Trombone (papeterie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trombone.
Un trombone « classique ».

Un trombone est un petit objet utilisé pour maintenir solidairement une liasse de feuilles de papier.

Description[modifier | modifier le code]

Le trombone est constitué d'une tige en métal (ou en matière plastique) repliée plusieurs fois afin de former plusieurs boucles. Sa forme rappelle le trombone, d'où elle tire son nom.

Le trombone original demeure le plus utilisé bien qu'il en existe de multiples variantes. Il est en effet aisé à utiliser, serre bien sans déchirer et s'empile sans se tordre notablement.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le plus grand trombone du monde, long de 7 mètres et pesant 600 kg, érigé en dehors de la BI école de commerce à Sandvika, Norvège, en 1989, pour commémorer le brevet de Johan Vaaler en 1899.

Certains historiens attribuent aux Byzantins la création du trombone. Mais si l'on retient l'idée que le terme de trombone aurait été choisi en référence à l'instrument de musique, alors il faut en conclure le nom originel devait être tout autre. Les premiers trombones, faits de bronze, demeurent chers à produire et ne servent à l'époque que pour lier les plus précieux documents impériaux.

Les trombones faits de fil plié n'ont jamais été brevetés, mais étaient probablement produits en Grande-Bretagne par The Gem Manufacturing Company dans les années 1890. Pour cette raison, il est parfois appelé « Gem clip » en anglais, alors qu'en suédois, tous les types de trombone sont appelés « gem ».

Une demande de brevet américain pour une machine-outil destinée à produire ce type de trombone est déposée le par William Middlebrook à Waterbury (Connecticut). Le brevet (U.S Patent N° 636272) lui est accordé le [1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Revendication norvégienne[modifier | modifier le code]

Le norvégien Johan Vaaler (en) a breveté ce qui était vu comme une mauvaise solution par le commun des mortels, mais supérieur à ce qui était proposé jusqu'alors. En Allemagne il a déposé une demande de brevet le pour un trombone de dessin similaire, mais moins fonctionnel car il lui manquait la dernière boucle. Le brevet allemand (DE 121067) lui est accordé le [2]. Sa demande de brevet aux États-Unis, déposée le est accordée (US Patent 675761) le [3]. Vaaler a probablement réussi à faire breveter sa version à l'étranger, malgré l'existence de trombones plus utiles, car les autorités en matière de brevets à l'époque étaient assez libérales et récompensaient toute modification marginale d'inventions existantes. Vaaler ne savait probablement pas qu'un meilleur produit était déjà sur le marché, mais pas encore en Norvège.

Les brevets de Vaaler ont expiré tranquillement, tandis que l'autre modèle était utilisé dans le monde entier, y compris dans son propre pays. L'échec de sa conception était son impraticabilité. Sans les deux boucles complètes du trombone entièrement développé, il était difficile d'insérer des feuilles de papier dans son modèle. On pouvait manipuler le bout du fil intérieur de manière à ce qu'il puisse recevoir la feuille, mais le fil extérieur était une impasse car il ne pouvait pas exploiter le principe de torsion. Au lieu de cela, son modèle se détachait comme une quille, perpendiculairement à la feuille de papier insérée[Note 1].

Son invention n'a jamais été produite, car des entrepreneurs britanniques sont parvenus à créer un engouement pour une version moins coûteuse. Pour cette raison, une rumeur infondée persiste à préciser que la Norvège est le berceau du trombone. Elle a incité les norvégiens à le porter comme symbole de la résistance contre l'occupation allemande et les Nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Les norvégiens les portaient sur le revers de leur vêtement pour affirmer leur solidarité et leur union (ce à quoi sert, métaphoriquement, un trombone), alors que les autres symboles étaient proscrits[4].

Usages[modifier | modifier le code]

Photographie d'un trombone usagé.

Le trombone sert à maintenir solidairement une liasse de feuilles de papier.

Plié convenablement, il sert comme outil à crocheter. Il est aussi utile pour appuyer sur un bouton destiné à enclencher un mécanisme qui libère un CD pris dans un lecteur CD. Également, des personnes l'utilisent pour appuyer sur un minuscule bouton qui sert généralement à supprimer toutes les données à l'arrière des calculatrices des PDA ou des modems-câble. Correctement placé, il permet d'extraire de son emplacement, la carte SIM d'un téléphone.

Le trombone est aussi un bijou. Les punks l'utilisent encore comme des piercings (oreille ou nez) et certaines filles s'en servent comme épingle à cheveux.

Composition[modifier | modifier le code]

Trombones en différents matériaux et de formes variées.

Le trombone est fabriqué à partir d'un fil d'acier unique d'environ 1/16 pouces (environs 1,6 mm) de diamètre et est de longueur variable selon le modèle. En règle générale, il est constitué de trois boucles, une à chaque extrémité environ au quart de la longueur totale de la broche et d'une troisième au centre qui fera pression par un mouvement de torsion, pour réunir les deux autres. Certains trombones sont en acier inoxydable (ce qui est important lorsque les documents sont destinés à un archivage à long terme). Il existe également des trombones en plastique.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », « Autour de... » , etc., peuvent être inopportunes dans les articles (novembre 2012).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.

Le plus grand trombone connu, long de 7 mètres et pesant 700 kilos, est construit en 1989 en dehors de la BI école de commerce à Sandvika, Norvège, en 1989, pour commémorer le brevet de Johan Vaaler en 1899. Il se trouve maintenant dans Nydalen (en) à Oslo, où l'école est située depuis 2005.

Dans l'environnement de Microsoft Office, la forme par défaut de l'assistant est un trombone anthropomorphique appelé Trombine (« Clippit » dans la version anglaise).

Kyle MacDonald, un jeune homme d'origine canadienne a, en 2005 et 2006, réussi à troquer un vulgaire trombone rouge contre une maison dans la ville de Kipling, grâce à une multitude d'échanges intermédiaires basés sur l'augmentation successive des objets échangés.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Petroski, The Evolution of Useful Things (1992); (ISBN 0-679-74039-2). Histoire de l'évolution du trombone

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le caractère peu pratique de la version de Vaaler peut être facilement démontré en coupant la dernière boucle externe et le côté long d'un trombone classique

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) William D Middlebrook, « Patent US 636272 : Machine for making wire paper-clips. », sur patents.google.com, (consulté le 5 décembre 2018).
  2. (de) Johan Vaaler, « DE 121067 Aus Draht hergestellte, bügelförmige Klammer zum Zusammenhalten von Papierblättern u. dgl. », sur worldwide.espacenet.com, (consulté le 5 décembre 2018).
  3. (en) Johan Vaaler, « Patent US 675761 : Paper clip or holder », sur patents.google.com, (consulté le 5 décembre 2018).
  4. (en) Today I found out, « The Paperclip Was Used As a Symbol of Resistance During World War II : Le trombone a été utilisé comme symbole de la résistance durant la seconde guerre mondiale », sur todayifoundout.com, (consulté le 4 décembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]