Sergio Parisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sergio Parisse
Gros plan de Sergio Parisse souriant, le crâne rasé, avec le maillot blanc du Stade français
Fiche d'identité
Nom complet Sergio Francesco Matteo Parisse
Naissance (31 ans)
à La Plata (Argentine)
Taille 1,96 m (6 5)
Position Troisième ligne
Carrière en junior
Période Équipe  
2001-2003 Trévise
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
2002-2005
2005-
Trévise
Stade français
009 0(10)[1]
202 (193)[1]
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2002- Drapeau : Italie Italie 112 (68)[2]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 15 juin 2015.

Sergio Francesco Matteo Parisse, né le à La Plata (Argentine), est un joueur de rugby à XV international italien. Il joue au poste de troisième ligne centre au sein de l'effectif du Stade français.

En plus de dix ans au plus haut niveau, Sergio Parisse a inscrit à son palmarès deux titres de champion de France en 2006-2007 et en 2014-2015; il est titulaire indiscutable dans son club et en équipe nationale qu'il conduit comme capitaine dans le Tournoi des Six Nations et en Coupe du monde.

De grande taille, Sergio Parisse est pourtant habile, utilisant au mieux ses ressources athlétiques.

Carrière[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né le à La Plata, située à 56 km au sud-est de la ville de Buenos Aires (Argentine), Sergio Parisse grandit au sein d'une famille de parents italiens[3] qui a la culture rugby à XV. Son père, Sergio, ailier de l'Aquila, joue dans les années 1960 et 1970[4]; il remporte le Championnat d'Italie de rugby à XV en 1967 en défaisant le Fiamme Oro Padova par 6 à 0. Il part en Argentine pour des raisons professionnelles[2]: une entreprise lui propose un travail dans ce pays[3]. Il y rencontre Carmela[5] (italienne), l'épouse; Sergio junior naît en Argentine en 1983[6].

Le jeune Sergio apprend le rugby dans le Club Universitario de La Plata, sa ville natale. Il parle italien à la maison, il a une sœur[3].

La famille Parisse rentre plus tard en Italie, quand le jeune Sergio junior rejoint le club de Trévise[6].

Débuts avec Trévise et l'Italie[modifier | modifier le code]

Gros plan de John Kirwan portant une tenue sportive avec un badge officiel autour du cou
John Kirwan sélectionne Sergio Parisse en équipe d'Italie alors qu'il a moins de 20 ans.

En 2001, Sergio Parisse est invité à s'entraîner avec l'équipe d'Italie de rugby à XV en tournée en Argentine[6]. Il dispute les championnats du monde des moins de 19 ans 2001 au Chili[5] et 2002 en Italie avec l'équipe d'Italie.

Il est recruté par le club italien du Benetton Trévise[7] en 2001[2]. En 2002, il signe son premier contrat professionnel avec le club italien, pour un salaire de 800 euros par mois[5].

John Kirwan, le sélectionneur de la sélection italienne, le retient le 8 juin 2002 à Hamilton pour une défaite 64-10 contre l'équipe de Nouvelle-Zélande, sélection dont il a porté le maillot à 63 reprises[7],[2]. C'est le plus jeune numéro 8 international[4]. John Kirwan n'hésite pas à le comparer à Zinzan Brooke[6]. Sergio Parisse joue dix matchs consécutifs en équipe nationale en 2003 et dispute la Coupe du monde[4]. Si les Italiens sont éliminés dès la phase de poule, les performances de Sergio Parisse impressionnent[4]. Lors de cette compétition, il inscrit un essai, lors de la victoire face au Canada[8].

Il joue pour la première fois le Tournoi des Six Nations en 2004[5] et il dispute les cinq rencontres. Il ne manque plus d'édition jusqu'en 2010[1], édition où il doit déclarer forfait en raison d'une blessure au genou[6]. Il remporte deux titres de Champion d'Italie en 2003, 2004 puis la Coupe d'Italie 2005[5].

