BB 36000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis BB 36200-300)
Aller à : navigation, rechercher

BB 36000 (SNCF)

La BB 36008 en livrée Multiservices.

La BB 36008 en livrée Multiservices.

Identification
Exploitant(s) SNCF et Thello
Désignation BB 36001 à 36030
Surnom Astride
Type locomotive électrique
Couplage non pour les 36000
oui pour les 36200/300
Construction 60 locomotives
Transformation 30 locomotives en BB 36200-300
Constructeur(s) Alstom et Bombardier/ANF
Livraison de 1996 à 2002
Effectif 30 au 03/09/2011
Affectation

Fret SNCF
Belgique, France et Italie

Thello:
Paris gare de Lyon à Vallorbe
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement standard
 Alimentation tritension (1500/3000 Volts continu et 25 kV alternatif 50 Hz).
 Pantographes 3 (un par courant)
 Schéma de traction
transformateur 1450 V[1]
4 ponts monophasé GTO
hacheur élévateur
4 HSP en //
2750 V CC
MLI ; 1 par moteur
Moteurs de traction 4 moteurs 4 FXA 4559 Alstom
asynchrones à cage d'écureuil
à ventilation forcée
 Puissance continue 5 600 kW
 Effort de traction démarrage : 320 kN
vitesse max : 100 kN
 Transmission anneau dansant
Masse en service 89 t
Dimensions
 Longueur 19,110 m
 Largeur 2.926 m
 Hauteur 4.270 m
Empattement 10.400 m
 Empattement du bogie 3,000 m
 Diamètre des roues Ø1150
Vitesse maximale 220 km/h

[2],[3],[4]

Les BB 36000 sont une série de locomotives électriques de la SNCF, surnommées « Astride » (Asynchron Tricurrent Drive Engine). Construite par Alstom, elles entrent dans la catégorie des locomotives asynchrones polytension européennes. Ce sont, avec leurs grandes sœurs les BB 26000, les locomotives les plus puissantes de la SNCF.

Description[modifier | modifier le code]

La BB 36000 est une locomotive est tritension (1,5 kV continu, 3 kV continu et 25 kV 50 Hz) et européenne puisqu'elle est conçue pour accepter trois types de tensions différentes et peut donc circuler en Belgique, au Luxembourg, en Italie, en France et ultérieurement jusqu'aux Pays-Bas.

Conçues à l'origine pour des trajets directs entre la Belgique et l'Italie[5], les locomotives numérotées 36001 à 36030 ne sont finalement homologués que pour les réseaux français et belges, les spécialisant de fait à ces deux zones d'action. Les locomotives anciennement numérotées 36031 à 36060, quant à elles, ont perdu leurs équipements belges afin d'être homologuées pour le réseau italien. Ces 30 locomotives ont été renumérotées en BB 36300 afin de marquer leur aptitude au réseau RFI.

Cette locomotive évite ainsi une rupture de charge lors du passage des frontières, c'est-à-dire un changement de locomotive à cause des différents courants d'alimentation et de la signalisation en particulier, et permet des gains de temps significatifs, en évitant un relais avec les machines Italiennes.

La BB 36000 est équipée de bogies bi-moteurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Conception[modifier | modifier le code]

Cette locomotive est développée par Alstom sur la base de la locomotive à moteur synchrone, la BB 26000 et d'un moteur asynchrone que le constructeur souhaite mettre au point pour l'export : les autres constructeurs européens ont choisi cette solution moins coûteuse et plus simple. Le constructeur insiste auprès de la SNCF. Cette dernière qui envisage une modification du contrat d'achat des BB 26000 pour obtenir des machines tritensions modifie la commande des BB 26000 en transformant les 30 dernières machines en BB 36000[6].

À cette époque, la SNCF envisage de séparer ses activités voyageurs et fret et diminue l'importance des services techniques. Ces derniers apprécient peu une locomotive qu'ils n'ont pas eux-mêmes développée. La SNCF demande au constructeur de livrer des machines prêtes au service, la mise au point étant comprise dans le service après-vente. Le service voyageur basé sur les TGV et qui abandonne progressivement les trains de nuit n'est pas intéressé. Le service fret ne voit pas l'intérêt d'une locomotive aussi polyvalente. Pendant ce temps, Alsthom, devenu Alstom, développe la future locomotive Prima dont il envisage des débouchés supérieurs tant en France qu'à l'exportation. Dans ces conditions, la mise au point de la BB 36000 est longue ; elle se fait dans la difficulté, et son potentiel est occulté par les défauts de jeunesse[6].

Mise en service[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les soixante BB 36000 ont été livrées entre 1996 (16 janvier 1996 pour la 36001) et 2002 (29 juin pour la 36060). Ces locomotives ont un « air de famille » avec les Sybic mais avec les angles arrondis et un meilleur aérodynamisme. Elles ont toutes été affectées au dépôt de Lens de janvier 1997 à décembre 2004.

Avec un coût de maintenance inférieur à 0.30 €/km, elle est la moins coûteuse à l'entretien des locomotives de la SNCF[réf. nécessaire]. Pouvant à la fois tracter des trains de fret à 100 km/h et 120 km/h, et des trains de voyageurs à 200, voire 220 km/h, elles sont essentiellement utilisées pour les trains de fret, en particulier ceux circulant entre la Belgique et l'Italie passant par la France. Elles sont donc limitées à 120 km/h.

En octobre 2011, les premières BB 36000 sont passées chez Akiem, gardant leur livrée mais perdant le logo SNCF. Il s'agit des BB 36001, 2, 4, 5, 7, 11 et 15[7].

