Boulevards des Maréchaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les boulevards des Maréchaux forment un ensemble continu de boulevards qui ceinturent Paris, à la limite de la ville, sur une longueur de 33,7 kilomètres[1]. Ce nom collectif découle du fait qu'à leur création, la totalité de ces boulevards portaient des noms de maréchaux du Premier Empire.

Historique[modifier | modifier le code]

Les boulevards des Maréchaux occupent l'emplacement de l’ancienne route militaire (ou rue Militaire) qui longeait l'enceinte de Thiers, bâtie en 1840. L'extension de Paris en 1860 par annexion des communes riveraines a étendu la capitale précisément jusqu'à cette enceinte, qui avec son large glacis marquait une profonde rupture dans le tissu urbain. En 1861, la création d'un boulevard de ceinture large de 40 m, à l'emplacement de la rue militaire, est déclarée d'utilité publique[2]. Cela a permis de créer un ensemble de boulevards faisant le tour de la ville, de la même manière que la destruction de l'enceinte de Louis XIII avait donné naissance, à la fin du XVIIe siècle, aux grands boulevards de la rive droite. En 1864, le boulevard est découpé en dix-neuf sections[3].

Les dix-neuf sections de 1864
Nom du boulevard Personnage Début Fin
Boulevard Poniatowski Józef Antoni Poniatowski Porte de Bercy Porte de Picpus (porte Dorée)
Boulevard Soult Jean-de-Dieu Soult Porte de Picpus Porte de Vincennes
Boulevard Davout Louis Nicolas Davout Porte de Vincennes Porte de Bagnolet
Boulevard Mortier Édouard Mortier Porte de Bagnolet Porte de Romainville (porte des Lilas)
Boulevard Serurier Jean Mathieu Philibert Sérurier Porte de Romainville Canal de l'Ourcq
Boulevard Macdonald Étienne Macdonald Canal de l'Ourcq Porte d'Aubervilliers
Boulevard Ney Michel Ney Porte d'Aubervilliers Porte de Saint-Ouen
Boulevard Bessières Jean-Baptiste Bessières Porte de Saint-Ouen Porte de Clichy
Boulevard Berthier Louis-Alexandre Berthier Porte de Clichy Porte de la Révolte
Boulevard Gouvion-Saint-Cyr Laurent de Gouvion-Saint-Cyr Porte de la Révolte Porte de Neuilly
Boulevard Lannes Jean Lannes Porte de Neuilly Porte de la Muette
Boulevard Suchet Louis-Gabriel Suchet Porte de la Muette Porte d'Auteuil
Boulevard Murat Joachim Murat Porte d'Auteuil Seine
Boulevard Victor Claude-Victor Perrin Seine Porte de Versailles
Boulevard Lefebvre François-Joseph Lefebvre Porte de Versailles Faisceaux de voies de la gare Montparnasse
Boulevard Brune Guillaume Brune Faisceaux de voies de Montparnasse Porte d'Orléans
Boulevard Jourdan Jean-Baptiste Jourdan Porte d'Orléans Porte de Gentilly
Boulevard Kellermann François Christophe Kellermann Porte de Gentilly Porte d'Italie
Boulevard Masséna André Masséna Porte d'Italie Porte de la Gare

Dans les années 1920, le démantèlement de l'enceinte permet d'urbaniser les terrains situés à l'extérieur de la ceinture de boulevards. On y construit notamment des habitations à bon marché (HBM) et des équipements publics, comme le parc des expositions de la porte de Versailles, le stade Charléty ou le palais de la Porte Dorée. Des parcs sont également aménagés, comme le square Séverine, le parc Kellermann ou le parc de la Butte du Chapeau-Rouge. Les pavillons de la cité internationale universitaire de Paris sont érigés au milieu d'un vaste espace vert le long du boulevard Jourdan.

En 1932, une section du boulevard Lannes est renommée boulevard de l'Amiral-Bruix (un amiral de l'épopée napoléonienne). En 1987, une section du boulevard Victor devient boulevard du Général-Martial-Valin (un général de l’armée de l'air de la France libre). En 2005, une partie du boulevard Masséna est rebaptisée boulevard du Général-Jean-Simon (un autre officier de la France libre, Compagnon de la Libération).

Géographie[modifier | modifier le code]

Paris et ses arrondissements

Les boulevards des Maréchaux forment un ruban quasiment continu qui fait le tour de Paris. Doublant le boulevard périphérique du côté intérieur à une distance de 150 mètres en moyenne, les boulevards des Maréchaux ne forment pas comme lui une autoroute urbaine, mais une voie ordinaire. Ils comportent donc, sauf exception (quelques souterrains dénivelés ressemblant à des échangeurs), des intersections à niveau et la vitesse y est limitée à 50 km/h.