Champion de France avec le Stade français et capitaine de l'Italie[modifier | modifier le code]

Le match fini, les joueurs italiens fêtent la victoire les bras levés sur le stade (plan large).
Les coéquipiers italiens de Sergio Parisse fêtent la victoire contre la France lors du Tournoi 2011.

Sergio Parisse rejoint en 2005 le Stade français Paris pour deux saisons. Il prolonge son contrat pour deux ans supplémentaires en 2007[9]. L'Italie parvient pour la première fois en 2007 à remporter deux matchs du Tournoi. Pour la première fois, lors des confrontations entre les deux nations, elle s'impose en Écosse face aux Écossais sur le score de 17 à 37. Trois essais sont « offerts » aux Italiens qui mènent 21 à 0 après seulement six minutes[10].

Le Stade français Paris réussit une grande saison 2006-2007 en terminant premier de la première phase, puis en remportant la finale, avec une victoire 23-18 contre Clermont. Sergio Parisse, remplaçant, entre à la 46e minute de jeu[11]. Il a disputé 15 des 28 matchs du parcours du Stade français en championnat[1].

Les Italiens gagnent deux matchs de la Coupe du monde 2007 (Roumanie[12], Portugal[13]) avant d'affronter l'Écosse avec comme enjeu la qualification au second tour[14]. L'Italie s'incline 18-16, l'Écosse est seconde de la poule[15], derrière les Néo-zélandais.

Le nouveau sélectionneur Nick Mallett[16], qui remplace Pierre Berbizier[17], lui accorde sa confiance en le désignant capitaine de la Squadra Azzurra le 18 janvier 2008 à la place de Marco Bortolami. Il a seulement 24 ans mais il compte déjà 48 sélections internationales, deux participations à la coupe du monde en 2003 et 2007, un titre de champion de France en 2007[18]. Pour Nick Mallett, « Sergio est un joueur qui a de la personnalité ; il est respecté par ses coéquipiers, les arbitres et les adversaires. Ces points sont essentiels pour devenir capitaine »[19].

Les avants italiens regroupés autour de Parisse, pénétrent dans l'axe, un Français tente de le stopper.
Sergio Parisse est plaqué par un Français lors du Tournoi des Six Nations 2012.

Cette année-là, il devient le premier joueur italien à être retenu dans la liste finale pour la désignation du Meilleur joueur du monde IRB[6].

En juin 2009, Sergio Parisse est suspendu 8 semaines pour une fourchette sur le deuxième ligne néo-zélandais Isaac Ross lors d'une défaite 27 à 6 à Christchurch[20].

En 2010, il a une blessure grave au genou qui l'écarte des terrains pour l'ensemble du Tournoi des Six Nations 2010[6].

Il est nommé capitaine du Stade Français pour la saison 2010-2011. Lors du Tournoi 2011, la sélection italienne commence par perdre les trois premiers matchs. Mais le 12 mars 2011, au Stadio Flaminio, l'Italie réussit pour la première fois dans le Tournoi, à gagner contre la France (22-21)[21].

Le , le Stade français s'incline 19 à 18 contre les Harlequins en finale du Challenge européen[22]. Il prolonge son contrat jusqu'en 2016[23]. Le , il est le capitaine des Barbarians, qui affrontent l'Angleterre au stade de Twickenham, ils s'imposent 38-32[24]. Le , toujours à la tête des Barbarians, son équipe joue le pays de Galles à Cardiff et gagne 31-28 avec un essai de Parisse, suite à un départ derrière la mêlée[25].

Le , l'Italie s'incline de justesse 15-19 contre l'Angleterre, Sergio Parisse est désigné « homme du match »[26]. Le à l'Aviva Stadium de Dublin, il marque un essai[27], l'Irlande l'emporte 42-10.

Le , Jonny Wilkinson (27 points) et Toulon éliminent le Stade français en demi-finale du Challenge européen[28].

Cent sélections et toujours au plus haut niveau[modifier | modifier le code]

Sergio Parisse avant un match avec la tenue du Stade français.

