Pheed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pheed
logo de Pheed
Logo

Création 12 octobre 2012
Disparition avril 2016
Siège social Los Angeles
Drapeau États-Unis
Activité Internet
Produits Réseau social
Site web www.pheed.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Pheed est un réseau social lancé le et fermé en . Il réalisait l'agrégation des fonctions de différentes plateformes de réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Tumblr)[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le site web est lancé par une communauté issue du divertissement et de la technologie de Los Angeles. OD Kobo, un entrepreneur expérimenté de l'internet en est le cofondateur et investisseur. Le site est lancé le et l'application sur iPhone le . Le , Pheed est la première application téléchargée de l'Apple Store, dépassant Facebook. Le magazine Forbes qualifie alors Pheed de « Twitter avec un business plan »[2]

Dès 2014, la plateforme est acheté par Mobli, un réseau social israélien[3]. Le site web a été fermé le [4].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Pheed présente des similarités avec les réseaux sociaux présents en 2013, à savoir Twitter, Facebook, ou encore Tumblr[1]. Les utilisateurs pouvaient créer des messages de 420 caractères avec des photos, des vidéos et du son. Ce réseau social a été l'un des premiers à permettre la diffusion de vidéos en direct[3].

Protection[modifier | modifier le code]

Le réseau social permettait de protéger le contenu publié par ses membres en y apposant un copyright[1].

Monétisation[modifier | modifier le code]

Pheed proposait un modèle élaboré de monétisation : chaque membre pouvait transformer son compte en compte payant pour les autres utilisateurs, le réseau social ponctionnant une commission[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Clara Léonard, « Pheed, le réseau social qui monte, qui monte », sur http://www.zdnet.fr/, (consulté le )
  2. (en) Ilya Pozin, « Is Pheed the New Twitter? », sur Forbes (consulté le )
  3. a et b « Ello, Yo, Miitomo… après l’emballement, que sont devenus ces réseaux sociaux ? », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  4. « Pheed », sur www.pheed.com (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]