Château de Brissac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le château de Brissac en Maine-et-Loire. Pour le château de Brissac situé dans l’Hérault, voir Château de Brissac (Hérault). Pour les autres homonymes, voir Brissac.
Château de Brissac
Image illustrative de l'article Château de Brissac
Période ou style médiéval et renaissance
Type forteresse
Début construction XIe siècle
Fin construction XVIIe siècle
Propriétaire initial Foulques Nerra
Destination initiale forteresse
Propriétaire actuel François de Cossé-Brissac
Destination actuelle musée, habitation privée
Protection Logo monument historique Classé MH (1958, 1966)
Site web http://www.chateau-brissac.fr
Coordonnées 47° 21′ 11″ nord, 0° 30′ 19″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région historique Anjou
région Pays de la Loire
département Maine-et-Loire
Commune Brissac-Quincé

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Château de Brissac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Brissac
Château de Brissac, par Octave de Rochebrune
(Eau forte datée de février 1888)

Le château de Brissac se trouve à Brissac-Quincé, dans le département de Maine-et-Loire, à quinze kilomètres d'Angers. Depuis le début du XVIe siècle, il est la propriété et la résidence des ducs de Brissac. Il est classé au titre des monuments historiques depuis les et [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est à l'origine un château-fort construit par Foulques Nerra, comte d'Anjou, au XIe siècle. Après la défaite des Anglais par Philippe Auguste, celui-ci le cède à Guillaume des Roches.

Le château est acquis en 1435 et reconstruit en 1455 par Pierre de Brézé, un riche ministre de Charles VII. À la mort de celui-ci, survenue à la bataille de Montlhéry en sauvant le roi, c'est son fils, Jacques, qui en hérite et s'installe au château. Il s'y installe avec sa femme Charlotte de Valois (fille de Charles VII et d'Agnès Sorel). Lorsque Jacques découvre que sa femme a une liaison avec son ami Pierre de Lavergne, il la transperce avec son épée le 1er mars 1462 (Date et lieu différent sur la fiche de Charlotte de Valois ! ) ; aujourd'hui une légende prétend qu'elle apparaît sous la forme d'une dame blanche les nuits d'orage.

Pendant le règne de François Ier (1515 à 1547), la propriété est achetée en 1502 par René de Cossé que le roi nomme gouverneur du Maine et de l'Anjou. Le château entre ainsi dans la famille des Cossé qui adopte alors le nom de Brissac.

Pendant les guerres de religion, Charles de Cossé (petit-fils de René) prend le parti de la Ligue, et le château est assiégé par le roi Henri IV. Après son ralliement au roi en 1594, il retrouve son château gravement endommagé en 1606, et obtient le titre de maréchal de France, ainsi que celui de duc de Brissac en 1611. La forteresse étant tout près d'être démolie, elle est reconstruite sous la conduite de l'architecte Jacques Corbineau qui en fait un édifice grandiose. À cette époque le duc de Brissac prend pour secrétaire particulier le gentilhomme Goddes de Varennes, marquis de la Perrière. Le 13 août 1620 une première entrevue de conciliation a lieu à Brissac en « terrain neutre » entre Louis XIII et sa mère Marie de Médicis, la réconciliation solennelle ayant lieu au bout de trois jours de festivités et de plusieurs entretiens privés[2].

Les Cossé-Brissac conservent le château jusqu'en 1792. Lors de la Révolution, il est réquisitionné et transformé en cantonnement pour les « Bleus » de Vendée. Mis à sac par les révolutionnaires, il reste dans cet état jusqu'en 1844, où un programme de restauration est entrepris et poursuivi par les Cossé-Brissac, à qui le château est restitué après la Révolution, et dont les membres s'y sont succédé depuis.

En 1890 est inauguré son théâtre, créé sur deux étages par sa propriétaire, née Jeanne-Marie Say (1848-1916), petite-fille du célèbre raffineur de sucre Louis Say, veuve en premières noces de Roland de Cossé, marquis de Brissac en 1871, puis vicomtesse de Trédern. Ce théâtre est restauré vers 1983.

Le duc de Brissac ayant proposé son château pour abriter des œuvres d'art, il reçoit en 1939-1940 le mobilier de Versailles — gardé sur place jusqu'en 1946 par l'épouse de Gaston Brière, son ancien conservateur — des œuvres des musées Gustave Moreau, Nissim de Camondo, Arts Décoratifs, de Châlons sur-Marne, des palais de l'Élysée et du Sénat, de la Comédie Française, de la légation Suisse, des ambassades d'Argentine et de Grande-Bretagne et parmi 65 collections privées celles d'André Lhote, Maurice Denis, Paul Valéry et le trésor de la cathédrale d'Angers.

Corinne Bouchoux cite un rapport de Brière sur l'irruption de cinq soldats allemands au château en août 1944, qui y tuèrent le gardien J.-B. Faucher[3].

Il est évoqué dans les souvenirs de Simon Charles Timoléon Pierre de Cossé (1900-1993), duc de Brissac en 1944 : En d'autres temps (1900-1939), La suite des temps (1939-1958), Le temps qui court (1959-1974) et Le Château d'en face (1974-1985) (B. Grasset et Fasquelle).

En 1960 le photographe Pîerre Jahan réalisa pour la revue Plaisir de France plusieurs clichés du château; il publia celui montrant un cavalier cuirassé dans la salle d'armes (Objectif - Marval, 1994, p 93) où René Briat qui l'accompagnait revêtit un heaume que son compère ferma malencontreusement d'un coup de pouce... et dont il ne put extraire sa tête qu'avec l'aide de l'intendant du duc, absent ce jour-là.

En 1950, Jean Morin, alors préfet du département, a l'idée d'organiser une représentation théâtrale au château. Ce spectacle monté par René Rabault inaugure ce qui deviendra ensuite le festival d'Anjou[4].

Architecture[modifier | modifier le code]

Son architecture en fait le château le plus haut de France[5], il compte sept étages au total, ainsi que deux cents salles, et sa façade traduit les influences baroques de l'époque.

Exploitation et gestion[modifier | modifier le code]

Ouvert au public, le château héberge chaque année un marché de Noël, une chasse aux œufs de Pâques et le Festival Fashion Flower. Il accueille également de manière régulière des événements liés aux montgolfières, comme les départs du Championnat de France.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00108994, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Jean-Christian Petitfils, Louis XIII, Librairie Académique Perrin, , p. 300
  3. Corinne Bouchoux, Rose Valland - La résistance au musée, Geste éditions/Archives de vie, 2002, p. 46-48
  4. Evelyne Jousset, « Le Festival d'Anjou 63ème édition et pas une ride », sur France 3 Pays-de-la-Loire (France Télévisions), .
  5. Le terrain ne permet pas d'étendre le château

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre de Brissac, Le Château de Brissac, notice historique, Les Presses modernes,  ;
  • Pierre de Brissac, Brissac, notice historique et descriptive, André Barry, .
  • Robert Dauvergne, Le château de Brissac au XVIIIe siècle, Paris, Impr. R. Foulon, 1945, 121 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]