Le au stade olympique de Rome, l'Italie débute bien le match disputé contre les Français. Sur une relance française, les Italiens bénéficient d'un ballon perdu pour lancer un contre conclu par Sergio Parisse sans grande résistance devant la défense française totalement désorganisée. Dès la sixième minute, l'Italie mène 7-0. L'équipe d'Italie est solide tout le match pour remporter la rencontre 23-18[29],[30], première victoire des Italiens contre les Français dans le cadre du Tournoi. En février 2013, il est expulsé avec le Stade français contre Bordeaux-Bègles pour avoir insulté l'arbitre[31]; il est suspendu 40 jours (peine ramenée à 20 jours en appel); son absence fait cruellement défaut à l'équipe d'Italie et met en valeur son importance. Il compte 94 capes à l'âge de 29 ans. C'est son 41e match dans le Tournoi des Six Nations. Même s'il n'a gagné que sept matchs du Tournoi. Comme Ryan Giggs ou George Best, il ne peut pas gagner à lui seul, mais il est toujours solide au poste quel que soit le résultat[32]. Il manque le match disputé contre le pays de Galles, il est de retour contre l'Angleterre début mars. L'Italie remporte sa première victoire contre l'Irlande en Tournoi des six nations le [33],[34], elle termine quatrième du Tournoi devançant la France et l'Irlande.

Le , Sergio Parisse et son équipe du Stade français Paris s'incline 34-13 contre le Leinster en finale du Challenge européen 2012-2013[35]. Le , il connaît un double honneur. Il est le capitaine des Barbarians[36], qui affrontent les Lions britanniques et irlandais en tournée en 2013[37]. C'est très rare pour un joueur qui n'est pas australien, néo-zélandais ou sud-africain de pouvoir jouer les Lions. Au Hong-Kong Stadium, les Baa-baas, surnom des joueurs des Barbarians, s'inclinent 8-59[38]. Il atteint le total de 100 sélections contre l'équipe des Fidji, en même temps que Martín Castrogiovanni[39].

Au début de l'année 2015, il parvient à marquer trois essais contre Castres[40]. Le , l'Italie gagne son deuxième match à l'extérieur du Tournoi en s'imposant 22-19 contre l'Écosse[41]. Le , il devient le joueur italien le plus capé de l'histoire en honorant sa 112e sélection face à l'équipe de France[42], dépassant Marco Bortolami[43]. Il déclare forfait pour le dernier match du Tournoi des Six Nations 2015 en raison d'une blessure au pied[44]. Il est retenu pour le titre de meilleur joueur du Tournoi et termine à la cinquième place des votes[45]. Il est exclu du match joué contre le Racing mais les images montrent qu'il est retenu par le maillot au moment du saut, déséquilibré et le choc aérien avec Brice Dulin ne lui est pas imputable. Le 20 mai, il est requalifié[46],[47]. Le Stade français Paris parvient à terminer quatrième de la première phase[48]. Sergio Parisse et ses coéquipiers gagnent en demi-finale le RC Toulon 33-16, l'Italien s'illustre avec une passe ingénieuse dans le dos pour un partenaire pour le premier essai parisien[49]. Les Parisiens parviennent à battre l'ASM Clermont 12-6 en finale et sont champions de France[50].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Réception d'une chandelle lors de l'échauffement du match Stade toulousain contre Stade français le 29 octobre 2011

Pendant sa carrière de joueur de rugby à XV professionnel, Sergio Parisse n'a pas pu se construire un solide palmarès au niveau international avec l'équipe d'Italie[2]; l'équipe nationale tente de trouver sa place dans le concert des nations majeures du rugby à XV qui disputent la Coupe du monde de rugby à XV depuis près de trente ans, le Tournoi des Six Nations (ancien Tournoi des Cinq Nations) depuis cent ans ou des test-matchs, puis le The Rugby Championship (ancien Tri-Nations) avec la même antériorité (pour l'hémisphère Sud).

