Saintes chapelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les saintes chapelles royales et princières comprennent, outre celle de Paris, dix chapelles construites en France sur son modèle entre le XIIIe et le milieu du XVIe siècle. Elles ont été fondées soit par un roi, soit par des princes de sang royal qui souhaitaient s'inscrire dans la lignée de saint Louis et rehausser le prestige de leur résidence.

Sept de ces saintes chapelles subsistent, outre à Paris, à Aigueperse, Champigny-sur-Veude, Châteaudun, Riom, Vic-le-Comte et Vincennes. Celles de Bourbon-l'Archambault, de Bourges, du Gué de Maulny et du Vivier-en-Brie ont disparu ou sont en ruine. Les saintes chapelles de Dijon (aujourd'hui détruite), Saint-Germer-de-Fly et de Chambéry ne relèvent pas de la même définition mais partagent l'appellation.

Critères de définition[modifier | modifier le code]

Selon Claudine Billot (1998), une sainte chapelle, qu'elle soit royale ou princière, se reconnaît à cinq critères :

  • elle est chapelle d'un palais ou d'un château royal ou princier,
  • elle a été fondée par saint Louis ou l'un de ses descendants,
  • elle abrite au moins, dans un reliquaire, une relique détachée de la Vraie Croix ou de la sainte couronne d'épines déposée à la Sainte-Chapelle de Paris,
  • elle suit un plan architectural semblable au modèle parisien, à un ou deux étages, mais à nef unique, de hautes verrières et contreforts, un toit d’ardoises à forte pente et surmonté d'une flèche
  • elle est le lieu d'offices célébrés « à l'usage de Paris » par des chanoines toutes les 3 heures[1].

Saintes chapelles[modifier | modifier le code]

Saintes chapelles royales[modifier | modifier le code]

Quatre saintes chapelles ont été fondées par un roi :

Saintes chapelles princières[modifier | modifier le code]

Sept saintes chapelles sont de fondation princière :

Autres saintes chapelles[modifier | modifier le code]

Bien que s'écartant des critères précédents, d'autres chapelles désignées comme des saintes chapelles ont été fondées :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Billot 1998, p. 9.
  2. a et b Billot 1998, p. 14.
  3. Sophie Jugie, « La Sainte-Chapelle du Palais des ducs de Bourgogne », Musée des beaux-arts de Dijon, .
  4. Laurent Lecomte, « La « Sainte-Chapelle » de Saint-Germer-de-Fly : un chef d'œuvre du gothique rayonnant », Bulletin du Groupe d’étude des monuments et œuvres d’art de l’Oise et du Beauvaisis (GEMOB), Beauvais, nos 80-81 « Deux chefs-d'œuvre de l'art gothique : L'église abbatiale et la « Sainte-Chapelle » de Saint-Germer-de-Fly »,‎ , p. 29-48 (ISSN 0224-0475) ; p. 44-48.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claudine Billot, Les Saintes-Chapelles royales et princières, Paris, Éditions du Patrimoine, , 76 p. (ISBN 978-2858222476)
  • Laurent Vissière, « L’érection des Saintes-Chapelles dans la France des XIVe et XVe siècles », dans L’art au service du prince. Paradigme italien, expériences européennes (vers 1250-vers 1500), Actes du colloque de Paris (17-19 octobre 2013), dir. Élisabeth Crouzet-Pavan et Jean-Claude Maire-Vigueur, Rome, Viella, 2015, p. 115-139.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]