François de Montpensier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François de Montpensier
Franciszek de Montpensier.JPG

François de Montpensier

Biographie
Naissance
Décès
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Renée d'Anjou-Mézière
Enfant
Autres informations
Religion
Distinctions
Chevalier de l'ordre du Saint-Esprit (d)
Chevalier de l'ordre de Saint-MichelVoir et modifier les données sur Wikidata
D'azur aux trois fleurs de lys d'or au bâton de gueules péri en bande chargé d'un croissant d'argent en chef

François de Bourbon, duc de Montpensier, né en 1542 et mort le à Lisieux, est un prince du sang de la maison de Bourbon. Il est un des proches de la famille royale des Valois et l'un des commandants de l'armée royale pendant les guerres de religion.

Biographie[modifier | modifier le code]

François de Bourbon est le fils de Louis, duc de Montpensier et de sa première épouse Jacqueline de Longwy. En 1566, il épouse Renée d'Anjou, marquise de Mézières et comtesse de Saint-Fargeau, qui n'a alors que 16 ans.

Durant toute sa vie, ce prince du sang de la maison de Bourbon accumule de nombreux titres dont celui de dauphin d'Auvergne. Jusqu'à la mort de son père en 1582, on ne le mentionne que sous ce titre de « prince dauphin ». À l'âge de quarante ans, il devient lui-même duc de Montpensier, prince souverain de Dombes, sire de Beaujeu et vicomte de Brosse. en 1583, il est fait duc de Châtellerault.

Pendant les guerres de religion, le prince dauphin se voit confier la responsabilité de plusieurs gouvernements, d'abord dans le centre de la France (Anjou, Touraine, Maine, Orléans, etc.), puis celui du Dauphiné en 1567 et enfin celui de Normandie en 1588. Durant les campagnes militaires, il combat, avec son père, les protestants. Après la prise de Saint-Jean-d'Angély, en 1569, il est chargé de les combattre en Saintonge, mais échoue. En 1574, il est nommé gouverneur général du Languedoc et du Dauphiné, provinces qui se trouvent alors entre les mains des protestants.

Il est naturellement de la cour du roi Henri III dont il devient un soutien fidèle. Bien que zélé catholique, il refuse catégoriquement d'entrer dans la Sainte Ligue chapeautée par la famille de Guise. Lorsque Henri III meurt, il se rallie à Henri IV. En 1591, il participe au siège de Rouen et meurt l'année suivante. Il est inhumé à la sainte chapelle Saint-Louis à Champigny-sur-Veude.

Descendance[modifier | modifier le code]

Avec Renée d'Anjou-Mézière :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Christophe Levantal, Ducs et pairs et duchés-pairies laïques à l'époque moderne (1519-1790), Paris, 1996, p. 783

Liens externes[modifier | modifier le code]