S'il a rejoint en 2005 un des clubs au plus beau palmarès du rugby français[22],[Note 1],[Note 2], celui-ci peine de 2009 à 2014, ne disputant plus la Coupe d'Europe de rugby à XV; les titres de Champion de France 2006-2007 et 2014-2015 sont un des exploits les plus retentissants de sa carrière.

En club[modifier | modifier le code]

Avec Trévise, il est champion d'Italie à deux reprises[2].

En dix saisons passées avec le Stade français Paris, Sergio Parisse remporte deux fois le titre de Champion de France en 2006-2007 et en 2014-2015. Il ne gagne pas la Coupe d'Europe en cinq participations à la compétition européenne. Sur le plan national, son club décline à partir de 2009 jusqu'en 2014[22], il ne parvient plus à disputer les phases finales de Championnat de France qualificatives pour pouvoir jouer la Coupe d'Europe pendant cinq saisons, période durant laquelle il perd deux finales du Challenge européen (2011, 2013).

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Sergio Parisse participe à trois Coupes du monde, disputant toutes les rencontres[51],[1] mais ne parvenant pas à se qualifier pour la phase finale éliminatoire directe. Il joue à de nombreuses reprises le Tournoi des Six Nations à compter de 2004, mais son équipe n'est pas en mesure de disputer le titre.

Il a joué auparavant avec l'équipe d'Italie des moins de 21 ans et de 19 ans[Note 3], disputant les championnats du monde des moins de 19 ans 2001 au Chili et 2002 en Italie.

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Édition Rang Résultats Italie Résultats Parisse[51] Matchs Parisse
Australie 2003 3ème de poule D 2 v, 0 n, 2 d 2 v, 0 n, 2 d 4/4
France 2007 3ème de poule C 2 v, 0 n, 2 d 2 v, 0 n, 2 d 4/4
Nouvelle-Zélande 2011 3ème de poule C 2 v, 0 n, 2 d 2 v, 0 n, 2 d 4/4

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Tournoi[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Sergio Parisse effectue l'essentiel de sa carrière avec le Stade français qu'il rejoint à 21 ans. Lors des dix saisons passées avec les Parisiens, il dispute 202 matchs toutes compétitions confondues et inscrit 38 essais (193 points) (statistiques mises à jour au 15 juin 2015). En particulier, il joue 53 matchs en Coupe d'Europe au cours desquels il marque neuf essais[52].

Il évolue toujours au plus haut niveau du championnat national avec le club de la capitale avec un statut de titulaire alors que celui-ci est composé de très nombreux internationaux.

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

En treize années (2002-2015), Sergio Parisse dispute 112 matchs (109 en tant que titulaire) avec l'équipe d'Italie au cours desquels il marque treize essais, un drop (68 points)[2]. Il participe notamment à onze Tournois des Six Nations (50 matchs, 5 essais, 1 drop) et à trois Coupes du monde (2003, 2007, 2011) pour un total de douze rencontres disputées en trois participations[Note 4],[2].

Famille[modifier | modifier le code]

une jeune fille prise en gros plan en tenue de soirée sourit au photographe
Alexandra Rosenfeld le 21 janvier 2006.

En 2006, Sergio Parisse rencontre Alexandra Rosenfeld[53]. Née dans une famille très attachée au rugby, elle devient Miss France 2006 puis Miss Europe la même année[53]. Sergio Parisse épouse Alexandra le 5 juillet 2010 à la mairie de Saint-Thibéry[54]. Sergio et Alexandra ont une fille prénommée Ava, née le 23 août 2010 à Béziers[55]. Ils divorcent presque trois ans plus tard[56].

Sergio Parisse épouse en deuxième noce Silvia Bragazzi le [57] au consulat d'Italie à Paris, entouré des parents proches et de quelques amis, Julien Dupuy, Pierre Rabadan et Martín Castrogiovanni. Ils se sont connus en 2012, elle travaille alors dans une grande entreprise dans le marketing, l'organisation d'événements, de parrainage dans les sports moto et automobile. Après l'avoir rejoint à Paris, elle ne travaille plus[58].

