Andrej Babiš

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la République tchèque image illustrant un homme politique
Cet article est une ébauche concernant la République tchèque et un homme politique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Andrej Babiš
Image illustrative de l'article Andrej Babiš
Fonctions
1er vice-président du gouvernement
Ministre des Finances
En fonction depuis le
(2 ans 10 mois et 8 jours)
Président du gouvernement Bohuslav Sobotka
Gouvernement Sobotka
Prédécesseur Jan Fischer
Membre de la Chambre des députés
pour Prague
En fonction depuis le
(3 ans 1 mois et 11 jours)
Élection 26 octobre 2013
Président de l'Action des citoyens mécontents
En fonction depuis le
(5 ans 6 mois et 26 jours)
Prédécesseur Création du parti
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Bratislava (Tchécoslovaquie)
Nationalité Tchèque
Parti politique Parti communiste de Slovaquie (1980-1989)
ANO 2011 (depuis 2011)
Conjoint Monika Babišová
Enfants 4
Diplômé de Université d'économie de Bratislava

Andrej Babiš, né le à Bratislava, est un homme d'affaires et politique tchèque membre de l'Action des citoyens mécontents (ANO 2011). Il est premier vice-président du gouvernement et ministre des Finances depuis le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Dirigeant de l'entreprise Agrofert, il fonde l'ANO 2011 le et en prend la présidence. À la suite des élections législatives anticipées des 25 et 26 octobre 2013, il négocie la formation d'une coalition avec le Parti social-démocrate tchèque (ČSSD) et l'Union chrétienne démocrate - Parti populaire tchécoslovaque (KDU-ČSL). Le , il est nommé premier vice-président du gouvernement et ministre des Finances.

En 2015, il exprime l'opinion que « la Grèce n'aurait jamais dû rester dans la zone euro » et se montre très critique vis-à-vis du fonctionnement de la monnaie unique[1].

S'exprimant au sujet de la crise migratoire en Europe, il affirme en 2016 : « Nous devons faire tout notre possible pour refuser les migrants. Y compris les quotas, où nous avons été mis en minorité. Je veux rejeter les quotas, même au prix de sanctions. Et l'Europe doit au plus tôt fermer la frontière extérieure à Schengen »[2]:

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]