Bumble

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bumble
Logo de Bumble

Adresse https://bumble.com
Type de site Site de rencontres
Lancement Voir et modifier les données sur Wikidata
État actuel En activité

Bumble est un site de rencontres créé en 2014.

Historique[modifier | modifier le code]

En juin 2014, Whitney Wolfe Herd, une cofondatrice de Tinder, porte plainte contre la société pour discrimination et harcèlement sexuels, après en avoir été évincée[1]. En août 2014, elle est contactée par Andrey Andreev, le fondateur et directeur général de Badoo. Ce dernier convainc Wolfe Herd de reprendre son activité dans le domaine des sites de rencontres, dont elle avait initialement l'intention de s'éloigner[2]. En septembre 2014, un accord est trouvé dans le conflit qui l'oppose à Tinder, et Wolfe Herd reçoit un peu plus d'un million de dollars à titre de dédommagement[1]. Après cela, Andreev et Wolfe Herd s'associent et fondent ensemble la société Bumble. Andreev doit en devenir détenteur de 79% des parts et fournir un investissement initial de 10 millions de dollars, ainsi que d'autres investissements ultérieurs. Wolfe Herd doit quant à elle en devenir la fondatrice, la directrice générale, et la propriétaire à hauteur de 20%. Leur accord prévoit que la nouvelle société utilise l'infrastructure de Badoo et la consultance d'Andreev[3]. Une fois le partenariat conclu, ils recrutent deux autres ex-employés de Tinder : Chris Gulzcynski, un autre cofondateur, et Sarah Mick, la responsable du design[2].

Bumble est lancé trois mois plus tard, en décembre 2014[4]. La société est basée à Austin (Texas), et emploie 70 personnes à travers le monde[5].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le principe de fonctionnement de Bumble est né du succès et du développement de Tinder, et s'est inspiré de cette dernière dans son fonctionnement. Mais cette plateforme Tinder, lancée initialement dans les milieux de grandes écoles américaines, a été, à la suite de son succès, utilisée par des populations de plus en plus diverses. Des applications comme Bumble veulent retrouver une certaine sélectivité, et les questions de l’application s’intéressent ainsi à la situation socio-économique des utilisateurs[6]. S'adressant aux nolstalgiques des débuts de Tinder, l'application Bumble veut, aussi, exclure certains comportements grossiers et sexistes, tels que l'envoi de dick pics ou le harcèlement[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Report: Ousted Tinder Cofounder Settled Her Sexual Harassment Lawsuit Against The Company For 'Just Over $1 Million' », Business Insider,‎ (lire en ligne)
  2. a et b (en) Alyson Shontell, « What It's Like To Found A $750 Million Startup, Go Through A Sexual-Harassment Lawsuit, And Start All Over By Age 25 », Business Insider,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Clare O'Connor, « Billion-Dollar Bumble: How Whitney Wolfe Herd Built America's Fastest-Growing Dating App », Forbes,‎
  4. (en) Sarah Ratchford, « Bumble is a dating app where women take lead », Toronto Star,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Todd C. Frankel, « Whitney Wolfe, founder of dating app Bumble, has had quite the year. She just can’t discuss parts of it », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  6. Fatoumata Sillah et Marie Bergström, « Tinder fête ses 10 ans : une application qui " a mis à nu les mécanismes de sélection et d’élimination s’opérant dans le choix amoureux ou sexuel " », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Clémentine Gallot, « Bumble, l’appli qui ne fait pas le moine », Libération,‎ (lire en ligne)