Style[modifier | modifier le code]

En dépit d'être de grande taille physique, il est un joueur extrêmement adroit balle en main[59] que ce soit pour sauter en touche, disputer les balles aériennes sur les chandelles ou pour faire une passe inattendue[60]. En 2012, il fait une action de grand éclat contre la Nouvelle-Zélande[61]. En 2013, c'est une passe entre ses jambes contre l'Afrique du Sud qui devient une passe décisive au centre Alberto Sgarbi[62]. Il a une vision étonnante du jeu, un bon timing. Et il sait jouer sous la pression[63]. Quand Ian McGeechan cite six joueurs vedettes au début du tournoi des Six Nations 2015, il parle des qualités de Sergio Parisse[64],[65].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Il participe également à la série du Coq sportif « Rugby or not to be » en compagnie de Julien Cazarre, Frédéric Michalak et Jean-Pierre Rives[66].

Il a participé 4 fois entre 2006 et 2009 pour le calendrier des Dieux du stade.

Il est élu plus beau joueur de rugby de la coupe du monde 2003 en Australie[7],[6].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les années 1995-2008 voient une nette domination du championnat par trois clubs qui remportent les 13 titres de champion décernés après le passage au professionnalisme. Si le Stade toulousain remporte 4 titres consécutifs de 1994 à 1997, la fin des années 1990 voit le retour au premier plan du Stade français. Avec son président Max Guazzini, il remporte le bouclier de Brennus deux fois consécutives en 2003 et 2004. Le club parisien partage cette suprématie du début des années 2000 avec le Biarritz olympique, qui s'impose trois fois en 2002, 2005 et 2006.
  2. Le Stade français est deuxième du bilan du Championnat de France de rugby à XV avec 14 titres dont 8 acquis avant 1910 et 6 depuis 1998 (1893, 1894, 1895, 1897, 1898, 1901, 1903, 1908, 1998, 2000, 2003, 2004, 2007, 2015).
  3. L'équipe d'Italie de rugby à XV des moins de 20 ans est créée en 2008, remplaçant les équipes d'Italie des moins de 21 ans et des moins de 19 ans à la suite de la décision de l'IRB en 2007 de restructurer les compétitions internationales juniors.
  4. Dans l'ordre chronologique, il a :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q « Sergio Parisse », sur www.itsrugby.fr (consulté le 15 juin 2015)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) « Sergio Parisse », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 15 juin 2015).
  3. a, b et c (es) « "Jugar contra Argentina es particular, pero siempre lo viví como otro test match" », sur www.clarin.com, Clarín,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  4. a, b, c et d (en) Charlie Henderson, « Shooting stars: Sergio Parisse (Italy) », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  5. a, b, c, d et e (it) « Sergio Parisse ......a cuore aperto », sur www.ilgiornaledellosport.net,‎ (consulté le 30 avril 2015)
  6. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Rugby World 2011: Italy’s key man – Sergio Parisse », sur www.rugbyworld.com,‎ (consulté le 28 avril 2015).
  7. a, b et c Julie Lévy-Marchal, « Sergio Parisse, le latin lover », sur www.20minutes.fr,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  8. (en) « Italy fend off Canada : Italy 19-14 Canada », sur bbc.co.uk,‎ .
  9. « Sergio Parisse prolonge », sur www.stade.fr, Stade français Paris rugby,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  10. (en) James Standley, « Scotland v Italy », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 7 avril 2015).
  11. Laurent Telo, « À la conquête du Brennus (5/5) : les années 2000, le rugby pro », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 29 avril 2015).
  12. (en) « Italy 24-18 Romania », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 29 avril 2015).
  13. (en) Mark Orlovac, « Italy 31-5 Portugal », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 29 avril 2015).
  14. (en) « Rugby World Cup 2007 results », sur news.bbc.co.uk (consulté le 5 avril 2015).