Depuis le 11 décembre 2011, trois BB 36000 (BB36007, BB36011, BB36015) assurent un service voyageur entre Paris et Venise, exploités par Thello une filiale de Véolia. Ces trois machines, affectées à Akiem (filiale de location de locomotives de la SNCF), ont été testées à 200 km/h[6].

Depuis le 5 septembre 2012, sept BB 36000 (36001 à 36006 et 36008) d'Akiem ont été louées à l'ONCF pour tracter des trains de phosphate de l'Office chérifien des phosphates (OCP). Avant le transfert de ces locomotives, leurs pantographes 25 kV et 3 kV, prévus pour le réseau ferré italien ont été retirés car inutiles au Maroc. D'autres organes, tels que les câblots et les coupleurs fixes de chauffage de train, le frein électropneumatique, l'antenne KVB et la brosse de répétition des signaux ont été aussi retirés car ces organes sont fortement exposés aux collisions avec des animaux ou des véhicules[8].

Pour le confort du personnel de conduite, les cabines de conduite sont climatisées.

Services effectués[modifier | modifier le code]

  • Fret: Service international
  • Voyageurs: Thello (locomotives Akiem)

Lignes desservies[modifier | modifier le code]

  • Dijon - Ambérieu - Culoz - Chambéry - Modane
  • Sibelin - Ambérieu - Culoz - Chambéry - Modane
  • Dijon - Chalindrey - Aulnoye - Anvers (Belgique)
  • Aulnoye - Le Bourget
  • Vintimille - Miramas
  • Dijon - Villeneuve
  • Paris Gare de Lyon - Dijon - Vallorbe.
  • Benguerir - Youssoufia - Safi et Khouribga - Jorf Lasfar/Casablanca (Maroc)[9]

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste des BB 36000.

Les trente exemplaires de la série BB 36000 sont gérés par deux Supervisions techniques de flotte (STF) : « STF Mastéris » et « STF locomotives électriques Fret »[10].

BB 36200-300[modifier | modifier le code]

BB 36300 (SNCF)

La BB 36343 en livrée Fret à moustaches approche de Chambéry.

La BB 36343 en livrée Fret à moustaches approche de Chambéry.

Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation BB 36331 à 36360
Surnom Astride
Type locomotive électrique
Couplage UM MUX
Construction 30 locomotives
Transformation 30 locomotives ex BB 36031 à 36060
Constructeur(s) Alstom
Livraison de 2000 à 2001
Effectif 30 au 28/5/2011
Affectation Fret
(France et Italie)
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux B'B'
Écartement standard
 Alimentation 1,5 kV continu,
3 kV continu et 25 kV 50 Hz
 Pantographes 3
 Schéma de traction
transformateur 1450 V[1]
4 ponts monophasé GTO
hacheur élévateur
4 HSP en //
2750 V CC
MLI ; 1 par moteur
Moteurs de traction 4 * FXA 4559 Alstom
asynchrones à cage d'écureuil
à ventilation forcée
 Puissance continue 5 600 kW
 Effort de traction démarrage : 320 kN
vitesse max : 100 kN
 Transmission anneau dansant
Masse en service 89 t
Dimensions
 Longueur 19,110 m
 Largeur 2.926 m
 Hauteur 4.270 m
Empattement 10.400 m
 Empattement du bogie 3,000 m
 Diamètre des roues Ø1150
Vitesse maximale 220 km/h

[2],[3],[4]

Depuis 2003 les BB 36300 sont spécialisées au trafic Franco-Italien, il s'agit d'une modification des 36031 à 60 (seconde tranche des BB 36000, qui sont peintes en livrée fret, et non multiservices comme les 36001 à 30 de première tranche).

Elles peuvent fonctionner en Unités Multiples, et sont équipés d'un système d'extinction incendie automatique, nécessaire pour la traversée du tunnel du Fréjus, et du SAFI (Système d'Alarme à Frein Inhibable) pour la traction des rames de ferroutage transalpines Aiton-Orbassano.

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste des BB 36000.

Les trente exemplaires de la série BB 36300 sont gérés par une Supervision technique de flotte (STF) : la « STF locomotives électriques Fret »[10].

Engins apparentés[modifier | modifier le code]

Alstom a dérivé les série 13 de la SNCB et leurs jumelles de la série 3000 des CFL de ces Astrides.

Modélisme[modifier | modifier le code]

  • Cette locomotive a été reproduite en HO par la marque Jouef (groupe Hornby).

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b 5 enroulements secondaires : 4 pour la traction + 1 pour les auxiliaires.
  2. a et b Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 121, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  3. a et b Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  4. a et b Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre
  5. « BB 36000, 20 ans de carrière entre Italie, Belgique et Maroc », Objectif Rail, no 57,‎ , p. 28 à 45 (ISSN 1766-4144)
  6. a, b et c Sylvain Meillasson, « BB 36000, enfin universelle. », Loc magazine, no 5,‎ , p. 28 à 36 (ISSN 2115-6999)
  7. Sylvain Assez, « Premières BB 36000 chez Akiem », Rail Passion, no 171,‎ , p. 7
  8. Rail Passion no 182 décembre 2012.
  9. « Les « Françaises » au Maroc », Objectif Rail, no 57,‎ , p. 46 à 57 (ISSN 1766-4144)
  10. a et b Denis Redoutey, Matériel moteur Sncf en 2012, Saint-Étienne, La Vie du Rail,‎ (ISBN 978-2-918758-60-0), p. 206-209

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]