Les boulevards relient les différentes portes de Paris et sont au sud, à l'est et au nord de la ville bordés, mais à une distance allant jusqu'à 1,4 km environ au niveau de Ménilmontant, par la ligne de Petite Ceinture, ancienne ligne de chemin de fer désaffectée. L'espace compris entre les boulevards des Maréchaux et le boulevard périphérique, récupéré sur l'ancien glacis de l'enceinte de Thiers, forme une bande urbanistiquement différente du reste de la capitale : on y trouve un nombre important de logements collectifs de type Habitation à bon marché en briques rouges typiques, d'établissements d'enseignement, de gymnases et stades, et même quelques espaces verts, ainsi que la Cité universitaire internationale.

Aménagements[modifier | modifier le code]

Une piste cyclable sur le trottoir a été aménagée. Sur les boulevards non desservis par les deux lignes de tramway (à l'ouest et au nord-ouest), les bus disposent parfois de sites propres.

Au sud et au sud-est, la ligne 3a du tramway d'Île-de-France suit les boulevards des Maréchaux, du pont du Garigliano à la porte de Vincennes. À l'est et au nord-est, la ligne T3b prend le relais de la porte de Vincennes jusqu'à la porte de la Chapelle.

Aux essences arbustives déjà présentes sur ces boulevards – aulne, catalpa, chêne, érable, érable pourpre, érable negundo, févier, marronnier, micocoulier, mûrier à feuilles de platane, noyer, orme de Sibérie, orme, peuplier blanc, paulownia tomenteux, platane commun, sophora et tilleul – viennent s'ajouter albizzia, amélanchier, arbre de Judée, aubépine, cerisier à grappes, cerisier à fleurs,charme-houblon, frêne, frêne à fleurs, noisetier de Byzance, magnolia de Kobé, poirier à feuilles de saule, poirier de Chine et sorbier[4].

Singularités[modifier | modifier le code]

Étienne Eustache Bruix, Jean Simon et Martial Valin, dont les noms ont été attribués à certaines portions renommées au XXe siècle, sont tous trois des personnalités militaires, mais sont les seuls à ne pas être des maréchaux du Premier Empire.

Il existe une légère discontinuité au franchissement de la Seine, au pont du Garigliano : entre le boulevard du Général-Martial-Valin et le boulevard Murat, en plus du pont du Garigliano, il faut emprunter la partie sud du quai Louis-Blériot sur un peu plus de cent mètres pour « rejoindre les maréchaux ». Exelmans, maréchal du Second Empire (dont le boulevard n'est pas « des maréchaux »), fut aide-de-camp de Murat. En un sens, il continue de l'épauler, puisque, à l'endroit de cette discontinuité, le boulevard Exelmans permet, sans emprunter le boulevard Murat, de rejoindre directement un autre boulevard portant un nom de maréchal, en l'occurrence le boulevard Suchet, en coupant à travers le sud-ouest du 16e arrondissement de Paris.

Les boulevards d'Indochine et d'Algérie suivent de plus près le contour de Paris en évitant une portion du boulevard Sérurier.

Sur les vingt-six maréchaux du Premier Empire, seuls les noms de dix-neuf ont été attribués à un boulevard. Sur les sept maréchaux sans boulevard, quatre n'ont aucune voie portant leur nom dans Paris : Bernadotte et Marmont considérés comme traîtres à la France[5] ; Grouchy, fait maréchal durant les Cent-Jours, et prétendument responsable de la défaite de Waterloo ; Pérignon, qui a cherché à organiser dans le Midi un plan de résistance contre Napoléon en 1815, a été rayé de la liste des maréchaux pendant les Cent-Jours[6]. En revanche, la mémoire d'Augereau (écarté par Napoléon, qui le qualifie de « traître à la France » durant les Cent-Jours), Moncey (destitué par Louis XVIII), et Oudinot est perpétuée par des rues de Paris ; Moncey est en outre représenté par une statue se trouvant sur la place de Clichy, lieu de son dernier combat.

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

Quelques sites particuliers à proximité des boulevards des Maréchaux :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tous les chiffres de la voirie parisienne, article du 2 février 2011, rubrique « Longueur de quelques autres voies publiques », sur paris.fr, consulté le 11 août 2011.
  2. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), , « Décret du 29 septembre 1861 », p. 326
  3. Ibid., « Décret du 2 mars 1864 », p. 350-351
  4. Les plantations sur l'ancien site officiel du tramway (version en ligne au 4 janvier 2007).
  5. Bernadotte, après être monté sur le trône de Suède, a rallié le camp de la sixième coalition contre la France ; Marmont, gouverneur de Paris en 1814, y laisse entrer les armées coalisées et capitule.
  6. La rue Pérignon se rapporte à une autre personnalité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]