Famille de Beauvau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Famille de Beauvau
Image illustrative de l'article Famille de Beauvau
Armes

Blasonnement D'argent, à quatre lions de gueules, armés, lampassés et couronnés d'or, 2 et 2.[1],[2].
Période XIIIe siècle-XXIe siècle
Pays ou province d’origine Drapeau de l'Anjou Anjou
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la Lorraine Duché de Lorraine
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Fonction(s) militaire(s) 1 Connétable de Lorraine
1 Maréchal de France
Récompense(s) civile(s) 3 Chevaliers de l'ordre du Croissant
1 Chevalier de la Toison d'or
1 Chevalier du Saint-Esprit
Preuves de noblesse
Autres Extraction chevaleresque

La maison de Beauvau est une très ancienne famille originaire de l'Anjou, titulaire pendant plusieurs siècles de la seigneurie de Beauvau (Maine-et-Loire) ; d'extraction chevaleresque, elle fait remonter ses preuves de noblesse jusqu'en 1265. Elle se scinda en deux branches principales, les Beauvau du Rivau et les Beauvau-Craon, qui firent carrière sous les rois de France mais aussi sous les ducs de Lorraine.

Origines[modifier | modifier le code]

Apparentés aux comtes d'Anjou, les Beauvau passèrent au service des rois de France au XIIIe siècle, et des ducs de Lorraine[3] à la fin du Moyen Âge. En 1454, Isabeau de Beauvau (fille de Louis de Beauvau) épousa Jean VIII de Bourbon, comte de Vendôme ; Isabeau est ainsi la trisaïeule du roi Henri IV, et la famille de Beauvau se vit ainsi reconnaître le titre prestigieux de cousin du Roi, réservé aux rares familles ayant une alliance avec la Maison de France, par Louis XIV, puis officiellement par Louis XV en 1739[4].

Gisant d'un autre Jean, église du Couvent des Cordeliers d'Angers.

Parmi les principaux membres de la famille, on peut citer :

Branche de Beauvau du Rivau[modifier | modifier le code]

Mathieu II de Beauvau (?-1421), issu d'une branche cadette, reçut la seigneurie de la Bessière qui servit d'abord à désigner cette branche. Son fils Pierre de Beauvau (?-1453), 2e seigneur de la Bessière, premier chambellan de Charles VII, épousa en 1438 Anne de Fontenay, dame du Rivau, qui porta cette seigneurie dans la famille de Beauvau ainsi que le château du Rivau en Anjou qui lui resta jusqu'en 1685. La seigneurie du Rivau fut érigée en marquisat de Beauvau du Rivau en 1664 par Louis XIV, au profit de Jacques III de Beauvau, seigneur du Rivau, et elle servit depuis à désigner cette branche.

La branche de Beauvau du Rivau fit souche en Bretagne et donna deux évêques à Nantes. Elle compta notamment :

Branche de Beauvau-Craon[modifier | modifier le code]

Jean IV de Beauvau (1421-1503), seigneur de Beauvau et de Sermaise en Anjou, hérita de sa mère Jeanne de Craon la seigneurie de Craon (Mayenne), et commença la branche de Beauvau-Craon. En devenant, du droit de sa femme, baron de Manonville, il implanta en outre cette nouvelle branche en Lorraine.

À la mort de René II de Beauvau (petit-fils du précédent) en 1548, ses fils se partagèrent le patrimoine : Claude (mort en 1597) continua la branche des seigneurs de Beauvau, barons de Manonville, seigneurs de Noviant, Tremblecourt, etc., et acquit la seigneurie de Fléville par son mariage avec Nicole de Lutzelbourg ; Alophe commença le rameau des barons de Rorté (ou Rorthey[5], seigneurie acquise par leur grand-père Pierre II de Beauvau), et Jean commença celui des seigneurs de Panges (seigneurie héritée de leur mère).

Henri II (1610-1683) fut fait marquis de Beauvau par Louis XIV en 1664. Son petit-fils et successeur Marc (1679-1754), marquis de Beauvau, de Craon (en 1712), reçut en outre le marquisat d'Haroué du duc de Lorraine Léopold, et fit construire le château (ou palais) d'Haroué à côté de l'ancien château des Bassompierre. Il fut fait prince du Saint Empire et créé 1er prince de Craon par l'empereur germanique en 1722[6].

Le 2e prince, Charles Juste de Beauvau-Craon, avait épousé la fille du duc de Bouillon, lequel avait rang de prince étranger (en) à la cour de France, et Louis XV reconnut en 1745 l'usage du titre de prince aux Beauvau-Craon[7], qui furent ainsi admis aux honneurs de la Cour en 1775.

Les princes possédèrent également le Château de Sainte-Assise à Seine-Port (Seine-et-Marne) de 1827 à 1922. Etienne et Marc de Beauvau eurent des écuries de chevaux au XIX . Etienne fut propriétaire du château de Thoisy la Berchère ( 21 ) et conseiller général de ce département .