  15. (en) Colin Moffat, « Scotland 18-16 Italy : Scotland edged into the quarter-finals of the World Cup after a tense win over Italy in rain-lashed St Etienne », sur news.bbc.co.uk,‎ .
  16. (en) « Mallett takes over as Italy coach », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 29 avril 2015)
  17. (en) « Berbizier to quit as Italy coach », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 29 avril 2015)
  18. (it) « Mallett ha scelto il condottiero Sarà Parisse il nuovo capitano », sur www.gazzetta.it, la Gazzetta dello Sport,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  19. (en) « Parisse handed Italy captaincy », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 29 avril 2015)
  20. (en) « Italy captain Sergio Parisse banned for eye gouge », sur theguardian.com,‎ .
  21. « Italie-France (22-21): Bleus de honte », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 20 avril 2015)
  22. a, b et c Anouk Bouteloup et C.M., « Guazzini, 19 ans de révolution », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 5 janvier 2015).
  23. « Sergio Parisse, qui a prolongé jusqu'en 2016 avec le Stade Français, se projette sur les deux dernières rencontres de l'année », sur www.franceinfo.fr/sports/rugby/, France Info,‎ (consulté le 29 avril 2015).
  24. (en) Robert Kitson, « Ugo Monye and Joe Marler injured as England lose to Barbarians England 32-38 Barbarians », sur news.bbc.co.uk, The Guardian,‎ (consulté le 30 avril 2015)
  25. (en) Gareth Roberts, « Wales 28-31 Barbarians », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 30 avril 2015)
  26. (en) Nick Pearce, « Six Nations 2012: Italy v England live », sur www.telegraph.co.uk/sport/rugbyunion/, The Daily Telegraph,‎ (consulté le 30 avril 2015)
  27. (en) « Six Nations: Italy's Sergio Parisse scores try in Ireland », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 30 avril 2015)
  28. (en) « Jonny Wilkinson kicks Toulon into final with win over Stade Français Toulon 32-29 Stade Français », sur www.theguardian.com, The Guardian,‎ (consulté le 30 avril 2015)
  29. (en) James Standley, « Six Nations: Italy 23-18 France », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  30. « Italie - France (23-18): L'Express rejoue le match », sur www.lexpress.fr, L'Express, Agence France-Presse,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  31. « Vidéo Sergio Parisse red carded and banned for insulting referee », www.youtube.com, Canal+,‎ 21 févier 2013 (consulté le 30 avril 2015)
  32. (en) Robin Scott-Elliot, « Six Nations: Mighty Sergio Parisse the man who towers over Italy's failings », sur www.independent.co.uk, The Independent,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  33. (en) James Standley, « Six Nations 2013: Italy 22-15 Ireland », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  34. « Tournoi des six nations: victoire historique de l'Italie sur l'Irlande », sur www.lexpress.fr, L'Express, Agence France-Presse,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  35. David Reyrat, « Pas de miracle pour le Stade français », sur sport24.lefigaro.fr/rugby/, Le Figaro,‎ (consulté le 28 avril 2015).
  36. (en) Sean Davies, « History of the Barbarians », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 29 avril 2015)
  37. (en) Bryn Palmer, « Lions 2013: Sergio Parisse to captain Barbarians », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  38. (en) Bryn Palmer, « Barbarians 8-59 Lions », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  39. (it) « Rugby, Parisse: « Con le Fiji giocare bene e fare risultato » », sur www.repubblica.it/sport/rugby/, La Repubblica,‎ (consulté le 29 avril 2015)
  40. (it) « Parisse, c'est magique! », sur www.lequipe.fr/Rugby/, L'Équipe,‎ (consulté le 1 mai 2015)
  41. (en) Eddie Butler, « Six Nations 2015: Italy roll over Scotland at the last with penalty try », sur www.theguardian.com, The Guardian,‎ (consulté le 30 avril 2015)
