Helen Keller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Keller.

Helen Keller

Description de cette image, également commentée ci-après

Helen Keller 1905.

Nom de naissance Helen Adams Keller
Naissance 27 juin 1880
Tuscumbia, États-Unis
Décès 1er juin 1968 (à 87 ans)
États-Unis
Profession écrivain, activiste et conférencière
Ascendants
Kate Adams, Henley Keller
Signature de Helen Keller

Helen Adams Keller (27 juin 1880 à Tuscumbia, Alabama - 1er juin 1968) est un écrivain, activiste et conférencière américaine. Bien qu'elle fût sourde, muette et aveugle au début de sa vie, elle parvint à obtenir un diplôme universitaire. Sa détermination a suscité l'admiration, principalement aux États-Unis. Elle a écrit 12 livres et de nombreux articles au cours de sa vie. Son autobiographie « Sourde, muette, aveugle : histoire de ma vie » a inspiré la pièce, puis le film, Miracle en Alabama.

Biographie[modifier | modifier le code]

Helen, à gauche, avec sa maîtresse Anne Sullivan, en 1888.

En février 1882, à 19 mois, elle souffre d'une congestion cérébrale qui la rend sourde et aveugle à la fois. Brusquement coupée du monde, elle a du mal à communiquer avec ses proches, notamment ses parents. Plus tard, en 1886, ses parents font appel à Ann Sullivan, jeune éducatrice dont ils avaient entendu parler par Sir Alexander Graham Bell. Trop jeune à leur goût, Anne doit s'imposer. Elle s'engage à rester un temps déterminé, et à partir sans demander quoi que ce soit si rien n'évolue d'ici là.

Les parents d'Helen cédant toujours à ses caprices, Anne n'a aucune influence sur elle. Elle réussit à s'isoler avec Helen dans une grange appartenant à la famille. Durant plusieurs jours, elle consacre son temps à lui esquisser des signes dans la paume de la main juste avant de lui montrer un objet.

Cet isolement permet à Anne de laisser Helen faire ses crises quand elle n'a pas ce qu'elle veut, pensant qu'elle finirait par utiliser des signes pour demander un objet précis.

À la fin du temps accordé par les parents, ils constatent qu'Helen a fait de gros progrès concernant la communication et l'autorité (elle ne fait plus de crises). Un jour qu'Anne et Helen sont dans le jardin, elles s'approchent du puits. Anne fait toucher de l'eau à Helen et lui épèle sans cesse le mot : eau (w-a-t-e-r en anglais). Brusquement, Helen comprit. Une porte s'ouvrit pour elle. Alors que la jeune handicapée avait en sa possession une tasse, elle la laissa tomber et prit Anne par la main. Elle l'emmena partout dans le jardin pour savoir le nom de toutes ces choses connues uniquement par le toucher d'Helen. C'est ainsi que la jeune fille apprit à communiquer avec le monde. Plus tard, elle apprit le braille, pouvant ainsi lire.

Anne Sullivan a réussi son pari. Par la suite, elle lui apprend à lire, à parler et à écrire. Helen Keller étudie à la faculté de Radcliffe College et devient la première personne handicapée à obtenir un diplôme.

Elle crée une fondation pour personnes handicapées et milite au sein de mouvements socialistes et féministes. Elle écrit des essais politiques, des romans et des articles de journaux. Anne Sullivan, par contraste, commencera à avoir sa vue qui baisse. À la mort d'Anne, Helen écrivit un livre sur sa courageuse « maîtresse ».

En 1915, elle fonde avec George Kessler l'organisation Helen Keller International (HKI) afin de soutenir la prévention de la cécité et la réduction de la malnutrition dans le monde. HKI est aujourd'hui présente dans 22 pays[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Sourde, muette, aveugle : histoire de ma vie trad. de l'anglais par A. Huzard, Payot & Rivages, 2001 (ISBN 2-228-89413-3)
  • Ma libératrice : Anne Sullivan Macy, Payot, 1956
  • Ma religion, préface de Benjamin Vallotton, libr. Fischbacher, 1931

Hommage[modifier | modifier le code]

Pièce de monnaie commémorative

Citation[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Biographies[modifier | modifier le code]

  • Helen Adams Keller, Sourde, muette, aveugle, Payot, Paris, rééd. 2001 (ISBN 2228894133), 275 p. autobiographie.
  • Margery Weiner, Helen Keller, Edito-Service, 1971, 294 p.
  • Anna Marchon, Helen, la petite fille du silence et de la nuit, Bayard Jeunesse, Paris, 10e éd. 2003, 30 p.
  • Lorena A. Hickok, L'histoire d'Helen Keller, Pocket Jeunesse, Paris, 1998, 224 p. (ISBN 2-266-08662-6).
  • Margaret Davidson, La métamorphose d'Helen Keller, Gallimard Jeunesse, Paris, 2001, 128 p. (ISBN 2-07-055597-6).

Annexes[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

La vie d'Helen Keller a inspiré les scénarios de trois films :

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Annie Sullivan & Helen Keller de Joseph Lambert (2013, co-édition Çà et Là / Cambourakis)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :