Marque blanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec marque franche.

Une marque blanche repose sur le principe commercial de mise à disposition d'outils sans citer la marque ni l'origine de l'information transmise[1].

Certains nomment marque grise (ou marque franche) des contenus qui révèlent leur origine au consommateur.

Exemples[modifier | modifier le code]

Logiciels[modifier | modifier le code]

Certains logiciels commercialisés sous le nom d'un éditeur connu (comme IBM) sont conçus par des entreprises qui souhaitent profiter de la notoriété et de la puissance commerciale de l'éditeur.

Grande distribution[modifier | modifier le code]

Les produits commercialisés sous le nom des grandes enseignes (produits génériques) sont souvent fabriqués par des tiers et illustrent ainsi parfaitement ce principe[1].

Sites web[modifier | modifier le code]

De nombreux sites web proposent des contenus appartenant à d'autres sites. Le danger réside dans le fait que l'internaute se sente dupé. Celui-ci pensant faire affaire avec le site et non avec un autre. Cette pratique commerciale permet néanmoins des gains financiers sans se développer soi même...

Le webmaster offre sur son site un emplacement au sein duquel il installe lui même un code source provenant d'un site proposant ladite marque blanche. Cela peut être des sonneries de mobile mises à disposition, des espaces de rencontres, de la lingerie, des vêtements... Contenu souvent payants mais parfois gratuits.

Cette marque blanche permet au webmaster d'offrir un contenu, qui correspond au site dont il est propriétaire et pour lequel il ne souhaite pas (ou n'a pas les compétences pour) créer le contenu en question.

Pour les visiteurs, ce principe est souvent « transparent ».

Musique[modifier | modifier le code]

"Marque blanche" est la traduction du terme anglophone "White Label", donné aux disques vinyles 12’’ comportant un macaron central vierge[2].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Marque blanche », sur www.journaldunet.com (consulté le 1er octobre 2010)
  2. (fr) « Avec "It's all Over", John Talabot se met au white label », sur http://www.tsugi.fr/ (consulté le 16 avril 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]