  42. (en) « Six Nations 2015: France too good for Italy in Rome », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  43. (en) « Three changes for Italy rugby team », sur sbs.com.au,‎ .
  44. (en) « Six Nations 2015: Sergio Parisse ruled out of Wales game », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ (consulté le 28 avril 2015)
  45. « L'Irlandais O'Connell élu meilleur joueur », sur www.beinsports.fr/rugby, BeIN Sports (France),‎ (consulté le 28 avril 2015)
  46. Fabien Pomiès et Ivan Petros, « 24e journée Top 14 - Le rouge de Sergio Parisse a rendu fous les Parisiens », sur www.rugbyrama.fr/rugby, Rugbyrama,‎ (consulté le 12 juin 2015)
  47. Agence France-Presse, « Top 14: Parisse requalifié dès samedi avec le Stade français », sur www.lepoint.fr, Le Point,‎ (consulté le 12 juin 2015)
  48. Alexandre Metivier, « Top 14 : Bordeaux craque, Bayonne descend », sur www.lemonde.fr, Le Parisien,‎ (consulté le 6 juin 2015).
  49. Adrien Pécout, « Le RC Toulonnais chute de son trône de champion de France », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 6 juin 2015).
  50. Adrien Pécout, « Rugby : vainqueur du Top 14, le Stade français confirme la malédiction de Clermont », sur www.lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 15 juin 2015).
  51. a et b « la fiche de Sergio Parisse », sur www.lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 28 avril 2015).
  52. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m « Sergio Parisse », sur www.epcrugby.com, EPCR (consulté le 15 juin 2015).
  53. a et b (it) Marco Pastonesi, « Alexandra, una miss pazza per il rugby », sur www.gazzetta.it, la Gazzetta dello Sport,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  54. « Alexandra Rosenfeld et Sergio Parisse : Tous les détails de leur mariage de rêve ! », sur www.purepeople.com, PureMédias,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  55. « Alexandra Rosenfeld est maman ! », sur www.purepeople.com, PureMédias,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  56. « Alexandra Rosenfeld : La jolie Miss France divorce ! », sur www.purepeople.com, PureMédias,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  57. (it) « Sergio e Martin, in due a braccetto verso il record di presenze », sur iltirreno.gelocal.it, Il Tirreno,‎ (consulté le 27 avril 2015).
  58. (it) Roberto Parretta, « Rugby, la moglie di Parisse racconta il capitano: « Un puro d'altri tempi » : Silvia e Sergio sono sposati da un anno. « È stato un colpo di fulmine. Al mattino è rimbambito di sonno, ma quanto mangia! » », sur www.gazzetta.it/Rugby/, la Gazzetta dello Sport,‎ (consulté le 30 avril 2015).
  59. « Vidéo Sergio Parisse Tribute », www.youtube.com,‎ (consulté le 30 avril 2015)
  60. Olivier Bras, « Rugby : Sergio Parisse, l'atout capital de l’Italie », sur www.france24.com,‎ (consulté le 1 mai 2015).
  61. (en) « Sergio Parisse superbe behind the back pass in Italy – All Blacks 2012 », sur www.thecoupmagazine.com,‎ (consulté le 30 avril 2015).
  62. (en) Alasdair Reid, « South Africa 44 Italy 10: Italian rallying tests hosts », sur www.heraldscotland.com/sport/rugby/, The Herald (Glasgow),‎ (consulté le 30 avril 2015).
  63. (en) Mick Cleary, « Who is the greatest player in rugby union? Part three: Sergio Parisse », sur www.telegraph.co.uk/sport/rugbyunion/, The Daily Telegraph,‎ (consulté le 30 avril 2015).
  64. (en) « Six Nations 2015: Six players to watch - by Sir Ian McGeechan », sur www.telegraph.co.uk/sport/rugbyunion/, The Daily Telegraph,‎ (consulté le 12 juin 2015).
  65. (en) « Six Nations 2015: Six players to watch - by Sir Ian McGeechan », sur www.telegraph.co.uk/sport/rugbyunion/, The Daily Telegraph,‎ (consulté le 12 juin 2015).
  66. Rugby or not to be sur le site de Le coq sportif

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Verdier, Anthologie mondiale du rugby, Flammarion, 490 p. (ISBN 9782081279834), « Sergio Parisse, L'Italo-Argentin », p. 292-293

Liens externes[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]