d'entreprise
Président de la Communauté de Communes du Chemillois
2001 2015 Michel Mignard UMP Vice-président du conseil général
Maire de Chemillé (1994-2012)
puis maire de Chemillé-Melay (2013- )

Résultats électoraux détaillés[modifier | modifier le code]

  • Élections cantonales de 2001 : Michel Mignard (RPR) est élu au 1er tour avec 68,78 % des suffrages exprimés, devant Laurent Girard (PCF) (12,86 %), Houcine Kaskhoussi (PS) (8,72 %) et Marie Goutierre (FN) (5,36 %). Le taux de participation est de 67,97 % (7 095 votants sur 10 438 inscrits)[10].
  • Élections cantonales de 2008 : Michel Mignard (UMP) est élu au 1er tour avec 59,16 % des suffrages exprimés, devant Morgane Bourigault (PS) (31,84 %) et Laurent Girard (PCF) (9 %). Le taux de participation est de 67,83 % (8 064 votants sur 11 888 inscrits)[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
11 59111 80612 13413 32414 10414 27915 74916 50116 618
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[12] puis population municipale à partir de 2006[13])
Histogramme de l'évolution démographique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]