On peut citer outre les princes :

Liste des princes de Beauvau-Craon[modifier | modifier le code]

  1. 1722-1754 : Marc de Beauvau-Craon (1679-1754), 1er prince de Beauvau, vice-roi, administrateur du Grand-duché de Toscane.
  2. 1754-1793 : Charles Juste de Beauvau-Craon (1720-1793), 2e prince de Beauvau, maréchal de France. Il a laissé son nom à l'hôtel de Beauvau, place Beauvau à Paris, où siège aujourd'hui le ministère de l'Intérieur, dont il fut le locataire de 1770 environ à sa mort.
  3. 1793-1849 : Marc Étienne Gabriel de Beauvau-Craon (1773-1849), 3e prince de Beauvau, chambellan de Napoléon Ier.
  4. 1849-1864 : Charles de Beauvau-Craon (1793-1864), 4e prince de Beauvau, fils du précédent, militaire et sénateur français.
  5. 1864-1883 : Marc de Beauvau-Craon (1816-1883), 5e prince de Beauvau, député de Seine-et-Marne, fils du précédent.
  6. 1883-1942 : Charles-Louis de Beauvau-Craon (1878-1942), 6e prince de Beauvau.
  7. 1942-1982 : Marc de Beauvau-Craon (1921-1982), 7e et dernier prince de Beauvau, fils du précédent.

Descendance de Marc, 1er prince de Beauvau-Craon[modifier | modifier le code]

o Marc de Beauvau-Craon (1679-1754)
   o Gabrielle-Françoise de Beauvau-Craon (1708-1758)
   o Marie-Françoise-Catherine de Beauvau-Craon (1711-1787) 
   o Charles-Juste de Beauvau-Craon (1720-1793)
       o Anne-Louise de Beauvau-Craon (1750-1834)
   o Ferdinand-Jérôme de Beauvau-Craon (1723-1790)
       o Marc-Étienne-Gabriel de Beauvau-Craon (1773-1849)
           o Charles-Just-François-Victurnien de Beauvau-Craon (1793-1864) 
              o Marie-Delphine-Élisabeth-Stéphanie de Beauvau-Craon (1842-1898)
              o Béatrice de Beauvau-Craon (1844-1895)
           o (suite : voir ci-dessous)
   o Anne-Marguerite-Gabrielle de Beauveau-Craon

Descendance de Charles, 4e prince de Beauvau-Craon[modifier | modifier le code]

Charles-Just-François-Victurnien (1793-1864), 4e prince de Beauvau
x (1) (1815) Lucie-Virginie de Choiseul-Praslin (1794-1834)
│  │
│  ├──> Marc-René-Antoine-Victurnien (1816-1883), 5e prince de Beauvau
│  │    x (1) (1840) Marie Catherine Augustine d'Aubusson (1824-1862)
│  │    │  │
│  │    │  ├──> Jeanne Victurnienne (1848-1924)
│  │    │  │    x (1867) Robert-Marie-Albert-Ferdinand de Mun (1839-1887), comte de Mun
│  │    │  │
│  │    │  ├──> Isabelle-Marie-Blanche-Charlotte-Victurnienne (1852-1875)
│  │    │  │    x (1874) Agénor de Gramont, duc de Guiche
│  │    │  │
│  │    │  └──> Louise (1861-1885)
│  │    │       x (1879) Bertrand de Blacas d'Aulps (1852-1940)
│  │    │
│  │    x (2) (1875) Marie-Adèle de Gontaut-Biron (1848-1938)
│  │       │
│  │       ├──> Henriette (1876-1931)
│  │       │    x (1896) Charles d'Harcourt (1870-1956)
│  │       │
│  │       └──> Charles-Louis-Juste-Élie-Marie Joseph-Victurnien (1878-1942), 6e prince de Beauvau
│  │            x (1920) Mary Grace Gregorini (1896-1970)
│  │            │
│  │            └──> Marc-Charles-Louis-Joseph-Marie (1921-1982), 7e prince de Beauvau
│  │                 x (1) (1952) Marie Cristina Patino y de Borbon (n. 1932) (div. 1958)
│  │                 │  │
│  │                 │  ├──> Marie (Minnie) Isabelle Cristina Adèle Gracie (n. 1953)
│  │                 │  │    x (1) (1978) Duncan Hugh McLaren (n. 1944) (div. 1986)
│  │                 │  │    │
│  │                 │  │    x (2) (1986) Javier Botana (n. 1949)
│  │                 │  │
│  │                 │  └──> Marie Diane Cristina Gabrielle (n. 1955)
│  │                 │      x (1979) Ahmed Mohamadialal (n. 1952) (div. 1985) 
│  │                 │
│  │                 x (2) (1972) Laure du Temple de Rougemont (n. 1932)
│  │                    
│  │
│  └──> Étienne-Guy-Charles-Victurnien (1818-1865)
│       x (1844) Berthe de Rochechouart-Mortemart (1825-1882)
│       │
│       ├──> Hélène-Marie-Antoinette-Victurnienne (1848-1899)
│       │    x (1869) Pierre-Maurice de Montboissier-Beaufort-Canillac
│       │
│       ├──> Blanche-Marie-Victurnienne (1851-1873)
│       │    x (1869) Adrien de Wignacourt (1845-1915)
│       │
│       └──> Renée-Marie-Victurnienne (1855-1886)
│            x (1875) Alof de Wignacourt (1847-1925)
│
x (2) (1839) Eugénie-Ludmille-Alexandrine-Joséphine Komar (1819-1881)
   │
   ├──> Marie-Delphine-Élisabeth-Stéphanie (1842-1898)
   │    x Gaston-Alexandre de Ludre-Frolois (1830-1897)
   │
   └──> Béatrix-Jeanne-Marie-Joséphine (1844-1895)
        x Horace de Choiseul-Praslin (1837-1916)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]